Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Alfred Hitchcock - SOUPÇONS (1941)

Un Cary Grant en mari criminel est-il seulement pensable ? Pour Joan Fontaine, cela ne fait aucun doute. Et pourtant : le célèbre verre de lait est-il vraiment empoisonné ?

Le pitch

via GIPHY

Dans un train, Lina McLaidlaw fait la rencontre de Johnnie Aysgarth, prétendu nanti dont elle s’éprend et avec lequel elle se marie sans demander l’avis de ses parents. Bientôt, le caractère de l’époux se révèle épineux : sans aucune fortune personnelle comme il s’en vantait pourtant, ce dernier n’a en plus de cesse de jouer sans compter, si bien que Lina menace de le quitter. Dans le sillage de la mort de son père, la jeune femme se met à soupçonner Johnnie – menteur incorrigible – d’être un assassin…

via GIPHY

Pourquoi c’est un incontournable (à voir ou à revoir)

Parce que Joan Fontaine et Cary Grant.

via GIFER

Ce qu’il y a d’intéressant dans « Soupçons  », c’est que le héros n’est pas incarné par Cary Grant comme l’on pourrait s’y attendre, mais par Joan Fontaine - du reste, l’acteur repassera ensuite au premier plan devant la caméra du maître du suspense pour « Les Enchainés », «  La main au collet » et «  La mort aux trousses » Ainsi, Hitchcock retrouve l’actrice pour la seconde fois après l’avoir dirigée quelques mois seulement auparavant dans « Rebecca  ».

via GIPHY

L’habileté d’Hitchcock à glisser de la comédie sentimentale au drame macabre s’avère un modèle du genre.

La Hitchcock touch’

Le génie d’Hitchcock avec « Soupçons  », c’est de nous faire continuellement – à nous, spectateur – assister à l’histoire du strict point de vue de Lina. Or, celle-ci fait quelque part de son époux l’un des innombrables faux coupables de l’univers hitchcockien. Résultat, notre regard se voit constamment mené vers des conclusions erronées. Pire : l’imagination de Lina, perçue à l’écran de manière subjective, devient une réalité tangible. Si bien que certaines scènes révèlent finalement des choses n’ayant jamais lieu autre part que dans l’esprit torturé de l’héroïne (jusqu’à la mort d’un protagoniste). De fait, impossible par exemple dès lors de ne pas croire le verre empoisonné par Johnnie, ou la promenade en voiture susceptible de finir intentionnellement dans un ravin.

via GIPHY

La scène mythique de la montée de l’escalier de Johnnie, verre de lait à la main, donne une impression étrange. Cela n’a certes rien de si étonnant en matière d’atmosphère lorsque l’on sait qu’il est question des fantasmes déformés de Lina. Toutefois, un tel rendu fantastique n’aurait été possible sans un petite astuce de réalisation : Hitchcock a pour ce plan fait mettre une lumière directement dans le verre de lait afin d’en rehausser la brillance.

via GIPHY

Le caméo d’Hitchcock se trouve à la 45ème minute : on le distingue en train de poster une lettre.

L’analyse

Ce qu’il faut conclure au rapport résolument sceptique (un peu comme dans « Les 39 Marches ») qu’entretient Lina à l’égard de Johnnie, c’est sans doute qu’elle ne ressent pas autant d’amour envers lui qu’elle ne se l’imaginait. Sous cet angle plus psychanalytique, son mariage échappe finalement au déterminisme sentimental pour glisser dans le ressentiment : les noces ne sont alors seulement qu’une façon de fuir sa famille, et surtout l’emprise de son père.

via GIPHY

Comme dans quelques autres de ses films, Hitchcock ne se révèle pas toujours très tendre avec la gent féminine. Car si son personnage apparaît coiffé les cheveux tirés en arrière et avec des lunettes, c’est pour mieux souligner sa condition de femme célibataire échouant jusqu’ici à se marier, sans compter sa frustration sexuelle latente. Lina entend d’ailleurs à un moment ses parents reprocher cet état de fait. Ainsi, l’héroïne se rapproche en cela un temps du personnage de Marnie (« Pas de printemps pour Marnie », 1964) – lequel préfère s’entourer de chevaux que d’hommes, et s’imagine du reste que leur passer un mors aux dents suffit à les dresser.

via GIFER

Reste que cette incompréhension fait office d’épreuve : à la fin, Lina échappe à ses doutes au gré d’une catharsis, et peut enfin éprouver de l’amour pour son mari. Mais pour cela, lui aura-t-il fallu surmonter des soupçons immodérés. Pour Hitchcock, l’amour semble précisément impossible sans quelques afflictions préalables.

La genèse

via GIPHY

Comme avec Ivor Novello pour « Les Cheveux d’or », Hitchcock rencontra un problème avec Cary Grant au moment d’articuler le scénario de « Soupçons  » : il lui fut impossible de faire de la star un meurtrier. Ce qu’il aurait pourtant du être au regard du roman ( « Préméditation », de Francis Iles, alias Anthony Berkeley) dont est tiré le film. Or, tout comme pour « Les Cheveux d’or », cette limite n’en est finalement pas une : d’une part parce que cela permet au réalisateur de poursuivre son obsession du faux coupable, d’autre part dans la mesure où l’histoire n’est plus seulement celle d’un séduisant criminel dont l’épouse comprend petit à petit sans équivoque la nature criminelle, mais celle d’un homme impalpable.

via GIPHY

À l’instar de « Rebecca  », Hitchcock se montre critique envers « Soupçons  », dont il déplore le recours perpétuel aux décors reconstitués en Amérique pour feindre les paysages anglais. Nostalgie de l’Angleterre natale.

Galerie photos

spip-bandeau
spip-slider

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.