Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Que le diable l’emporte

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
3 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Mes évasions livresques 30 août 2019
    Que le diable l’emporte

    Il est enfin là le dernier tome (à ce jour) de la saga Bourbon Kid et pour cet opus, l’auteur a fait fort et s’est vraiment lâché, en poussant les personnages que nous connaissons dans leurs pires travers, en nous livrant une intrigue alambiquée à souhait et à laquelle il faut bien s’accrocher, et une galerie de personnages dont des ninjas, des nonnes psychopathes et un personnage très connu de la littérature fantastique dans des situations de plus en plus cocasses, délirantes et jubilatoires.

    Depuis le tome précédent et la perte d’un personnage important, un tournant a été marqué dans la saga et ce tournant est toujours là et de plus en plus revendiqué dans cet opus où d’énormes révélations sont faites et on peut même distinguer une certaine fin de cette saga.

    La saga Bourbon Kid est sujette à la critique, récemment en postant mon avis sur l’opus précédent, une personne a commenté mon post en me disant que la saga était vide et nulle, le zéro de la littérature... Soit, chacun pense ce qu’il veut mais même si je reconnais que je ne me sors pas grandie à chaque fois que je lis un opus, qu’est-ce que je me suis amusée...

    Oui, les Bourbon Kid ont un langage des plus fleuris, des situations scatophiles , de la violence, souvent gratuite, et il faut un bon sens du second degré et de plaisir coupable pour apprécier la saga. Une fois que vous réunissez tout ça, quel bonheur de suivre cette saga, de voir évoluer les personnages et d’aimer les retrouver comme une bande d’amis assez spéciale avec qui vous savez que vous allez passer une soirée de folie.

    Que le diable l’emporte vous offre tout ça jusqu’au-boutisme et vous offre un vrai baroud d’honneur, ce n’est pas la fin pourtant mais un avant-goût que j’ai ressenti à la lecture de cet opus.

    Une évasion livresque délirante...

  • ju_se_livre 30 septembre 2019
    Que le diable l’emporte

    Je sais bien que je ne suis absoooolument plus objective quand il s’agit de parler de cette saga. Mais là, on est très très loin du coup de cœur habituel... c’est un véritable coup de foudre que j’ai eu pour ce tome.
    💀
    Juste avant de me lancer dans cette lecture, j’ai relu le tome précédent. La saga du Bourbon Kid est la seule et unique que je peux lire et relire à l’infini. Je ne m’en lasse pas. Je suis sa plus grande fan et je suis prête à me battre pour ce titre 😜.
    💀
    Alors quand j’ai reçu ce nouveau tome, vous pouvez pas imaginer à quel point j’étais heureuse.
    💀
    Je l’ai dévoré. J’aime tous les tomes mais j’ai une préférence pour les premiers et en particulier Le cimetière du diable qui est mon chouchou. Et c’est là que mon cœur de fan a fait de sacrés bonds. Car on retrouve parfaitement cette ambiance particulière du début qui est tellement jouissive. Mais il n’y pas que ça. Ce tome est tout simplement parfait et ravira réellement les fans du Bourbon Kid car il est bourré de révélations auxquelles je ne m’attendais absolument pas. Accrochez vous, parce qu’avec les Dead Hunters ça décoiffe.
    💀
    Je ne dévoilerai rien de l’intrigue, c’est quand même le 8ème tome et je ne voudrais pas spoiler. Pourtant j’en aurais des choses à dire mais je ne voudrais pas gâcher votre plaisir. En tout cas l’attente va être très très longue jusqu’au prochain.
    💀
    Mr Anonyme, je vous vénère ! Merci d’avoir créé cette saga complètement barrée, déjantée et unique. Vous êtes mon dieu littéraire ou le diable...

  • Lettres et caractères 29 octobre 2019
    Que le diable l’emporte

    Ca n’est pas moi qui vais vous parler de Que le diable l’emporte mais mon mari, car c’est lui le fan du Bourbon Kid à la maison. Il n’a rien loupé de ses aventures depuis le premier tome.

    Malgré tout, il a démarré ce huitième opus un peu inquiet car le précédent (Bourbon Kid) l’avait déçu avec sa trame qui commençait sérieusement à s’épuiser. Pour être tout à fait honnête, il n’aurait pas acheté ce 8e tome, alors qu’il s’était rué sur les 7 précédents dès leur sortie. Il avait carrément fait une croix sur cette série mais quand je lui ai dit que j’avais la possibilité de le recevoir en service presse, il a tenté cette énième lecture en se disant qu’il n’avait rien à perdre au fond. Et heureusement car Que le diable l’emporte a été un gros coup de coeur qui est parvenu à le rabibocher avec le Bourbon Kid. A la différence du tome précédent qui tournait pas mal en rond et manquait clairement de renouveau, celui-ci surprend par son intrigue tout en conservant la forme décalée qui a fait son succès, même si parfois ça tombe dans la mauvaise blague d’ado.

    Dans Que le diable l’emporte, le Bourbon Kid poursuit sa fuite avec sa belle mais a la très mauvaise idée de se réfugier dans un monastère rempli de moines et de sœurs complètement barrés. Une aventure surprenante avec une fin totalement inattendue. Il n’en fallait pas plus pour lui donner envie de signer pour la suite. La petite brouille passagère est derrière eux, l’amour fou est de retour.

    Si vous ne connaissez pas le Bourbon Kid et souhaitez vous y mettre voici quelques conseils que j’ai pu glaner de sa part :

    1. Commencez vraiment par le premier. Ça a l’air évident mais c’est essentiel pour bien camper les personnages et surtout pour voir si vous accrochez avec ce style déjanté.

    2. N’en attendez rien de plus qu’une lecture follement divertissante. Le livre parfait pour les vacances !

    3. Prévoyez du temps et de l’argent car une fois mis le doigt dans l’engrenage vous aurez bien du mal à ne pas lire les quatre premiers tomes d’un coup.

    4. Persévérez si vous aimez cette atmosphère car tous les tomes ne sont pas égaux en qualité mais ça repart toujours. Ainsi, toujours de son point de vue, le 5e, Psycho killer, est le moins réussi mais le 6e, Le Pape, le kid et l’Iroquois est aussi bon que les 4 premiers. Puis ça retombe avec Bourbon Kid avant d’atteindre à nouveau des sommets avec celui-ci.

    Je pense que vous aurez compris que je remercie très chaleureusement les éditions Sonatine pour avoir permis à ma moitié de continuer l’aventure Bourbon kid. Vivement le neuvième tome !

    Retrouver l’avis complet sur Que le diable l’emporte sur mon blog lettres-et-caracteres.com

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.