Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Daddy Love - Joyce Carol Oates

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Robbie Whitcomb, 5 ans, est enlevé sous les yeux de sa mère. Commencent sept années d’horreur pour le petit garçon, rebaptisé Gideon par son ravisseur, Daddy Love. Celui-ci n’est autre que Chet Cash, pasteur itinérant, populaire et séducteur, vendeur d’objets en macramé fabriqués par sa victime. Après l’arrestation, Robbie retrouve sa famille mais le retour à la normalité n’est qu’apparence.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Ninaalu 19 juillet 2019
    Daddy Love - Joyce Carol Oates

    Joyce Carol Oates est une de mes auteures préférées, mais pour diverses raisons je ne l’avais pas lu depuis quelques années. Plus que des polars, JCO écrit de véritables romans noirs, noirs comme l’âme de ses protagonistes. Ici, Chet Cash, l’homme aux mille personnalités. Artiste pour certains, pasteur pour d’autres, séducteur de ses dames, mais surtout Daddy Love pour les enfants qu’il enlève. Des garçons très jeunes. Car passé un certain âge les préados le dégoûtent…

    Âmes sensibles s’abstenir. Si l’auteure n’en fait pas trop, il y a quand même des scènes d’une cruauté et d’une violence sans nom. Daddy Love ne fait pas dans la dentelle, il punit, il éduque, et il se fait plaisir. C’est un manipulateur et un psychopathe. Gideon, l’enfant enlevé, va passer cinq ans avec lui. Et pendant ce temps sa mère survit et panse ses blessures. JCO est une fine analyste de la psyché des gens, et en ça, ses livres sont passionnants.

    Je regrette par contre, la fin trop précipitée, et un manque de détails sur le fameux syndrome de Stockholm. Également, je n’ai pas spécialement apprécié le procédé utilisé au début (je ne spoile pas, mais je suis curieuse de connaitre l’avis des lecteurs). Si les sujets tabous ne vous font pas peur, je vous le conseille, car la plume de l’auteure est acérée comme une arme, qui lui sert à dresser, de livres en livres, un sombre portrait des États-Unis…

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.