Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Les Eaux noires - Estelle Tharreau

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

18 #AvisPolar
5 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Lorsque les eaux noires recrachent le corps de la fille de Joséfa, personne ne peut imaginer la descente aux enfers qui attend les habitants de la Baie des Naufragés.
L’assassin restant introuvable, à l’abri des petits secrets et des grands vices, une mécanique de malheur va alors tout balayer sur son passage…
Les révélations d’un corbeau, la détresse d’une mère et le cynisme d’un flic alimenteront l’engrenage de la rumeur, de la suspicion et de la haine.
Joséfa réussira-t-elle à survivre à la vérité ?

Source : Taurnada Éditions


Pour lire un extrait du thriller, c’est ici : https://issuu.com/taurnada/docs/extrait_len_et

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Les lectures de Maryline 9 décembre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    Quelle merveille ce thriller ! Il est parfait !

    Joséfa élève seule sa fille adolescente depuis le décès de son mari. Ce n’est pas facile tous les jours, l’argent vient à manquer parfois, mais elles ont réussi, toutes les deux, à se créer une routine qui leur convient. La mère travaille le soir dans une station service, alors Suzy, 17 ans, reste seule à la maison. Mais un jour, elle sort voir une amie et ne rentre pas...

    Lorsque son corps est retrouvé sur la plage quelques heures plus tard, la vie de Joséfa s’effondre. Elle n’aura de cesse de chercher qui a bien pu faire un tel acte. La police a beau chercher dans tous les sens, les pistes sont maigres et l’enquête piétine. Et c’est sans compter sur un mystérieux corbeau qui va semer le trouble et la zizanie parmi les habitants de cette petite ile d’Yprat. Tout le monde va soupçonner tout le monde, les gendarmes vont se mettre à douter de tous et la folie va gagner certains foyers. Joséfa continue sa quête, elle ne lâchera rien et fera tout son possible pour retrouver l’assassin de sa petite fille chérie.

    J’ai beaucoup aimé le personnage de Joséfa. L’auteure a complètement réussi à rendre sa solitude et son désespoir très réels. Finalement, elle a également montré que, dans notre monde, il faut se méfier de ceux qui nous entourent. La part humaine est parfaitement bien retranscrite, on voit le côté sombre comme le bon côté des êtres humains que nous sommes. Comment chacun réagirait si c’était son voisin, son ami, son collègue de travail qui vivait cette situation, ce drame ?

    On se trouve sur une ile, l’atmosphère est sombre et effrayante, les personnages nous paraissent tous antipathiques, bref, ce huit clos nous plonge dans l’horreur de l’âme humaine... Des secrets, des non-dits, des menaces et des doutes, voilà ce que l’auteure propose à ses lecteurs... Alors si vous aimez ces atmosphères noires, n’hésitez pas !

  • Riz-Deux-ZzZ 18 novembre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    En bref, un huis clos captivant où la foi en l’humanité est mise à rude épreuve.
    Je suis ravie de retrouver la plume d’Estelle Tharreau après son dernier roman coup de poing, La peine du bourreau. Sa plume fluide et poétique rend chaque histoire prenante et ses personnages attachants.
    Ici, on ne peut que prendre pitié pour Jo qui perd sa fille tragiquement et qui voit son deuil et sa peine bafoués par des rumeurs et des commérages de village mesquins.
    J’ai eu un peu plus de mal avec les personnages masculins, nombreux et qui m’ont paru interchangeables en début de roman, quand l’intrigue n’a pas encore démarré.
    L’auteure nous livre une certaine critique de la Justice française, des arrangements de personnes peu scrupuleuses sous couvert d’amitié... Lorsqu’on abordait la grande Justice dans son dernier roman, Les eaux noires se concentre sur ses rouages à plus petite échelle, qui se révèlent tout aussi importants.
    [...]
    Encore un très bon roman signé Estelle Tharreau, moins "grand" que son dernier mais avec un suspense toujours maîtrisé.

    Avis complet : https://www.instagram.com/p/CU0Z68bg-LX/

  • colorandbook 11 novembre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    https://colorandbook.blogspot.com/2021/10/les-eaux-noires-de-estelle-tharreau.html?m=1

    J’ai un avis quand même assez mitigé avec ce roman. Il n’est certe pas mauvais loin de la même, mais il ne me laissera pas non plus un souvenir impérissable. D’un côté le côté psychologique est passionnant et bien travaillé, mais de l’autre côté l’enquête était légèrement trop banale. Je garderai malgré tout un souvenir de cette mère dévastée par la perte de sa fille, prête à tout pour obtenir la justice.

    les + :

    * Je me suis peu attachée à ces personnages car parfois j’avais du mal à les cerner. Mais Josefa m’a quand même touchée de par sa détresse et sa descente aux enfers. Cependant ils sont quand même bien travaillés et intéressants à découvrir.

    * J’ai apprécié découvrir aux côtés de Josefa tous les secrets de la Baie. Entre suspicions, mensonges, faux semblant. Personne ne sera épargné par la tornade émotionnelle de cette mère prête à tout pour découvrir la vérité sur le meurtre de sa fille, quitte à tout détruire autour d’elle.

    * J’ai beaucoup aimé tout le côté psychologique. De voir à quel point Josefa était dévastée par la mort de sa fille et son combat malgré le deuil pour connaître la vérité.

    Les - :

    * Je me suis ennuyée par moment. C’était un peu longuet

    * L’enquête manquait de surprises et de piments. J’aurais apprécié qu’on se concentre un peu plus sur celle-ci !

    * Je n’ai pas du tout accroché à la plume de l’auteure. Je l’ai trouvée trop lourde, répétitive et il y avait un manque de descriptions qui m’a empêché de m’imaginer beaucoup de choses.

  • Killing79 1er novembre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    Ma rencontre littéraire avec Estelle Tharreau s’est faite l’an dernier par la découverte de « La peine du bourreau ». J’avais eu un coup de cœur pour ce roman en milieu carcéral, saisissant et surprenant. L’annonce de l’arrivée du nouveau bébé de l’autrice fut donc pour moi une excellente nouvelle.

    Le décor et le contexte sont radicalement différents. Même si ce n’est plus un huis clos intérieur, on reste dans l’ambiance d’un lieu isolé du reste du monde. Cette fois-ci, le récit se déroule dans une bourgade au bord de la mer où vit une petite communauté en quasi autarcie. Leur quotidien se déroule sans accroc, en toute discrétion, jusqu’au jour où un drame remet tout en cause. Dès lors, les habitants sortent de leur réserve. Les langues se délient et les secrets remontent à la surface.

    L’autrice surfe sur la même veine du thriller psychologique dans lequel l’énigme repose sur les comportements et les décisions des protagonistes. Tout se joue entre les membres de ce petit groupe. Devant la peur de l’inconnu et le désir de sécurité, les personnages cherchent à tout prix à désigner un coupable. Une recherche de la transparence est lancée. Les modes de vie sont décortiqués et on laisse libre court aux idées reçues et raccourcis. L’autrice met en marche un engrenage difficile à arrêter.

    La force de ce roman ne repose pas sur l’intrigue, qui est somme toute assez classique. Le comportement des personnages et leur faculté à trahir sont au centre de cette aventure. Grâce à sa magnifique écriture, l’autrice accule ses acteurs afin d’observer leurs réactions. La nature humaine apparaît alors sous son jour le plus intraitable et féroce.

    Moins puissant que le précédent, « Les eaux noires » confirme tout de même l’incroyable talent d’Estelle Tharreau. Je considère qu’elle fait partie des grandes écrivaines du noir. Il ne tient plus qu’à vous de le découvrir !

    https://leslivresdek79.wordpress.com/2021/11/01/703-estelle-tharreau-les-eaux-noires/

  • bookliseuse 1er novembre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    Yprat – Baie des naufragés – Petite station balnéaire

    4 maisons, 7 âmes vivent dans la baie des naufragés.

    Depuis la mort de son mari, il y a 8 ans, Josefa élève seule sa fille Suzy âgée de 17 ans. Elle travaille de nuit dans une station-service, laissant Suzy seule.

    La vie de Josefa bascule le jour où le corps sans vie de Suzy est rejeté par les eaux noires de la baie des naufragés. Qui a bien pu assassiner sa fille ? Pour Josefa, c’est le début d’une longue descente aux enfers, où le seul but de sa vie sera de trouver l’assassin de sa fille et de lui faire punir son crime.

    Très vite, Josefa passe du statut de la pauvre mère de la victime, à celui de mauvaise mère, mauvaise employée, mauvaise voisine, mauvaise amie.

    Ne sachant pas comment faire face à ce qui lui arrive, elle va rejeter maladroitement toutes les mains qui vont se tendre pour l’aider et se mettre tout un village à dos. L’opinion publique a tranché : c’est de sa faute si Suzy, la dévergondée, s’est fait tuer.

    On va découvrir la face noire de ce si paisible village, où personne n’est innocent, même pas le plus innocent et sympathique des personnages. Ils ont tous quelque chose à cacher.

    Ce roman n’est pas un thriller comme on a l’habitude de lire, où l’auteur nous dévoile des indices pour découvrir qui est le coupable. L’auteur se focalise sur l’attitude des personnages, leur psychologie, leurs petits secrets inavouables, on en oublierait presque que Suzy est la victime, l’auteur ne la rendant pas particulièrement sympathique. L’atmosphère du roman devient très vite noire, malsaine, étouffante. On a envie de fuir très loin de la baise des naufragées, comme si celle-ci corrompait tous ceux qui s’en approchaient. La jalousie, méchanceté gratuite est d’une banalité pour eux.

    Un excellent roman bien noir, une lecture très prenante, vous ne ferez plus jamais confiance à personne une fois ce livre fermé ! Une lecture coup de cœur.

  • VALERIE FREDERICK 30 octobre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    Les eaux noires ****
    Dans son dernier roman noir, Estelle Tharreau entraîne son lecteur dans des eaux ô combien fangeuses. Dans cette Baie des Naufragés, près d’Yprat, quelques habitants pataugent dans une boue pétrie par les secrets, les jalousies et les non- dits. C’est le meurtre de la jeune Suzy, dix- sept ans, qui va remuer cette bourbe et faire tomber bien des masques.

    « Tout était dit. Tout était fait. Sans le savoir, Jo venait d’entrer dans l’engrenage du malheur et de la culpabilité. Elle n’en était qu’au commencement. » Jo, diminutif de Joséfa, est la mère de Suzy. Déjà affectée quelques années auparavant par le décès de son mari, la voilà effondrée par la disparition de sa fille ; et la découverte du corps de celle- ci rejeté peu de temps après par la mer.

    « Plus tard, bien plus tard, les faits allaient montrer à Jo à quel point elle avait eu tort ce jour- là comme tant d’autres jours qui restaient à venir. Victime ou pas, ils allaient lui montrer que tout peut s’effacer dans les paroles, mais que rien ne disparaît dans les esprits. » Jo découvre peu à peu la véritable nature de ses voisins. Elle sent qu’on lui cache des choses et que déjà, des rumeurs inadmissibles, à son sujet ou à celui de sa fille, circulent. L’assassin demeure introuvable. Jo se désespère et se renferme sur elle- même. En qui faire encore confiance ?

    « Coupable d’avoir laissé sa fille seule la nuit.
    Coupable de ne pas avoir compris qu’elle devenait femme.
    Coupable de s’être réfugiée dans une confiance aveugle.
    Coupable d’avoir laissé faire pour ne pas déplaire.
    Coupable d’avoir eu peur d’être abandonnée.
    Coupable d’un égoïsme meurtrier. »
    Les mois passent. L’enquête est au point mort. Mais au fil du temps, les soupçons sont passés d’une maison à une autre au sein de la Baie des Naufragés. Et puis voilà qu’arrive un flic un peu fêlé, Casano. Lui, n’a pas peur de marcher dans la boue, de remuer cette fange de manière à ce que la vérité, même sale, même honteuse, soit mise à jour. Mais Joséfa, elle, sera-t-elle prête à l’accepter ?

    Au final, un roman noir captivant tant la plume de l’auteure est habile pour enserrer son lecteur dans un engrenage malaisant. Les chapitres sont courts et donnent un rythme parfait aux brusques changements de direction que prennent les enquêtes successives. Les personnages sont psychologiquement bien élaborés : on les apprécie puis on les déteste et inversement. Bref, un excellent thriller psychologique qui ne lâche le nom du coupable qu’à la toute fin du récit ; ce qui devient rare dans les productions actuelles.

  • Sonia Boulimique des Livres 20 octobre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    Je vous emmène à Yprat, ville balnéaire bordant la mer du Nord. Ses plages, ses petites cabanes colorées, sa baie des naufragés avec ses carcasses de bateaux. Quatre maisons surplombent la baie. Josefa vit dans l’une d’elle avec Suzy, sa fille de 17 ans. Josefa est veuve et travaille sur un poste de nuit à la station service de l’autoroute. Ces horaires payent mieux et lui permettent de boucler ses fins de mois, même si en contrepartie, cela implique de laisser Suzy seule six nuits par semaine. Mais Josefa a une confiance aveugle en sa fille, calme et raisonnable.

    Jusqu’au jour où le corps de Suzy est rejeté par les eaux noires de la baie alors que l’adolescente était censée dormir à la maison…L’engrenage morbide s’enclenche, rien ne pourra l’arrêter. Le lecteur est pris dans ce rouage bien malgré lui. Chaque cran précipite personnages et lecteur dans l’effroyable, l’impensable, les entraînant dans les eaux noires de la baie. C’est le genre de lecture dont vous savez pertinemment que la plongée dans l’abîme commence dès le départ et qu’elle ne s’arrêtera qu’après le mot « fin ».

    L’enquête piétine, très vite Josefa se rend compte que l’assassin va pouvoir rôder encore longtemps dans le coin sans être inquiété. Estelle nous met devant la douleur d’une mère face à l’inconcevable : le meurtre de son enfant. Josefa va se noyer dans les abysses, ne vivant plus que pour découvrir qui a ôté la vie à sa Suzy. Elle va se mettre à dos tous les habitants, devenir la bête noire de la région, se transformant en loque. Josefa et sa douleur errent non loin des eaux noires de la baie devenue maudite.

    Pourtant, avant, la baie était un endroit charmant où tous les voisins se côtoyaient et se connaissaient. Trop, peut-être. Un corbeau va ajouter sa pierre à l’édifice du mensonge et du doute, exacerbant les tensions entre chaque personnage. Car tout le monde cache des secrets. L’enquête de voisinage n’est pas la bienvenue, vous pensez bien ! Au passage, Estelle nous met en garde sur l’impact qu’une rumeur peut avoir sur la vie de quelqu’un. Ça fait peur.

    Une lecture vraiment anxiogène, j’ai souffert aux côtés de Josefa. Je suis une maman, et ma plus grande peur est qu’il arrive quelque chose de grave à mes enfants. Le pire dans tout cela, c’est que l’auteure instille le doute quant à nos propres enfants ! Josefa aurait donné le bon Dieu sans confession à Suzy, pourtant, elle portait de la lingerie sexy en dentelle le soir du meurtre. Connait-on réellement nos enfants ? Sont-ils vraiment conformes à l’image qu’ils nous donnent à nous, leurs parents ? Et nos voisins ?? C’est encore pire ! Ne sont-ils pas en train de nous épier, l’air de rien ; seront-ils présents pour nous aider, si jamais … ? Car les voisins de Josefa sont plutôt du genre « tortue qui rentre dans sa carapace à la première tempête ». J’ai cogité pendant cette lecture, j’ai failli devenir dingue.

    La plume d’Estelle est fluide, maîtrisée et d’une redoutable efficacité pour restituer une ambiance. L’atmosphère s’alourdit au fil des pages, devenant malsaine, anxiogène. Les eaux noires de la baie sont un personnage à part entière, à la présence malsaine, repoussante, angoissante. Les personnages sont brossés psychologiquement, ils se révèlent tous opaques et mystérieux. Certains sont touchants, d’autre m’ont étonnée.

    Un mot de la fin ? Elle est éblouissante. Je n’aurais jamais penser à cela. Bravo !

    Un thriller noir et sombre, qui joue sur la corde des sentiments et des ressentis du lecteur, à découvrir sans tarder !

    « Elle contemplait avec attrait et répulsion les eaux noires qui lui faisaient face. Un vaste néant que le vent grossissant faisait frémir à grand-peine. Une soie noire qui provoquait en elle autant d’attraction que de répulsion. Une pulsion morbide de s’oublier dans ces oscillations profondes. »

    Je remercie les Éditions Taurnada pour cette lecture.

    #LesEauxNoires #EstelleTharreau #Taurnada

  • Happy Manda Passions 19 octobre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    Une auteure qui même en restant dans le polar a vraiment l’art de se renouveler. Cette fois avec LES EAUX NOIRES, elle nous plonge dans une histoire obsédante et cruelle d’une petite ville ou la bienveillance fait défaut à ses habitants.
    Un récit glaçant des rebondissements trompeurs, j’ai été liquéfiée plus d’un fois au détour des pages.
    J’ai fait la connaissance d’un inspecteur très mystérieux que j’aimerai bien retrouver dans un autre de ses polars. Je crois que ça serait une première car Estelle Tharreau n’a écrit que des one shot je vais surveiller cela de pres !
    Du condensé de noirceur un récit pesant par moment mais cruellement bien écrit
    Le caractère de la mère résiliente et déterminée est dressée parfaitement. Tout est intelligemment mis en place et malgré la noirceur profonde, l’espoir qui s’étiole, le récit vous accapare à l’affût de la moindre bouffée d’oxygène.
    Un roman qui fera accroître votre anxiété mais qui vous donnera un réel plaisir de lecture. Prêt pour plonger en eaux noires ?

  • L’atelier de Litote 17 octobre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    Depuis le décès de son mari Joséfa élève seule sa fille Susy, elle a trouvé un travail de nuit et vivent toutes les deux isolées sur la Baie des Naufragés. Lorsque le corps de la jeune fille est retrouvé sur la plage, Joséfa va sombrer dans la culpabilité, les questions sans réponses mais surtout dans l’obsession de trouver l’assassin. Peu à peu quelques informations filtrent et la rumeur se met en route. Entre les messages d’un corbeau, les non- dits et les petits secrets des uns et des autres, la vie au village va devenir infernale, s’apprêtant à broyer quiconque aura le malheur de sortir du rang. La solitude de Jo, son désespoir sont très bien rendu et ses rapports avec ses collègues de travail ont de quoi donné la chair de poule, on a l’impression d’être dans un monde déshumanisé.
    Estelle Tharreau nous propose un enchainement dramatique qui n’est pas sans rappeler le dérapage du cas du petit Grégory. Un engrenage que nul ne peut arrêter se met en marche, sans que l’on parvienne à faire la lumière sur l’assassin. La construction de cette montée en tension est soignée et diablement efficace. J’ai beaucoup aimé le style de l’auteure et sa façon de monter en épingle le moindre événement.
    Les jeux entre les différents personnages sont savoureux, tant de haine, tant de ressentiment. On nage en pleine tragédie et déjà on pressent que la fin sera en apothéose. Les voisins proches de Joséfa seront les premiers touchés par le climat délétère qui s’instaure. La psychologie des personnages est dense et nous donne un bel aperçu du talent de l’auteure pour tous les faire vivre. Géographiquement j’ai eu une impression de bout du monde et d’huis-clos tant l’endroit semble inhospitalier et isolé, ce qui ajoute encore à l’ambiance dramatique. Un excellent thriller qui en dit beaucoup sur la nature humaine. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2021/10/17/39151290.html

  • Sylvie Belgrand 12 octobre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    Ouh la la, ça c’est du thriller de chez thriller ! La construction du récit, tout en tension, est impeccable. La progression du suspense est implacable. On se fait promener (avec tant de plaisir ) sur des fausses pistes, et c’est si bien mené qu’on comprend le désespoir, l’intransigeance, la rage de Joséfa, la mère inconsolable qui cherche encore et toujours la vérité. Ça sort le 7 octobre, précipitez-vous dans votre librairie préférée !

    #LesEauxNoires #EstelleTharreau #Taurnada #thriller #lecture #livres #chroniques

    Le quatrième de couverture :

    Lorsque les eaux noires recrachent le corps de la fille de Joséfa, personne ne peut imaginer la descente aux enfers qui attend les habitants de la Baie des Naufragés. L’assassin restant introuvable, à l’abri des petits secrets et des grands vices, une mécanique de malheur va alors tout balayer sur son passage... Les révélations d’un corbeau, la détresse d’une mère et le cynisme d’un flic alimenteront l’engrenage de la rumeur, de la suspicion et de la haine.
    Joséfa réussira-t-elle à survivre à la vérité ?

  • Lectures noires pour nuits blanches 11 octobre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    Une jeune fille assassinée.
    Une mère anéantie.
    Une enquête qui piétine.
    Des mensonges et des secrets.
    Des suspects à la pelle.
    Un corbeau pour révéler les parts d’ombres de chacun.
    Tic tac, tic tac....

    Estelle Tharreau nous livre une fois de plus un thriller psychologique subtile et efficace. Dès le premier chapitre, elle instaure un climat de tension dont l’intensité augmentera encore à chaque révélation du corbeau. Elle nous plonge dans une atmosphère glauque et malsaine d’une profonde noirceur. J’adore ces ambiances très sombres où l’on suspecte les protagonistes les uns après les autres. Ce doute qui s’installe et ne vous lâche plus jusqu’au dénouement.
    Bienvenue à la Baie des Naufragés, où règnent vite calomnies, suspicion et haine.

    Le portrait dressé des personnages est saisissant. Ils sont profonds, très réalistes et bien que je ne me suis attachée à aucun d’eux, leur sort ne m’était cependant pas indifférent. J’ai éprouvé des sentiments très contradictoires, surtout vis à vis de Joséfa, un mélange d’empathie et de répulsion face à certains de ses actes. J’ai adoré le personnage du flic Thomas Casano, fort intéressant et mystérieux, cynique, détestable et qui cache bien son jeu.

    Un thriller implacable qui ne vous laissera aucun répit, fort bien mené, du suspense de bout en bout et ce petit je ne sais quoi en plus qui vous empêche de le lâcher.

    Une auteure que je lis toujours avec plaisir, assurée de passer un bon moment. A l’instar de son précédent roman La peine du bourreau, vous ressortirez de celui-ci pareillement éprouvés. Si vous ne l’avez pas encore découverte, je ne saurai trop vous recommander de pallier cette omission sans tarder. ;)
    N’hésitez plus et plongez dans Les eaux noires.

    Merci à Joël de Taurnada pour cette excellente lecture.

  • unevietoutesimple 10 octobre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    J’ai découvert Estelle Tharreau avec “Mon ombre assassine” que j’ai adoré. J’ai également beaucoup apprécié son roman suivant “La peine du bourreau”. Quant à ce nouveau bébé, je l’ai dévoré ! Il n’y a pas à dire, l’auteure parvient à chaque fois à me captiver par ses histoires et sa façon de les raconter.

    Avec les eaux noires, elle vous plonge dans une ambiance grise, pesante où la joie se fait aussi rare qu’une goutte d’eau au milieu du désert.

    Joséfa mène une vie triste et maussade, son unique “rayon de soleil” est sa fille et lorsqu’elle meurt, il ne lui reste plus rien. Déjà pas très sociable à la base, elle se coupe de tout et de tout le monde. Son attitude finit par lui mettre tout le monde à dos. Tout ce qu’elle demande, c’est que l’on retrouve l’assassin de sa fille…

    J’ai adoré l’ambiance glauque de cette histoire et les rebondissements dus aux révélations du corbeau. Ces dernières mettent en marche un engrenage qui va causer la perte de beaucoup d’habitants de la Baie des Naufragés.

    J’ai adoré la façon d’écrire de l’auteure. Les chapitres sont courts et percutants, relançant l’intrigue ou apportant quelque chose de nouveau qui vous entraine (ainsi que Joséfa) vers une autre piste. Les amis deviennent des ennemis, les proches s’éloignent, les secrets se dévoilent, la rumeur court, la suspicion s’installe avec tout ce que cela engendre de mauvais chez l’homme.

    Une fois que vous avez commencé ce roman, il vous colle jusqu’à ce que vous l’acheviez. A la fin de chaque nouveau chapitre, vous enchainez avec le suivant tant vous souhaitez en découvrir plus.

    Un roman où vous trouverez le gris sous toutes ses nuances et qui vous tient en haleine jusqu’au bout ! Je ne peux que vous le conseiller.

  • labibliodeclo 10 octobre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    Cette histoire, c’est celle de Suzy, une adolescente retrouvée morte dans la Baie des Naufragés. Sa mère, Joséfa, va tout faire pour découvrir l’assassin de son enfant. Tout faire, à en devenir folle et détestée de tous. Ce récit est bercé par plusieurs hommes autour de cette mère et sa fille. Cédric, le flic nounours, très bon ami de la famille, Dominique, banquier discret, Yvan et Charly, père et fils proches de la famille jadis, Alex, l’adjoint à la police municipale…

    L’enquête est saisissante, tous semblent être le coupable idéal… et bientôt, un corbeau débarque, façon gossip girl, prêt à dévoiler les plus sombres secrets… Personnellement, j’ai adoré ce roman du début à la fin, dans son intégralité : personnages, intrigue, style d’écriture… tout y est !

    J’affectionne particulièrement le personnage de Casano, qui sème la zizanie pour faire surgir la vérité. La fin m’a vraiment surprise, et les quelques derniers mots bouleversée. Un sans faute pour ce roman !

  • Kirzy 8 octobre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    Je découvre cette auteure avec son sixième roman et très bonne pioche ! Dans le genre thriller psychologique, c’est vraiment excellent !

    Le casting est impeccable : une jeune fille de 17 ans assassinée, portant sur elle de la lingerie fine ; une mère inconsolable et déterminée malgré la douleur qui la ravage à trouver le coupable ; un tueur introuvable ; un flic cynique pour mener l’enquête. Et toute une ribambelle de suspects, essentiellement des voisins ( un autre flic, un quinquagénaire célibataire, une famille avec un adolescent, des promeneurs ). Tous sont finement campés. On y croit totalement.

    Là où Estelle Tharreau fait très fort, c’est dans sa capacité à immerger le lecteur dans une atmosphère ultra poisseuse, quasi en mode huis-clos dans ce quartier de la Baie des Naufragés d’une petite ville banale de province. Dès les premières lignes, j’ai été frappée par la singularité de l’univers de l’autrice. Elle aurait pu imaginer une énième mère courage admirable dans sa ténacité à démasquer l’assassin de sa fille. Au lieu de cela, elle choisit un personnage peu aimable dans sa douleur, très hermétique, presque repoussant dans son laisser-aller, ce qui provoque un malaise très pertinent, qui interroge sur la définition de la « bonne » victime.

    En fait, ce thriller est l’occasion de décortiquer les mécaniques nauséabondes qui peuvent être à l’oeuvre lorsqu’un drame éclate. On se doute que le coupable est parmi le voisinage. Progressivement, le doute s’instille subtilement, se pose sur chacun et on comprend que tous détiennent une part de vérité qu’ils se refusent à révéler plutôt que de mettre à jour leur erreurs, leurs hontes, leurs regrets, leurs failles. D’où l’excellente idée de faire intervenir un Corbeau pour secouer les lâchetés de tous, sur fond de rumeurs, soupçons et délations.

    Les parts d’ombre de chacun, de notre société, les nôtres donc, sont ainsi mises à nu et c’est difficile de ne pas se sentir concerné lorsqu’on voit la mère être rejetée de la communauté parce que ça va bien maintenant, hein, il faut passer à autre chose et pas faire culpabiliser la terre entière. Lorsqu’éclatent les suspicions furieusement déplacés sur la jeune fille assassinée parce que, quand même, elle avait des moeurs légères, peut-être même qu’elle se prostituait, peut-être bien qu’elle l’aurait cherché. Ces réactions malsaines oppressent et font réfléchir sur le sens des pensées qui parfois nous échappent. Malgré nous.

    Un thriller très efficace, impossible à lâcher avant d’avant découvert le coupable dans un dénouement aussi cruel sombre que les eaux noires de la Baie des Naufragés.

  • Julie Strange 8 octobre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    Un thriller qui dépote !

    Pour commencer , je tiens à remercier Joël de Taurnada pour cet envoi !

    Je suis profondément reconnaissante envers cette maison qui propose des ouvrages qui sont d’une grande qualité , également des auteurs adorables et talentueux !

    Estelle Tharreau en fait partie , ce n’est dont pas la première fois pour moi…

    Ce fut donc un plaisir de retrouver cette plume que j’ai connu avec « Mon ombre assassine « une histoire qui m’avait terriblement marqué , tellement qu’il m’arrive encore d’y penser !

    Une immense joie pour moi donc de replonger dans la noirceur idéale…

    « Les Eaux Noires « j’y ai plongé directement sans hésitation la tête la première !

    Je dois dire que je n’ai aucunement été déçue par ce voyage macabre !

    La disparition de Suzy , une adolescente de 17 ans ….

    Qui va être retrouvée morte , assassinée dans la petite bourgade d’Yprat.

    Nous allons surtout suivre Jo la maman de Suzy , solitaire ,veuve , bête curieuse que les méchants voisins & villageois vont se plaire à observer , à commérer…

    Une pauvre femme qui vit misérablement mais qui souhaite coûte que coûte démasquer le coupable pour rendre justice à sa fille dont l’image est salie !

    Un corbeau va faire rapidement son apparition , et , lâcher des révélations s’avèrent être explosives !

    Les protagonistes vont montrer leur pire aspect, les masques vont tomber , les secrets gênants de chacun vont être dévoilés sur la place publique !

    On enquête !On accuse ! On interroge !On se trompe, et on recommence, et ainsi de suite ….Jusqu’à démasquer quelqu’un qui pourrait correspondre au profil de l’assassin..

    Une longue route sinueuse semée d’embûches….

    Les eaux sombres avalent avidement ces pauvres gens , dévorent tout sur leur passage, n’ont aucune pitié , et puis, recrachent , vomissent cette déchéance…

    Le pire réside au sein d’Yprat , hommes & femmes naviguent sur les flots de l’enfer , en sortiront-ils tous indemnes ?

    À vous de le découvrir en lisant ce ouvrage terriblement addictif & ingénieux !

    Beaucoup d’interrogations au fil du récit , des indices parsemés au fil des pages jusqu’au dénouement où notre patience est largement récompensée !

    Un livre à lire absolument !

    Où vous aller encore côtoyer le pire de l’être humain sans filtres ….

    Les monstres sont humains car les hommes sont des monstres …..

  • kris_k 7 octobre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    Je termine à l’instant Les eaux noires d’Estelle Tharreau qui sort aujourd’hui.

    Le livre m’a été proposé par Joël, des éditions Taurnada, que je profite de remercier.

    Ma première impression, a été que j’aimais beaucoup la première de couverture et que celle-ci m’intriguait très fortement. Mais pour ce qui était du résumé j’ai préféré, comme j’essaye de faire souvent, ne rien savoir de l’histoire pour vraiment bien découvrir cette histoire au fil des pages.
    C’est d’ailleurs dès les premières pages, que j’ai très vite compris qu’on avait ici un très bon livre avec une ambiance pesante et très noire. Je savais effectivement que je n’allais pas y retrouver une ambiance feel-good, mais malgré cela j’ai eu un peu de mal pour démarrer ce livre. Je pense que je n’étais pas prête à affronter cette l’ambiance terne que j’ai ressenti depuis le début.
    Enfin voilà je vous rassure tout de suite, cela n’a rien avoir avec le livre, juste un sentiment de vouloir démarrer à mon aise et c’est pour un mieux, parce que c’est au milieu du livre que tout s’est accéléré pour moi et que j’ai fini par ne plus pouvoir lâcher cette histoire pour savoir ce qu’il s’était réellement passé.

    L’histoire, sans en dire de trop, raconte celle d’une mère, Joséfa, qui en plus de vivre une vie plutôt précaire, va perdre sa fille de 17 ans, dans de circonstances assez macabres. On va la retrouver morte dans les eaux noires dans la Baie des Naufragés, au nord de la France, tout prêt de là ou elles habitent.
    Voilà donc une histoire bien terne qui ne va pas vous remonter le moral, un bon thriller noir !

    En conclusion, ce fut pour moi une très bonne lecture d’une écrivaine à retenir, et que je peux que vous le conseiller !

  • Des Livres Mon Univers 7 octobre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    C’est la première fois que je lis Estelle Tharreau.

    Tout d’abord ce qui m’a subjuguée, c’est cette écriture pinçante, cruellement sombre et poétique à la fois.

    Au fil de cette lecture, je me suis laissée envoûtée et engloutie par les eaux noires.

    Les eaux noires qui sont omniprésentes, tout le long de cette histoire. Elle sont les témoins des drames passés et recrachent tout.

    Que s’est t’il passé ce fameux soir de novembre ?

    Jo, une mère qui élève seule sa fille depuis la mort de son mari veut le savoir à tout prix. Jo est en train de vivre ce que redoute toutes les mères, une tragédie qu’aucune mère au monde ne devrait vivre, la disparition de son enfant.

    Evidemment, personne n’a rien vu.

    Jo va chercher cette vérité quitte à se mettre tout le monde à dos. Mais n’est-ce pas déjà fait ? Ces gens qu’elle a côtoyés pendant si longtemps vont se montrer haineux, pourquoi ? Personne ne lui tendra la main. Jo va se battre seule face à cette communauté si cruelle à son égard. J’ai trouvé la psychologie des personnages tellement réaliste.

    Les rumeurs les plus folles vont se mettre à courir.

    L’engrenage est enclanché… Une mécanique bien huilée …

    Tic tac, tic tac…

    Qu’est-ce que j’ai aimé cette tension qui vous tient en haleine jusqu’au bout, jusqu’à ce que la vérité soit dévoilée, pour que les eaux noires puissent se retirer et tirer leurs révérences.

    Un conseil : jetez vous dessus !

    Bonne réflexion et à bientôt…

    Je remercie les Editions Taurnada pour la découverte et cette excellente lecture !!

  • Le Monde de Marie 7 octobre 2021
    Les Eaux noires - Estelle Tharreau

    Un thriller à l’ambiance pesante et inquiétante. La Baie des Naufragés, lieu du crime où il n’y a que 4 maisons (dont celle de la victime Suzy). Une allure de huis-clos dans ce lieu qui pourrait être idyllique en plein été mais prend ici des aspects bien plus inquiétants.

    Plus troublant encore lorsque chacun de ses habitants semble avoir ses petits secrets inavouables. Est-ce que le meurtrier de la belle se cache parmi eux ? Les soupçons et les rumeurs vont faire des ravages et donner une belle note de piment au récit.

    Des personnalités travaillées avec finesse. Une enquête qui prendra des années. Des vies gâchées par la malveillance et la vindicte populaire. Le danger des rumeurs que l’on lance sans vraiment penser aux conséquences. Une mère qui voit sa vie détruite et qui agit par instinct sans se douter du dénouement qui l’attend. Un corbeau qui voudrait voir le meurtrier arrêter mais qui, lui aussi, fera des victimes innocentes.

    Un thriller avec de bons rebondissements et où nombreux sont les suspects potentiels. Une jeune fille qui n’était peut-être pas celle qu’elle semblait être aux yeux de sa mère. Une mère qui s’en voudra toute sa vie alors qu’elle pensait bien faire. Une suite d’erreurs qui conduisent au drame et à de nombreuses victimes secondaires.

    Une vraie réussite pour ce dernier roman de l’auteure. Elle dénonce les faiblesses et les failles humaines. Elle démontre à quel point il est simple de détruire une vie. Nous dépeint avec beaucoup de justesse la douleur d’une mère, ses défaillances et son bannissement. La bêtise d’une population qui se range un peu trop facilement à l’avis du plus grand nombre et accentue encore la déchéance et le mal.

    Addictif et complexe, mais aussi, révélateur d’une nature humaine peu flatteuse, un roman que j’ai adoré.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.