Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Un été pour lire les meilleurs romans policiers et thrillers - 3 bandes dessinées

#CulturePolar n°2

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Deuxième épisode de notre sage de l’été sur les meilleurs livres de polar pour parfaire sa culture du genre. Et aujourd’hui, cap sur les petites bulles de la bande dessinée avec trois œuvres qui ont marqué durablement les esprits !

1. La Marque Jaune d’Edgar P. Jacobs (1953).

Une iconographie intemporelle, une intrigue inattendue, aux frontières des genres, des personnages iconiques, des scènes qui n’ont rien à envier aux meilleurs des films (dont l’auteur s’inspire) : c’est à un des sommets de la BD, tous genres confondus, qu’on est confrontés quand on lit cette œuvre haletante, une de celle où le génie créatif d’Edgar P. Jacobs n’a pas pris une ride. Foncez !

Résumé

Les murs de la City ne résonnent plus que des incroyables exploits de la "Marque Jaune". Ce mystérieux criminel multiplie les actions spectaculaires : raid contre la banque d’Angleterre, vol du Gainsborough de la National Gallery, et même vol de la couronne royale d’Angleterre... Rien ne semble pouvoir l’arrêter. Son audace va jusqu’à prévenir à l’avance la police du lieu de l’accomplissement de ses forfaits, ridiculisant à chaque fois un peu plus Scotland Yard. L’apparente facilité avec laquelle il se déjoue des dispositifs policiers finit par inquiéter les plus hautes instances du pays. Le capitaine Francis Blake est dépêché par le Home Office auprès de Scotland Yard pour élucider l’affaire et découvrir l’identité de l’homme qui se cache derrière la Marque Jaune. Le capitaine s’adjoint tout de suite les services de son vieil ami, le professeur Philip Mortimer, dont les connaissances scientifiques s’avéreront précieuses dans cette affaire extrêmement complexe. Mais voici qu’aux vols succèdent les enlèvements. Un médecin réputé, un éditorialiste fameux, un juge éminent, disparaissent tour à tour, enlevés sous les yeux impuissants de la police. Les trois hommes se connaissaient. Ils faisaient tous trois partie du "Centaur Club" et étaient amis, ainsi que le professeur Septimus. Ce dernier, psychiatre de renom, est persuadé que la Marque Jaune est un génie du mal et qu’il sera le prochain de la liste... Qui se cache derrière la Marque Jaune ? Quels sont ses mobiles, ses motivations ?... Blake et Mortimer auront fort à faire pour venir à bout de l’inquiétant individu aux pouvoirs quasi-surnaturels...

2. Les adaptations des romans de Léo Malet par Jacques Tardi : Brouillard au pont de Tolbiac (1982) + 120, rue de la gare (1988) + Une gueule de bois en plomb (1990) Casse-pipe à la Nation (1996) M’as tu vu en cadavre ? (2000).

Tardi, c’est Paris, mais pas n’importe lequel. Celui que vous aurez parfois du mal à reconnaître aujourd’hui, fait de gouaille, de débrouillardise, de violences, mais aussi de regards enfiévrés, intelligents, de ceux qui vous rendront, si ce n’est meilleur, au moins un peu plus ouvert sur le monde. L’archétype du polar noir à la française, l’immense talent graphique en plus.

Résumé Brouillard au pont de Tolbiac

Paris, 1956. La nuit, sur le pont de Tolbiac, un homme rôde. Dans son regard, la folie... Pendant ce temps, Nestor Burma, détective privé réputé pour mettre le mystère K.O., enquête sur la mort d’un vieux chiffonnier. Et se retrouve plongé dans ses souvenirs de jeunesse. Il se revoit vingt ans plus tôt, en jeune anarchiste usant ses semelles sur les trottoirs du 13e arrondissement... Publié en 1981 dans le magazine A suivre, Brouillard au pont de Tolbiac est la première adaptation par Tardi d’un roman noir de la série Les Nouveaux Mystères de Paris, écrite par Léo Malet. C’est l’occasion pour le dessinateur d’arpenter Paris en tous sens avant de recréer avec brio l’ambiance urbaine de la capitale d’après-guerre. Pavés luisants, odeurs de macadam mouillé et architectures de métal : le graphisme de Tardi, avec son noir et blanc rehaussé d’aplats gris, n’a pas d’équivalent pour traduire en images l’atmosphère de la ville. Un polar sombre et fascinant marqué par la fatalité.

3. Série Blacksad de Juan Díaz Canales et Juanjo Guarnido (2000).

Blacksad, c’est un choc esthétique (mais pas que) tout droit venu de la péninsule ibérique, une de ces séries de BD dont on sait déjà qu’elles vont faire l’histoire du médium. Pur concentré de polar hard boiled mâtiné de touches appréciables de modernisme (pour le rythme et l’exigence de crédibilité scénaristique), cette série où les personnages sont des animaux anthropomorphes ne pouvait que faire mouche dans le pays du Roman de Renart (et du dessin animé Moi, Renart, on y tient !). Quiconque aime le polar SE DOIT de lire cette série, au risque… de passer un excellent moment.

Résumé du tome 1, Quelque part entre les ombres

"Parfois, quand j’entre dans mon bureau, j’ai l’impression de marcher dans les ruines d’une ancienne civilisation. Non à cause du désordre qui y règne, mais parce que certainement cela ressemble au vestige de l’être civilisé que je fus jadis".

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Galerie photos

Vos #AvisPolar

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.