Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Piqûres de rappel - Agathe Portail

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Le major de gendarmerie Dambérailh a été missionné pour remplacer temporairement le chef de la brigade de Montraguil, petite bourgade paisible de Dordogne. Enfin, paisible… On note quelque agitation autour d’une châtaigneraie mise en vente par un monastère voisin et que se disputent un apiculteur et un propriétaire cherchant à étendre un parc photovoltaïque. L’affaire met en émoi
l’association des chasseurs qui s’inquiète de voir disparaître un important territoire de chasse.
Pour l’apiculteur, Pascal, et son associé, Hugo, qui ont monté Honey Box, une start-up de vente de miel par abonnement, l’acquisition de la parcelle est vitale pour pérenniser l’affaire et rembourser les dettes accumulées.
Alors que les frères du monastère eux-mêmes montrent des signes de nervosité, une attaque mortelle d’abeilles va plonger Dambérailh dans la perplexité… avant qu’il s’aperçoive qu’il s’est fourré dans un sacré guêpier…

Après le succès de L’Année du gel, Agathe Portail récidive, convoquant avec la verve qui la caractérise une galerie de protagonistes tous plus retors les uns que les autres, pris dans l’écheveau d’une affaire criminelle aussi effrayante que singulière.
Source : Éditions Calmann Levy Territoires


https://www.liseuse-hachette.fr/file/156587?fullscreen=1&editeur=Calmann%20Lévy#epubcfi(/6/14[a06] !/4/2/2/50/1:533)

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Sharon 23 janvier 2022
    Piqûres de rappel - Agathe Portail

    Revoici le major Dambérailh pour une nouvelle enquête. Cette fois-ci, il se trouve loin des siens. Non, pas sa famille, au contraire, il se rapproche même de son fils Baptiste. Il est loin de sa brigade, parce que le chef de celle de Montraguil, le très apprécié major Péramel est en arrêt-maladie. Tout pourrait se passer dans le meilleur des mondes, si un accident ne survenait. Enfin, si cela avait été un accident, tout se serait bien passé, sauf que ce n’est pas le cas. pas de chance pour le major : c’est-un-meurtre. S’il n’évolue pas cette fois-ci dans le milieu du vin, il découvre celui du miel, des apiculteurs devrai-je dire, et ce milieu n’est ni doux, ni tendre, ni sucré. Il paraît même sans pitié. Non mais franchement, qui aurait envie d’assassiner quelqu’un à coup de piqure d’abeilles, sachant non que le résultat est aléatoire (après tout, quelqu’un aurait pu passer par là et appeler les secours, qui sait ?) mais que la mort est lente et douloureuse. J’ai envie d’ajouter que cette personne, quelle qu’elle soit, n’aura jamais le labelle "ami des abeilles". Celles qui ont piqué sont mortes elles aussi, désorganisant ainsi complètement la ruche dont elles sont issues.

    Qui pouvait haïr autant Hugo Cassague le fondateur d’Honey Box ? Telle est la question à laquelle doit répondre le major, question qui obtient un peu trop de réponses. Il gagne un temps précieux à trouver qui ne le haïssait pas, qui l’aimait même, et savait le juger correctement, lui qui n’était pas à un excès près. Je ne parle pas d’excès culinaire, ou d’excès amoureux. Je parle d’excès pour obtenir ce qu’il voulait, utilisant de trop gros moyens pour un résultat qui n’aurait peut-être pas demandé tant. En parlant d’Hugo Cassague, je ne parlerai pas de "noirceur de l’âme humaine", de son côté "sombre", non, je parlerai plutôt de bêtises, de manque cruel d’empathie et de traditions familiales mal digérées.
    Comme dans l’année du gel, la première enquête du major Dambrérailh, la famille est importante. le major en sait quelque chose, lui qui a le bonheur de voir son fils heureux, apprécié es autres, et tant pis si le major n’avait pas du tout pensé à cette voie pour lui - l’important est de s’être trouvé, et la communauté monastique dans laquelle il vit ne manque pas de personnalités hors-normes. Dambérailh doit composer aussi avec sa tante, Daphné, à qui il a bien dit de ne pas se mêler de l’enquête. Enfin, presque pas. Je ne vous raconte pas son ébahissement quand il constate le rapprochement même pas stratégique entre Daphné et le représentant de la brigade de recherches qu’on lui a collé dans les pattes, à savoir Jules Louvain. Ou plutôt si, je vous le raconte en citant le texte :

    Ce n’était pas l’envie qui manquait au major de saisir l’OPJ au col pour avoir osé appeler sa tante par son prénom, mais il lui fallait garder les deux mains sur le volant.

    Franchement, qui de mieux qu’une innocente vieille dame pour en apprendre un peu plus sur toutes ses familles, dont celle de Cassague, justement ? Qui mieux pour sympathiser avec Asma Cassague ? Daphné, femme de goût, comme dit son neveu, femme qui appelle un chat un chat avec beaucoup de réalisme aussi ! Elle fait la paire avec Louvain, insaisissable et parfois incontrôlable, qui ne manque pas (parfois) de jouer avec les nerfs du major.
    Oui, voir des personnages aussi humains, aussi prompts à dire les choses, les faits, leur ressenti au plus juste cela fait du bien face au noeud de vipères que constituent les relations que la famille Cassague entretient avec autrui. Entre les secrets, les non-dits, ou au contraire ce qui est dit haut et fort dans le but d’appuyer là où cela peut faire le plus mal possible, les détestations même pas cachés,, on peut légitimement se demander comment plus de dégâts n’ont pas été causés plus tôt. Et si l’on parle de famille, l’on parle aussi de ce que l’on choisit de transmettre - ou de ne pas transmettre - à ses enfants. le patrimoine génétique ? L’on n’y peut pas grand chose. La mémoire, par contre, l’on peut choisir ou pas de raconter, sachant que ne pas savoir, pour les descendants, est parfois pire : quand on sait, on a le choix de le transmettre. Quand on ne sait pas, se retrouver face à son histoire, à l’histoire de son peuple, peut être très douloureux.
    Piqûres de rappel - un roman à la fois sombre et lumineux.

  • DesLivresEtMoi7 9 janvier 2022
    Piqûres de rappel - Agathe Portail

    Quittant le monde viticole pour découvrir l’apiculture, c’est avec plaisir que j’ai suivi Agathe Portail et son Major Dambérailh afin de poser mes bouquins dans la petite commune de Montraguil pour me laisser embarquer par une intrigue particulièrement bien construite et rondement menée en plus d’être fort documentée… Et pas si paisible qu’il n’y paraît : Un mort sur la ruche et voici que l’essaim s’emballe ! Si l’autrice prend toujours autant son temps, jamais l’ennui ne nous gagne, tant les pistes comme les suspects s’avèrent nombreux ! Dès lors il faudra tout le flair de notre Major préféré pour mener à bien cette affaire… Sans la jouer comme Peramel mais avec le soutien de l’Adjudant-chef Jules Louvain… Sans oublier sa truculente tante Daphné !
    Et c’est ainsi qu’on avance pas à pas d’indice en rebondissement, tout en abordant des sujets tout à fait actuels jusqu’à un dénouement franchement réussi, pour une lecture entre tradition et modernité, servie par une plume toujours aussi fluide et plaisante, un style attrayant et efficace.

    Chronique complète : https://deslivresetmoi7.fr/2022/01/chroniques-2022-piqures-de-rappel-dagathe-portail.html

  • Nourriture livresque 6 mai 2021
    Piqûres de rappel - Agathe Portail

    J’ai eu quelques difficultés à entrer dans cet univers du polar ancré dans un terroir, cette fois-ci la Dordogne. Un polar bien d’chez nous ! Mais heureusement, je ne suis pas du genre à abandonner dès les premières pages !
    Ça a été une très bonne lecture finalement.

    C’est un polar que je qualifierais de classique, mais qui n’en est pas moins surprenant. Car, personnellement, je n’avais pas trouvé le coupable avant qu’il soit énoncé.

    Outre le suspens présent jusqu’au bout (y’a pas mal de rebondissements... et un peu trop de suspects... de quoi en perdre son latin... vous verrez), ce qui m’a intéressée est le contexte dans lequel l’intrigue se tient : l’apiculture, les guéguerres dans les campagnes pour des terres et leurs usages... et le génocide arménien qui est en toile de fond. Avec pour couronner le tout le fils de l’enquêteur principal qui se retrouve à empaqueter le miel en tant que frère prieur (vocation récente), la tante qui ne tient pas en place (et qui n’a pas la langue dans sa poche), un trafic de dents... Y’a plein de choses dans ce polar ! Je ne me suis pas ennuyée !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.