Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La Loi des hommes - Wendall Utroi

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

17 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
3 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Jacques est homme à tout faire pour la mairie de Houtkerque, dans le Nord. Un jour, alors qu’il est chargé d’entretenir le cimetière du village, il découvre des mémoires, rédigées en anglais. Aidé par sa fille, il se met en tête de les traduire, et comprend que leur auteur est un inspecteur des mœurs de Scotland Yard ayant vécu en pleine époque victorienne.

L’aller-retour entêtant, entre hier et aujourd’hui, entre cette loi des hommes et les violences faites aux femmes.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur Cultura

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • Les Lectures de Maud 28 mars 2021
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    Une construction qui emporte d’emblée le lecteur, la découverte d’un petit coffre va tenir Jacques en haleine et nous aussi. Il contient un récit en anglais, ne maîtrisant pas cette langue le garde champêtre va dépendre de sa fille pour la traduction. Excellente idée, nous sommes happés dans cette enquête londonienne au XIXème, hop nous revenons à nos jours et patientons jusqu’au prochain passage traduit. L’impatience de Jacques est contagieuse au lecteur.

    Alors cette enquête d’une autre époque, nous sommes à priori dans les années qui suivent la sombre période Jack L’Eventreur. Une enquête est transmise directement à un personnage à la demande d’un émissaire de la Reine. Rien que ce procédé attise la curiosité de l’enquêteur Wallace. Même les suspects lui sont livrés, une affaire qui paraît simple, faire avouer le ou la coupable mais sans savoir quoi sont-ils accusés ?

    Le point commun entre ces suspects désignés semble être la prostitution, la débauche et les bordels londoniens. Du coup avec ses collègues, il va partir des personnes pour voir si on peut le reprocher quelque chose de répréhensif. Il va mettre en lumière de sombres secrets, plus il avance, plus il s’englue dans une obscurité qui va réveiller les bas instincts de ses opposants mais aussi peut mettre en péril la réputation de la couronne.

    Wallace va devoir agir de concert afin de passer au travers des différentes attaques qui proviennent aussi parfois de sa hiérarchie. L’ambiance de Londres et sa misère est très bien décrite, l’immersion est totale, l’envie titille le lecteur de savoir pourquoi les puissances tentent de faire dérailler l’enquête à tous les niveaux.

    L’auteur joue habilement avec les nerfs du lecteur avec les alternances passé-présent, qui fait monter le suspense et l’impatience chez le lecteur. Mais aussi c’est très adroitement qu’est déroulée cette enquête aux multiples facettes, qui ne manquent ni de révélations et ni de danger. Le tout avec parfois une cruelle réalité en parallèle d’une certaine pudeur.

    J’ai beaucoup apprécié cette lecture qui met en lumière la mise des femmes face à la misère de leurs conditions au XIXème, il était facile de tomber dans la prostitution pour survivre ; mais est-ce vraiment différent de nos jours ? Habilement, l’auteur montre implicitement comment de victimes, elles peuvent passer à bourreau. Quelles sont leurs motivations ? Leurs excuses ?

    Une lecture très addictive accompagnée d’une écriture totalement addictive. Tous les ingrédients sont réunis pour conclure à un Coup de Cœur, le premier de cette année !!

  • alexandra 6 février 2021
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    Un livre glaçant ! Je ne m’attendais pas à ça en lisant le résumé et en le refermant j’étais écoeurée et en colère car cet excellent roman nous rappelle que le thème de ce livre est encore et toujours tristement d’actualité. Mais quand donc tout ça s’arrêtera !
    De nos jours, Jacques, cantonnier dans le nord de la France, doit vider des tombes. Dans l’une d’elles, celle d’un anglais mort en 1917, il découvre un journal en parfait état et demande à sa fille de l’aider à le traduire. Nous voilà donc sur les traces de J. Wallace Hardwell, inspecteur à Scotland Yard à la fin du 19eme siècle. Dans ce journal intime écrit à la fin de sa vie, il relate une enquête qu’on lui a confiée. Une enquête non-officielle afin d’éviter un scandale impliquant un membre de la famille royale. On lui met sous le nez 3 suspects, charge à lui de les faire avouer. Mais ce que cet homme et ces 2 femmes vont lui raconter va lui ouvrir les yeux sur un monde qu’il ne connaissait pas. Ils va gagner leur confiance et finir par comprendre la portée du scandale. Et c’est là que ce livre est très bien construit car ce journal intime vieux de presque un siècle permet de regarder avec distance et recul un fléau qui n’a jamais cessé. Et toujours ce sentiment d’injustice, de dégoût. La réalité du Londres de l’ère victorienne c’est cette misère humaine, le sort des enfants et ce commerce abject, le constat que ce système existe car des hommes riches et puissants le font vivre et savent passer entre les mailles du filet. Hardwell l’a appris à ses dépens. Pour avoir enquêté et compris il sera exilé pour étouffer ce scandale. Le procès sera une farce et lui finira comme un paria. La conclusion de ce livre est comme un brutal retour à la réalité avec ce fait divers réel qui offre un triste parallèle avec le passé. 11 ans ou 13 ans. Mais bordel c’est des gosses !!!
    Bref un livre bien écrit qui ne laisse pas indifférent.

  • lili 3 février 2021
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    La Loi des Hommes de wendall_utroi aux éditions slatkineetcompagnie

    Premier roman de l’auteur pour moi et très belle découverte.

    De nos jours, nous faisons la connaissance de Jacques, employé communal dans le nord de la France. Il doit déplacer une tombe de plus de cent ans, d’un mystérieux anglais que personne ne connaît dans le village. Dans cette tombe Jacques découvre à l’intérieur une petite valise en fer comprenant de nombreuses notes manuscrites.

    Jacques, avec l’aide de sa fille, se plonge dans la lecture d’une incroyable enquête dans les bas-fonds de Londres de Jack l’éventreur.

    Ces notes sont celles de J.Wallace Hardwell, jeune inspecteur à Scotland Yard au service de la couronne et nous sommes transportés à la fin du XIXe siècle.

    Nous suivons Wallace dans une enquête dont il ne sortira pas indemne. Il découvre la vie extrêmement difficile de trois personnages, qui depuis leurs enfances, sont près a tout pour survivre dans ce monde si noir.

    Un monde inconnu pour Wallace, fait de pauvretés extrêmes, de violences, de prostitution dans des lupanars et qui n’épargne personne, surtout pas les femmes, et les jeunes filles. Quelle étrange enquête pour protéger la couronne

    Avis

    J’ai dévoré cette histoire et j’ai tout aimé de ce polar historique. Le style d’écriture, fluide mais riche. De me retrouver dans ce Londres du siècle dernier avec des personnages attachants. Et au fil des chapitres de m’attacher davantage à Wallace avec son côté tellement humain malgré la noirceur de son enquête.

    Alors si vous aimez les enquêtes d’un autre temps, n’hésitez pas vous passerez certainement un excellent moment.

    Bonne lecture

  • LesRêveriesd’Isis 20 janvier 2021
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    Ce roman est un bonheur à lire, osons le mot. La plume de Wendall Utroi est fluide et douce, ce qui est une gageure vu certaines thématiques abordées. Portés par cette plume, nous devenons bien vite les complices de Jacques et comme lui, nous souhaitons en découvrir plus sur ce Wallace. Alors même que Jacques a emprunté quelque chose dans une tombe (ce qui est assez dérangeant du point de vue moral), les premiers mots lus sur le paquet attisent tant notre curiosité, que nous sommes comme lui, avides de savoir. Nous brisons le tabou de respecter ce qu’un mort emporte avec lui, et brûlons de découvrir le secret qui lèverait le voile sur le mystère de la petite ville : la présence de cet Anglais ici. Lors de l’enquête au temps de Jack l’Eventreur, Wendall Utroi conserve cette plume au charme suranné, un mélange d’expression dandy, de politesse distinguée et de constat amer sur la société. En effet, qui dit plume douce ne dit pas plume aseptisée ! Et l’auteur -comme Wallace- explorent les bas-fonds, remuent la fange, ils dévoilent pour nous les immondices de la haute société et les terribles extrémités auxquelles sont réduits les pauvres. Vous trouverez tout ici : prostitution, viol, agressions sexuelles et viols sur mineures, prostitution et homosexualité – chose qui choquait à l’époque de Wallace, époque où l’homosexualité était encore considérée comme un crime. Le plus malheureux pour nous, c’est que nous ne doutons pas que ces choses là aient existé : des filles forcées par le maître de maison, oui, des filles dupées et que l’on livrait aux appétits sexuels de vieux messieurs, oui, des jeunes hommes ou des jeunes femmes poussés par la misère à vendre leurs charmes, oui, un monde où les puissants s’en sortent toujours mieux que les pauvres : encore et toujours oui.

    Le lecteur est happé par l’alternance entre les deux récits. Lorsque nous sommes avec Jacques, nous avons envie de retrouver Wallace et de comprendre. Le mystère qui entoure l’enquête de l’Anglais décuple notre intérêt : lui comme nous ignorons où cela nous mènera et nous suivons la chose comme la chronique d’un monde glaçant et violent que nous voyons apparaître sous nos yeux médusés.

    La société londonienne est dépeinte sans fard et sans fioriture. Au contraire, le voile de l’hypocrisie se lève et laisse apparaître la face vérolée de cœurs égoïstes et assoiffés de chair – au sens charnel-, mais aussi assoiffés de pouvoir. Au cours de son enquête, Wallace met au jour la cruauté que les hommes peuvent exercer les uns contre les autres : certains vendent leur prochain, le piège, s’emparent de leur dignité et de leurs espoirs d’avenir, sans scrupule. D’autres gâchent leur chance sans comprendre ce qu’ils avaient en main. La société est particulièrement cruelle pour les femmes , ne nous leurrons pas. Combien d’entre elles ont vu leur vie et leurs espoirs d’une vie convenable ruinés par la concupiscence d’un homme, par la complicité active d’une femme qui les a poussées dans le lit d’un monsieur ? Mais surtout, combien d’enfants ont été violentées ? Notre enquêteur en a des hauts le cœur. Lui qui appartient à la haute société ne subodorait pas tout ceci et son regard sur le monde en est irrémédiablement changé, bouleversant sa vie, comme celle de Jacques. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est que cette enquête, cette prise de conscience a influé sur le passé (avec Wallace et son destin) mais qu’elle influe également sur le présent au travers de Jacques et de sa propre fille car leur relation se nourrit aussi de leur effroi face à ces découvertes.

    Wallace est une figure d’enquêteur intéressante. Il est à la fois obstiné, ingénieux, rusé et parfois candide et naïf, surtout en ce qui concerne la marche des choses et le monde des puissants. Il est pétri d’idéalisme et de belles intentions… mais gare à ne pas se faire dévorer par ceux qui tirent les ficelles ! Sa noblesse de cœur n’a d’égal que l’arrivisme d’autres personnages. Les autres enquêteurs sont assez peu détaillés : William et Christopher sont sympathiques, Howard, détestable quand il se révèle. Par contre, quel destin pour Myrtle River, Timothy et Rebecca Brianey ! Non seulement ces trois-là ont connu la descente aux Enfers, mais ils ont su aussi remonter usant de moyens assez peu honnêtes mais qui leur a permis de s’élever. Leur destin secoue par sa brutalité, par sa violence et par sa cruauté. Finalement, rien ne sera épargné à ces victimes qui se sont faites à leur tour bourreau.

    Ainsi, j’ai passé un excellent moment avec La Loi des hommes. Ce polar a un charme délicieusement suranné, mais il porte des questionnements encore modernes sur la justice des hommes, sur l’équité, sur la place des femmes et sur leur oppression. Le lecteur est vite saisi de curiosité et les pages défilent entre douceur de la langue et horreur indicible du contenu, en un paradoxe qui nous touche et nous entraîne de manière implacable vers le dénouement. Un régal.

  • margo_m_lire 14 janvier 2021
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    Un jour, Jacques, cantonnier, est chargé de « faire de la place » dans le cimetière de sa commune. Une vielle tombe abrite une dépouille depuis plus de cent ans, et il a la lourde tâche de devoir l’exhumer. Jacques n’apprécie pas ces tâches ingrates, mais s’exécute consciencieusement et découvre alors les mémoires de Feu Monsieur Hardwell...

    Qu’il est difficile de faire une chronique ordonnée de ce roman ! Je vais m’y essayer de la façon la plus sincère qu’il soit.

    Cette histoire m’a déstabilisée et je pense que c’est parce que je ne m’attendais pas à cela. D’après moi, il s’agit plus d’un « roman noir » historique que d’un « thriller » historique. Les sujets abordés sont très sombres et nous plongent aisément dans les quartiers miséreux aux relents poisseux du Londres du XIXème.

    Une fois arrivée à la moitié de ce livre, j’ai cessé d’attendre les frissons de l’épouvante et j’ai accepté de me laisser porter par l’intrigue.

    ...Et j’ai quand même frissonné. Mais de dégoût et d’effroi face à ce que la nature humaine est capable de faire pour sortir de la misère.

    Concernant la plume, elle est très froide et ne m’a pas vraiment touchée. Mais par ailleurs, elle a permis une immersion totale dans le décor. Les phrases courtes et directes présentent également l’avantage de permettre un rythme de lecture soutenu.

    En conclusion ; je me suis laissée happer par l’histoire, mais je n’ai pas été surprise. C’était une bonne lecture mais sans coup de cœur comme je m’y attendais.

  • Maks 27 décembre 2020
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    Mais quel bon livre !

    Nous suivons les derniers écrit d’un agent de Scotland Yard ayant sa sépulture en France à "Houtkerque" et dans laquelle le cantonnier découvre un coffre dans lequel une enquête est racontée.

    Une enquête sur un scandale journalistique impliquant la haute société londonienne.

    Dans un décors glauque et angoissant, le Londres de Jack L’éventreur, Whitechapel, et les bas fonds, entre la pauvreté et la maladie, le long des lupanars et au gré des trafics, l’interrogatoire de divers personnages, l’humanité de cet agent de Scotland Yard.

    J’ai adoré le personnage principal, charismatique, humble et très futé, il va tout faire pour mener son enquête à bien en mettant un point d’honneur à être juste et incorruptible.

    L’écriture est bonne, fluide, le roman se lit presque d’une traite.

    La fin est assez surprenante et colle parfaitement au reste.

    Je vous conseille fortement cette lecture.

    https://unbouquinsinonrien.blogspot.com/2020/12/la-loi-des-hommes-wendall-utroi.html

  • valmyvoyou lit 13 décembre 2020
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    Jacques est un employé communal. Une de ses tâches consiste à « déloger » les corps, lorsque les concessions dépassent cent ans. Souvent, les défunts sont enterrés avec des souvenirs, qu’il a toujours laissés avec les ossements. Mais lorsque trois jours avant ses cinquante-huit ans, il découvre un coffret en fer auprès du corps d’un Anglais inconnu, qui a suscité de nombreuses rumeurs, sa curiosité est la plus forte. A l’intérieur de la valisette, se trouve une liasse impressionnante de feuillets. Le texte est rédigé en anglais et il demande à sa fille de lui traduire. Commence alors, pour tous les deux, un voyage effroyable dans le passé.

    En 1884, J. Wallace Hardwell est l’un des plus jeunes inspecteurs de Scotland Yard. En juin 1889, il est contacté par un émissaire de la Couronne, qui lui confie la mission d’étouffer un scandale susceptible d’atteindre des membres de la famille royale. Pour mener ses investigations, seuls les noms de trois suspects lui sont fournis. Sa première action est de procéder à leur arrestation et de les interroger. Le policier est alors immergé dans les profondeurs de Londres, à l’époque victorienne. Il plonge dans l’enfer des lupanars et ce qu’il découvre sur la condition des femmes dans les quartiers pauvres et sur le destin des enfants le révolte. Être née du sexe féminin ne laissait que peu de choix : victime ou bourreau. Wallace comprend que certains actes répréhensibles sont commis pour empêcher des situations encore pires. L’horreur n’a pas de limites et lorsque l’on y est confronté, on accepte un mal pour entraver celui d’après. Ce monde, l’inspecteur ne le connaissait pas et il n’est pas préparé à sa noirceur. Il essaie, alors, de comprendre ceux qui ne peuvent pas le changer et luttent à leur manière.

    Wallace a tenté d’arrêter ces trafics. Hélas, à son époque, comme maintenant, les puissants considèrent que certaines vies ne valent rien. A travers ce récit historique, Wendall Utroi fait le lien avec notre ère. Les trafics d’enfants existent toujours et c’est toujours à la victime de prouver qu’elle n’était pas consentante. L’auteur rappelle que plus de deux siècles après le scandale de Cleveland Street, les sentences montrent que la condition des enfants n’a pas tant évolué. Le hasard a voulu que je lise La loi des hommes, alors que ma fille étudie les droits de l’enfant, à l’école. J’ai été obligée de lui expliquer l’article indiquant que la prostitution des enfants est interdite. Il est difficile de traduire l’inconcevable à sa fille.

    La loi des hommes est un bouleversant cri du cœur. J’ai la sensation que Wendall a voulu exprimer son indignation au sujet des lois qui ne protègent pas assez les enfants, ainsi que sa révolte envers les hommes qui détruisent les vies des petits. Wallace est un policier empli d’humanité, qui essaie de changer les choses. Ne serait-il pas le miroir de l’auteur ?

  • BulleDeLecture 13 décembre 2020
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    Wendall Utroi nous propose un thriller historique que je qualifierai d’élégant. Pas de sang à chaque page, pas de courses poursuites à travers la capitale anglaise, non. Ici nous sommes dans un roman où le suspect est bien traité, où l’équipe policière enquête avec esprit. Les personnages sont détaillés avec juste mesure. Wallace est un personnage que j’aurais adoré suivre à nouveau, il aurait mérité d’être un personnage récurrent.

  • jeanmid 11 décembre 2020
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    Comme Jacques et sa fille Aude, j’ai été subjugué et ému par ce récit d’outre-tombe .
    Des mémoires posthumes déterrées par hasard par ce cantonnier d’un petit village du Nord de la France qui vont nous plonger dans le Londres de la deuxième moitié du XIXème siècle. le Londres des quartiers pauvres ,insalubres , aux ruelles étroites souillées de détritus ,où la lumière a du mal à filtrer . Pour ces hommes et ces femmes chaque jour est un nouveau défi : un défi pour la vie , pour se nourrir jusqu’au lendemain. La condition des femmes est la pire de toute avec souvent la prostitution comme seul possibilité offerte dès le plus jeune âge . C’est ce Londres des bas-fonds que nous fait découvrir l’inspecteur de Scotland Yard , J.Wallace Hardwell. Il est chargé d’une enquête délicate et secrète visant à protéger l’un des membres de la famille royale. le ( triste) sire s’étant fourvoyé dans une affaire pas très nette , il faut éviter à tout prix toute publicité malencontreuse qui pourrait être colportée par de « mauvaises » gens et ternirait l’image de la Couronne .
    Trois suspects lui sont présentés, Myrtle River,une ancienne maquerelle , Rebecca Brianey ,une tenancière d’établissement de plaisirs et Timothy, son fils adoptif et accessoirement son homme de main.
    Au cours de ces nombreux interrogatoires ,de ces confrontations souvent tendues , ces heures passées avec les trois protagonistes, à tenter de les faire avouer leur éventuelle compromission dans cette ténébreuse affaire , il va surtout découvrir la vérité sur le destin de ces miséreux , de ces femmes à la merci des hommes , qui hantent la capitale de l’Empire britannique….et cette vérité elle n’est pas belle à voir .

    Plus qu’une histoire , l’auteur nous offre un véritable témoignage saisissant sur la souffrance de ces jeunes femmes , pour la plupart mineures , fuyant la famine et tentant de survivre en vendant leurs corps , ou marchandées par leur propre famille à des entremetteuses peu scrupuleuses à la recherche de chaires fraîches pour assouvir l’appétit sexuel d’hommes aux bourses pleines . Seules les plus chanceuses , les plus rusées ou les plus endurcies s’en sortiront . Une vie à la dure mais où la solidarité n’est pas qu’un vain mot .
    L’auteur trouve les mots justes- sans pathos excessifs - pour toucher son lecteur et le plonger de manière très réaliste dans cette atmosphère aux relents âcres et acides , ces ruelles sombres où l’on imagine sans aucun mal Jack l’Éventreur , rôder à la recherche d’une nouvelle victime.
    On suit ce récit comme un bon thriller avec ses surprises , ses révélations et cette enquête qui va peu à peu se transformer en introspection pour l’inspecteur Hardwell , un homme bon , droit et qui ne badine pas avec l’honneur.
    Une fiction qui s’inscrit dans l’histoire du pays mais surtout dans celui pour le droit des femmes et la protection des plus jeunes d’entre elles . La justice pour tous et pour toutes quel que soit leur rang dans la société , même si , dans cette Angleterre du XIXème siècle ,le chemin est encore long vers l’équité des droits et des chances .

  • Mes évasions livresques 29 novembre 2020
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    Après s’être essayé à plusieurs genres, l’auteur nous livre ici un thriller historique, se passant en grande partie à l’époque victorienne.

    De nos jours, Jacques, fossoyeur, découvre des documents en déplaçant une tombe, dont la concession est caduque. Ces documents sont les mémoires de J. Wallace Hardwell, inspecteur des mœurs à Scotland Yard en pleine époque victorienne.

    Ne comprenant pas l’anglais, Jacques demande à sa fille de lui traduire ces feuillets. Tous deux intrigués, ils vont découvrir un Londres à la Dickens, avec ses bas fonds dont la pauvreté et la misère révèle tout le contexte social de l’époque face à quelques nantis pour qui ces vies humaines ont peu de valeur.

    Tout comme l’inspecteur, nous découvrons en même temps que lui l’enquête, procédé intéressant qui aide à l’immersion.

    Il est chargé d’interroger des témoins sur un scandale, qui s’il devenait public, entacherait la famille royale. On assiste à une véritable course contre la montre pour sauvegarder la famille royale face à un scandale innommable.

    Ce roman s’inspire de faits réels, le scandale de Cleveland Street de 1889.

    Ici, l’auteur traitera notamment de la condition des femmes et même de petites filles, des maisons closes où les nantis profitaient de ces esclaves sexuelles, du trafic humain d’enfants des deux sexes où on promettait, notamment, des jeunes filles vierges.

    Prostitution, pédophilie, esclavage, rien n’est épargné aux indigents par les nantis sous couvert d’un masque de respectabilité.

    Attention, certaines personnes pourraient vite être choquées.

    Le roman alterne entre le présent avec Jacques et l’histoire de Wallace. Je ne vous cache pas que j’ai bien plus été happée par le côté historique et scandaleux de l’histoire que par les retours dans le présent qui étaient bien fades à côté.

    Cela fait longtemps que je lis Wendall Utroi à présent et il ne cesse de m’étonner, il a souvent changé de registre et à chaque fois avec brio. Il ne se laisse pas enfermer dans un seul genre et s’est beaucoup documenté pour celui-ci et c’est encore une réussite, bravo !

  • L’atelier de Litote 25 novembre 2020
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    Un vrai régal que de prendre cette machine à remonter le temps pour Londres à l’époque de la reine Victoria. Nous allons par le plus grand du hasard avoir accès aux mémoires posthumes de J. Wallace Hardwell, inspecteur de Scotland Yard, une enquête qui va le marquer sa vie entière. Grâce à son travail de fossoyeur pour la mairie de Houtkerque, Jacques va mettre la main sur une boite en métal contenant un ancien manuscrit en anglais. Une construction narrative classique mais efficace qui nous nous impose des allers et retours passé/présent. Une lecture fluide et passionnante avec des personnages édifiants. Nous sommes plongés dans les bas quartiers de Londres où l’on côtoie, filles de petite vertus, dames maquerelles et exploitation de la misère humaine. Le récit au présent m’a semblé assez fade en comparaison de celui du passé et clairement, c’est le côté thriller historique qui m’a le plus emballé, une atmosphère particulièrement bien rendue avec un vocabulaire adapté à l’époque et qui se veut légèrement surannée donne au lecteur le bain de crédibilité nécessaire pour apprécier cette immersion dans un autre temps, dans un autre lieu. Les personnages ne sont pas trop nombreux et pour ma part je retiendrai Wallace bien sur, mais surtout Tim et Miss Myrtle qui sont typique de leur époque et nous permette de mieux comprendre les enjeux de se qui se trame derrière les maisons closes. Il est surtout question des violences subies par de jeunes femmes et jeunes hommes mineurs qui ne peuvent laisser personne indifférent. Ce qui m’a le plus touché c’est bien de me rendre compte que même si les années ont passées, rien n’a changé. Il n’y a pas d’amélioration flagrante et le thème des violences faites aux femmes reste terriblement actuel. Une belle découverte, on n’était pas loin du coup de cœur mais… Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2020/11/25/38614084.html

  • Lectures noires pour nuits blanches 24 novembre 2020
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    "- Un jour, ils seront tous princes, elles seront toutes princesses, le monde entier les respectera."

    Basé sur des faits réels, le scandale de Cleveland Street en 1889 qui impliqua un membre de la monarchie, ce thriller historique dénonce un sujet très sombre, répugnant, abject, hélas toujours d’actualité.
    Cette enquête secrète dans les bas-fonds sordides londoniens de l’époque victorienne nous fera côtoyer toute la misère et la pauvreté d’une partie de la population. Des conditions de vie déplorables qui poussent les plus pauvres à marchander la vie d’êtres humains.
    En merveilleux conteur, l’auteur nous fait vivre cette histoire comme si nous y étions et nous passons par toute une palette d’émotions. Je suis passée par la tristesse en voyant le sort réservé aux plus démunis et sans défense. J’étais au bord de la nausée face à la la perversion de certains. et écoeurée de constater que la vie d’un enfant vaut moins que la pseudo respectabilité des nantis et puissants.

    Une enquête rondement menée par Wallace. J’ai adoré cet inspecteur de Scotland Yard, sa pugnacité, sa droiture et ses valeurs. Un personnage fort attachant qui porte cette histoire sur ses épaules.

    J’ai été un peu moins séduite par la partie actuelle du roman. Non pas qu’elle n’est pas intéressante, mais j’avoue que la partie historique m’a captivée et j’étais pressée d’y retourner. Elle trouvera cependant tout son sens à la fin du roman et elle apporte un peu de légèreté au milieu de toute cette noirceur.

    Je vous parlais tout à l’heure d’émotions, il y a un sentiment qui ne m’a pas quittée, la colère. Plus d’un siècle et demi après les faits rien n’a vraiment changé. C’est révoltant et ça fait froid dans le dos. A l’heure actuelle où des scandales du genre éclatent tous les mois, les lois doivent être absolument changées et protéger avant tout les victimes. Hélas encore bien souvent ce n’est pas le cas.

    Wendall fait preuve encore une fois d’une grande sensibilité en abordant des thématiques délicates. Ce thriller historique, de par son réalisme, la finesse d’écriture et son histoire tellement prenante, est un roman bouleversant que vous n’oublierez pas de sitôt. Ne passez pas à côté !

  • Kirzy 10 novembre 2020
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    J’aime les polars historiques qui nous immergent totalement dans une époque. Et celui-ci est fort réussi.

    Direction les bas-fonds de Londres, deuxième moitié du XIXème siècle sur les pas d’un inspecteur de Scotland Yard, intègre et obstiné, chargé d’interroger des témoins dans le cadre d’un scandale qui, s’il éclate, impliquera la famille royale britannique … sans qu’il sache exactement la teneur du potentiel scandale. Procédé très intelligent qui place le lecteur au même niveau que l’enquêteur : comme lui, il découvre progressivement les ressorts sordides de l’affaire, comme lui, il a la nausée à mesure qu’il plonge dans ces bas-fonds.

    Basé sur des faits réels ( le scandale de Cleveland Street en 1889 qui a impliqué le prince Albert Victor de Clarence, petit-fils de la Reine Victoria, et quelques Lords ), le récit policier très bien mené se transforme en critique implacable de l’hypocrisie de la société victorienne et de ses nantis drapés dans un puritanisme de façade, plein de morgue et de mépris à l’égard des indigents.

    La description des quartiers mal famés de Londres dans le West End ( autour de Whitechapel, Stepney ou Limehouse ) est très vivante et saisissante : workhouses indignes ( sortes d’hospices où les plus précaires, souvent des filles-mères travaillent jusqu’à 18 heures par jour dans des conditions honteuses ), prostitution omniprésente, lupanars et bordels à foison, trafic d’enfants, filières pour obtenir des fillettes vierges avec certificat médical garantissant la qualité du « produit » … on n’est pas loin d’un Dickens, Palliser ou Stead pour dénoncer toute cette misère qui semble être un miroir inversé de la bonne société victorienne.

    J’ai plus de réserve sur la construction du roman, un peu maladroite à mon sens car coupant l’élan de l’action. L’auteur a fait le choix d’une trame contemporaine pour aiguiller le lecteur : un cantonnier découvre dans la tombe d’un cimetière une boîte contenant les carnets complets que l’enquêteur anglais du XIXème anglais a écrit pour soulager sa conscience. Ces passages sont relativement courts par rapport au récit des carnets, mais je les ai lus en ultra diagonale, les jugeant peu intéressants par rapport à l’intrigue dix-neuvièmiste, passionnante, elle. Même si j’ai bien compris l’intention louable de l’auteur de dénoncer les violences faites aux femmes du XXIème siècle face à une loi des hommes qui perdure depuis des siècles malgré des avancées certaines.

  • Annesophiebooks 4 novembre 2020
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    Une des choses les plus importantes, pour un roman réussi, c’est d’arriver à faire ressentir l’atmosphère de l’intrigue aux lecteurs.
    Et de ce point de vue, comme de beaucoup d’autres d’ailleurs, La Loi des Hommes est une formidable lecture.

    Wendall Utroi ne se contente pas de nous raconter une ville de Londres du XIXe siècle, il lui fait prendre vie sous nos yeux.
    On ressent tout, de ce lieu et des personnes qui y errent. L’humidité, le brouillard, la puanteur des bas fonds de la capitale britannique nous sautent à la gorge à chaque page. Tout comme le désespoir suintant de ses habitants.

    Il ne faisait pas bon être pauvre dans cette ville à cette époque.
    Il ne faisait pas bon être une femme, à cette époque.
    Alors pour des femmes pauvres, quelles étaient les chances de survie ?

    En découvrant le journal intime de Wallace Hardwell, et en demandant à sa fille de le lui traduire, Jacques ne s’attendait pas du tout à se retrouver au cœur d’une telle enquête.
    Et nous non plus.
    Et pourtant, tout comme lui, une fois les premières pages lues, il nous faut absolument savoir. Et tenter de comprendre.

    Peu d’auteurs réussissent à faire transpirer une telle ambiance de leurs lignes. Patrick Süskind y est incroyablement bien arrivé avec son magnifique et troublant « Parfum ». Il est LA référence ultime pour moi, en terme d’immersion du lecteur dans le décor d’un roman.
    Et, pour une fois, je viens de découvrir, avec Wendall Utroi, un écrivain qui s’en rapproche énormément.
    Aussi terrible que soit l’histoire de La Loi des Hommes, elle est fascinante.
    Il faut savoir que ce scandale a réellement existé, et que la plupart des lieux et des protagonistes sont parfaitement respectés par l’auteur.

    Ce polar est d’autant plus brûlant que, pour être historique, il n’en est pas moins furieusement actuel dans son sujet.
    Vous serez surpris de constater à quel point certains dérives de la Loi sont toujours d’actualité...

    C’est donc un excellent thriller que l’auteur nous propose ici. Tout en finesse, malgré la brutalité du thème. Et ses 390 pages défilent à toute allure.

    Une nouveauté à découvrir sans hésiter, autant pour la plume que pour pour l’histoire.

  • Les_lecturesdeflo 2 novembre 2020
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    Nous sommes en 2018 dans le Nord de la France. Jacques est cantonnier. Aujourd’hui, il doit vider des tombes centenaires, parmi lesquelles celle d’un mystérieux anglais, que personne ne connait : J.Wallace Hardwell. A l’intérieur de cette sépulture, Jacques découvre une boite métallique contenant un manuscrit sur lequel Wallace se livre et se confesse sur sa vie d’enquêteur pour Scotland Yard au service de la couronne. Nous sommes alors téléportés en 1850 dans les bas-fonds du Londres de Jack l’Eventreur.

    J’ai tellement été happée par cette histoire et par la plume de l’auteur, que j’en ai parfois oublié le personnage de Jacques et le fait que nous étions dans les mémoires de Wallace. J’ai été littéralement transportée en 1850, dans ce Londres sale, au milieu de la misère, là où règne la loi des plus riches, où il n’y a aucune morale, là où les enfants n’étaient qu’une bouche de plus à nourrir.

    J’ai aimé le personnage de Wallace, dont la morale et les valeurs évoluent au fil du récit.
    J’ai aimé l’humanité du récit bien que les thème abordés soient difficiles.
    J’ai aimé l’élégance de la plume malgré les horreurs qu’elle décrit.
    J’ai aimé le parallèle avec notre époque, ou parfois les enfants sont victimes d’abus et de violence.
    J’ai aimé le coté décalé, le vocabulaire riche, les expressions surgies du passé.
    J’ai adoré.

    Je ne connaissais pas du tout Wendall Utroi, et c’est une magnifique découverte. « Les yeux d’Ava » fera partie de mes prochains achats littéraires.

  • Sonia Boulimique des Livres 28 octobre 2020
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    2018. Jacques, 58 ans, habite une petite bourgade de 1000 habitants dans le Nord de la France, Houtkerque, où il est cantonnier et gère également le cimetière. Ce jour-là, d’ailleurs, il doit déplacer les restes d’un anglais, J. Wallace Hardwell, dans la fosse commune. Jacques s’est toujours demandé ce que cet anglais faisait là. Né en 1857, mort en 1917. Maigres informations…Quelle ne fût pas sa surprise lorsqu’il découvre, dans le caveau, un coffre métallique ! Ni une ni deux, il l’ouvre et se retrouve face à une liasse de papiers noircis d’une écriture anglaise. Que faire ? Il hésite, tandis que je lui hurle de foncer !!! Il fini par m’écouter, ouf ! Son niveau d’anglais étant proche de zéro, il va demander à sa fille, Aude, de traduire.

    Jacques va plonger (et nous aussi) dans la vie de Wallace, car ces écrits ne sont rien d’autre que le journal de l’anglais. Né à Londres le 3 avril 1857, fils unique d’un père médecin et d’une mère au foyer, il intégrera Scotland Yard. Il se verra confier une enquête de la plus haute importance visant à protéger la Couronne d’un scandale.

    Il est vrai que les thrillers historiques sont loin d’être ma tasse de thé. Londres non plus…L’auteur prenait donc un gros risque en me confiant son bébé…Mais là, j’avoue qu’il s’est passé un truc. La construction, sous forme de récit écrit par Wallace et découvert par Jacques, y est pour beaucoup. J’étais aussi curieuse que Jacques, et avide de découvrir l’histoire de Wallace.

    Les personnages, ensuite, m’ont tout de suite plu. Jacques m’a fait rire, puisque, suite aux réflexions de sa femme, il s’est planqué pour lire les mémoires de Wallace. Il a retrouvé une âme d’enfant par la même occasion. Je me suis prise d’affection pour les suspects, Rebecca, Myrtle et Timothy. Leurs témoignages et aveux étant poignants et émouvants, terriblement authentiques. Ils m’ont fait découvrir un Londres glauque, un bourbier malsain où la misère côtoie la richesse, où tous les moyens sont bons pour survivre ou pour se procurer du plaisir. Fin XIXème, il faut savoir qu’il n’y avait pas moins de 80 000 prostituées à Londres ! Oui, vous avez bien lu !

    Car il s’agit bien de prostitution, de lupanar, de maquerelle, d’exploitation dont il s’agit. Il ne faisait pas bon être une jeune fille sans le sou à cette époque !

    Une plume riche et précise, agréable, immersive, qui transporte le lecteur. J’ai été happée par le récit, je n’avais qu’une hâte : y retourner ! Un thème historique, certes, mais qui est encore terriblement d’actualité, malheureusement. Le travail de documentation est considérable, on a l’impression d’y être, grâce à de nombreux détails et anecdotes.

    Alors oui, je suis sortie de ma zone de confort, et le résultat a été top ! J’ai passé d’excellentes heures de lecture en compagnie de Jacques et Wallace. D’ailleurs, Wendall, si tu as envie de faire une suite, je prends !

    Je ne peux que vous conseiller ce roman, vous ne le regretterez pas !

    Je remercie les Éditions Slatkine et Cie et Wendall pour cet envoi.

    #laloideshommes #WendallUtroï #SlatkineetCie

  • calyenol 27 octobre 2020
    La Loi des hommes - Wendall Utroi

    Hello !
    .
    .
    J’ai lu 𝕷𝖆 𝖑𝖔𝖎 𝖉𝖊𝖘 𝖍𝖔𝖒𝖒𝖊𝖘
    .
    .
    Houtkerque dans les hauts de France.
    Jacques,cantonier,découvre un matin dans la tombe de J.Wallace Hardwell une caisse en métal.
    Il l’ouvre par curiosité et c’est toujours par curiosité qu’il s’empare de la pochette de cuir marron renfermant des feuilles d’un papier jauni et rempli de mots anglais.
    Sa fille Aude va les lui traduire,et tous deux vont voyager dans les années 1800,dans un Londres loin d’être propre,et découvrir l’enquête de Wallace pour Scotland Yard.
    .
    .
    "Un jour,ils seront tous princes,elles seront toutes princesses,le monde entier les respectera."
    .
    .
    Même si le sujet est difficile,qu’à travers cette lecture je me suis rendue compte que les prédateurs étaient légion avant comme maintenant,je peux dire que ça a été une belle lecture et une belle découverte d’auteur.
    .
    .
    𝕷𝖆 𝖑𝖔𝖎 𝖉𝖊𝖘 𝖍𝖔𝖒𝖒𝖊𝖘 montre que l’actualité des années 2000 est la même que celle des année 1800.
    L’esclavagisme sexuel infantile des workhouse m’a bouleversé,la pauvreté des bas fonds m’a ému,ces hommes avillissants pour se satisfaire m’ont fait monter une bouffée de haine...
    Ces éléments basés sur des faits historiques nous montrent l’envers du décor "du beau linge" bien pensant et surtout pensant être dans leur bon droit dès que les rideaux des bordels sont tirés.
    J’ai aimé Wallace,son entêtement,sa pugnacité,sa main tendue pour stopper tout ça ou du moins essayer...
    La vilénie et la législation ne font qu’une...et préfère souvant cacher le nom de celui qui en profite quand il sagit de quelqu’un de connu.
    .
    .
    𝕷𝖆 𝖑𝖔𝖎 𝖉𝖊𝖘 𝖍𝖔𝖒𝖒𝖊𝖘 m’a fait enchaîner les chapitres sans prêter attention aux dernières pages qui se profilaient.
    Si je devais résumer ce livre en deux mots ce serait : captivant et addictif.
    .
    .
    Ce fut vraiment un excellent moment de lecture.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.