Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

De cendres et de larmes - Sophie Loubière

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

12 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Madeline, Christian et leurs enfants rêvent depuis longtemps d’un appartement plus grand où chacun aurait son espace. Un rêve rendu impossible par la réalité du marché parisien. Quand l’occasion se présente pour Christian d’obtenir le poste de conservateur au cimetière de Bercy, avec un pavillon de fonction de 180 m2, la famille Mara n’hésite pas et s’y installe au début de l’été 2019. Peu à peu, les enfants se font au panorama. Tandis que Madeline, caporale cheffe sapeur-pompier, sauve les vivants, Christian veille les morts. L’âpreté de son métier réveille bientôt en lui le besoin d’extérioriser ses émotions par la peinture. Au cœur de ce fragile équilibre où les métiers de l’un et de l’autre pèsent lourd, la maison révèle ses fêlures. Lentement. Insidieusement.
Quelque chose menace cette famille recluse au milieu des tombes.
Une menace dont personne ne mesure encore l’ampleur.
Source : Fleuve Éditions

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Killing79 20 septembre 2021
    De cendres et de larmes - Sophie Loubière

    Je ne vais pas y aller par quatre chemins. J’aime beaucoup Sophie Loubière. C’est une écrivaine sympathique et souriante dont les livres me plaisent énormément. J’ai donc débuté celui-ci avec un certain plaisir. Mais cette fois-ci, mon ressenti s’avère plutôt mitigé.

    Dans « De cendres et de larmes », j’ai retrouvé l’ambiance que sait si bien créer l’autrice. Elle nous entraîne dans un cimetière et nous plonge dans son univers particulier. On hume les odeurs, on matérialise l’obscurité, on entend les sons, on ressent les textures. Le lecteur s’imprègne du quotidien de la famille et de son environnement. Les personnages sont toujours aussi fouillés. On découvre leurs tracas intimes, leurs métiers prenants, tout ce qui déborde sur leur vie tranquille.

    Cependant, j’ai eu du mal à comprendre les intentions de l’autrice. Plus on avance dans l’aventure plus on découvre les secrets de chacun. Une tension invisible naît petit à petit. A partir de la moitié du livre, je guettais donc un évènement ou un élément qui ferait basculer le scénario, mais il n’est jamais venu.

    J’ai conscience que je suis passé un peu à côté du texte, par ma faute. Ma frustration vient du fait que je m’attendais à autre chose. Avec l’atmosphère qui s’assombrit et l’apparition de phénomènes presque fantastiques, j’ai imaginé un thriller avec des rebondissements, alors que c’était en fait un roman noir, tout simplement.

    Avec du recul, ce roman vaut de toute façon le détour pour la belle plume de Sophie Loubière. Toute sa maîtrise de l’écriture est une nouvelle fois à l’œuvre dans cette aventure oppressante. Malgré ma légère contrariété, je ressors satisfait de ma lecture. Je continuerai à m’intéresser à ses œuvres qui ont le mérite de m’étonner à chaque fois. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire. Lire ce livre, sans préjugés !

    https://leslivresdek79.wordpress.com/2021/09/20/690-sophie-loubiere-de-cendres-et-de-larmes/

  • Journal de Bord d’une Lectrice 24 août 2021
    De cendres et de larmes - Sophie Loubière

    « De cendres et de larmes » par Sophie Loubière

    Un roman noir situé dans le cœur de Paris.

    Christian, Madeline et leurs 3 enfants vivent engoncés dans un petit appartement parisien.
    Lorsque Christian se voit offrir le poste de conservateur du cimetière de Bercy, il accepte sans demander l’avis de sa femme, sautant sur l’opportunité de déménager dans le grand pavillon de fonction situé sur le cimetière.

    Mais l’adaptation de la vie au sein d’un cimetière n’est pas aisée. Les enfants ne peuvent pas organiser de fêtes dans le pavillon, Madeline, sapeur-pompier gère des journées difficiles durant lesquelles elle tente de sauver des vie, et Christian se laisse entrainer par des idées de plus en plus sombres.

    L’écriture est fine et la trame bien conçue. Au fur et à mesure de la lecture, l’ambiance s’alourdie, on s’englue dans la morosité et la peur croit lors des nombreux incidents qui semblent donner vie à la bâtisse.

  • Bill 1er juillet 2021
    De cendres et de larmes - Sophie Loubière

    J’ai découvert Sophie Loubière il y a bien longtemps, quand elle animait les fins d’après-midi d’été sur France Inter avec ’Dernier parking avant la plage’, qui accompagnait mes retours du travail bouchonnés sur la rocade toulousaine.

    Depuis, elle est passée à l’écriture, j’ai acheté plusieurs de ses romans, qui attendent sagement leur tour dans mes Billy ou mes liseuses.

    Mais quand j’ai vu que NetGalley proposait la lecture de son dernier roman, je n’ai pas hésité une seconde, je l’ai sollicité, et, dès réception, je m’y suis plongée illico !

    Elle nous emmène à Paris où Madeline, Christian et leurs trois enfants emménagent dans la nouvelle maison de fonction de Christian, celle du gardien du cimetière de la Porte de Charenton, logement inoccupé depuis une dizaine d’années.

    Madeline, pompier, voit des horreurs au travail. Christian la relaie auprès des enfants lors des jours de garde à la caserne. Disposant enfin d’un atelier où créer les oeuvres qui le hantent depuis le drame qui a déchiré son adolescence, Christian se détache peu à peu ...

    L’environnement, l’imagination qui leur fait voir des spectres, les bruits nocturnes ...

    Tous les ingrédients sont réunis peu à peu pour que la terreur monte inexorablement jusqu’à cette nuit post Halloween.

    Un suspense qui grandit peu à peu, la peur qui grignote les belles images d’une famille bien sous tous rapports, et même en pointe puisque Christian et Madeline partagent à parts égales les charges du foyer.

    Ce roman nous propose également une immersion dans le quotidien des pompiers parisiens de l’incendie de Notre-Dame à la découverte de petits cadavres dans des taudis.

    Une famille sympathique, des personnages très bien campés et un style vif et rapide font de ce roman un véritable ’page-turner’, que je n’ai pas lâché avant de le terminer !

    Il ne me reste plus maintenant qu’à me plonger dans les romans précédents de Sophie Loubière.

    Je remercie NetGalley et les Editions Fleuve noir de m’avoir transmis cet ouvrage

    #Decendresetdelarmes #NetGalleyFrance

  • Emysbook 24 juin 2021
    De cendres et de larmes - Sophie Loubière

    Ce roman est atypique et je vais encore malheureusement posté une petite déception..

    Oui ce roman nous expose la vie d’une famille. Une famille qui est exposé à la vie, à la mort. Deux parents que tout opposent.
    L’une sauve des vies l’autre, entretiens les morts dans un cimetière. Mais un esprit mauvais ne cesse de leur tourner autour..

    Je ne m’attendais pas à ça, je pensais qu’il s’agissait d’un thriller, sombre, noir, un huis clos..
    J’avais l’impression de découvrir un documentaire sur l’univers des pompiers et bien que cela soit passionnant c’était à mon sens trop présent..

    Je ne me suis pas attaché aux personnages malheureusement bien que j’ai un peu apprécié l’environnement psychologique de la famille.
    J’aimerais beaucoup redécouvrir un autre roman de l’auteur pour me faire une autre idée de cette auteure car j’ai tout de même aimé la plume..

    Il conviendra sûrement à d’autres lectrices mais il n’a pas fait l’unanimité pour moi..

  • lemurmurdesameslivres 23 juin 2021
    De cendres et de larmes - Sophie Loubière

    « Quelque chose était en train de basculer ici et partout ailleurs. »

    Me voici à nouveau transportée par un roman de Sophie Loubière, dans lequel j’ai retrouvé cette plume délicate, cet art de la présentation et ces personnages subtils qui caractérisent chacun de ses livres.

    Nous suivons une famille recomposée, dont Christian, le père, vient d’être nommé conservateur du cimetière de Bercy.

    Durant les premiers chapitres, on ressent l’engouement positif, notamment envers la mère, caporale-cheffe sapeur-pompier. Un métier prestigieux, qui lui vaut l’admiration sans borne de son entourage.
    Christian, lui, n’est pas un carriériste, et aspire à une vie tranquille, centrée sur sa famille. Le poste de conservateur est pour lui une évolution, sans pour autant empiéter sur sa vie personnelle.

    L’apparence ordinaire de cette famille rend perméable à tout ce qui peut les atteindre. Sophie Loubière analyse la façon dont parfois tout peut déraper, insensiblement, imperceptiblement.

    La communication entre les membres de la famille va peu à peu devenir difficile, chacun étant absorbé par ses propres soucis. Madeline enchaîne les astreintes, et ses horaires décalées deviennent rapidement source de frustration pour ses enfants et son mari.
    Christian, cherche à se libérer du poids du passé par le biais de l’art, et se montre de plus en plus irritable et instable.
    Les enfants réagissent aux contraintes de cette nouvelle vie du mieux qu’ils le peuvent. A travers eux, le récit prend parfois des accents fantastiques, trouvant leur source dans une imagination aussi fertile qu’intarissable.

    L’atmosphère anxiogène engendrée par la maison, et le comportement fiévreux du père, ne sont pas sans rappeler le déclin psychologique de Jack Torrance au sein de l’Overlook Hotel.
    La tension, grandissante au fil de l’histoire, atteint son paroxysme vers la toute fin du récit. L’air m’a manqué et j’ai retenu ma respiration, angoissée par ces lignes que je savais décisives.

    De cendres et de larmes est un roman qui oscille entre les genres. Thriller psychologique ou roman fantastique, la quatrième de couverture crée la confusion, offrant ainsi un suspense au tournant inattendu.

    Caroline - Le murmure des âmes livres

  • Aude Lagandré 14 juin 2021
    De cendres et de larmes - Sophie Loubière

    Il n’est jamais aisé d’écrire une chronique qui soit suffisamment « honorable » pour rendre justice à un roman que l’on a follement aimé. « De cendres et de larmes » est un roman que j’ai follement aimé, de la première à la dernière phrase. Sophie Loubière a un don pour poser ses atmosphères qui deviennent de plus en plus oppressantes au fur et à mesure des pages qui se tournent. Le roman s’ouvre sur une scène d’apocalypse que personne n’oubliera : Notre-Dame en feu. Madeline est caporale-cheffe sapeur-pompier. Elle est mariée à Christian qui accepte un poste de conservateur au cimetière de Bercy. Cette famille constituée de deux adultes et de trois enfants vit dans un tout petit appartement. L’idée d’une maison plus grande est séduisante. Une maison située au cœur d’un cimetière un peu plus rebutante. Et pourtant, la famille franchit le pas, attirée comme des papillons par l’espace, le silence, le calme et plus de sérénité.

    Dans la famille Mara, le socle c’est le couple. Christian et Madeline s’aiment. Si « Le parcours professionnel de Christian Mara était l’antithèse du plan de carrière. », celui de Madeline est primordial à ses yeux. Son métier est son équilibre. C’est l’un de leurs enfants qui en parle le mieux : « (…) Anna avait résumé le métier de ses parents : Maman veillait sur les vivants, et papa veillait sur les morts. (…) Maman veillait sur des êtres destinés à mourir à plus ou moins court terme. » Cette famille semble avoir trouvé son équilibre entre une mère combattante du feu et un papa-lion qui veille tendrement sur ses petits.

    Quelle est l’influence du lieu dans lequel on vit sur le mental, sur l’existence, sur nos actions ? Vivre dans un cimetière n’est pas une chose banale, même pour celui qui aime la tranquillité. Si l’écriture de Sophie Loubière n’est pas dénuée d’humour, « Anna rêve d’habiter le château de la Reine des neiges, pas la maison de la famille Adams. », on conçoit aisément à quel point l’imagination peut se nourrir des choses du quotidien qui se passent vraiment, et celles qui relèvent de la fantasmagorie. La maison, « cette vieille dame capricieuse », est un personnage à part entière qui déteint sur ses occupants. S’ils y vivent, elle les habite. Si Madeline était « L’évidente clarté dont il avait besoin pour affronter ses nuits », Christian s’imprègne peu à peu des lieux, de ses habitants silencieux, de ce « dortoir » pour des âmes en repos. La maison offre à Christian une forme de renaissance tout en l’obligeant à « Dompter les ténèbres ».

    Car « De cendres et de larmes » est bâti sur de nombreuses oppositions : l’ombre et la lumière, le calme du cimetière et la fureur de la ville, les forces des personnages et la découverte progressive de leurs failles, la réalité du quotidien et un univers plus fantastique (cauchemars et hallucinations), la vie et la mort. Les cendres qui symbolisent ce qui reste après le feu, et les larmes ce qui reste après le deuil permettent d’entrer lentement dans un monde plus angoissant en empruntant un chemin de traverse. La tension monte crescendo, et l’auteur sème ici et là de petits cailloux de lumière nécessaires pour retrouver son chemin. L’osmose étouffante des personnages avec la maison offre de belles sueurs froides…

    Et pourtant, nous sommes bien les deux pieds dans la réalité, car le roman est profondément ancré dans notre société, même s’il se déroule dans un lieu atypique. « Quelque chose était en train de basculer ici et partout ailleurs. L’incendie de Notre-Dame avait sonné le glas d’une ère nouvelle, plus sombre. » Le monde gronde, les écarts se creusent, les protestations se font plus fortes. Sophie Loubière décrit avec brio cet environnement en pleine mutation où l’on déteste aussi vite que l’on adule. En rendant hommage aux pompiers de Paris qu’elle prend en exemple pour étayer son propos, elle transmet ce grondement sourd de la révolte, et ses contradictions.« Bombardés à coups de canon à eau. Hier décorés pour leur courage, après avoir mis leurs vies en péril et sauvé Notre-Dame, on les pulvérisait de la manière la plus déshonorante et la plus avilissante qui fût pour un soldat du feu. »

    Ici, le huis clos contraste avec la société en pleine mutation, l’humour avec la gravité, l’obscurité avec la clarté, le temps qui passe avec le temps figé. Sous la plume précise qui glisse, on parvient presque à entendre la voix de Sophie qui raconte ses personnages. Cette expérience sensorielle, le choix des mots à intonation et la musicalité des phrases subliment l’inquiétude qui croît, nos phobies enfantines qui éclatent, nos émotions qui explosent. Mais, au rythme des taches de moisissures troublantes, Sophie Loubière parvient toujours à nous ramener vers la lumière jusqu’à cette fin, divine.

  • Riz-Deux-ZzZ 9 juin 2021
    De cendres et de larmes - Sophie Loubière

    En bref, un récit entre roman social et thriller fantastique... Mais le dosage n’est pas tout à fait équitable.
    La parution du titre dans la collection "noire" des éditions Fleuve et le décor posé par Sophie Loubière au cœur d’un cimetière laissait penser que l’on allait frissonner. Malheureusement, mes attentes n’ont pas été tout à fait comblées et je ressors de cette lecture mitigée.
    En effet, la première moitié du roman est plutôt centrée sur le couple Mara, et plus précisément sur Madeline : on la suit souvent lors de ses interventions de sapeur-pompier et, si l’on ne peut que souligner la crédibilité des scènes ancrées dans l’actualité de 2019 (incendie de Notre-Dame de Paris, manifestations des Gilets Jaunes, etc.) ainsi que la volonté de mettre en avant le courage et le dévouement des pompiers, je n’avais pas spécialement envie de lire une sorte de reportage sur le métier. Les quelques scènes pouvant apporter du suspense et une pointe de mystère sont survolées et passent assez inaperçues.
    La seconde moitié bascule un peu plus dans l’ambiance noire que j’espérais. Les relations familiales se dégradent doucement, la tension psychologique se met enfin en place et le cimetière prend vraiment sa place en tant que personnage à part entière. On ressent la vie nocturne, on imagine les bruits de la nature prenant une dimension particulière dans le noir. Christian se renferme tandis que les anciens gardiens du cimetière nous dévoilent quelques secrets. Cependant, l’ensemble reste plutôt superficiel et les nombreuses questions ne trouveront pas forcément de réponses à la fin du roman... De nombreux thèmes ont été abordé au fil des pages et il était sans doute difficile pour l’auteure de tous les exploiter correctement.
    [...]

    Avis complet : https://www.instagram.com/p/CP06_HDn8kt/

  • Nourriture livresque 8 juin 2021
    De cendres et de larmes - Sophie Loubière

    Premier livre de cette autrice pour moi, et il ne m’a pas réellement emballée. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai éprouvé des difficultés à avancer dans ma lecture. Peut-être n’était-ce pas le bon moment pour moi.
    Je crois qu’en ce moment j’ai besoin d’être secouée émotionnellement pour que mon cerveau se sente intéressé, concerné...et là, tel ne fut pas le cas.

    Les sujets évoqués sont pourtant intéressants : famille recomposée, femme sapeur pompier, harcèlement scolaire... et il y en a d’autres encore. Ça aurait pu le faire...

    On entre donc dans la vie d’une famille recomposée avec une femme sapeur pompier (ce qui n’est déjà pas si banal encore aujourd’hui), et un homme qui se voit offrir le poste de conservateur d’un cimetière... avec un logement de fonction dedans (encore moins banal).
    Un endroit particulier, mais qui a le mérite d’offrir un espace à chacun.
    Chaque enfant (il y en a trois) y trouve sa place, mais un cimetière est un environnement propice à stimuler l’imagination... ou à rencontrer le surnaturel ? Voire à sombrer dans la folie ?
    Chaque personnage réagira différemment à cette nouvelle vie, et finalement c’est ça que j’ai trouvé intéressant, même si je n’ai pas totalement été embarquée émotionnellement parlant.

    J’ai trouvé le rythme assez lent. Ce n’est qu’à la toute fin que les choses s’accélèrent, et que l’envie de comprendre m’est devenue pressante.

    Je dois tout de même bien avouer que, pendant toute la lecture, je ne savais pas où l’autrice allait nous mener. Elle m’a menée par le bout du nez, car je ne m’attendais pas à cette fin.

  • Ju lit les Mots 7 juin 2021
    De cendres et de larmes - Sophie Loubière

    Je ne connaissais pas la plume de Sophie Loubière, j’étais donc curieuse de la découvrir et intriguée par ce couple dont l’un sauve les vivants et l’autre veille les morts.

    L’auteure décortique ses personnages, leur donne corps et j’ai aimé Madeline, caporale cheffe sapeur-pompier, son mari Christian, conservateur au cimetière de Bercy. Michael, ado rebelle, né d’un premier mariage, un peu geek qui va se découvrir un talent pour le paranormal. Eliot CM2 harcelé à l’école, un brin froussard et Anna rêveuse mais au caractère affirmé. Sans compter des personnages secondaires qui gravitent autour de cette famille et qui vont apporter leur lot d’interrogation et d’angoisse.

    La famille maintient un semblant d’unité malgré un fragile équilibre dû aux métiers bien particuliers des parents. La maison révèle ses fêlures, à l’image de celles de la famille. Lentement. Insidieusement.

    Le Cimetière de Bercy théâtre de toutes les peurs et croisement de toutes les angoisses avec la maison de fonction de 180m2 mal entretenue, aux murs qui suintent, aux craquements assourdissants, qui semble avoir absorbé toutes les horreurs passées…

    Je dois dire que dès le prologue Sophie Loubière réussi à éveiller mon intérêt, en débutant son intrigue sur l’incendie qui ravage Notre-Dame de Paris en avril 2019 et donne ainsi le ton à une intrigue qui se révélera noire et dramatique. Le déménagement semblait idyllique pourtant, on assiste à la lente descente aux enfers d’une famille apparemment unie. Côtoyer les morts, ne va pas être de tout repos.

    La tension monte crescendo au point que l’auteure joue avec nos nerfs avec une intrigue sur le fil du rasoir entre fantastique et thriller. Pourtant, il n’y a rien de fantastique dans l’imagination des personnages dont les peurs surgissent au gré des bruits, grattements d’animaux ou intrusions au sein de ce cimetière vecteur des peurs les plus primaires. Ajoutez à cela une maison qui semble prendre vie avec des bruits inquiétants et dont l’humidité suite par tous les pores de ses murs, où le moindre craquement prend aux tripes et fait galoper l’imagination de nos chers personnages.

    Cette maison représentant le siège familial révèle peu à peu ses failles, à l’image de cette famille dont les relations se délitent au gré des absences de la mère, héroïne des temps modernes, du mal-être de Christian qui sombre peu à peu dans une mélancolie qui l’entraine aux portes de la folie. Une famille à la dérive dont le sort semble inexorablement la mener vers une fin catastrophique.

    L’auteure brouille les pistes en maintenant une tension palpable tout le long du récit, jusqu’au final que l’on croit deviner. Un thriller psychologique qui décortique l’âme humaine et aborde en filigrane des questions de société. A travers le personnage de Madeline, caporale cheffe sapeur-pompier, Sophie Loubière rend un bel hommage aux pompiers et leur dévouement, tout en leur donnant un visage humain, à travers leur famille.

    Une excellente lecture teintée d’angoisse, grâce à la plume descriptive, immersive, des personnages attachants, aux fêlures palpables. Une tension oppressante qui maintient le lecteur à la frontière du thriller et du surnaturel grâce à une intrigue qui réveille l’imagination.

    https://julitlesmots.com/2021/06/04/de-cendres-et-de-larmes-sophie-loubiere/

  • monique mollicone 6 juin 2021
    De cendres et de larmes - Sophie Loubière

    J’ai eu le plaisir de recevoir le roman « De cendres et de larmes » de Sophie Loubière en avant première grâce à Netgalley.
    En premier lieu je n’ai lu que « l’enfant aux cailloux » que j’avais beaucoup apprécié et jamais oublié. Black coffee est dans ma bibliothèque, mais je n’ai pas encore eu le temps de le lire 😉
    De cendres et de larmes me permet donc de renouer avec l’écriture de l’auteur et franchement, je suis comblée.
    Tout commence comme une belle histoire familiale : Madeline la maman (sapeur pompier à Paris), Christian le père, un coté cool (jardinier à paris) qui adore sa femme et les enfants : Michael, l’ado rebelle, né d un premier mariage, Eliot CM2 harcelé à l’école, assez froussard, et Anna qui vit dans les mondes enchantés de Disney.
    Tout ce petit monde vit dans un minuscule appartement, alors, pour avoir une vraie maison, Christian accepte le poste de conservateur au cimetière de Bercy.
    Quelques craintes de partir vivre dans un cimetière (ce n’est quand même pas banal), vite balayées par la vision de cette grande maison, même si elle n’est pas forcement reluisante.
    Mais vivre dans un tel lieu apporte de nombreuses contraintes et ce qui était une belle histoire familiale bascule petit à petit du coté sombre de la vie.
    Mickael entend des bruits étranges la nuit, Eliot n’est vraiment pas rassuré, Madeline est souvent absente, et Christian se sent une âme d’artiste peintre. Seule Anna gère cette nouvelle vie avec l’insouciance et l’imagination de l’enfance.
    Mais cette maison parait avoir une bien mauvaise influence sur Christian. Au fil des pages, passant de plus en plus de temps dans son atelier en dehors des heures de travail (ses œuvres sont assez lugubres quand même) , il est moins présent pour ses enfants, pour sa femme. Il est plus distant, même parfois excédé par tous. Il devient irascible.
    Petit à petit, nous découvrons des enfants qui deviennent méfiants, une Madeline qui s’inquiète d’autant plus que son travail est très prenant.
    Y aurait-il un mauvais esprit sur cette maison, une malédiction, la folie qui s’installe chez Christian, des explications plus rationnelles ?
    L’écriture de Sophie nous promène doucement mais surement vers un final inattendu. La tension monte doucement mais surement. On s interroge régulièrement sur la vraie raison de cette transformation et on tourne chaque page avec parfois le nœud au ventre.
    Chaque personnage est très bien décrit et analysé, je donnerai ma préférence à la petite Anna qui est un bien joli rayon de soleil dans cette histoire.
    Je ne vous dirai pas bien sur si l’histoire se termine bien ou mal, il vous faudra lire ce beau roman qui passe du blanc au noir. De quelle couleur sera la fin ? A vous de le découvrir.
    Bonne lecture.
    Le synopsis : Madeline, Christian et leurs enfants rêvent depuis longtemps d’un appartement plus grand où chacun aurait son espace. Un rêve rendu impossible par la réalité du marché parisien. Quand l’occasion se présente pour Christian d’obtenir le poste de conservateur au cimetière de Bercy, avec un pavillon de fonction de 180 m2, la famille Mara n’hésite pas et s’y installe au début de l’été 2019. Peu à peu, les enfants se font au panorama. Tandis que Madeline, caporale cheffe sapeur-pompier, sauve les vivants, Christian veille les morts. L’âpreté de son métier réveille bientôt en lui le besoin d’extérioriser ses émotions par la peinture. Au cœur de ce fragile équilibre où les métiers de l’un et de l’autre pèsent lourds, la maison révèle ses fêlures. Lentement. Insidieusement.
    Quelque chose menace cette famille recluse au milieu des tombes.
    Une menace dont personne ne mesure encore l’ampleur.
    Sortie le 3 juin.
    #NetGalleyFrance, #NetGalley #decendresetdelarmes #sophieloubiere

  • jeanmid 5 juin 2021
    De cendres et de larmes - Sophie Loubière

    Dès les premières pages l’ambiance est donnée : noire et dramatique .

    On fait la connaissance de cette famille recomposée :
    Madeline , caporale-cheffe dans une brigade de sapeurs pompiers de Paris . Une femme forte qui sait diriger ses troupes et garder son sang froid malgré les circonstances . Elle qui côtoie toutes les détresses et toutes les tragédies du monde mais dont les absences à répétition dans la famille vont laisser des traces de plus en plus indélébiles .
    Christian Mara , son mari ,chargé de l’entretien des jardins à la Ville de Paris et qui est promu conservateur du cimetière de Bercy dans le XIIème arrondissement avec à la clef une maison attenante en guise de logement de fonction . Après avoir côtoyé les plantes , il va devoir apprendre à côtoyer les morts . Pendant son temps libre il s’adonne à sa passion : la peinture même si elle est un peu particulière ...
    Michael , le fils de Madeline qu’elle a eu d’un premier mariage . Comme tout adolescent il a la bougeotte et a envie de tenter des expériences nouvelles ..
    Eliot , qui se fait harceler par une bande à l’école mais qui va faire une mystérieuse rencontre qui va bouleverser sa vie …
    Anna la cadette , curieuse de tout , sans aucun filtre ni complexe .

    Habiter dans un cimetière peut être une expérience hors du commun voire cool pour tout fan de Stephen King mais la nuit , quand des sons inquiétants provenant peut être de sombres caveaux ou de visiteurs indésirables qui viennent vous déranger dans votre sommeil , voire même vous offre chaque soir un ticket gratuit pour le retour des morts vivants , il y a de quoi s’en trouver affecté ou déstabilisé à la longue .
    Quand par-dessus le marché , cette charmante maison dans laquelle vous vivez , un peu vieillotte , un peu humide , semble avoir une vie propre avec ses revenants, ses voix venues d’outre-tombe , ses bruits inquiétants , ça devient carrément flippant et ça pourrait même vous rendre dingue à long terme .
    Christian et Madeline vont donc devoir sérieusement réagir s’ils ne veulent pas que leur chère famille tombent dans la paranoïa et y laissent leur peau .

    Ambiance glaçante garantie avec ce roman qui laisse le temps de nous surprendre . Les pièces du puzzle se mettent tranquillement en place pour un final (d)étonnant . Chaque pièce est un représentant de la famille dont les nerfs sont mis à rude épreuve , avec comme pièces maîtresses le père et la mère qui tentent de sauver les meubles alors que le bateau coule et que la psychose s’installe . le couple soudé du début va peu à peu se désagréger comme leur rationalité alors que de nouveaux personnages vont venir apporter une petite dose malsaine supplémentaire .
    L’intrigue pourra sans doute en déconcerter certains mais l’auteure tient le cap d’un roman qui laisse place à de belles émotions grâce à cette famille en plein décomposition mais à laquelle on s’attache pour le meilleur et pour le pire .
    Un thriller au scénario original, qui montre que Sophie Loubière a plusieurs cordes à son arc quand il s’agit de faire découvrir à ses lecteurs de nouvelles sensations littéraires .

  • loeilnoir 3 juin 2021
    De cendres et de larmes - Sophie Loubière

    Si je rêvais de passer une nuit dans un cimetière, c’est chose faite avec la lecture nocturne de ce roman : pas de créature sortie d’outre-tombe mais une atmosphère délicieusement oppressante, qui oscille entre conte gothique et drame familial résolument moderne. Un véritable coup de cœur en ce qui me concerne pour cette première lecture de l’auteure.

    A l’étroit dans leur appartement parisien, Madeline et Christian rêvent d’offrir à leurs trois enfants un logement plus approprié où chacun aurait son espace, mais les prix du marché de l’immobilier sont pour eux hors de portée. Artiste-peintre à ses heures, Christian vit de petits boulots, mais lorsque l’occasion se présente pour lui d’obtenir le poste de conservateur au cimetière de Bercy, avec un pavillon de fonction de taille conséquente, il n’hésite pas et s’y installe avec sa famille au début de l’été 2019. Malgré leurs réticences premières, les enfants s’habituent à ce que leurs fenêtres donnent sur le cimetière voisin. Madeline est caporale cheffe sapeur-pompier, un métier prenant, qui lui permet de sauver « les vivants », tandis que Christian désormais veille les morts. Celui-ci se laisse peu à peu envahir par la solitude imposée par ce métier si particulier : les toiles qu’il peint dans la cave prennent une place de plus en plus importante dans son quotidien. Une menace semble peser sur la famille : vient-elle du cimetière ? De la maison ? Ou des membres de la famille ?

    Une histoire comme je les aime : on côtoie le surnaturel sans véritablement y être confronté. L’auteure a un talent incroyable pour stimuler notre imagination : imaginez cette famille qui s’installe dans une vieille maison mystérieuse dépendante d’un cimetière parfois bizarrement animé, un père qui perd les pédales façon Jack Torrance, une mère qui a un métier des plus valorisants mais qui est souvent absente et des enfants à l’imagination débordante qui perdent leurs repères… Tous les ingrédients sont réunis pour créer un huis-clos parfaitement anxiogène, on s’attend à ce qu’il se passe certains évènements étranges… Et pourtant l’auteure a un autre talent, celui de nous surprendre, car plus d’une fois on se demande où elle va nous emmener et on est surpris du résultat ! Cette façon de faire est parfois déroutante mais surtout séduisante. Clairement, on va là où on ne s’y attend pas !

    Les personnages sont atypiques et attachants : Madeline a un métier d’homme, sauve la vie d’autres enfants pendant que les siens sont à la maison, c’est une femme forte mais sensible, qui aura le don grâce à cette sensibilité de sauver sa propre famille du danger qui la guette. Je ne dirai pas la nature de ce danger pour ne pas divulgâcher mais vous serez surpris… Roman ancré dans le réel et l’actualité : l’incendie de Notre-Dame, le mouvement des gilets jaunes, les immigrés clandestins… Et en parallèle cette maison aux allures de manoir hanté en plein Paris, accolée à ce cimetière où un dédale de tombes et chapelles anciennes servent d’abri à ceux qui souhaitent s’y cacher… L’écriture de l’auteure, descriptive et ponctuée d’envolées poétiques est parfaitement adaptée au lieu dépeint. Bref une très belle découverte : j’ai quitté à regret cette histoire envoûtante que je ne suis pas prête d’oublier !

    Je remercie les Editions Fleuve ainsi que la plateforme Netgalley pour la lecture de ce roman.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.