Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Une terre pas si sainte - Pierre Pouchairet

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

5 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Dany et Guy, deux flics de la police judiciaire israélienne, enquêtent avec le Shabak – la sécurité nationale – sur le massacre d’une famille de colons juifs installée en Cisjordanie à proximité de Naplouse. De son côté, Maïssa, flic palestinienne, fille d’un ancien compagnon d’armes d’Arafat, mène elle aussi, avec obstination, ses propres investigations. Très vite et bien que le doute subsiste, un groupe de jeunes Palestiniens est mis en cause et accusé de ce crime sordide. Mais parallèlement, après la découverte d’un arrivage massif de drogue de synthèse à Nice, à Jérusalem et dans les Territoires, Gabin, flic français des stups, est envoyé sur place pour démanteler un possible trafic international issu d’un camp de réfugiés. Allant de surprise en surprise, c’est sous pression permanente et dans un climat délétère que flics israéliens, palestiniens et français vont devoir unir leurs forces pour combattre ce réseau mafieux… Car là-bas, même un saint n’y retrouverait pas les siens…

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • SIGPRO2022 30 décembre 2021
    Une terre pas si sainte - Pierre Pouchairet

    Une terre pas si sainte de Pierre Pouchairet.
    C’est en ayant lu le livre de Pierre Pouchairet ’’ Tuez les tous mais pas ici ’’ , que je me suis intéressé à ce livre Une terre pas si sainte.
    L’intrigue se découvre en quatrième page de couverture ; Dany et Guy, d’origine françaises comme ces prénoms le laissent supposer, sont deux flics de la police judiciaire Israélienne amenés à enquêter avec la sécurité nationale Israélienne le Shabak,sur le meurtre d’une famille de colons juifs, installée en Cisjordanie
    Ces différents services aux méthodes ’’différentes’’ d’investigations, doivent cohabiter ensemble sur cette enquête.
    Dans ce groupe vient se greffer Maïssa, femme flic palestinienne libérée, compagnon d’armes d’Arafat, qui enquête sur le meurtre des colons, car deux jeunes Palestiniens, sont mis en cause et accusés de ce crime sordide.
    Cela suffirait déjà à rendre ce roman alléchant, d ’autant que les situations, le contexte politique et géo-politique de cette enclave près de Naplouse est particulièrement bien rendue.
    Parallèlement, l’arrivée de méthamphétamine à Nice, à Jérusalem et dans les Territoires Palestiniens, déclenche une enquête en France, confiée à Gabin du groupe Stup de la PJ de Nice, lequel est envoyé pour enquêter dans un camp de réfugiés, d’où proviendrait cette drogue de synthèse. A cette situation déjà complexe, s’ajoute la présence d’hommes de mains de la maffia Russes s’occupant essentiellement de protection et de basses besognes.
    La collaboration entre les polices Française et Israélienne se trouve facilitée , Gabin, Dany et Maïssa étant issus de la même promotion d’officier de police de Cannes écluses. Par contre, elle sera beaucoup plus difficile entre la police Israélienne et Palestinienne. Dans cette partie du roman, Pierre Pouchairet, plante le décor de tensions ravivées, sans prendre partie, et renvoyant même la responsabilité de cette situation aux instances internationales.
    L’auteur, ancien commandant de la police nationale, chef des stup et attaché de sécurité intérieure , transcrit dans ce roman des situations vécues . Son expérience, les détails des procédures, des interpellations, des filatures, une multitude de détails, nous entraîne en tension, dans des lieux ou l’assassinat, le meurtre, l’enlèvement, la torture sont des pratiques courantes.
    Par des phrases courtes, le rythme s’accélère et les éléments constitutifs de ces affaires prennent forme. Alors, que nous sommes dans les dernières pages de ce roman et que la traque va se terminer, un dernier rebondissement intervient. Je ne vous le dévoilerai pas. Ce serait vous gâcher le plaisir d’avoir lu : Une terre pas si sainte . Car là bas, alors que vous aurez visité les lieux saints de Jérusalem, un saint n’y retrouverait pas les siens. Bien à vous !

  • SIGPRO2022 30 décembre 2021
    Une terre pas si sainte - Pierre Pouchairet

    Une terre pas si sainte de Pierre Pouchairet.
    C’est en ayant lu le livre de Pierre Pouchairet ’’ Tuez les tous mais pas ici ’’ , que je me suis intéressé à ce livre Une terre pas si sainte.
    L’intrigue se découvre en quatrième page de couverture ; Dany et Guy, d’origine françaises comme ces prénoms le laissent supposer, sont deux flics de la police judiciaire Israélienne amenés à enquêter avec la sécurité nationale Israélienne le Shabak,sur le meurtre d’une famille de colons juifs, installée en Cisjordanie
    Ces différents services aux méthodes ’’différentes’’ d’investigations, doivent cohabiter ensemble sur cette enquête.
    Dans ce groupe vient se greffer Maïssa, femme flic palestinienne libérée, compagnon d’armes d’Arafat, qui enquête sur le meurtre des colons, car deux jeunes Palestiniens, sont mis en cause et accusés de ce crime sordide.
    Cela suffirait déjà à rendre ce roman alléchant, d ’autant que les situations, le contexte politique et géo-politique de cette enclave près de Naplouse est particulièrement bien rendue.
    Parallèlement, l’arrivée de méthamphétamine à Nice, à Jérusalem et dans les Territoires Palestiniens, déclenche une enquête en France, confiée à Gabin du groupe Stup de la PJ de Nice, lequel est envoyé pour enquêter dans un camp de réfugiés, d’où proviendrait cette drogue de synthèse. A cette situation déjà complexe, s’ajoute la présence d’hommes de mains de la maffia Russes s’occupant essentiellement de protection et de basses besognes.
    La collaboration entre les polices Française et Israélienne se trouve facilitée , Gabin, Dany et Maïssa étant issus de la même promotion d’officier de police de Cannes écluses. Par contre, elle sera beaucoup plus difficile entre la police Israélienne et Palestinienne. Dans cette partie du roman, Pierre Pouchairet, plante le décor de tensions ravivées, sans prendre partie, et renvoyant même la responsabilité de cette situation aux instances internationales.
    L’auteur, ancien commandant de la police nationale, chef des stup et attaché de sécurité intérieure , transcrit dans ce roman des situations vécues . Son expérience, les détails des procédures, des interpellations, des filatures, une multitude de détails, nous entraîne en tension, dans des lieux ou l’assassinat, le meurtre, l’enlèvement, la torture sont des pratiques courantes.
    Par des phrases courtes, le rythme s’accélère et les éléments constitutifs de ces affaires prennent forme. Alors, que nous sommes dans les dernières pages de ce roman et que la traque va se terminer, un dernier rebondissement intervient. Je ne vous le dévoilerai pas. Ce serait vous gâcher le plaisir d’avoir lu : Une terre pas si sainte . Car là bas, alors que vous aurez visité les lieux saints de Jérusalem, un saint n’y retrouverait pas les siens.

  • SIGPRO2022 27 décembre 2021
    Une terre pas si sainte - Pierre Pouchairet

    Une terre pas si sainte de Pierre Pouchairet.

    C’est en ayant lu le livre de Pierre Pouchairet ’’ Tuez les tous mais pas ici ’’ , que je me suis intéressé à ce livre Une terre pas si sainte.
    L’intrigue se découvre en quatrième page de couverture ; Dany et Guy, d’origine françaises comme ces prénoms le laissent supposer, sont deux flics de la police judiciaire Israélienne amenés à enquêter avec la sécurité nationale Israélienne le Shabak,sur le meurtre d’une famille de colons juifs, installée en Cisjordanie
    Ces différents services aux méthodes ’’différentes’’ d’investigations, doivent cohabiter ensemble sur cette enquête.
    Dans ce groupe vient se greffer Maïssa, femme flic palestinienne libérée, compagnon d’armes d’Arafat, qui enquête sur le meurtre des colons, car deux jeunes Palestiniens, sont mis en cause et accusés de ce crime sordide.
    Cela suffirait déjà à rendre ce roman alléchant, d ’autant que les situations, le contexte politique et géo-politique de cette enclave près de Naplouse est particulièrement bien rendue.
    Parallèlement, l’arrivée de méthamphétamine à Nice, à Jérusalem et dans les Territoires Palestiniens, déclenche une enquête en France, confiée à Gabin du groupe Stup de la PJ de Nice, lequel est envoyé pour enquêter dans un camp de réfugiés, d’où proviendrait cette drogue de synthèse. A cette situation déjà complexe, s’ajoute la présence d’hommes de mains de la maffia Russes s’occupant essentiellement de protection et de basses besognes.
    La collaboration entre les polices Française et Israélienne se trouve facilitée , Gabin, Dany et Maïssa étant issus de la même promotion d’officier de police de Cannes écluses. Par contre, elle sera beaucoup plus difficile entre la police Israélienne et Palestinienne. Dans cette partie du roman, Pierre Pouchairet, plante le décor de tensions ravivées, sans prendre partie, et renvoyant même la responsabilité de cette situation aux instances internationales.
    L’auteur, ancien commandant de la police nationale, chef des stup et attaché de sécurité intérieure , transcrit dans ce roman des situations vécues . Son expérience, les détails des procédures, des interpellations, des filatures, une multitude de détails, nous entraîne en tension, dans des lieux ou l’assassinat, le meurtre, l’enlèvement, la torture sont des pratiques courantes.
    Par des phrases courtes, le rythme s’accélère et les éléments constitutifs de ces affaires prennent forme. Alors, que nous sommes dans les dernières pages de ce roman et que la traque va se terminer, un dernier rebondissement intervient. Je ne vous le dévoilerai pas. Ce serait vous gâcher le plaisir d’avoir lu : Une terre pas si sainte . Car là bas, alors que vous aurez visité les lieux Saints de Jérusalem, un saint n’y retrouverait pas les siens. Bien à vous.

  • Sylvie Belgrand 26 avril 2019
    Une terre pas si sainte - Pierre Pouchairet

    Pour moi, la situation géo-politique de la Palestine et d’Israël est devenue quasi incompréhensible. D’autant que, dans chaque nation, existent des courants aux intérêts divergents.
    C’est là que Pierre Pouchairet fait très fort. En fin connaisseur de l’endroit et des enjeux de cette guerre qui n’en finit pas, il appuie une enquête, au demeurant passionnante, sur un groupe d’enquêteurs pour le moins hétéroclites (des israëliens, des palestiniens, des français, des juifs et des musulmans pratiquants ou non...)
    E ça fonctionne ! ça fonctionne même très bien, parce que la poudrière israëlo-palestinienne ajoute un ressort dramatique à un récit déjà très efficace.
    J’adore quand un polar me permet de comprendre un peu mieux le monde.

    Le quatrième de couverture :
    Dany et Guy, deux flics de la police judiciaire israélienne, enquêtent avec le Shabak la sécurité nationale sur le massacre d’une famille de colons juifs installée en Cisjordanie à proximité de Naplouse. De son côté, Maïssa, flic palestinienne, fille d’un ancien compagnon d’armes d’Arafat, mène elle aussi, avec obstination, ses propres investigations. Très vite et bien que le doute subsiste, un groupe de jeunes Palestiniens est mis en cause et accusé de ce crime sordide. Mais parallèlement, après la découverte d’un arrivage massif de drogue de synthèse à Nice, à Jérusalem et dans les Territoires, Gabin, flic français des stups, est envoyé sur place pour démanteler un possible trafic international issu d’un camp de réfugiés. Allant de surprise en surprise, c’est sous pression permanente et dans un climat délétère que flics israéliens, palestiniens et français vont devoir unir leurs forces pour combattre ce réseau mafieux... Car là-bas, même un saint n’y retrouverait pas les siens...

  • 1001histoires 8 avril 2019
    Une terre pas si sainte - Pierre Pouchairet

    "Une terre pas si sainte" écrit par Pierre POUCHAIRET a été publié par les Editions JIGAL en septembre 2014. C’est l’occasion de participer à une enquête hors norme dans un contexte totalement inédit.

    Le grand banditisme est devenu international. Désormais les frontières ne sont plus des obstacles aux trafics qui naissent dans les pays affaiblis par des conflits.

    Ce roman policier de Pierre Pouchairet aurait pu être banal. Un trafic de stupéfiants découvert à Nice, les Stups cherchent à remonter la filière. Classique ? Oui mais cela sent le vécu. Il y a ce plus qui fait vrai. Les procédures sont connues ( filatures, écoutes téléphoniques ... ) mais lorsqu’il y a une touche de témoignage cela crée un liant et les enquêteurs deviennent plus humains. Ils ont peur, ils sont fatigués et énervés, ils sont unis et solidaires. Cela fait plus vrai. Cela sent le vécu.

    La construction de ce roman est habile. Une première partie surprend. Le lecteur est envoyé sur une scène de crimes dans les Territoires autonomes palestiniens. J’ai beaucoup appris sur la géopolitique de cette région où les relations entre Israéliens et Palestiniens sont tendues et complexes. Le voyage proposé par Pierre Pouchairet est très instructif et à travers l’enquête des inspecteurs Guy Touitou et Dany Cohen de la Direction centrale d’investigation de la police israélienne il est possible de cerner tous les fossés qui seront à combler pour que cette région vive en Paix. La police israélienne sur une scène de crimes dans une colonie juive sur les hauteurs de Naplouse en territoire palestinien ! Toute une famille égorgée, parents et enfants. Guy et Dany ne sont pas seuls sur place, il y a bientôt Tsahal, l’armée, et le tout puissant Shabak, Service de sécurité intérieur de lutte contre le terrorisme. Des prétendus coupables sont vite identifiés : trois Palestiniens qui deviennent alors des martyrs pour leur peuple qui écoute plus les dirigeants du Hamas tenté par l’extrémisme religieux que l’Autorité palestinienne où le Fatah ne détient plus qu’un pouvoir illusoire. Mais il y a une police palestinienne qui envoie sur place la capitaine Maïssa Thabet du service des relations internationales. Le binôme israélien et Maïssa, sans travailler ensemble, mettent en évidence des incohérences et beaucoup de questions sans réponse dans ces meurtres qui finalement ne ressemblent pas du tout à un acte politique.

    Deuxième partie. Nice. La consommation de méthamphétamine est en augmentation. Procédures habituelles : planques, descente de police, garde à vue, interrogatoires. La PJ, la crim, les stups, la BAC, le Groupe de Répression du Banditisme, le GIPN : tous les services de police mobilisés pour plus d’efficacité. Le lecteur est dans les pas du capitaine Gabin Mournet et de la jeune lieutenant Marie.

    Troisième partie : coopération internationale avant l’action ( quatrième partie ). Les analyses ont parlé et Interpol est formel, la meth de Nice est identique à une saisie opérée à Naplouse dans les Territoires palestiniens. Maïssa, Guy, Dany et Gabin sont rassemblés à Jérusalem et unissent leurs efforts pour démanteler un trafic qui n’a pas fini de les surprendre.

    Voilà un polar comme je les aime avec des procédures rigoureusement décrites, un contexte géopolitique inhabituel et habilement mis en scène et de multiples anecdotes et situations qui peuvent sembler anodines mais qui constituent autant de témoignages. Cela fait vrai. Cela sent le vécu.

    Bibliographie de l’auteur ici

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.