Le Dragon du Muveran - Marc Voltenauer

Notez
Notes des internautes
8
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Le village de Gryon, dans les Alpes vaudoises, est en émoi : dans le temple gît un cadavre, nu, allongé sur la table sainte à l’image du Christ crucifié. À l’extrémité du couteau qui lui a transpercé le coeur, un message : « Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes les ténèbres ! » L’inspecteur Andreas Auer est convaincu que ce meurtre est le premier acte d’une mise en scène macabre et symbolique. Peu à peu, les secrets que certains villageois auraient préféré garder enfouis refont surface et viennent semer le trouble dans ce lieu d’habitude si paisible…

Vos avis

  • FLORENCE CHOLLET / VOYAGELIVRESQUE 10 mars 2018
    Le Dragon du Muveran - Marc Voltenauer

    Marc Voltenauer signe avec ce premier roman un bon polar. - Une intrigue certes classique mais qui porte ses fruits et qui prend vie avec le lecteur et dont les rouages fonctionnent plutôt bien . - Une écriture fluide , simple , sans fioritures, des crimes violents mais sans une horreur ostentatoire. Des descriptions détaillées mais non ennuyeuses... de quoi attirer et capter l’attention du lecteur. - Mais pour moi le point fort , c’est le couple au centre du roman , le couple formé par l’inspecteur Andréas et son compagnon le journaliste Mikaël...un couple homo , contrasté mais complémentaire, et surtout profondément attachant , Marc Voltenauer les dépeint avec naturel et sensibilité, nous fait partager leur quotidien , on se sent bien avec eux et on a qu’une envie ....continuer à les voir évoluer dans son prochain roman .

    Quant à l’intrigue , en quelques mots :
    - elle se passe en Suisse dans le village de Gryon, dans les Alpes Vaudoises . Dans le temple la pasteur va découvrir le cadavre d’un homme nu allongé sur la table sainte , les orbites vides , les bras écartés à l’image du Christ . Et à l’extrémité d’un couteau qui lui transperce le coeur un verset de la bible.
    L’inspecteur Andréas Auer dépêché sur place est convaincu que ceci est la mise en scène d’un tueur prêt à récidiver.
    Et le village paisible de Gryon va être le jouet de rumeurs et va être agité par des secrets qui vont voir le jour ...tandis qu’un tueur en quête de vengeance continue à assassiner..... Un polar bien maîtrise , qui ne laisse entrevoir que du positif pour les prochains .....

  • Simon 11 mars 2018
    Le Dragon du Muveran - Marc Voltenauer

    top !!!! lue en 1 semaine

  • 1001histoires 9 mai 2018
    Le Dragon du Muveran - Marc Voltenauer

    "Le dragon du Muveran" écrit par Marc VOLTENAUER a été publié en octobre 2015 en Suisse par Les Editions Plaisir de Lire. C’est le premier récit d’une enquête de l’inspecteur Andreas Auer.

    Bienvenu en Suisse à Gryon, village des Alpes vaudoises au pied du Grand Muveran qui culmine à plus de 3000 mètres. C’est un village traditionnel, idéal pour des vacances estivales avec des possibilités de randonnées dans les alpages fleuris. L’hiver il est possible d’y skier. A Gryon, il fait aussi bon vivre qu’à Fjällbacka, Sandhamn ou que sur l’île de Gotland. La ressemblance ne s’arrête pas là ... les meurtres y sont également fréquents ! Le mois de septembre 2012 fut particulièrement sanglant.

    Andreas Auer et Mickaël Achard ont trouvé la maison de leurs rêves à Gryon. Mickaël a fait des études de théologie avant de devenir journaliste. Il se passionne pour l’Histoire de Gryon. Andreas n’imaginait sans doute pas qu’il serait obligé de mener à Gryon une enquête criminelle particulièrement délicate. Car Andreas est inspecteur à la police criminelle de Lausanne et lorsqu’un cadavre est découvert, poignardé et allongé sur la table de communion du temple de Gryon, il va devoir activer et diriger une équipe d’enquêteurs dont j’ai eu un immense plaisir à faire connaissance et que j’ai suivi avec passion dans un travail éprouvant et souvent mené au détriment de leur vie personnelle.

    J’apprécie beaucoup les portraits des enquêteurs, Nicolas jeune policier perfectible, Alain le légiste surnommé Doc, Christophe le technicien dont le diagnostic scientifique est toujours très attendu. Et puis il y a Karine, expérimentée, qui forme avec Andreas un duo professionnel soudé et complémentaire. Andreas est LE policier, fort de sa formation aux Etats-Unis auprès des plus grands profilers. Il mène l’enquête comme il le veut et ce n’est pas un procureur ambitieux qui va le faire changer d’avis. Andreas, perspicace et obstiné, a fort à faire pour découvrir le coupable et son expérience américaine n’est pas de trop pour confondre un coupable particulièrement retors qui joue au chat et à la souris avec la police et ... avec le lecteur.

    J’ai eu la sensation de participer à l’enquête et de côtoyer les personnages principaux. La procédure policière est détaillée avec rigueur et le lecteur n’ignore rien des découvertes des enquêteurs ni de leurs interrogations. Mickaël apporte son expertise pour interpréter les messages bibliques laissés comme indices et sa connaissance du passé de Gryon et de ses habitants. Andreas s’intéresse au présent de Gryon et de ses habitants. J’ai vécu avec les enquêteurs leur désappointement après avoir suivi une fausse piste, leur exaltation après la découverte d’un nouvel indice et enfin leur tension lorsque le dénouement approche. Et puis il y a le quotidien épicurien de Mickaël et Andreas qui nous parlent gastronomie, bons vins, cigares sous des aires de musique classique.

    Gryon n’est pas seulement un village-carte postale avec en arrière plan des paysages grandioses, c’est aussi une petite communauté que Marc Voltenauer nous décrit avec tendresse et lucidité. Il est instructif de découvrir l’organisation sociale de ce village et ses références protestantes, de nos jours mais aussi dans les années 1970, le tout avec les mots qui font le charme de la Suisse ( en Suisse on parque sa voiture ). A Gryon tout le monde se connait, souvent depuis l’enfance et tout n’est pas aussi idyllique qu’il n’y parait : il est possible d’y croiser un tueur en série ivre de vengeance. L’amateur de roman policier dépaysant que je suis, affectionne tout particulièrement ces rencontres. J’ai hâte de revenir à Gryon.

    http://romans-policiers-des-cinq-continents.over-blog.com/2018/04/le-dragon-du-muveran-auteur-marc-voltenauer.html

  • Louison Lit 28 juin 2018
    Le Dragon du Muveran - Marc Voltenauer

    Une échappée belle en Suisse dans les Alpes vaudoises c’est ce que nous propose ce premier roman de Marc Voltenauer. Nous allons découvrir le très typique et charmant petit village de Gryon où rien ne vas plus. En effet on vient de découvrir un cadavre nu, supplicié dans le Temple. L’inspecteur Andréas Auer va enquêter avec intérêt d’autant plus qu’il est lui-même un habitant de Gryon avec l’aide de son compagnon Mikaël Achard journaliste. C’était super de voir ce couple gay dans leurs interactions, la tendresse en plus, c’est suffisamment rare pour être mentionné. Un couple pour qui tout va bien , pas d’épreuves homophobes à subir et une vie douce rythmée par des bons petits plats, des grands crus et des cigares fabuleux. Au fur et à mesure de ma lecture j’avais l’impression d’entrée dans l’intimité de l’auteur. Ici le rythme est cool pas de coups de speed et une lecture confortable où j’ai pu prendre mon temps pour découvrir les différentes facettes des nombreux personnages du village. J’ai aimé le jeu de la temporalité avec les retours en arrière du tueur nommé, « l’homme qui n’était pas un meurtrier », j’ai ressenti beaucoup d’empathie pour ce personnage complexe et dont la psychologie est grandement étayée les références à la religion. J’ai été surprise de ne pas être rebutée par toutes les références bibliques qui je trouve, sont très bien amenées et ajoutent sens et compréhension à l’intrigue. J’aurai voulu sentir plus de peur, d’angoisse et de suspicion à l’intérieur même du village car l’intrigue et le thème de la vengeance sont très porteurs. J’ai pris beaucoup de plaisir à toutes les explications « scientifiques »de Doc le médecin légiste, on apprend à tout âge. En conclusion je dirai que même si le scénario reste classique, la mécanique est bien huilée et que je n’ai pas pu résister à cette série de meurtres, de secrets d’enfance, de non dits et un tueur psychopathe qui reste un des plus attachants que j’ai connu. Une histoire de vengeance extrêmement bien ficelée, j’ai été happée du début à la fin sur plus de 600 pages, je dis bravo et j’en redemande … Ma prochaine lecture sera Qui a tué Heidi ? Bonne lecture

  • jeanmid 30 septembre 2018
    Le Dragon du Muveran - Marc Voltenauer

    Un tueur en série qui tue ses victimes de manière rituelle et sous couvert de citations bibliques . Un petit village suisse romande , Gryon , sous le choc . Un inspecteur de la brigade criminelle , Andreas , et son équipe qui mènent l’enquête et fouillent dans le passé de la petite communauté villageoise . le meurtrier , lui , rôde encore aux alentours , tentant d’assouvir sa soif de vengeance . En toile de fonds les paysages grandioses des montagnes alpines .
    Marc Voltenauer réalise avec « le dragon du Muveran » un superbe roman , captivant du début à la fin. Des personnages dépeints avec finesse et psychologie comme cette intrigue saisissante dont la cruauté des crimes contraste avec le calme et la pureté des lieux dédiés à la contemplation . Un récit rythmé et parsemé de rebondissements salvateurs complète ce très bon thriller et font de l’auteur suisse un à écrivain à suivre .

  • Sangpages 2 octobre 2018
    Le Dragon du Muveran - Marc Voltenauer

    Un livre très subtil, très addictif. Une fresque villageoise dont on se délecte, j’ai adoré !
    Une plume très aboutie pour un premier bébé !
    Des personnages excellents et attachants. Andreas, un flic homo, c’est pas courant et ça change et en plus ni alcoolo, ni tordu. C’est aussi bien de temps en temps. Des caricatures de villageois juste géniales. L’essence même d’une région.
    La subtilité d’une atmosphère. C’est d’ailleurs, selon moi, ce qui ressort le plus dans ce livre !
    Un style où l’on sent clairement l’influence nordique de l’auteur qui est à moitié suédois. Un mélange de culture très présent et qui apporte sans aucun doute ce petit plus. (Le dragon du Muveran qui cartonne méchant ici en Suisse et d’ailleurs appelé "le polar nordique des Alpes vaudoises")
    Des descriptions techniques maîtrisées au travers d’un médecin légiste un peu pédant qui les fait glisser toute seule. Un mini bémol avec quelques passages beaucoup trop long et un aspect religieux omniprésent un peu lourd.
    Totalement bluffée par la qualité de la description de Gryon et de la région. J’y suis née, y ai grandi et je vis aujourd’hui encore à Bex. Cette région, je la connais comme ma poche et tout y est....jusqu’aux bouchons vaudois et au Bitter des Diablerets... Tous les détails. On en sentirait presque l’odeur. Je dois avouer que cela m’a touchée et émue. Je suis fière d’imaginer ce livre partir au-delà de nos contrées et d’emmener avec lui ce petit bout de pays !
    Un diamant avec les alpes pour écrin 🙂

  • mavic 12 octobre 2018
    Le Dragon du Muveran - Marc Voltenauer

    Aperçu depuis un certain temps sur les réseaux sociaux et dans les librairies je me suis enfin laissée tenter. Et j’ai bien fait ! Des personnages à l’intrigue en passant par l’ambiance des montagnes je me suis volontiers laissée séduire… malgré une fin en demi-teinte pour moi.
    Ce que j’aime dans les thrillers, ce sont les ambiances type huis clos qui vous place direct dans l’histoire et instaure une espère d’angoisse qui monte crescendo.

    Dans Le dragon du Muveran, j’ai retrouvé cette atmosphère si cher à mon cœur de lectrice. Dans un si petit village, tout le monde se connaît mais surtout chacun devient suspect à mes yeux.

    L’auteur alterne entre passé et présent afin de comprendre le pourquoi de ces meurtres. D’ailleurs parlons-en de ces meurtres ! Ils sont pour ainsi dire très bien imagés, aucun mal à s’imaginer la scène de crime. Croyez-moi, on ne nous épargne pas ! Tous ont une référence biblique et détiennent un message. Message que notre cher inspecteur Auer va tenter de déchiffrer.

    Ici, la religion a une place assez importante, si ce n’est prépondérante sans pour autant être étouffant pour le lecteur. Evidemment, il y a de longues explications sur certains versets mais elles sont majoritairement utiles pour la compréhension de l’intrigue.

    Une intrigue très bien ficelée par ailleurs et qui m’a littéralement happé. En effet, j’ai eu l’impression de tourner un peu en bourrique par les multiples renversements de situation qui ont lieu tout du long. C’est réellement un doute qui s’est immiscé en moi et qui ne m’a jamais vraiment quitté. L’auteur a su me tenir en haleine et vu la taille du livre, il valait mieux.

    De plus, à côté de cette enquête quelque peu anxiogène, la bouffée d’oxygène se situe auprès des protagonistes et de leurs caractères. J’avoue avoir ris à certains moments devant certaines joutes verbales, et mine de rien ça fait du bien surtout lorsqu’on arrive à un point crucial de l’enquête.

    Et c’est là qu’arrive ma demi-déception, le dénouement. Alors que la fin s’accélère, que l’on oscille entre révélations et course contre la montre, la fin m’a quelque peu désappointé. Je ne peux pas réellement en dire plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de cette lecture mais le sentiment qui m’a traversé est la frustration. Frustration parce qu’à mon sens, et ce n’est que mon avis personnel, je ne voyais pas du tout une fin comme celle-ci. Malheureusement c’est frustrant mais cela n’en reste pas moins une très bonne lecture.

    En bref,

    Le dragon du Muveran est un thriller qui vous entraînera dans une ambiance oppressante, pleine de doutes de par le lieu choisi pour l’histoire. Entre rebondissements et révélations, voilà une intrigue qui saura vous séduire.

  • universpolars 24 novembre 2018
    Le Dragon du Muveran - Marc Voltenauer

    Un auteur suisse qui déploie une trame "polardesque" en Suisse, - comme je suis plus ou moins du coin -, cela m’interpelle, évidemment. Bon, après, il faut tout de même que cela tienne la route, soit cohérent, rythmé, agrémenté d’une intrigue toute en finesse avec des personnages vrais, dotés d’une bonne dose de caractère.

    Est-ce que ce polar offre toutes ces qualités ? Eh bien parlons-en.

    Pour situer, l’intrigue se déroule à Gryon, petite commune accrochée au flanc d’une montagne dans le canton de Vaud, près du massif des Diablerets et proche voisin de la commune de Villars-sur-Ollon. Vous connaissez probablement cette station où l’on pratique les sports d’hiver.

    Première impression. L’introduction est assez plate, plutôt banale. L’auteur nous présente quelques personnages, sans trop d’artifices. Paradoxalement, je dénote déjà pas mal de détails que je juge assez superflus et, franchement, cela me gêne ; détails exagérés de gestes, de faits anodins qui n’apportent rien, notamment.

    Nous faisons donc connaissance avec un couple gay, l’un est flic, l’autre journaliste "free-lance". Nous rencontrons également assez rapidement la pasteur du village, une femme qui va découvrir, peu avant de célébrer son culte, un cadavre dans le temple de la commune. Nous sommes face à une mise en scène religieuse morbide, le genre de scénario déjà vu et revu mainte fois.

    Premier constat, au niveau procédure, je m’interroge déjà sur le fait que cela soit des flics de la police municipale de Lausanne qui interviennent sur un crime commis à Gryon. C’est du moins comme cela que je l’ai compris - et je pense avoir bien compris. Cette tâche devrait normalement être confiée à la police judiciaire du canton de Vaud. Ce point me contrarie déjà et me fait douter sur la qualité de la suite de l’intrigue. C’est comme le fait de solliciter une ambulance pour prendre en charge un cadavre, ben voyons (!). Dans mon canton (Fribourg), c’est certain, c’est le job d’une entreprise de pompes funèbres. C’est un détail, mais le détail fait pour moi toute la différence.

    Je relève aussi le fait que de procéder à une interpellation matinale planifiée en effectuant un court trajet dans ce petit village, à quatre voitures de police en feu bleu, c’est assez visionnaire et très peu tactique ! Ou encore (après j’arrête), regarder un flic collaborer quasi ouvertement avec son ami journaliste sur une affaire d’homicides sensible en lui transmettant la totalité des éléments, mouais... Le respect du secret de fonction n’a visiblement pas une grande importance ici.

    J’insiste beaucoup sur ces détails, c’est vrai, car pour moi, - je dis bien pour moi -, c’est capital. Et malheureusement, ça détruit toute ma perception générale du polar.

    A présent mon ressenti vis-à-vis des personnages. Les dialogues et les interactions - surtout au début - manquent à mon sens cruellement de vivacité et, surtout, de crédibilité. On se croirait dans une pièce de théâtre avec des acteurs qui lisent un texte qui ne leur est pas destiné et ceci sans grande conviction. Dommage.

    Bon, au fil des pages, cela s’améliore un peu. Je reconnais qu’il y a de bonnes scènes qui m’ont bien fait sourire. Mais voilà, l’épaisseur des personnages reste pour moi bien fine, je n’ai vraiment pas réussi à m’imprégner de leur caractère. Je conçois et je respecte le fait que c’est un réel challenge de faire vivre des personnages d’un roman et de transmettre leurs émotions au lecteur, c’est certain. Ici, je ne me suis pas senti heurté ni impliqué d’une quelconque manière.

    La tension et l’envie de tourner les pages, je ne les ai pas senties venir. L’enquête est très linéaire, trop linéaire, et manque de rythme. C’est lent et beaucoup trop long. L’auteur aurait pu, je pense, être plus efficient pour construire son intrigue. Cette enquête crimino-religieuse est assez ennuyeuse à suivre, cela "tire en longueur", comme si l’auteur aurait eu comme but ultime de fournir un maximum de pages.

    J’ai également eu pas mal de peine avec cette intrigue qui met en scène un tueur en série. J’ai eu le sentiment de recevoir en pleine tête toutes les bases qu’il peut y avoir sur ce genre d’assassins, comme si l’auteur aurait puisé quelques infos dans un livre du criminologue Stéphane Bourgoin. Le côté intrigue religieuse m’a également profondément ennuyé, avec un tueur qui laisse des messages bibliques à l’intention des enquêteurs. Niveau originalité, il faut admettre qu’il y a certainement mieux.

    Un grand manque de consistance générale m’oriente définitivement vers une opinion sans précédent : je n’ai pas du tout croché à ce polar.

    Les retours que j’ai aperçus dans la presse le classe carrément dans les meilleurs polars suisses ; il faut croire que je ne l’ai pas perçu de la même manière que les autres.

    Il paraît que tous les goûts sont dans la nature !

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.