Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

De Mort lente - Michaël Mention

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

« Nous sommes en guerre. Il en va de notre évolution, de l’avenir de l’humanité. Ils noyautent la Commission, alors nous noyautons l’industrie. Tous les coups sont permis. »

Marie, Nabil et leur fils étaient heureux.

Philippe était un éminent scientifique.

Franck était journaliste au Monde.

Désormais, ils sont victimes du puissant lobby de l’industrie chimique. Leur erreur : s’être interrogés sur les perturbateurs endocriniens, ces substances présentes dans notre alimentation et les objets de notre quotidien, responsables de pathologies telles que l’infertilité, le diabète ou encore le cancer.

Marie et les autres exigeaient des réponses, ils subissent une riposte d’une violence sans précédent. Rien ne leur sera épargné. Une guerre sans pitié, de Paris à Bruxelles, de la Bourse à la Commission européenne, où s’affrontent santé publique et intérêts privés, notre avenir et leurs profits.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Vos #AvisPolar

  • Aude Lagandré 13 mars 2020
    De Mort lente - Michaël Mention

    Le roman commence le 6 avril 2009, quelque part en France. Nabil regarde son fils Léonard dormir. Le petit a 2 ans 1/2 et une terreur sourde étreint Nabil « car ça va trop bien. Tant d’harmonie ; cet amour si viscéral qu’il exhume les peurs les plus ancestrales. Peur qu’il arrive quelque chose à Léo, peur des maladies, peur des accidents, peur du bonheur, peur d’y croire, peur du deuil, peur du vide, de cette folie qui embrase les tripes… » Le roman se construit en deux parties, deux histoires que le lecteur suit de front : celle de la famille de Nabil et de sa femme Marie, et celle de Philippe Fournier, biochimiste, directeur de recherche au CNRS, membre de l’académie nationale de médecine, consultant pour Le Monde et nouveau membre de la Commission européenne sur le règlement des pesticides. Plus tard, il sera rejoint par Franck, journaliste au Monde. Tous ont un point commun : ils ont osé s’interroger sur le rôle des perturbateurs endocriniens, des risques, et des maladies qui en découlent. Certains le vivent de plein fouet, d’autres se battent pour qu’éclatent une prise de conscience et une forme de justice. Ils vont Tous subir une implacable vendetta orchestrée par le lobby de l’industrie chimique. « Et la machine à diffamer s’accélère, détruisant tout sur son passage. », « Nécrosé, le réel succombe au virtuel le plus putassier, faisant de leur vie un enfer 2.0 »

    Michaël Mention nous fait traverser les époques, jonchées d’épiphénomènes liés à notre histoire tout en respectant un fil conducteur, toujours le même, qui devient de plus en plus encombrant, de plus en plus visible, de plus en plus problématique, de plus en plus dangereux.
    Si vous avez déjà lu cet auteur, peut-être connaissez-vous sa patte : un énorme travail de recherche, une immersion totale dans son sujet, l’omniprésence de mélodies qui truffent le roman. Plus qu’un roman, c’est un chant : un chant insurrectionnel qui oblige à une prise de conscience. Vouloir ignorer les faits, consentir à un aveuglement volontaire c’est les accepter. Cette déclaration de guerre va vous remuer les tripes et catalyser une révolte interne que vous ne soupçonnez même pas.

    Révolte et écœurement sont les deux premiers mots qui me viennent à l’esprit en refermant le livre. Dans notre monde où « l’image a supplanté le réel », Michaël Mention nous colle une immense tarte en plein visage pour nous remettre les pieds sur terre. 85000 substances sont répertoriées dans le monde, sans inclure les pesticides, les cosmétiques et les additifs alimentaires. Un système extrêmement vicieux dont les industriels sont les premiers bénéficiaires, un jeu dangereux où il faut : tester la capacité d’adaptation humaine. « Tant que nous ne serons pas sept milliards de cancéreux, ils feront tout pour continuer à se faire du fric », parce qu’évidemment le nerf de la guerre est bien là : l’argent.

    L’omniprésence de références musicales annonce des évènements majeurs. Michael Mention vous colle des morceaux dans la tête et les associe, dans l’imaginaire collectif, à des faits. Impossible alors de ne pas sentir cette lente, mais implacable montée en puissance de l’anxiété au fil des chapitres. L’identification des problématiques est limpide, se veut manichéenne même si les choses ne sont finalement pas aussi simples : « (…) une substance n’est pas “un peu” ou “beaucoup” cancérigène, elle l’est ou pas. » ou encore « Ils jouent sur les mots ? Faisons pareil. Un perturbateur endocrinien, comme son nom l’indique, ça perturbe. S’il ne perturbe pas, c’est qu’il n’en est pas un. » Avez-vous déjà appréhendé la puissance des lobbys ? L’auteur va vous en donner un aperçu : tous les coups sont permis.

    Il est des livres qui devraient tomber entre toutes les mains, des livres nécessaires, indispensables, vitaux. Des livres dont les sujets devraient engendrer une prise de conscience, une action, une réaction, et encourager à prendre les « armes ». Des livres qui posent de vraies questions : « Les bébés naissent-ils pré-pollués ? », font état de faits indiscutables « … nous vivons de plus en plus vieux, mais de plus en plus contaminés. », des livres citoyens écrits pour dénoncer des faits, et informer. Ce roman est inspiré de faits réels. Toute tentative de vouloir minimiser les faits serait totalement crétine et indigne de notre intelligence et de notre capacité à raisonner.

    Michaël Mention démontre avec force la puissance de frappe des lobbys, les limites des commissions, la guerre des mots, et la valeur du « critère de puissance ». Ceux qui les combattent sont frappés du « sceau de l’infamie ». Le dernier tiers du roman est un matraquage dans les règles de l’art de la composition des produits de grande consommation. C’est incontestablement un roman qui ouvre les yeux, doté d’une identification honnête des problématiques. Notre monde est un monde ignoble et souillé où la guerre de la communication est enclenchée depuis longtemps. Ce n’est pas tellement dire, c’est comment le dire. Vous allez prendre une bonne leçon et réaliser à quel point la forme est primordiale.

    Pour dire la vérité, je ne me suis jamais intéressée à ce sujet, je ne me suis jamais sentie vraiment concernée. Bien sûr, ma fille de 22 ans a été nourrie au biberon, dont la tétine contenait du bisphénol A. Je n’ai jamais vécu à côté d’une usine transformant des déchets, jamais eu à subir de maladies inhérentes à la pollution intentionnelle de nos sols, jamais fréquenté de personnes se battant contre ces géants. Et pourtant, ce roman m’a touchée au-delà de ce que j’aurai pu imaginer. D’abord parce qu’il faut savoir en parler sans ennuyer, ensuite parce qu’il faut être capable de créer une forme d’addiction du lecteur pour un sujet a priori ennuyeux, enfin il faut se mettre à son niveau et ne pas l’abreuver de données scientifiques hermétiques et soporifiques. Vous avez remarqué que des gens de plus en plus jeunes ont des problèmes de santé, des développements de cancer ? Que des nouveau-nés sont frappés de diagnostics de plus en plus fréquents tels que l’autisme ou des troubles de l’attention ? Vous avez certainement entendu parler des scandales du Médiator, du Levothyrox ? De gens qui témoignent en faisant part des effets secondaires de leurs traitements et qu’on fait passer pour des dingues ?

    « La vérité a sa fierté, elle se donne rarement le premier soir. », c’est un peu ce que Michaël Mention cherche à nous faire comprendre. Pour la trouver, il faut un peu chercher. Ce roman est totalement immersif, effarant sous bien des aspects, mais éclairant pour celui qui veut bien voir. Un roman citoyen et nécessaire, une photographie précise de notre époque, un chant moral et éthique.

    Je remercie les éditions Stéphane Marsan de leur confiance.

  • L’atelier de Litote 12 mai 2020
    De Mort lente - Michaël Mention

    Une histoire incroyablement prenante, d’une actualité sans faille, nous allons suivre le parcours de plusieurs personnages que rien ne prédestinait à s’intéresser aux perturbateurs endocriniens. Ces molécules chimiques présentes dans l’alimentation mais aussi dans les objets les plus courants et qui ont des répercutions sur la santé des populations. On parle de maladies grave comme le cancer, le diabète et d’autres encore. Il y a Philippe la soixantaine, scientifique réputé. Franck qui fait son travail de journaliste au Monde et puis nous allons rencontrer la famille de Nabil, sa femme Marie et leur fils. Des parents qui se posent des questions sur les raisons de leurs pathologies et dès lors, rien ne va plus. La réponse des lobbies de l’industrie chimique ne se fait pas attendre et elle sera terrible. Une affaire qui prend sa source dans notre quotidien, nous renvoyant à ce qui se passe lorsque les intérêts privés sont privilégiés et viennent au détriment de la santé et de l’avenir de la planète. Une écriture fine et incisive qui va toujours au but et pointe les dysfonctionnements des institutions. C’est bien expliqué et surtout bien amené au travers des destins brisés, on comprend ce que veut dire une expression comme « C’est le pot de terre contre le pot de fer ». Le lecteur aurait pu se perdre dans ce dédale de personnages, de manipulations, et de coup tordus mais non. A chaque avancée sur l’échiquier correspond des conséquences que nous n’avions pu anticiper et qui raisonnent comme autant de rebondissements rendant la lecture intense et palpitante. Pour moi c’est un coup de cœur, une histoire qui correspond à la problématique de notre époque. Elle apporte un regard édifiant qui est là pour frapper les consciences et nous alerter. Un vrai talent pour soulever les lièvres et nous mettre devant nos contradictions. Bonne lecture.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.