Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Il était une fois la guerre - Estelle Tharreau

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

13 #AvisPolar
5 enquêteurs
l'ont vu/lu
3 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Sébastien Braqui est soldat. Sa mission : assurer les convois logistiques. Au volant de son camion, il assiste aux mutations d’un pays et de sa guerre. Homme brisé par les horreurs vécues, il devra subir le rejet de ses compatriotes lorsque sonnera l’heure de la défaite.C’est sa descente aux enfers et celle de sa famille que décide de raconter un reporter de guerre devenu son frère d’âme après les tragédies traversées « là-bas ».Un thriller psychologique dur et bouleversant sur les traumatismes des soldats et les sacrifices...

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Chineuse Deculture 3 décembre 2022
    Il était une fois la guerre - Estelle Tharreau

    La longue agonie psychique du soldat Braqui de son engagement à son traumatisme. Après les horreurs de la guerre, le syndrome post traumatique semble une fatalité qui détruit la moindre part restante d’humanité et recrée des monstres à son tour. Un propos lourd plus proche d’une étude sociologique que d’une œuvre littéraire pour moi, tant le style oscille entre faits de guerre et perte de repaires.

  • Riz-Deux-ZzZ 3 décembre 2022
    Il était une fois la guerre - Estelle Tharreau

    En bref, un récit de guerre(s) qui prend aux tripes. Estelle Tharreau nous présente un héros brisé par ses missions militaires, abandonné par l’Etat, désavoué par son peuple... Le triste revers de la médaille.

    Depuis "La peine du bourreau" en 2020, Estelle Tharreau semble avoir pris un tournant dans ses romans : de thrillers de fiction purs et durs, ses récits deviennent des romans noirs, avec pour thème des sujets forts et percutants.
    Ici, elle nous parle de la guerre, celle que l’on ne voit pas, celle que l’on n’imagine même pas en étant un simple citoyen français : les sacrifices, les blessures physiques et psychologiques des soldats qui partent en mission sur d’autres continents, souvent pour des enjeux politiques ou économiques qui les dépassent totalement.

    Je ne suis pas forcément fan des récits de guerre d’habitude, car toutes les parties tactiques et politiques. Mais l’auteure nous parle du côté humain de la guerre, de ce qu’il se passe pour ces hommes qui choisissent de défendre les intérêts de leur pays. On retrouve de nombreuses fois la dichotomie entre le départ glorieux des troupes vers les missions et le retour avec ces reproches, cette violence et ces clichés balancés à la figure des soldats, mais aussi des familles.

    J’ai été extrêmement touchée par la vie du soldat Braqui, malgré quelques passages où la chronologie est un peu floue, mêlant les différents départs en mission, les retours et les moments de vie en famille. Cependant, la dérive, lente et insidieuse, est bel et bien là, accentuée par l’abandon total de l’État et de la hiérarchie militaire pour la réinsertion des anciens soldats dans une vie qui leur semble vide et futile après tant d’horreurs endurées.
    Ce thème avait déjà été abordé dans ma lecture du roman de Jean-Christophe Rufin, "Le collier rouge" : un siècle a passé et rien n’a malheureusement changé.

    Un seul petit bémol me laisse un goût d’inachevé... Le final est un peu trop rapide pour moi, pour qu’on puisse prendre toute la dimension de l’impact psychologique sur le héros.

  • lireencore93420 2 décembre 2022
    Il était une fois la guerre - Estelle Tharreau

    Sébastien Braqui est soldat. Sa mission : assurer les convois logistiques. Au volant de son camion, il assiste aux mutations d’un pays et de sa guerre. Homme brisé par les horreurs vécues, il devra subir le rejet de ses compatriotes lorsque sonnera l’heure de la défaite.

    Le stress post-traumatique est le sujet de fond de ce récit, j’ai ressenti le désarroi de ces soldats quand ils reviennent d’une guerre traumatisante, j’ai déjà lu des ouvrages sur ce thème, car je trouve cela très intéressant.

    J’ai bien aimé l’alternance du passé et du présent, cela m’a permis de réaliser les dégâts sur la vie familiale.

    Ce qui est surprenant dans ce récit est la place de ce journaliste qui va rencontrer Sébastien sur le front, et comment il va être là pour lui, ils ne font pas le même métier, mais ont vécu des émotions similaires.

    ll y a aucun autant temps mort, j’ai assisté à la déchéance de ce soldat, c’est dur mais tellement réaliste.

    C’est un texte très documenté, et je crois ce qu’il m’a plus choqué le plus c’est comment ils sont accueillis, l’accompagnement quasiment inexistant, je trouve cela tellement injuste.

    C’est noir et la partie psychologique est très présente et surtout hyper prenante, c’est tellement passionnant de se retrouver dans la tête de Sébastien.

    J’ai vraiment adoré ce livre et j’ai apprécié le cadre choisi pour parler de ce thème, deux frères d’armes : un journaliste de guerre et un soldat.

    Encore une publication de qualité pour cette maison d’édition que j’affectionne particulièrement.

  • Laconteuse 22 novembre 2022
    Il était une fois la guerre - Estelle Tharreau

    Quand une personne vous dit qu’elle est à l’armée, on voit tout de suite le bon côté des choses : une belle situation, un beau salaire, une carrière finie bien avant l’âge légal de la pension... Mais il y a tous les à-côtés qui ne sont pas dites explicitement.

    C’est ce qu’a vécu Sébastien Braqui dans ce roman. Il a été dans un pays en guerre, a vu mourir un collègue avec qui il était très proche, le regard d’un enfant le suppliant de le reprendre avec lui et une famille qui vole en éclat.

    Estelle Tharreau nous montre à travers son roman le côté psychologique de l’armée. Elle n’y va pas par quatre chemins. Il y a tous ces allers-retours dans un pays en guerre qui peut détruire un homme, ainsi que le peu de temps passé en famille...

    L’autrice nous explique via ses mots que l’homme peut devenir une bombe humaine s’il n’est pas aidé, aussi bien physiquement que psychologiquement. C’est le cas de notre protagoniste qui a énormément du mal avec le retour à la réalité. Et quand on lit ce qu’il a enduré, cela ne m’étonne pas du tout !

  • unevietoutesimple 14 novembre 2022
    Il était une fois la guerre - Estelle Tharreau

    Estelle Tharreau nous livre ici un roman noir dont la lecture peut être éprouvante d’un point de vue psychologique.

    Dans “Il était une fois la guerre”, il est question des conséquences que la guerre peut avoir sur les soldats qui la font, leurs familles et les civils qui la subissent.

    L’histoire est narrée par un reporter de guerre et relate des faits se déroulant de nos jours et lors des différentes missions du soldat qui est le personnage principal du roman.

    Parlons-en de ce personnage principal. Sébastien Braqui est militaire de métier, plein de fougue lors de sa première mission, il va peu à peu la perdre lors de ses allers-retours entre la France et le Shonga. Que ce soit dans un pays ou dans l’autre, il va faire face au regard que portent les autres sur les actions des militaires. Il va peu à peu se sentir rejeté et abandonné (à tort ou à raison) par ses deux familles (son épouse et sa fille et l’Armée).

    Braqui ne veut pas voir un psy parce que les psy c’est pour les fous et que non, il n’est pas fou. Alors il n’a pas d’autre choix que de (tenter de) gérer tout seul les différents traumatismes auxquels il est confronté au cours de ses missions et la culpabilité qu’il ressent. Insidieusement, tout cela va le ronger de l’intérieur, le couper des autres, le briser. Mais les répercussions vont également atteindre sa famille.

    Certains passages sont très durs psychologiquement parlant et également de par leurs descriptions.

    Je ne connais pas l’univers militaire mais on sent le travail de recherche effectué par Estelle Tharreau pour dépeindre la situation. J’ignore quel lien elle a avec l’armée mais le récit est très documenté au point où je me suis demandée si ce n’était pas inspiré d’une histoire vraie. Néanmoins, l’écriture reste fluide et la lecture est aisée (si l’on passe outre le côté sombre qui peut heurter les personnes sensibles).

    J’ai beaucoup apprécié les titres des différentes parties qui nous indiquent un compte à rebours. On a peur et on spécule sur vers quoi nous mène l’auteure. On forge des hypothèses, on espère se tromper et on tourne les pages pour se rapprocher le plus vite possible de cette échéance.

    Je remercie Joël des Editions Taurnada pour l’envoi de ce roman (psychologique) noir bouleversant et percutant.

  • Le Monde de Marie 11 novembre 2022
    Il était une fois la guerre - Estelle Tharreau

    Une fois de plus l’auteure m’a totalement emportée. Un récit qui nous plonge dans une noirceur très intense. Une histoire forte et violente criante de vérité.

    L’auteure dénonce à travers ses protagonistes les défauts et les fausses promesses de la réinsertion de ces hommes qui ont pourtant tout donné pour leur pays. Eux qui ont toujours suivi les ordres, eux qui ont vécu l’enfer, eux qui se sont perdus, sont désignés comme responsables de la défaite. Ils sont purgés, délaissés et abonnés.

    A travers ses lignes, on découvre un présent en plein effondrement et un passé atroce, déchirant, la guerre dans tout ce qu’elle a de plus horrible. Il y a un avant, un pendant et un après où personne, que ce soit le militaire ou ses proches, n’en ressortira indemne.

    Un récit avec une psychologie très fine et très juste qui nous dépeint les ressentis du militaire mais aussi ceux de sa famille. Elle qu’on oublie souvent mais qui, loin des champs de bataille, doit elle aussi survivre. A l’attente de nouvelles, à la peur d’en recevoir, aux injures de ceux qui ne comprennent pas et se permettent de juger sans fondement. C’est une mère et sa fille qui vont, elles aussi, vivre l’enfer.

    Les émotions partagées sont puissantes. On est pris dans l’intrigue et on sent notre coeur qui palpite avec celui des personnages. On ressent leur haine, leur colère, leur détresse. Et plus le récit avance, plus on a peur du dénouement.

    Un présentation originale sous forme de témoignage qui donne plus de poids au texte en nous le rendant plus réaliste. L’auteure n’a pas choisi un sujet facile mais elle l’a parfaitement exploité pour nous écrire ce récit qui est une belle réussite.

    https://mespassionsmesenvieslemondedemarie.blogspot.com/2022/11/il-etait-une-fois-la-guerre-estelle.html?m=1

  • Lectures noires pour nuits blanches 7 novembre 2022
    Il était une fois la guerre - Estelle Tharreau

    La guerre ne fait pas partie de mes thématiques favorites mais comme le roman est écrit par Estelle Tharreau, je me suis lancée aveuglément dans sa lecture. En cinq romans, je n’ai jamais été déçue, ce dernier ne fera pas exception et je vous le dis d’entrée, je ne pensais pas qu’il me ferait pareil effet.
    Elle sait varier les genres avec talent et s’attaque à des sujets forts et percutants qui restent longtemps en mémoire. J’aime la manière dont elle construit ses intrigues, la force qu’elle met dans chacun de ses mots, mais surtout le travail sur la psychologie des personnages, domaine où elle excelle.

    Ce roman nous raconte la guerre bien sûr, avec son lot de scènes dures, d’horreurs, de cruauté et d’inhumanité. À travers le personnage de Sébastien Braqui, vous allez la vivre de l’intérieur. Avant, pendant et l’après. Vous serez aux premières loges pour assister à toutes les atrocités, sa longue descente aux enfers et celle de sa famille. En bon soldat, Seb part confiant, il obéit aux ordres et se plonge à coeur perdu dans ses missions. Il reviendra quelques années plus tard traumatisé et profondément affecté par ce qu’il a vu et vécu. C’est un homme brisé qui refuse de l’admettre. Il tentera de se réhabiliter, de reconquérir sa famille si longtemps délaissée. Mais la guerre dérange et la défaite encore plus. Quand tout le monde le lâche et lui tourne le dos, il ne peut le supporter. Il plonge dans une spirale infernale dont il ne voit plus la fin.

    Dans un décompte des plus angoissant, Estelle vous fait vivre des moments très forts aux côtés de Seb et des siens et vous passez par tout un panel d’émotions. Elle pointe du doigt et dénonce les nombreuses failles de l’armée qui abandonne ses soldats sans aucune aide. Elle nous parle des douleurs, des sacrifices, des promesses non tenues.

    Dire que ce livre m’a touché c’est bien peu, il m’a ému aux larmes de manière totalement inattendue. Depuis que je l’ai terminé il y a deux jours, je peine à mettre des mots sur mon ressenti. Voilà pourquoi je fuis souvent les romans qui parlent de guerre, je finis toujours ébranlée avec les émotions qui s’entrechoquent. Ce livre est dur parce qu’il est terriblement réaliste et on le sait, la réalité dépasse souvent la fiction.

    Estelle Tharreau fait encore preuve de son immense talent dans ce roman noir très immersif, puissant, poignant, bouleversant et parfaitement maîtrisé. Tout comme son héros Seb, il hantera longtemps mon esprit. À lire !

    https://www.facebook.com/lecturesno...

  • Sonia Boulimique des Livres 5 novembre 2022
    Il était une fois la guerre - Estelle Tharreau

    Un roman de chez Taurnada, c’est toujours le même rituel : je me dégage deux jours, en général un week end, pas trop chargé socialement, où je sais que je serai tranquille pour lire. « Il était une fois la guerre » aura été lu en une seule petite journée. Pas d’une traite, mais pas loin. Pourtant, on ne peut pas dire que l’univers de l’Armée et de la guerre me passionne. Mais j’ai fait confiance à Estelle et j’ai bien eu raison.

    Le ton est donné dès le départ. On est bien loin du conte de fée, le titre est là juste pour bousculer nos repères. On sent bien que cette histoire laissera ses stigmates. Sébastien Braqui, la quarantaine, est un soldat français. Ses différentes missions à l’étranger l’ont rendues amer et usé. Marié avec Claire depuis vingt ans, ils ont une fille, Virginie. Toutes les deux deviendront des victimes collatérales, nous le comprendrons au fil des chapitres.

    « Pour elle, c’est le métier qui rentre. Bientôt, elle saura que « pas de nouvelles, bonnes nouvelles ». Tant qu’y a pas le chef de corps en grande tenue à sa porte pour lui annoncer que tu reviens dans un sac à viande. »

    Les chapitres, d’ailleurs, parlons-en. Un décompte macabre, et plus on se rapproche de la fin, plus les chapitres sont courts. Le rythme est absolument effrayant, la pression monte inexorablement. En alternant le passé au cœur des missions de Sébastien à Shonga, territoire africain, et le présent, avec la purge dont est victime Sébastien, réformé de l’armée, qui s’enfonce inexorablement dans un syndrome post-traumatique destructeur, Estelle impose le rythme.

    Elle ne fait pas dans la dentelle. A la page 38, déjà, mon cœur se brise. Première mission de Sébastien à Shonga. Il se lie avec Momar, un gamin faisant du troc avec les soldats pour survivre.

    « T’as pas vu son petit frère et son sac. Tu l’as caché alors que t’en avais pas le droit. Il a cru que tu ferais la même chose pour le ramener avec toi. »

    Ce gamin va hanter Sébastien toute sa vie. Qu’est-il devenu ? A-t-il survécu à la guerre ? Et lorsque Sébastien deviendra père, le visage du petit Momar viendra se superposer à celui de Virginie, lui rappelant son échec et sa défaite.

    La construction est originale, Estelle utilise le « Je », qui est la voix d’un reporter de guerre, décidant d’écrire un livre sur le destin de ces militaires envoyés combattre à Shonga, conspués, rejetés, humiliés à leur retour. Car il est là, le nœud du récit d’Estelle : les séquelles des combats sur les soldats, et leur position dans la société à leur retour, lorsque c’est la défaite qui les accompagne. Car après quatre missions à Shonga, où ils auront tout vu, tout supporté, Sébastien et ses troupes reviendront vaincus, obligés de fuir. Comment retrouver une vie normale après cela, reprendre une vie de famille, lorsque les cauchemars vous hantent et que la pris en charge psychologique est minimale, voire inexistante ? Lorsque l’Armée vous oublie, sciemment, tout simplement, parce que cela dérange. Le constat est absolument terrifiant.

    La plume d’Estelle est efficace, travaillée, dense, dure même. Elle développe la psychologie de ses personnages à la perfection. Sébastien, tout d’abord, mais également des collègues soldats, qui réagiront tous différemment à la situation, et sa famille, ensuite, Claire et Virginie. Claire, qui tente coût que coûte de sauver son couple, qui veut y croire, malgré les signes révélant le contraire, et Virginie, qui rejette ce père trop absent, trop « différent ». Estelle pousse le curseur loin, elle décortique, creuse, analyse sans vergogne, avec moult détails, ne laissant rien au hasard. Quel travail !

    « La mort d’un homme au terme d’une vie est une peine, celle d’un enfant massacré est un traumatisme pour l’esprit, une parcelle d’humanité qui se sépare de l’âme. Toutes les morts ne pèsent pas de la même manière sur une conscience. »

    Un récit à mi-chemin entre roman noir et thriller psychologique, une immersion dans un univers s’assombrissant de plus en plus jusqu’à la fin, que j’ai lue en apnée, accrochée au bouquin, que mes yeux refusaient de lire, et pourtant, il a bien fallu comprendre les mots couchés sur le papier. Et le switch final, que j’ai relu deux fois, pour être sûre de bien saisir.

    Vous l’aurez compris, « Il était une fois la guerre » est un roman qui mettra certes, vos nerfs à rude épreuve, mais qui comblera les amateurs. Je me suis régalée, je vous le conseille vivement. Prenez votre barda, agrippez-vous à votre fusil d’assaut, et n’hésitez plus : partez au Shonga avec Sébastien.

    Je remercie Joël pour cette lecture et sa confiance renouvelée.

    #Ilétaitunefoislaguerre #EstelleTharreau #Taurnada

  • kris_k 4 novembre 2022
    Il était une fois la guerre - Estelle Tharreau

    ✒ Il était une fois la guerre est l’histoire, racontée par un reporter de guerre, de Sébastien Braqui, un soldat qui effectue des missions en Afrique.
    L’écrivaine va nous montrer via son histoire ce que ces différentes missions on comme impact psychologique et les répercutions que cela fait dans sa vie et son entourage.

    Malheureusement j’ai eu un début difficile avec ce livre, je n’ai pas tout de suite compris qui racontait l’histoire ce n’est qu’au bout de certaines pages que ma lanterne c’est éclairée et que j’ai compris que c’était raconté par un reporter de guerre.
    Puis j’ai eu aussi parfois du mal à situer l’histoire, avec les missions en Afrique et les retours passée/présent, ce n’était pour moi parfois pas clair, mais à part ces petits désagréments j’ai beaucoup aimé lire ce livre.
    L’histoire est très intéressante, la descente en enfer d’un militaire n’est pas évidente et encore moins pour la famille qui est impuissante.
    J’ai aussi beaucoup aimé les personnages, je me suis beaucoup attachée à eux.

    ✔ Ce livre est donc une très bonne histoire que j’ai assez bien aimé lire, mais pour moi il manquait parfois un peu plus d’informations pour mieux comprendre certaines choses, ben oui quand on a le cerveau d’une blonde lol

    Merci à Joël des editions Taurnada ainsi que l’auteur Estelle Tharreau de m’avoir permis de lire ce livre.

  • Les livres de Cédrick 3 novembre 2022
    Il était une fois la guerre - Estelle Tharreau

    La notion de thriller est très large et regroupe des approches très différentes. Le roman que je vais vous présenter est du côté du récit où le suspense n’est pas vraiment prioritaire. L’intrigue est diluée dans chaque page, saupoudrée au contraire du fond qui est très lourd, voire pesant... "Il était une fois la guerre" est écrit par Estelle Tharreau et publié par les éditions Taurnada.

    En ouvrant ce livre, je m’attendais à autre chose. J’ai persévéré pour le lire entièrement mais avec un arrière goût de déception. L’autrice ne nous fait aucun cadeau en décrivant la guerre dans plusieurs de ses aspects les plus sombres, avec à la fois l’horreur des exactions sur le terrain et les ravages constatés sur les soldats et leur famille. Le chemin était donc particulièrement accidenté et l’écriture habile de l’autrice nous y projette. Les souffrances s’accumulent, page après page, et détruisent le personnage principal passant de militaire héroïque à gueule cassée que l’on souhaite cacher, effacer.

    L’autrice nous relate la chute d’une vision de l’armée et de tous ceux qu’elle entraîne avec elle. En lisant ces lignes, on est sur le terrain, on respire le même air piquant, angoissant, étouffant. Âmes sensibles s’abstenir ! Ajoutez à cela la souffrance de la famille du soldat Braqui et vous capturerez l’atmosphère de ce roman. La réalité n’est pas toujours belle à lire.

    Loin d’être conquis, je pense que ce livre mérite un lectorat averti, à la recherche de ces univers de souffrance.

  • La liseuse heureuse 3 novembre 2022
    Il était une fois la guerre - Estelle Tharreau

    IL ETAIT UNE FOIS LA GUERRE Si le début du titre sonne comme un conte de fée, il n’en est rien pour la suite. C’est au coeur de la
    souffrance et des traumatismes que nous plongeons, impossible de sortir indemne de cette lecture.

    une lecture qui peut déstabiliser, déjà parce qu’il est extrêmement dur. Pour ma part, j’en ressors bouleversée. Petit bémol par contre sur la narration, j’ai été un peu déroutée et j’ai eu du mal à prendre mes repères temporels au début.

    Je ne pourrais pas classer ce roman dans mes favoris de l’auteure, mais ce fut une expérience de lecture unique. Un roman qui nous montre une autre vision de la guerre, une guerre intérieure, qui soulève des questions sur la place de ces soldats qu’on se sert et puis qu’on jette comme des machines usagées.

    Roman noir bouleversant

    https://laliseuseheureuse.blogspot.com/2022/10/iletait-unefois-laguerre-estelle-tharreau.html

  • Sylvie Belgrand 3 novembre 2022
    Il était une fois la guerre - Estelle Tharreau

    Pour moi, cette histoire n’est pas exactement un thriller. Par contre, c’est un excellent roman noir. La narration en compte à rebours fait monter la pression de façon implacable et on s’attache un peu plus à chaque étape à ce soldat contre qui tout se ligue. Son attitude, même si parfois il fait peur, force le respect. La dimension sociale et humaine est une des composantes majeures de ce récit plein de suspense, et lui donne une consistance qui en fait un roman à part. Un très très bon moment de lecture.

  • mama1326 24 octobre 2022
    Il était une fois la guerre - Estelle Tharreau

    Bonjour mes amis !
    Je remercie la maison d’éditions Taurnada, de m’avoir fait découvrir cet excellent auteur, dont c’est le premier que je lis mais pas le dernier :
    Titre : Il était une fois la guerre
    AUTEUR : Estelle Tharreau
    J’ai adoré ce thriller psychologique, écrit d’une plume vivante, sans temps mort et quelle vérité !
    Vous connaissez, vous une guerre propre sans armes, avec beaucoup de bla bla, moi non !
    C’est ce qu’a pensé Sébastien Braqui, soldat, parti en mission en Afrique, au Shonga, au tout début de sa carrière, mais rien ne l’avait préparé à la réalité ! La foule acclame ses militaires partis défendre l’Afrique !
    Claire, sa femme, enceinte, le regarde partir, fière !
    Une mission, deux, trois, Sébastien, voit l’horreur, l’abandon de son pays !
    Il revient désabusé, abandonné par ses pairs, meurtri, rejeté par cette même foule, qui l’avait acclamé ! Même dans la nouvelle armée il ne se reconnait pas !
    Ami d’un reporter de guerre qui a vu l’horreur comme lui, et le seul à le comprendre !
    Je me suis attachée à ce soldat, perdu, ne récoltant qu’insultes lui qui avait tant donné, bien sur je comprends aussi le comportement de sa femme et de sa fille, mais des ses supérieurs non !
    Comment peut on juger de ce que nous ne connaissons pas, trop facile !
    Quel talent à cet auteur de nous faire vibrer d’émotions, et de sentiments à fleur de peau, qui m’ont mis les larmes aux yeux !
    Je vous le conseille !
    Je mets 5 étoiles !
    Votre Martine !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.