Trois bonnes raisons de voir The Third Murder

Le 11 avril 2018

Trois bonnes raisons de voir le dernier film de Hirokazu Kore-Eda.

0
commentaire
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!

The Third Murder du réalisateur japonais Hirokazu Kore-Eda, sort aujourd’hui en salle.
Le long métrage a d’abord été présenté à la Mostra de Venise puis au Festival de Beaune.

En nous plongeant dans une affaire de meurtre, Hirokazu Kore-Eda aborde des questions complexes avec la même clarté que dans ses drames familiaux. Il explore avec brio le paradoxe entre justice et vérité.
Qu’est-ce que la justice ? Comment la rend-on et pour qui ? Pourquoi y-a-t-il un si grand écart entre être juste et rendre la justice ?

The Third Murder est un face à face intense porté par Masaharu Fukuyama (Tomoaki Shigemori) et Koji Yakusho (Takashi Misumi), qui donne toute son ampleur à la dimension tragique du film.
De nombreuses scènes de parloir sont extrêmement puissantes et repoussent les limites du huis clos.

Au fil d’une enquête palpitante, les spectateurs découvrent aux côtés de l’avocat Shigemori, les mensonges en demi-teinte et les silences, qui finissent par dessiner des fragments de vérité. Une vérité beaucoup plus sombre et cruelle qu’il n’y paraît au premier abord.

« « Ici, tout le monde ment », déclare un personnage. »

Cette vérité elle-même, n’intéresse à priori pas la justice qui a mis au point une dispositif mécanique pour simplifier, systématiser et finalement juger des agissements humains sans tenir compte de l’humain lui-même, pourtant si complexe.
Qui sont les vrais coupables ? Qu’est ce que le bien ou le mal ?

Et surtout... Qui mérite de vivre ?

On doute, on espère tout au long du film.
Un espoir qui devient de plus en plus ténu.
Peut-on être écouté et compris ?

« Quand je travaillais sur Tel père, tel fils, des avocats et autres responsables juridiques m’ont affirmé qu’un tribunal n’était pas l’endroit où se détermine la vérité. Hirokazu Kore-Eda »

The Third Murder est autant un drame humain, qu’un drame de société. On y découvre des facettes d’un Japon moins connu, ou tout du moins, médiatisé.

Galerie photos

spip-bandeau

Votre commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?