Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Les Cicatrices - Claire Favan

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

17 #AvisPolar
6 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Centralia, État de Washington. La vie d’Owen Maker est une pénitence. Pour s’acheter la paix, il a renoncé à toute tentative de rébellion.
En attendant le moment où il pourra se réinventer, cet homme pour ainsi dire ordinaire partage avec son ancienne compagne une maison divisée en deux. Il est l’ex patient, le gendre idéal, le vendeur préféré de son beau-père qui lui a créé un poste sur mesure. Un type docile. Enfin, presque. Car si Owen a renoncé à toute vie sociale, il résiste sur un point : ni le chantage au suicide de Sally ni les scènes qu’elle lui inflige quotidiennement et qui le désignent comme bourreau aux yeux des autres ne le feront revenir sur sa décision de se séparer d’elle.
Mais alors qu’une éclaircie venait d’illuminer son existence, Owen est vite ramené à sa juste place. Son ADN a été prélevé sur la scène de crime d’un tueur qui sévit en toute impunité dans la région, et ce depuis des années. La police et le FBI sont sur son dos. L’enfer qu’était son quotidien n’est rien à côté de la tempête qu’il s’apprête à affronter.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Et chez vos libraires en click & collect

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Musemania 11 mars 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    Claire Favan est une auteure que je suis depuis ses débuts. A l’époque, je l’avais découverte avec son premier thriller : « Le tueur intime » aux éditions Les Nouveaux Auteurs il y a déjà près de 10 ans. Je me souviens encore comment je l’avais découvert, en parcourant les rayons de ma bibliothèque communale. Le hasard fait souvent bien les choses en fait.

    Après quelques années où je ne l’ai plus lue (même si je me tenais au courant de son actualité littéraire), la proposition de découvrir son tout dernier « Les cicatrices » ne pouvait que me plaire. J’ai essayé de le faire durer le plus possible tant l’enquête était addictive mais hélas, comme toutes les bonnes choses, il y a une fin.

    Owen pourrait mener une vie paisible à Centralia, dans l’Etat de Washington mais pourtant ce n’est pas le cas. Entre son ex-femme, névrosée, refusant leur rupture, son ex-beau-père qui est resté son patron et des cauchemars terrifiants qui hantent ses nuits, sa vie sociale est réduite à une peau de chagrin. Alors qu’il croyait que sa minable vie ne pouvait être pire, son ADN est retrouvé sur la scène d’un crime commis par un tueur en série, sévissant dans la région depuis plusieurs années. Comment garder sa raison et ne pas sombrer dans la folie ?

    Je tiens à vous avertir que le rythme de l’histoire est très soutenu et les pauses quasi inexistantes. Claire Favan distille dans son nouveau thriller un récit qui se lit et se vit à 100 à l’heure où les cliffhangers sont nombreux, vous empêchant de déposer votre bouquin.

    J’ai beaucoup aimé le talent de l’auteure de situer son livre aux Etats-Unis dans une atmosphère très spécifique aux plus grands auteurs américains. Lorsqu’un auteur européen se lance dans cet ambitieux projet de placer son décor en Amérique, j’ai toujours peur que cela soit un peu trop cliché. Ici, à aucun moment, le lecteur ne peut se douter que l’écrivain n’est pas lui-même américain. Cela sonne juste et c’est remarquable.

    Une autre caractéristique qui fait que j’ai beaucoup aimé ma lecture est de ne pas être tomber dans le piège du thriller qui, en fin de compte, devient un feel-good. Sans vous dévoiler trop l’histoire, Claire Favan ose une originalité assez culottée dans la conclusion de son livre, peu d’auteurs sautant le pas et ça, je ne peux qu’adorer et la remercie franchement de l’avoir fait !!!

    Petit clin d’oeil à une scène que j’ai particulièrement adorée : elle invite ses amis auteurs de romans que sont Niko Tackian, Nicolas Lebel et Olivier Norek. Je pense que leur vengeance va être rude 😉

    Pour l’avoir déjà rencontrée lors de salons littéraires, je peux vous dire que c’est une très gentille personne, dont le succès n’a rien changé à sa bienveillance envers ses lecteurs. N’hésitez pas à vous plonger dans ces romans noirs dans lesquels vous ne pourrez que vous y perdre agréablement.

    Je tiens à remercier Agnès Chalnot et les éditions Harper Collins Noir pour leur confiance et m’avoir proposé cette lecture en avant-première.

  • bonne_heure_litteraire 13 mars 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    Moi qui habituellement, ai du mal avec les thrillers psychologiques à cause de la construction qui est souvent, à mon sens, brouillonne, fouillie 🤯 car souvent mal maitrisée, pour ce roman en l’occurence, la construction est parfaitement maitrisée.

    Confuse dans un premier temps, pour que le lecteur abandonne ses certitudes mais sans qu’il décroche complètement du récit, puis, au fil des pages, tout s’imbrique et ça devient une lecture vraiment prenante, où les pages se tournent et s’enchainent, et nous voilà plongé dans l’histoire, en quête de vérité.
    .
    Je me suis faite avoir car je n’avais pas du tout vu venir cette fin ! J’avais des doutes sur pleins de choses, plusieurs personnages et au final j’avais raison seulement pour une personne. #EnquêtriceEnCarton 😅

    J’ai adoré ce machiavélisme, cette noirceur que les gens peuvent avoir en eux en fonction des évènements...et après cette lecture, vous vous méfierez certainement des gens qui vous entoure.

    Comment accorder sa confiance aux autres alors qu’on ne se connait déjà pas soi même...? 🤔 #VousAvez4heures
    .
    C’était le 1er roman de l’auteure que je lisais, ce fut une très belle réussite, je suis conquise et j’envisage de lire ses précédents romans.
    .
    En tout cas merci encore à @harpercollinsfrance pour l’envoi de ce roman et de m’avoir permise de découvrir une nouvelle fois, une auteure que je ne connaissais pas 🥰

  • Aude Lagandré 16 mars 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    Lorsque j’ai découvert Claire Favan grâce à Gérard Collard, nous étions en 2010 (heu… 10 ans déjà) et elle entrait avec fracas dans le monde du noir avec « Le tueur intime » suivi du « tueur de l’ombre ». Cela avait été un choc, et pour plusieurs raisons. D’abord, parce que c’était une femme et qu’il y a 10 ans elles étaient peu nombreuses dans le domaine. Ensuite, à cause des atrocités qu’elle écrivait, oui il y a 10 ans, peu osaient décrire de vraies scènes de meurtre avec force descriptions et moult détails. Son terreau d’écriture était le territoire américain et les tueurs en série. « Les cicatrices » vont nous replonger dans cette atmosphère. L’année dernière, l’auteur avait choisi d’écrire un roman beaucoup plus personnel, « Inexorable », qui traitait des souffrances d’un enfant harcelé, broyé par le système scolaire. Elle y avait alors mis beaucoup d’elle-même, de sa souffrance de mère, de sa vie intime. Cela lui avait été reproché. Les lecteurs étaient déroutés…

    Pourquoi je vous raconte tout cela ? Parce que j’ai perçu ce livre comme une volonté de reconquête de sa « fan base ». Je vous livre donc mon sentiment brut : ce roman est un classique du genre, avec une intrigue bien ficelée, des rebondissements fréquents et maîtrisés, des personnages attachants et très bien dépeints, mais il est pour moi le reflet d’une absence totale de prise de risques. Comprenez-moi bien : il se lit avec grand plaisir, il est bien écrit, mais le déroulé est classique pour un lecteur de thrillers assidu qui a déjà été confronté multiples fois à ce genre de thématiques. Nous sommes ici dans un thriller psychologique et quand on pense thriller psychologique, un sujet vient immédiatement à l’esprit. Non, je ne vous dirai pas lequel, ce serait du spoil pur. Aussi, à la moitié du roman, j’ai vu le dénouement arriver sans peine, espérant me tromper. Claire brosse si bien la psychologie de ses personnages, qu’il est aisé de déduire une hypothèque de fin. Le rythme est prenant, les chapitres concis, les retournements de situation bien orchestrés, il n’y a pas grand-chose à reprocher à ce livre qui fonctionne très bien.

    Pourtant, et là encore cet avis n’engage que moi, j’ai eu la sensation que Claire Favan se mettait des freins en s’empêchant volontairement de sortir de sa zone de confort. Je respecte cela. Je dis seulement que j’aime l’auteur d’« Inexorable », qui a évolué, a choisi de développer des thématiques fortes de société, et a fait ce choix de prendre des risques en en dévoilant plus sur elle-même. C’est vrai qu’« Inexorable » a marqué un tournant dans l’œuvre de l’auteur. J’estime donc que je ne peux pas lui reprocher de retourner sur ses terres, terres sur lesquelles elle m’avait fait vibrer. Cependant, je reste persuadée qu’elle peut aller plus loin encore, quitte à perdre une partie de son lectorat, qu’elle peut tout à fait envisager de développer des thématiques de société dérangeantes et éprouvantes qui sortiraient de son domaine de prédilection.

    Mon expérience de lecture est donc la suivante. J’ai eu énormément de mal à entrer dans le roman. Je l’avoue, j’ai failli abandonner plusieurs fois. Puis, j’ai été séduite par la double temporalité du récit (passages en italique), et les scènes constantes d’action dans chaque chapitre. Je n’ai pas été épargnée par certaines parties, difficilement soutenables, sans penser l’ombre d’un instant que cette violence était gratuite. Elle sert le récit, à n’en pas douter. Les personnages féminins sont charismatiques et les interactions entre les unes et les autres, à la fois touchantes, mais aussi déchirantes. Là encore, elles apportent un plus au roman, une âme, une dimension émotionnelle forte, pour ne pas dire cruciale. Autre point que j’ai trouvé vraiment intéressant : mettre un homme, Owen, dans la position d’un être condamné dans un mariage qu’il exècre et d’en faire un point d’ancrage à son intrigue. Claire Favan a un don pour lisser ses personnages jusqu’au moment où, les apparences se fissurent pour laisser place à des réalités beaucoup moins honorables. C’est un peu sa marque de fabrique, et c’est comme ça qu’elle tient son lecteur. C’est une façon de faire qui fonctionne très bien.

    Si le précédent roman m’avait littéralement fendue l’âme, je suis plus pondérée sur celui-ci, car Claire Favan m’avait laissée entrevoir quelque chose d’elle de plus intime et de plus bouleversant . Il séduira un très grand nombre de lecteurs, peut-être principalement ceux qui ne lisent pas énormément de romans de ce genre. Cela n’enlève en rien l’attachement que j’ai pour cette auteur qui reste pour moi une pionnière des femmes entrées par la grande porte en littérature noire. Ce roman reste efficace. Lisez-le.

    Je remercie les éditions Harper Collins de leur confiance.

  • LeahBookAddict 18 mars 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    Les thrillers avec serial killer sont mes préférés.
    Et celui la je l’attendais avec impatience 😏
    Les personnages sont bien construit, l’histoire est addictive au possible sans parler de Twice qui est flippant et complètement fou.

    Une ambiance anxiogène dans laquelle je me suis plongée dès les premières pages, des twists qu’on sent venir sans en connaître la teneur, âmes sensibles s’abstenir 😄
    J’aurai aimé que ce roman soit plus développé et plus long, voyant les pages défiler je ne voulais pas le terminer ... Un gros coup de coeur pour moi ❤❤❤❤

  • Annesophiebooks (Les lectures d’Anne-Sophie) 22 mars 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    À mon avis la définition du mot thriller dans un dictionnaire devrait automatiquement renvoyer au dernier roman de Claire Favan.
    Parce que, clairement, Les Cicatrices est un pur thriller.
    Et un sacrément bon qui plus est...

    Avez-vous déjà joué au rubik’s cube ? Vous savez, ce cube multicolore à plateaux tournants, où le principe est de remettre chaque case à la bonne place de façon à ce que chaque face sa seule couleur.
    Pour moi il n’y a pas de doute, ce jeu a été inventé pour nous rendre dingues...

    Le rapport avec le nouveau titre de Claire Favan ? Eh bien c’est simple, c’est l’image qui m’est naturellement venue à l’esprit au fur et à mesure que j’avançais dans les chapitres : j’avais un superbe rubik’s cube entre les mains.

    Sauf que l’auteure nous l’offre bien entendu savamment mélangé par ses soins. Et sans avancer dans cette lecture, impossible de parvenir à remettre les faces en ordre...

    Au tout début de ce roman, vous aurez l’impression de suivre quatre histoires totalement différentes.
    Oh, seulement pendant quelques pages, rassurez-vous !
    L’auteure s’arrange pour que l’on comprenne très vite qu’il n’en est rien.

    Vous aurez ensuite la certitude d’avoir finalement affaire à trois intrigues... avant de retomber sur un os qui remélange toutes les couleurs et fait s’envoler la première face que vous pensiez être parvenu à assembler.

    Quatre histoires ? Trois ? Deux ? Une seule histoire, à facettes multiples ?
    Tout est lié, c’est évident, mais comment ?

    Claire Favan s’amuse à faire tourner les plateaux et à déconstruire nos idées premières pour rendre le puzzle encore plus addictif.
    Et ça marche !

    Chaque fois qu’elle nous accorde enfin un côté parfaitement uni, on cherche encore à comprendre, à analyser les tours de roues, des fois que ça nous servirait pour la suite...
    Mais il n’en est rien non plus, et force est de constater que nous sommes prisonnier de son bon vouloir pour parvenir à résoudre l’ensemble du casse-tête.
    Et on adore ça !

    Parvenu à la fin du livre, on un peu sonné, quelque peu épouvanté, et totalement bluffé.

    Bref, une vraie réussite dans le genre.
    Allez-y sans crainte, l’auteure sait ce qu’elle fait, et elle le fait divinement bien.

  • valmyvoyou lit 13 avril 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    Owen est un homme calme qui semble avoir une vie ordinaire. Mais, en réalité, son ex-compagne lui fait vivre un enfer. Depuis leur séparation, elle a fait tant de tentatives de suicide pour le faire revenir, que les services de secours connaissent bien le « couple ». Owen et Sally partagent la même maison, leurs lieux d’habitation sont séparés par un mur, l’homme travaille pour son beau-père, mais il reste ferme sur un point : il ne reprendra pas la vie commune. Alors qu’il décide de se laisser enfin vivre pour lui, sa vie tourne encore plus au cauchemar : son ADN est retrouvé sur le corps d’une femme assassinée. Les premiers éléments de l’enquête révèlent que ce crime est lié à d’autres, plus anciens, imputés à un tueur en série qui sévit depuis de nombreuses années.

    Les thèmes sont très durs et certaines scènes sont insoutenables. Les femmes, avant que leur corps soit « rendu », sont séquestrées, pendant des périodes plus ou moins longues, de quelques semaines à des années, selon leur « profil ». Elles sont toujours deux prisonnières, en même temps, et c’est ce qui vaut à leur tortionnaire, le surnom de Twice. Évidemment, s’il les garde en captivité, c’est pour assouvir ses pulsions de viol et de tortures. Mais pour quelles raisons, a-t-il modifié ses rituels, après tant d’années ?

    Au début du livre, on passe d’un personnage à l’autre, sans comprendre ce qui les relie. Puis, nous commençons à assembler le puzzle, mais encore faut-il mettre les pièces à la bonne place… d’autant plus que Claire Favan s’amuse à mélanger, à nouveau, les éléments, lorsque l’on pense avoir résolu l’énigme. J’ai, plusieurs fois, écarquillé les yeux, lors de certains twists.

    Quand je lis un livre de Claire Favan, je pense souvent à ma discussion avec elle, quand je l’avais rencontrée, lors d’un salon littéraire. C’est une femme souriante, amusante et très sympathique. Quel contraste avec la noirceur de ses livres ! Pourtant, après un passage qui m’a scotchée, car je ne l’avais pas vu venir, un chapitre mettant en scène des auteurs de polars français m’a beaucoup fait rire. Je pense qu’il y aura de la vengeance, Claire Favan a le goût du risque.😂

    Je suis très frustrée en écrivant cette chronique, car j’aimerais partager les sujets de réflexion que ce thriller provoque. Or, cela m’est impossible, car ce serait vous révéler le dénouement. Depuis plusieurs jours, je cherche la manière de dire pourquoi j’ai adoré Les cicatrices, et j’efface tout ce que j’écris, car je m’aperçois que j’en dis trop. Aussi, pour une fois, j’ai envie de vous recommander ce livre, sans en expliquer les raisons. Faites-moi confiance, c’est du grand Claire Favan.

  • L’atelier de Litote 20 avril 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    Titre 1

    Placez votre texte ici

    Titre 2

    Placez votre texte ici

    Titre 3

    Placez votre texte ici


    Il est toujours excitant d’entrer dans une nouvelle histoire de Claire Favan et avec les cicatrices, nous allons côtoyer un tueur en série inoubliable. Tout d’abord ses captives sont toutes des femmes, ensuite il s’arrange toujours pour en avoir deux sous la main d’où son surnom « Twice ». Depuis des décennies, il n’a pas changé de mode opératoire. Alors comment expliquer qu’un jeune homme dont le passé reste nébuleux Owen Maker soit soupçonné, il faut dire qu’avoir retrouvé son ADN sur la dernière scène de crime n’aide pas. On ne sait pas vers quoi l’autrice veut nous embarquer, mais croyez-moi, elle va le faire vite et bien. Les premiers chapitres sont prenants et ne nous laissent plus en paix. Les enquêteurs forment un duo homme femme tout à fait convainquant même si j’aurai voulu en savoir plus sur eux. Un thriller psychologique largement ponctué par les réminiscences d’Owen sur son passé par le biais d’un cauchemar récurent, c’est ce qui m’a le plus agacé ces répétitions, mot pour mot trois ou quatre fois, ce sera mon seul bémol. Sinon je dois dire que j’ai complètement adhérer à la proposition de cette histoire infernale au scénario extrêmement bien ficelé. J’ai aimé me laissé prendre et ne pas tout maîtriser dans ce récit qui fait apparaître de nombreuses victimes et pas forcément celles que l’on croit. Il faut dire que les thèmes abordés sont captivants, les dégâts des traumatismes de l’enfance, l’amnésie, la filiation, la résilience, la vengeance. Bref de quoi nous mettre en appétit pour un des thrillers les plus prenants depuis longtemps. On va ainsi vivre une montée en tension avec son lot de révélations, de rebondissements jusqu’à son point ultime, qui est brillamment menée. J’ai vraiment eu la sensation que l’on me racontait une histoire terrifiante, une de celle qui vous empêche de trouver le sommeil tant que vous n’avez pas lu la fin. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2020/04/20/38193480.html

  • Mes évasions livresques 7 mai 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    Avec Les Cicatrices, Claire Favan fait un retour aux sources avec un thriller aux frontières des genres domestique, psychologique et thriller pur.

    En effet, ce roman commence comme un thriller domestique avec la situation que vit Owen Maker avec son ex femme, Sally, et son beau-père.

    Ensuite, vient le thriller pur avec le serial killer, Twice et les divers meurtres.

    Enfin, Les Cicatrices est aussi un thriller psychologique avec le développement de la psychologie des divers personnages et leurs motivations dans leurs actions diverses.

    Les Cicatrices
    comporte les thèmes de l’isolement, la vengeance, la solitude, l’enfance et ce qu’il s’y joue et ce qui fait déraper l’existence.

    J’ai beaucoup aimé ce nouveau roman de Claire Favan, qui m’a beaucoup fait penser à son premier roman, Le tueur intime où elle mêlait déjà les trois genres du thriller (domestique, psychologique et thriller pur).

    Les personnages principaux comme les personnages secondaires sont extrêmement bien dépeints et les nombreux rebondissements de l’enquête rendent ce thriller captivant avec un suspense haletant.

    Claire Favan aime jouer avec les nerfs des lecteurs et arrive, avec brio, à les décontenancer .

    Lisant beaucoup de thrillers, j’avais deviné quelques twists, notamment quelques liens entre certains personnages, mais elle m’a surprise sur d’autres points.

    Le nouveau Claire Favan n’est pas son meilleur roman, mais est un très bon cru.

  • Alex-Mot-à-Mots 10 mai 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    Il y avait longtemps que je n’avais pas ouvert un roman de claire Favan, et il m’a fallu quelques minutes pour me souvenir que ses récits se déroulent aux Etats-Unis.

    A Centralia, État de Washington, vit Owen Maker, divorcé mais viant encore sous le même toit que sa femme, une hystérique.

    Owen voit sa vie bouleversée par l’arrivé de Jenna qui le drague ouvertement et le pousse à partir vivre loin de son ex-femme. Sauf que son patron est son ancien beau-père…

    L’affaire se corse quand les victimes du tueur en série Twice sont des personnes qui vivaient proche d’Owen. Le cercle infernal s’enclenche.

    L’inconvénient avec les romans de Claire Favan, c’est que je découvre rapidement le pot-aux-roses.

    J’ai toutefois passé un moment de lecture agréable mais un peu tordu.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de la grosse voiture d’Owen recouverte d’immondices, oeuvre de son ex-femme jalouse.

    https://alexmotamots.fr/les-cicatrices-claire-favan/

  • myfabulousreading 22 mai 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    Machiavélique, noir, oppressant viscéralement déroutant, sadique, dérangeant mais terriblement efficace.
    Le dernier Claire Favan, c’est tout ça à la fois.

    Le titre de cet ouvrage, prend tout son sens.Les plaies qui se creusent et s’infectent, se nettoient puis finissent par cicatriser....pour un temps du moins. Car dans le fond, elles restent, indélébiles, comme marquées au fer rouge dans les limbes du cerveau pouvant parfois mener à la folie vengeresse.

    Lecteurs, attendez-vous à sombrer et devenir captifs de cet enfer dans lequel nous propulse l’auteure, enfer que subissent ces pauvres femmes violées torturées et réduites à l’état de simples corps meurtris, affamés, tout entiers absorbés par la soif sordide des élans de leur bourreau. Car oui nous avons affaire ici à un serial killer qui kidnappe viole et tue.

    La plume incisive et franche de l’auteure offre un dosage parfait entre la monstruosité de ces situations et la situation presque invraisemblable d’Owen, un petit gars bien propre sur lui, vendeur de voitures, qui s’est résigné à supporter son ex-femme jalouse et timbrée au possible avec laquelle il partage leur ancienne maison. Owen qui sera mêlé à cette enquête malgré lui...

    Sachez juste que le rythme est infernal, les chapitres courts et que tout cela nous offre une intrigue haletante, qui ne nous laisse pas le temps de respirer.On avance, on tourne frénétiquement ces pages pour voir et ne plus voir, pour dénouer ces secrets, pour avancer dans cette enquête qui dégoûte et attire à la fois.

    Difficile de lâcher ce livre tant que l’on n’est pas arrivé jusqu’à la fin et tant je suis passée par moult émotions.On est baigné dans une tension permanente, avec quelques bons tacles disséminés là où il faut comme pour ajouter encore à l’horreur de la situation.

    Les personnages sont psychologiquement hyper bien travaillés, la manipulation menée avec brio, j’ai adoré cette lecture et vous ne pouvez pas passer à côté !

  • calyenol 25 mai 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    𝙇𝙚𝙨 𝙘𝙞𝙘𝙖𝙩𝙧𝙞𝙘𝙚𝙨 de Claire Favan chez Harper Collins sort aujourd’hui.
    .
    .
    Owen Maker a oublié une partie de sa vie suite à un accident.
    Il vit,aujourd’hui,tiraillé entre une ex femme qui le menace de se suicider s’il ne se remet pas avec elle,et un ex beau père qui est son patron et lui serine que sa fille lui garde les bras ouverts.
    Une enquête,sur un tueur en série qui sévit dans la région,va venir perturber un peu plus sa vie quand son ADN est retrouvé sur une scène de crime.
    Owen qui pensait avoir retrouvé un brin d’éclaircie dans sa vie avec Jenna,va retourner dans les cauchemars sombres qui hantent ses nuits.
    .
    .
    "Une chaîne reliant son poignet droit à un anneau dans le mur la retient prisonnière...Un hurlement d’épouvante quelque part dans la maison...Elle se redresse en position assise. Un spasme lui vrille le bas-ventre...du sang sur ses cuisses...Une partie de sa raison baisse le rideau plutôt que d’admettre la réalité."
    .
    .
    Très bon polar thriller psychologique où l’auteure nous amène dans la conscience sombre de l’oublie qui peut parfois faire ressortir le bon côté d’une personne...tout comme une extrême violence peut faire sortir le mauvais côté.
    L’auteure m’a fait douter, ressentir de l’empathie envers les personnages...des personnages qui ont connu la torture physique et celle de l’esprit.
    On jongle entre passé et présent.
    Le passé d’Emily et Mary.
    Le présent d’Owen.
    On peut parfois sentir la prochaine scène arriver sans étonnement mais on arrive à être surpris à d’autres.
    Certaines scènes serrent au coeur quand on partage le calvaire des victimes.
    Même si le prologue nous donne le ton,on ne s’y fait pas.
    L’auteure sait nous amener où elle veut et encore une fois ça a marché avec moi,j’ai été dans ce sous-sol,j’ai senti la souffrance et le désespoir des captives de Twice.
    Elle m’a donné ici un livre captivant qui a été difficile à lâcher et dont le point final m’a perturbé...
    Mais je n’en dirai pas plus,je vous laisse le découvrir.
    .
    .
    Connaissez-vous cette auteure ? 𝙇𝙚𝙨 𝙘𝙞𝙘𝙖𝙩𝙧𝙞𝙘𝙚𝙨 vous tente ?

  • Kirzy 29 mai 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    Etat de Washington. Un serial killer sévit en toute impunité depuis des années. Surnommé Twice, il enlève, séquestre et viole deux jeunes femmes en même temps, avant de s’en débarrasser lorsqu’elles ne l’intéressent plus pour choisir deux nouvelles proies. Il semble être en pause depuis un certain temps mais voilà qu’on retrouve un cadavre et l’analyse du procédé opératoire ne laisse aucun doute : Twice est de retour. Et c’est là qu’entre en scène la falot Owen, un docile vendeur de voitures, qui vit un enfer depuis son divorce et le chantage au suicide permanent de son ex. Son ADN a été prélevé sur la scène de crime, le voilà propulsé principal suspect.
    A partir de là, Claire Favan déroule un scénario absolument génial, très dense, aux multiples ramifications qui conduisent à un dénouement machiavélique qui fait mal, aux confins de la folie humaine. J’ai été complètement baladée sans avoir été capable d’échafauder une hypothèse crédible. Ou plutôt des hypothèses solides .
    A mi-livre, j’ai compris le cas Owen, passionnant personnage dont on découvre le passé progressivement. Mais il y avait tellement d’autres rebondissements à anticiper que la surprise finale a été totale. Et pourtant ... les indices étaient bien disséminés, et ce dès le prologue, absolument clef ( je l’ai relu, formidable " Une graine pourrie a été plantée dans le coeur de ce garçon. Dans le terreau de sa haine, elle germe, tant et si bien qu’elle ravage tout ce qu’il aurait pu devenir". ). Mais le rythme et le suspense sont tellement haletants que je n’ai pas eu le temps de trop réfléchir à ce que je lisais. D’autant plus que certaines scènes m’ont coupé le souffle par la violence qui les sous-tend. J’aurais juste aimé par moment que certaines situations soient plus creusées, amenées de façon moins abruptes pour gagner en profondeur, notamment dans les chapitres consacré au passé.
    D’autant plus que Claire Favan soigne parfaitement ces personnages en leur insufflant une psychologie très fouillée, complexe et crédible : Owen, bien sûr, un bon gars auquel on s’identifie facilement, mais aussi Twice le serial killer ( très intéressant, renouvelle ce type de personnage ) , les deux enquêteurs du FBI, Sally, l’ex-épouse d’Owen, Jenna sa nouvelle compagne ... tous ont une partition à jouer, interagissent dans l’intrigue souvent là où tu ne l’attends pas.
    Avec ces thèmes forts ( la formation de la personnalité durant l’enfance, la résilience ou pas après des traumatismes cataclysmiques, la vengeance, le renversement bourreau – victime ), on tient là un thriller terriblement addictif avec son scénario original et dingue. Mon premier Claire Favan a un gout de reviens-y
    PS : j’ai adoré le clin d’oeil de l’auteure au chapitre 42 à ces acolytes auteurs de polar / thriller Nicolas Lebel, Olivier Norek et Niko Tackian qui apparaissent furtivement sous les noms de Nick Lebeau ( spécialiste dans la surveillance et le démantèlement des groupuscules extrémistes ), Oliver Noker et Niko Tackin ( ex et compagnons de Nick ) hihi ... des pourparlers sont sans doute en cours !

  • Clémence Bernard Delpy 31 mai 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    J’ai vu passer beaucoup d’avis positifs sur Les cicatrices et je pense que ceux sont eux, plutôt que le résumé, qui m’ont incitée à le découvrir.
    Mes attentes étaient donc probablement un peu exigeantes puisqu’on m’avait vendu de la qualité, et elles n’ont pas été déçues ; mon avis ne diffère donc pas de ceux que j’ai pu voir.
    Dès les premières pages, j’ai été happée par la plume de Claire Favan. Son récit est obsédant ; entre deux moments lecture, il continuait de me trotter dans la tête.
    Les cicatrices est à la fois époustouflant et dérangeant, malsain ; il met en avant la psychologie des personnages, l’impact du parcours de vie sur leur devenir. Naît-on mauvais ? le devient-on ? Deux personnes ayant vécu la même situation traumatisante prendront-elles, par la suite, les mêmes décisions ? Ce qui est mal et condamné par le sens moral devient-il plus acceptable selon la personne qui commet l’acte ou en fonction des raisons qui l’on poussé ?
    Claire Favan part d’un prologue qui ne nous lâche pas, pour dériver sur Twice, un tueur en série qui sévit depuis de longues années, Owen, un homme bien sous tous rapports qui subit la folie de son ex-femme et Mary, une jeune fille de 15 ans qui enchaine les déconvenues. Mary, que l’on apprend à connaitre à travers le déroulé de sa vie : père violent, manque d’argent, abandon de la mère… nous touche et nous surprend par sa combativité. Elle est le personnage malchanceux par excellence, échappant à un péril pour en rencontrer un plus grand encore. Les chapitres en italique qui lui sont associés, se déroulent X années avant les faits qui nous occupent et l’on cherche, par quel moyen ils vont être rattachés au récit principal.
    Jamais, je n’ai émis la bonne supposition, jusqu’à ce que les chapitres se rejoignent enfin. J’ai été scotchée, de voir à quelles extrémités une personne, à l’origine saine d’esprit, pouvait être poussée.
    Les cicatrices c’est une histoire de gris dans lequel se fondent le blanc et le noir ; on a parfois du mal à voir où s’arrête le bien et la notion de bourreau/victime devient floue. L’éducation reçue, les épreuves traversées, la force psychologique sont tant de variables influant sur l’être d’une façon ou d’une autre. Et si l’on pouvait repartir de 0, faire table rase du passé et se reconstruire sans aucune influence de notre première existence, serait-on le même ? Une meilleur version ? une pire ?
    L’équipe de police n’est pas en reste côté failles : entre l’ancien agent du FBI obsédé par le fameux tueur en série, au point de ne plus respecter les règles, le responsable d’enquête bonne patte attiré par la médecin légiste et culpabilisant vis à vis de sa femme et la fille androgyne qui semble ne pas avoir de vie en dehors du travail, mais qui semble finalement la plus "normale".
    La vérité n’est vraiment pas là où on l’attend. le récit est oppressant, que ce soit à cause de l’acharnement policier à l’encontre d’Owen ou le calvaire des victimes de Twice. Il n’y a pas de temps morts, parfois, on n’a pas envie de continuer car on pressent que ce qui va suivre est contre tout sens moral, mais l’attraction st trop forte. le doute s’insinue dans notre esprit, et on a envie de croire à la bonne foi des personnages. Pourtant, certains sont vraiment machiavéliques sous leurs airs innocents. La fin est atroce (en terme de morale) mais parfaite, dans toute la perversité de l’esprit humain.

  • celine85 8 juillet 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    Malgré le fait qu’ils soient divorcés, Owen et Sally partagent une maison divisée en deux. Sally n’accepte pas cette séparation et fait du chantage au suicide. Owen de son coté essaye de refaire sa vie avec Jena qui travaille pour la police.
    On retrouve des corps de femmes portées disparues, les éléments recueillis font penser au Lieutenant Dwain Cartwright qu’il s’agit de l’oeuvre d’un tueur en série qui sévit dans le coin depuis des années. Il enlève, séquestre et viole des femmes. Il est surnommé « Twice » car il en détient toujours deux en même temps. le lieutenant demande de l’aide au FBI et principalement à l’agent spécial Lyle Esteves qui a consacré quasiment toute sa carrière à le traquer. Alors que l’enquête piétine depuis des années, un élément vient bousculer l’affaire, l’ADN d’Owen est retrouvé sur une scène de crime.
    Claire Favan maitrise parfaite l’art de manipuler son lecteur. Rebondissements, faux semblants et éléments délivrés au compte gouttes permettent de nous tenir en haleine tout au long du roman avec une fin machiavélique. Elle fait partie pour moi des auteurs préférés du thriller français et la liste de ses amis auteurs qu’elle cite en font également partis : Olivier Norek, Nicolas Lebel et Niko Tackian

  • livrement-ka 20 juillet 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    J’ai débuté ce livre un peu intriguée par la couverture et le titre. Je n’avais aucun a priori.

    J’ai suivi le quotidien difficile d’Owen, entrecoupé de chapitres dévoilant des jeunes femmes enchaînées et subissant les viols répétés de leur ravisseur.

    Ce dernier dénommé Twice par la presse semble détenir deux filles en même temps et dès qu’il se lasse d’une, il la tue et en kidnappe une autre.

    Mais quand tout semble se rapprocher de manière plus que douteuse d’Owen, tout s’enchaîne et le lecteur se trouve acculé et repoussé dans ses derniers retranchements.

    Tous les indices désignent Owen comme suspect. Dommage car il vient de rencontrer une nouvelle amie, qui saura, il l’espère le sortir des griffes de son ex-femme, totalement secouée et atteinte de graves troubles psychologiques.

    Puis les meurtres se rapprochent encore plus.

    J’ai été littéralement emportée par l’écriture haletante et prenante de l’auteure. Un style plus que rythmé.

    De descriptions des scènes terrifiantes, et surtout instillant le doute autour de nombreux personnages, elle arrive à procurer un sentiment d’impuissance et surtout une lecture éprouvante.

    Malgré toute cette horreur et ces sévices, tortures et autres agressions, la construction de l’intrigue est vraiment recherchée et va jusqu’au bout faire douter le lecteur sur la personnalité du personnage principal.

    Quant au personnage de Sally il est tout simplement magnifiquement travaillé dans les moindres détails pour en faire une femme totalement à la dérive.

    Les autres personnages, même secondaires, sont tous sur le même profil : leur psychologie est travaillée au maximum pour donner de la force à leurs actions et à leurs choix.

    Au-delà de tout ce travail, on sent l’expérience de l’auteure. Généralement j’arrive à savoir quand un livre est le premier de l’auteur.

    Là sincèrement je ne peux que saluer le travail remarquable de l’auteure tant sur les personnages, les scènes, l’intrigue ou tout simplement sur la qualité du fil conducteur qui nous emmène du début à la fin sans une once de lassitude, mais plutôt avec une grande inquiétude. 

    De même, j’ai vraiment été surprise, car aux deux tiers du livre, l’auteure nous dévoile une grosse partie de l’intrigue. Je me suis posée la question de savoir comment elle allait réussir à me tenir en haleine encore près de 150 pages !!! C’était sans compter le professionnalisme de Madame FAVAN, une intrigue dans l’’intrigue, une vengeance à assouvir, une histoire dans l’histoire.....Bref que du bonheur....

    Merci tout simplement !!!!!!!

    Mon ressenti : J’ai vraiment adoré cette lecture. Un thriller avec une superbe intrigue qui se lit vraiment bien. 

    Le plus : le travail fait sur le personnage principal.

  • mouffette_masquee 8 septembre 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    Résumé : Owen Maker est un homme simple, gentil. Peut-être même un peu trop gentil. Il n’a en effet pas une vie facile : forcé de partager sa maison avec son ex-femme instable, alors qu’ils sont divorcés depuis deux ans, car il n’a pas les moyens de déménager. Il est le meilleur vendeur du père de cette dernière, qui est persuadé que son gendre va finir par suivre la voie de la raison. Il s’interdit toute vie sociale, pour éviter les tentatives de suicides de son ex.
    Mais alors qu’il profite enfin d’un petit rayon de soleil dans sa vie, grâce à une femme, tout s’écroule ! Son ADN est retrouvé sur la scène de crime d’un tueur en série, Twice, qui sévit dans la région depuis plus de vingt ans. La police et le FBI sont sur son dos, et ne comptent pas le lâcher.

    Mon avis : Bon bon bon. Je ne vais pas faire durer le suspense, j’ai énormément aimé ce livre. Il est principalement divisé en 4 axes, ce qui m’a tout d’abord perturbée, car j’avais le sentiment que ça partait dans tous les sens et j’étais perdue, mais tout est lié. Tout d’abord, évidemment, on suit la triste vie de Owen, mais également l’enquête de police grâce à Dwain, le policier et Lyle, l’agent du FBI. On suit également, mais par intermittence, comment le tueur en série vit ces événements. En enfin, on fait un bond dans le passé, en 1995, avec une des captives et victime de Twice. Les personnages sont fouillés, profonds. J’avais énormément de peine pour Owen, qui subit sa vie, mais assez rapidement, j’ai eu quelques doutes. Serait-il impliqué d’une manière ou d’une autre ? Les révélations se font petit à petit, l’angoisse monte et la révélation m’a laissée sans voix. C’est très bon, addictif, machiavélique.

  • angelita 20 octobre 2020
    Les Cicatrices - Claire Favan

    Les cicatrices de Claire Favan, présentation
    Un garçon attend sa mère. Le père dénigre sa femme, sa futilité. Mais pour le fils, elle est douce au contraire du père. Ce dernier va dans la chambre et découvre qu’elle est partie. Il va dire toute sa haine de sa femme, des femmes. Haine répercutée sur le fils qui éprouve les mêmes sentiments et change.

    Abigail est enlevée.

    Sally, malgré leur divorce, ne peut pas vivre sans Owen. Elle le harcèle, elle est malade et menace de se suicider.

    Avis Les cicatrices de Claire Favan
    C’est l‘histoire d’un homme, Owen, qui est divorcé mais qui vit dans la même maison, même si la cloison est présente, que son ex-femme car cette dernière le menace continuellement de se suicider. Il ne veut pas être à l’origine de ce suicide. Owen est victime de nombreux cauchemars. On apprend qu’il n’a pas de passé suite à un accident. Il va commencer à vivre une relation avec Jenna qui travaille dans les services de police. Mais ils sont obligés de se cacher.

    Un tueur en série sévit depuis de nombreuses années. Twice garde deux femmes séquestrées en même temps et en change quand l’une ou l’autre ne lui apporte plus satisfaction. Lorsqu’arrive le premier meurtre d’une femme, les indices laissent à penser que Twice a encore frappé. Le policier en charge de l’enquête appelle celui qui, depuis de nombreuses années, au FBI, poursuit Twice, mais sans succès. Très vite, un seul homme est suspecté, même si la police, sauf le FBI, a des doutes quant à son identité et sa culpabilité. Et cet homme ce sera Owen.

    En parallèle, une histoire est racontée. Celle d’une jeune fille qui a fui un père violent, un homme qui a tenté de la violer et qu’elle a assassiné. Et cette jeune fille sera enlevée. Elle devra subir l’indicible pendant de nombreuses années. Elle sera continuellement violée. Dans la cellule voisine à la sienne, une autre jeune femme est enfermée. Mais celle qui ne supporte pas cet enfermement est tuée et remplacée. Elle motivera la nouvelle jeune fille qui sera enfermée et l’aidera.

    Très souvent déstabilisée par ce roman. En effet, l’auteur change le nom des personnages à certains moments et le lecteur se demande s’il n’y a pas erreur et doit forcément percuter, revenir en arrière, quant à l’identité des personnages. Je me suis souvent demandée qui était qui, ce qui m’a un peu gênée dans ma lecture.

    Le lecteur se demande également qui est ce jeune adolescent du roman et bien entendu pensera que c’est Owen avec tous ses cauchemars, un passé qu’il ne connait pas. Owen qui subit la pression de la famille de son ex-femme. Un homme qui ne peut pas vivre sa vie avec cette épée de Damoclès au dessus de la tête. Un homme qui subit tout, les brimades, la peur, la culpabilité et ensuite la vérité. Mais cet homme va-t-il révéler un autre visage ?

    Une histoire de vengeance qui a duré de nombreuses années. Deux jeunes femmes enlevées qui ont réussi par une grande force, de la volonté à tenter de s’en sortir. Mais un enlèvement et des sévices n’ont pas la même répercussion. On peut comprendre cette jeune femme qui veut se venger après avoir, pendant des années, tenter de motiver mentalement pour s’échapper. On peut comprendre l’autre jeune femme qui veut passer, réellement, à autre chose et vivre, enfin sa vie.

    Comment se forme un tueur en série ? Pas mal amené franchement sur ce sujet. Il suffit qu’une femme parte, que le père déverse toute sa haine envers les femmes devant un enfant. Et ce sera le point de départ d’une vie de solitude mais également d’une vie où tout sera millimétré, réfléchi afin de ne pas se faire prendre. Claire Favan détaille cette formation et ses conséquences sur la vie des autres.

    L’auteur nous offre un bon roman avec des révélations inattendues, machiavéliques, des personnages vraiment intéressants dont la psychologie est vraiment étudiée. On s’y attache forcément. Toutefois, à certains moments, c’est un peu bizarre car j’ai été obligée de revenir en arrière pour ne pas me sentir perdue. Le roman ne suit pas forcément une logique à laquelle j’aurais pu m’attendre. Je me suis toujours interrogée sur qui était qui et si franchement Owen, personnage vraiment bien écrit, était tel qu’il était décrit. En tous les cas, malgré une perte de mémoire due à un accident, une vie refaite selon les principes en vigueur, il suffit de révélations, de profiter d’occasions pour que celui qui sommeille en lui se révèle. Sans ça aurait-il continué sa petite vie sous le joug de sa femme malade ? Quand un enfant ne connaît que la vie qui lui est offerte, peut-il se rebeller alors qu’il n’a aucun autre modèle.

    Ce roman m’a été prêté par une collègue de travail. Je ne connaissais pas Claire Favan. Même si déstabilisée par la trame du roman, j’ai acheté deux romans en occasion pour voir si Claire Favan tient toutes ses promesses sur d’anciens romans.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.