Bienvenue à Suburbicon - George Clooney

Notez
Notes des internautes
1
commentaire
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Suburbicon est une paisible petite ville résidentielle aux maisons abordables et aux pelouses impeccablement entretenues, l’endroit parfait pour une vie de famille. Durant l’été 1959, tous les résidents semblent vivre leur rêve américain dans cette parcelle de paradis. Pourtant, sous cette apparente tranquillité, entre les murs de ces pavillons, se cache une réalité tout autre faite de mensonge, de trahison, de duperie et de violence... Bienvenue à Suburbicon.

Galerie photos

spip-slider

Pour aller plus loin

Vos avis

  • Polars urbains 23 décembre 2017
    Bienvenue à Suburbicon - George Clooney

    Bienvenue dans un monde d’aigrefins, de gangsters à la petite semaine, de tromperie et de trahisons à tous les niveaux… Bienvenue dans un lotissement périphérique résidentiel de la fin des années 50 aux maisons pimpantes et aux pelouses impeccables… Bienvenue dans le rêve américain qui peut vite tourner au cauchemar pour certains… Bienvenue à Suburbicon.

    Préciser un seul élément du scénario (une idée que les frères Cohen gardaient dans leur tiroir) risquerait de gâcher la découverte du spectateur. Disons simplement que la vie de famille n’est pas toujours aussi paradisiaque que l’on pourrait le croire et que les innocents ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

    Bienvenue à Suburbicon est un excellent film, un polar bien glauque sur fond de tensions raciales (inspirées par des événements bien réels décrits dans le documentaire Crisis in Levittown dont on voit des extraits dans le film). Un film où les adultes ne s’en tirent pas à leur avantage et ou seuls les enfants préservent leur innocence. Mais jusqu’à quand ?

    En sortant de la salle, je pensais aux dernières phrases de Manchette dans Ô dingos, ö châteaux ! : L’air était pur. Il faisait vachement beau. Peter se félicita du retard apporté à son départ par la fusillade. Son oreille était douloureuse quand il y touchait, mais il n’avait pas envie qu’on y mette de l’alcool. Il partit jouer aux indiens.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.