Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Glacé - Bernard Minier

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise.
Ce même jour une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.
Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière.

Vos #AvisPolar

  • universpolars 24 novembre 2018
    Glacé - Bernard Minier

    Dans "Le Cercle", l’auteur nous déversait une pluie torrentielle sur le crâne, en continue, accompagnée de rafales de vent nous projetant des salves d’’eau en plein visage. Ici, les gouttes de pluie ont perdu en température et se sont transformées en neige, car Bernard Minier nous amène vers la frontière espagnole, dans une vallée encaissée des Pyrénées, plus précisément à Saint-Martin, une station touristique aux pieds des montagnes.

    Ambiance froide voir glaciale, la blancheur du paysage nous aveugle dès les premières pages ; nous sommes éblouis et fascinés autant par cet éclat que par le style qu’utilise l’auteur pour nous l’envoyer dans les yeux. Un grand paradoxe s’offre à nous assez rapidement ; nous sommes en montagne, c’est frais, aérien, c’est pure, une sorte de grand bol d’air que l’auteur arrive à nous faire prendre assez subtilement. Il connaît bien la région, ceci ne fait aucun doute. Mais malgré cet état de fait, l’ambiance devient vite oppressante, étouffante, comme si la montagne tentait de nous étrangler, sans pour autant nous faire ressentir concrètement la pression autour de notre cou.

    C’est là que nous nous retrouvons face à un personnage important que nous ne nous attendions pas à rencontrer ; la région elle-même dans laquelle nous évoluons. Le territoire dans lequel nous fait progresser l’auteur est - devient - un personnage à part entière.

    Dans ce décor pyrénéen, nous retrouvons le commandant Martin Servaz, de la PJ de Toulouse, personnage récurant des deux romans de Bernard Minier. Ce grand amateur des oeuvres de Gustav Mahler nous bluffe une fois de plus par son intuition désormais légendaire, un flic qui n’est pas un super héros, non, mais un excellent enquêteur qui ne lâche rien et qui préfère suivre son instinct au lieu de suivre scrupuleusement les preuves réunies par la police scientifique. Dans cette enquête d’ailleurs, ses ressentis seront peut-être un peu plus efficaces que certains éléments rassemblés scientifiquement et qui demandent tout de même une certaine interprétation.

    La science forensique peut parfois mener les enquêteurs sur un mauvais chemin, surtout lorsque l’adversaire maîtrise et "joue" avec cette science... Peut-être le cas ici.

    Martin Servaz est sollicité pour se rendre à Saint-Martin, plus précisément à l’usine hydroélectrique d’Arruns, 2000 mètres d’altitude, qu’il doit rejoindre en empruntant un téléphérique. Sur la plate-forme supérieure, une scène de crime troublante, une mise en scène morbide a été découverte par des employés de la centrale qui venaient pour la révision annuelle des installations, avant la fonte des neiges. Un corps a été accroché et pendu sous les pylônes de la plate-forme supérieure, décapité et dépouillé, ceci au sens propre du terme. Chose étrange cependant, il ne s’agit pas d’un corps humain, mais d’un cheval, un pur-sang.

    Le commandant Servaz est fou de rage, un cheval, il n’en a pas grand chose à foutre, bien que la situation soit plutôt rocambolesque. Lâcher une enquête en cours concernant la mort violente d’un SDF provoquée par des gamins ne l’enchante pas vraiment. Pour un cheval...

    Il apprendra lors de l’enquête préliminaire que ce cheval appartient à Eric Lombard, PDG d’une puissante multinationale, issu d’une famille très influente de la région ayant des relations étroites avec des personnes elles-mêmes influentes. Évidemment, la procureur en charge de l’affaire place une priorité absolue pour cet évènement. Martin Servaz, en collaboration avec la magnifique Irène Ziegler, de la gendarmerie, va devoir faire le poing dans la poche pour tenter d’éclaircir cette histoire peu commune.

    Plusieurs faits vont s’enchaîner assez rapidement. D’une part, alors que le commandant Servaz se pose encore la question sur la légitimité de cette enquête, un fait nouveau va redonner un certain dynamisme à l’enquête. L’ADN d’un tueur en série croupissant dans un établissement psychiatrique de la région a été retrouvée sur les lieux du crime. D’autres parts, un nouveau corps sera découvert lors de l’enquête, pendu à un pont, mais cette fois-ci le corps d’un homme nu, ou presque. La méthode utilisée ne laisse aucun doute aux enquêteurs, la souffrance était essentielle dans cette mise en scène. Qui dit souffrance dit vengeance ?

    Des liens vont être établis, des révélations surprenantes vont être mises à jours ; visiblement la région a bien des choses à cacher - de nombreux non-dits -, des faits qui font immanquablement ressurgir le passé. Car c’est dans le passé que vont devoir creuser Servaz et sa brigade, un passé lourd, constitué de souffrance, de violence, de blessures non cicatrisées mais surtout d’injustice et d’impunité.

    Bernard Minier semble totalement adhérer à cet aspect du passé dans lequel il faut aller chercher les réponses. Dans son second roman "Le Cercle", c’est également dans le passé que l’auteur nous emmène afin de retrouver et d’assembler les principales pièces manquantes d’un puzzle qu’on élabore dans le présent. Lorsque des personnes commencent à remuer ce qui est enterré depuis des lustres, cela fait ressurgir bien des angoisses et de l’agitation pour certains. Ce que nous tentons de dissimuler ressort toujours un jour ; aucune terre ne sera assez compacte pour recouvrir la merde qu’on y a enterrée.

    Bernard Minier a bien compris cet état de fait et l’utilise d’une manière remarquable. La passé intrigue non ?

    Parallèlement à cette enquête, l’auteur nous conduit également dans les couloirs d’un établissement psychiatrique, l’institut Wargnier, qui se situe dans les hauteurs de cette région, dans les falaises. Un hôpital à haute sécurité abritant des criminels perturbés et extrêmement dangereux pour certains. Évidemment, des liens vont solidement être tissés avec l’enquête du commandant Servaz. Nous aurons l’occasion dans cet établissement de côtoyer le patient le plus déstabilisant, le suisse Julian Hirtmann. Cet ancien procureur à Genève représente tout ce qu’il y a de plus troublant ; manipulateur, issu de la haute société, calculateur, sûr de lui, intelligent, un homme cultivé appréciant les bonnes choses comme la musique classique, pour donner un exemple. Mais également un psychopathe sans scrupule, ayant fait de nombreuses victimes. Me rappelle quelqu’un lui, pas vous ?

    Diane Berg, psychologue suisse, vient d’être admise dans cet établissement. Cette femme, très vite inquiète par les traitements et par l’hostilité du cadre dans lequel elle travaille, va faire des découvertes un peu malgré elle. L’enquête parallèle qu’elle va entreprendre va peut-être jouer un rôle clé dans cette histoire.

    L’auteur nous dévoile toujours un peu plus d’éléments manquants, nous laisse quelques indices au compte-gouttes, parfois nous menant sur une mauvaise piste, évidement, jusqu’à un dénouement où chaque chose se met définitivement en place. Peut-être trop de morceaux à digérer ? C’est le seul bémol à mon sens ; l’auteur clos pas mal d’éléments qui étaient encore ouverts. En d’autres termes, des rebondissements à outrance qui manquent peut-être de subtilité. L’auteur a ouvert pas mal de brèches lors de l’intrigue et j’ai l’impression que ce n’était pas une chose évidente pour lui de toutes les refermer.

    Cela n’enlève pas grand chose à la qualité de l’intrigue qui est tout de même bien bétonnée et le dénouement vous conduira vers le second roman de Bernard Minier, "Le Cercle", qui vous réservera une nouvelle enquête du commandant Servaz.

    Bonne lecture.

  • La Caverne du Polar 2 décembre 2018
    Glacé - Bernard Minier

    Glacé est le premier opus de la série mettant en scène le commandant Martin Servaz. C’est toujours avec un grand plaisir que je découvre un nouveau personnage. C’est parti en direction de Saint-Martin-de-Comminges situé dans les montagnes des Pyrénées dans une ambiance qui va être glacée…

    Tout commence avec le meurtre d’un cheval qui est retrouvé pendu dans un endroit improbable. Le commandant Martin Servaz se demande pourquoi il a été dérangé pour un cheval, mais après avoir vu la violence du meurtre et découvert l’identité de ce dernier, il va vite comprendre que c’est un cas spécial. Une intrigue qui se compose d’une foule d’éléments qui ne semblent pas concorder. Tout est fait pour mettre le lecteur dans une ambiance sombre et oppressante. Ces montagnes peuvent paraître à la fois paisible mais aussi très inquiétante. Il y a aussi ce fameux centre qui renferme les plus grands criminels dans une structure particulière. Il est placé juste à côté d’une ancienne colonie de vacances pour enfants, laissée à l’abandon. Une intrigue que l’on va suivre sur deux fronts. L’enquête principale sur le meurtre du cheval est menée par le commandant de police Martin Servaz et Irène Ziegler, capitaine à la gendarmerie. Puis, du côté de la jeune suissesse Diane Berg, psychologue qui vient de prendre ses fonctions à l’Institut Charles Wargnier. Ce dernier, unique en son genre, à pour patients les psychopathes du monde entier, ceux qui restent totalement insensible aux traitements médicaux.

    Le style de Bernard Minier est très descriptif, le rythme est plutôt lent mais très fluide. On a droit à de belles scènes de crimes, et lorsqu’on comprend le coeur de la motivation, de plus en plus de suspects sont possible. L’intrigue et l’enchaînement des évènements sont parfaitement orchestrés. De jolis rebondissements et des moments de danger qui tiennent le lecteur en haleine. Toute la partie psychiatrique est très bien développée et les cadavres, s’entassent sur la route du commandant. Tout s’accélère dans les cent dernières pages. Plusieurs fois j’ai cru deviner qui était le coupable mais plusieurs rebondissements inattendus m’ont fait mentir et j’ai été complètement surpris par le final de l’histoire…

    Bernard Minier nous offre un thriller avec une intrigue efficace et des personnages principaux attachants. Le tout dans un décor très sombre et angoissant, pour une première c’est une vraie réussite. Bien sûr je vais suivre les prochaines enquêtes de Martin Servaz.

  • Les lectures de Maryline 21 décembre 2018
    Glacé - Bernard Minier

    Je ne connaissais pas Bernard Minier et j’allais enfin le découvrir, après toutes les belles choses que j’ai lues sur lui et ses livres.

    Et quelle déception ! J’avoue que je ne sais pas encore comment expliquer ce qu’il s’est passé. Je n’ai pas réussi à m’intéresser à ce roman, je n’ai tout simplement pas aimé, j’ai mis un temps fou à le lire car je n’arrivais pas à rentrer dans l’histoire. Je n’ai pas compris ; je suis fan de thriller, il en faut beaucoup pour me décevoir dans ce genre car j’aime les morts, les enquêtes, les soupçons, les surprises, les recherches... tout ce qui fait un bon thriller ! Et là, je n’ai rien retrouvé.

    Bien sur, il y a des morts, il y a une enquête, il y a des recherches, mais je n’ai pas accroché. Je ne me suis attachée à aucun personnage. Je ne sais pas si c’est l’histoire en elle-même ou bien si c’est l’écriture de l’auteur ; il va falloir que j’en lise un autre de cet auteur pour me faire une meilleure idée.

    J’espère vraiment relire très vite un autre de ses romans et l’apprécier à sa juste valeur, car je suis certaine que c’est un excellent écrivain mais que cette enquête-là n’étais tout simplement pas pour moi...

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.