Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La sirène qui fume - Benjamin Dierstein

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Mars 2011. Une série de meurtres de prostituées mineures ébranle la PJ parisienne. Fraîchement muté au 36, le capitaine Gabriel Prigent, hanté par son passé et sa soif de justice, est bien décidé à découvrir la vérité, quitte à faire tomber des têtes. D’autant que cette affaire semble avoir un lien avec son pire ennemi, le lieutenant Christian Kertesz, compromis dans un business juteux. Entre tourments intérieurs et obsessions dévorantes, la quête de la vérité ne les laissera pas indemnes. Car dans le jeu de la rivalité, Prigent et Kertesz courent à leur perte.

Vos #AvisPolar

  • Sylvie Belgrand 5 juillet 2019
    La sirène qui fume - Benjamin Dierstein

    Oh, p... ! Ça, c’est du polar ! Le souffle court, le coeur qui monte dans les tours, la tête fracassée, tu plonges dans ce tourbillon infernal où s’affrontent des flics, des gangsters, des politiciens, sur fond de proxénétisme et de pornographie, sans songer un seul instant à faire une pause, à souffler. Tu ne peux tout simplement pas.

    Difficile de croire que c’est un premier roman, tant la narration est maîtrisée. Un phrasé mitraillette à la James Ellroy qui t’emporte sans te lâcher, et des originalités d’écriture qui accentuent le rythme ( les mots coupés sans ponctuation pour marquer une interruption, j’adore, c’est tellement parlant !)
    Et cette narration à deux voix ! C’est trop malin, trop bien fait, tu es obligé(e) de continuer à lire parce que tu veux savoir si l’un va arriver avant l’autre au bout de l’histoire.

    Si "La sirène qui fume" ne devient pas un film, c’est à n’y rien comprendre !

    #livres #chroniques #thriller #polar #lecture #sirène #BenjaminDierstein

    Le quatrième de couverture :

    Mars 2011. Une série de meurtres de prostituées mineures ébranle la PJ parisienne. Fraîchement muté au 36, le capitaine Gabriel Prigent, hanté par son passé et sa soif de justice, est bien décidé à découvrir la vérité, quitte à faire tomber des têtes. D’autant que cette affaire semble avoir un lien avec son pire ennemi, le lieutenant Christian Kertesz, compromis dans un business juteux. Entre tourments intérieurs et obsessions dévorantes, la quête de la vérité ne les laissera pas indemnes. Car dans le jeu de la rivalité, Prigent et Kertesz courent à leur perte.

    Benjamin Dierstein est agent et directeur artistique d’un label spécialisé dans les musiques électroniques. La Sirène qui fume est son premier polar.

  • Komboloi 18 juillet 2019
    La sirène qui fume - Benjamin Dierstein

    "Du DOA sous amphét’", rien que cette phrase m’a titillé et donné envie d’ouvrir ce roman, tout d’abord parceque j’aime DOA mais aussi ne serait-ce que pour voir si le propos est exagéré ou non. Caryl Férey cite lui le grand Bukowski : "Un putain de bon roman". Je me méfie toujours de ce genre de phrases "marketing" utilisées à outrance pour harponner le lecteur... Alors, exagéré ou non ?

    Pour moi, absolument pas, et l’auteur, dont c’est le premier roman (il faut le souligner compte-tenu de la qualité de ce premier livre), nous livre ici une petite bombe. L’histoire est déroulée à un rythme infernal, une fois le nez dedans, impossible pour le lecteur d’en sortir.

    C’est addictif, nerveux, violent, sombre. On trouve du déjà vu comme les flics ravagés par leur travail et se gavant de médicaments, la corruption...Le trait est forcé, ce n’est pas nouveau, et pourtant il y a ici un quelque chose différent, un style qui va immerger complètement le lecteur et le mener par le bout du nez tout le long de sa lecture.

    L’auteur alterne entre deux personnages principaux à chaque chapitre avec pour les distinguer l’emploi de la première personne du singulier pour l’un et l’emploi de la deuxième personne du singulier pour l’autre. La narration est intelligente et l’auteur joue particulièrement de certains effets : chapitre avec phrases très courtes pour des parties intenses et violentes, bloc de texte sur plusieurs pages sans paragraphes pour retranscrire des moments de grande confusion...Bref, c’est propre, soigné et intense.

    Peut-être que l’on peut y trouver deux trois défauts quand même, la répétition de certains éléments devenant parfois un peu lourdes (je ne compte plus le nombre de mots pour dire que nos deux flics prennent des médocs’) ou encore le côté très jargonneux de milieu policier bien mis en avant, très réaliste mais on peut parfois s’y perdre.

    Mais ce ne sont que des détails anecdotiques au vu des nombreuses qualités de ce livre.
    Pour ma part, j’ai adoré cette ambiance, ce style, ce rythme et je conseille donc cette petite pépite sans hésiter vous ne devriez pas le regretter. Et moi je n’ai plus qu’à attendre le suivant en espérant qu’il y en aura bien un !

    Un bon 4,5/5 !

  • Lisez.du.polar 26 juillet 2019
    La sirène qui fume - Benjamin Dierstein

    ⭐ Cøup de føudre ⭐

    La sirène qui fume, de Benjamin Dierstein

    Un polar puissant, nerveux. Lu en 48 heures, à peine le temps d’une garde à vue.

    Un face à face intense, gonflé à l’adrénaline et la testostérone : Prigent et Kertesz, deux flics bousillés à la recherche d’un même salut, d’une rédemption qui n’arrivera jamais, se livre un combat sans pitié, dont personne ne sortira vainqueur. Paris, à feu et à sang. Ça pue la coke, les putes, les cadavres et la pourriture.

    Dans un coin de ma tête, Auteuil et Depardieu au 36 Quai des Orfèvres s’affrontent.

    Un premier roman d’une maturité incroyable, une écriture à couper le souffle (au sens premier, j’ai fini les 3 derniers chapitres en apnée). Un polar dur, à la française, qu’ Olivier Marchal pourrait porter au cinéma.

    C’est violent, ça fait mal, mais putain, c’est très très bon.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.