Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Trois raisons de voir ou de revoir la mini-série Laëtitia

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

0 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Cette mini-série revient sur l’affaire Laëtitia Perrais, jeune femme de 18 ans, violée et assassinée par Tony Meilhon. Ce fait divers, qui a ému la France entière, a aussi révélé un engrenage de causalités sociales et économiques qui ont abouti à une tragédie personnelle.

JPEG - 47.3 ko

Adaptation du récit d’Ivan Jablonka, Laëtitia ou la fin des Hommes, la mini-série en six épisodes de France 2 a durablement impressionné un certain nombre de gens qui l’ont vue. Raison de plus pour découvrir ou redécouvrir cette production qui fait honneur au service public. Voici nos trois critères :

1- une structure qui privilégie la compréhension des faits : naviguant entre passé et présent, la mini-série documente le parcours de Laëtitia Perrais jusqu’à sa fatale rencontre avec Tony Meilhon, en juxtaposant les déterminations sociales, psychologiques qui ont fragilisé la future victime (précarité économique, maltraitance parentale, puis dans la famille d’accueil), pour documenter, au-delà d’un fait divers tragique, les violences que subissent des milliers de femmes à travers le pays. Le sentiment d’une terrible fatalité que n’a pas su éviter l’Aide Sociale à l’Enfance s’incarne dans la culpabilité de Béatrice Prieur, l’assistante sociale, que sonde à de maintes reprises Frantz Touchais, l’adjudant-chef responsable de l’enquête.

2- le refus du pathos : la sobriété est à mettre au crédit d’une réalisation qui n’assujettit pas sa forme à la nature du crime sordide commis. Si certaines scènes évoquent les ultimes moments vécus par la jeune femme (la séquence terrible du viol n’est pas occultée, le dernier trajet de Laëtitia, prise en chasse par son futur assassin, non plus), la mise en scène suggère, plus qu’elle ne montre, les traumatismes subis par la victime et sa sœur, dès l’enfance jusqu’à l’âge adulte. Quelques séquences sont évidemment plus explicites (le crime sexuel commis par le père d’accueil Gilles Patron sur Jessica Perrais, en particulier), mais la réalisation parvient à trouver une juste distance qui témoigne d’une pudeur et d’un véritable respect vis-à-vis de ces deux sœurs malmenées par l’existence

3- l’interprétation des comédiens : aux côtés de quelques acteurs chevronnés comme Sam Karmann ou Alix Poisson, tous deux très convaincants, il y a évidemment la révélation Marie Colomb qui, dans le rôle de Laëtitia Perrais, se distingue par une forme de spontanéité et de naïveté totalement ajustées au personnage. Grâce à elle, la jeune femme acquiert une dimension réellement tragique, parce que son vitalisme et sa volonté de s’en sortir se brisent sur un obstacle fatal : Tony Meilhon, criminel dont la trajectoire personnelle n’est pas éludée. Noam Morgensztern lui donne une densité effrayante, par une série de postures imprévisibles, entre le cynisme le plus insupportable et la colère la plus dévastatrice. On mentionnera enfin la performance de Sophie Breyer dans le rôle plus mutique de Jessica Perrais.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En DVD ou Blu-Ray

Galerie photos

spip-slider
spip-bandeau

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.