Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

3 raisons de regarder Force of Nature sur Prime

"Force of Nature" suit le destin de Cardillo, jeune policier dont la vie bascule à la suite d’un incident malencontreux un soir d’intervention. Transféré à Porto Rico, il doit dès lors se contenter de missions secondaires. Sauf qu’il tombe encore sur un os : alors que le passage d’un ouragan se fait imminent, il se retrouve à protéger les résidents d’un immeuble pris d’assaut par un groupe de malfaiteurs. Dans l’un des appartements, se cacherait un trésor…

Voué aux gémonies par la critique américaine à cause de son traitement anecdotique de l’ouragan Maria, "Force of Nature" ne cherche pourtant rien de plus que raviver l’engouement pour les polars d’action à la Die Hard. Et pour cause, le long-métrage s’apparente à une série B sur fond de fusillades au croisement du film policier et de gangsters. Certes, les scénaristes ne s’embarrassent en aucun cas de rendre hommage aux 3 000 victimes de l’ouragan Maria entre deux vidéos d’archives, mais est-ce bien là l’objet habituellement d’un tel film plaçant la catastrophe naturelle au second plan des affrontements ? Le thriller d’action "Pluie d’enfer" (Mikael Salomon, 1998), avec Morgan Freeman et Christian Slater, n’avait d’ailleurs pour exemple pas agi avec plus de commisération, délaissant la question de la moralité au profit du divertissement. Peut-on réellement s’en indigner ? Pas si sûr, la chose n’étant pas ou si peu l’objet du cinéma d’action. Mais alors pourquoi c’est cool, "Force of Nature" ?

Parce que John McClane n’est pas loin

Le huis-clos d’un immeuble cachant un trésor, des criminels armés jusqu’aux dents, un policier désabusé en guise de rempart… cela ne vous dit rien ? Eh oui bien sûr, la recette intemporelle est celle notamment utilisée dans l’immense "Piège de cristal" (McTiernan, 1988), qui servira de matrice à d’innombrables productions plus ou moins inspirées. Quoique ici, pas de John McClane mais un flic désenchanté, voire même deux puisqu’on finit par croiser un certain Ray dans l’un des appartements, à savoir un ex-policier grincheux à la gâchette facile et incarné par Mel Gibson. Le rôle de ce dernier devait d’ailleurs au départ être attribué à… Bruce Willis. Comme quoi, on tente bien ici de recréer l’univers du flingueur grognon McClane, et le résultat, aussi improbable soit-il, est assez réussi.

Parce que les intempéries disent quelque chose des personnages

Ne pas chercher midi à 14h : la psychologie et l’écriture ciselée n’intéressent pas le réalisateur Michael Polish ("For Lovers Only", "Les Frères Falls"), qui préfère les grosses ficelles bien tonitruantes. De fait, dans "Force of Nature" le personnage central subit un trauma dans un immeuble pour se retrouver à nouveau prisonnier d’un autre immeuble et par-dessus le marché en pleine tempête. Difficile de trouver métaphore plus cruche pour mettre en scène le combat de Cardillo contre ses démons. Or, surprise : toute cette marmelade fonctionne. Comme un parfum de rédemption qui en passerait par les intempéries et l’adversité pour se diffuser.

Parce que tout est invraisemblable… et ça marche

Un vieux scientifique allemand au passé louche, une bête sanguinaire (WTF ?!), un retiré de la gâchette en phase terminale, une toubib, une bande de braqueurs décérébrés… Michael Polish passe au shaker toute une ribambelle de protagonistes impossibles au gré d’une sorte de carambolage dans un immeuble résidentiel. Les balles et les extravagances fusent et s’enchainent avec fulgurance. Et le pire, c’est qu’on redemanderait presque un peu de rab de cette caricature nanardesque et désuète. L’effet nostalgie, peut-être…

Galerie photos

spip-slider
spip-bandeau

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.