Les chemins de la haine - Eva Dolan

Notez
Notes des internautes
1
#AvisPolar
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Pas de corps reconnaissable, pas d’empreintes, pas de témoin. L’homme brûlé vif dans l’abri de jardin des Barlow est difficilement identifiable. Pourtant la police parvient assez vite à une conclusion : il s’agit d’un travailleur immigré estonien, Jaan Stepulov. Ils sont nombreux, à Peterborough, ceux qui arrivent des pays de l’Est, et de plus loin encore, à la recherche d’une vie meilleure. Et nombreux sont ceux qui voudraient s’en débarrasser. Les deux policiers qui enquêtent sur le meurtre, Zigic et sa partenaire Ferreira, ne l’ignorent pas. N’éliminant aucune piste, le duo pénètre dans un monde parallèle à la périphérie de cette ville sinistrée par la crise économique, là où les vies humaines ont moins de valeur que les matériaux utilisés sur les chantiers de construction. Là où tous les chemins peuvent mener au crime de haine.

Vos #AvisPolar

  • Lucie de Abracadabooks 17 janvier 2019
    Les chemins de la haine - Eva Dolan

    Peu convaincue par le style de l’auteure dès les premières pages, c’est la résonance avec l’actualité qui a fini de forger mon opinion sur ce polar anglais. Eva Dolan fait le choix d’exposer les fonds peu reluisants de l’économie britannique, de mettre au jour les conditions de vie de milliers d’émigrés venus survivre dans les banlieues grises de grandes métropoles anglaises.

    Cette réalité sociale a vite fait de me couper dans mon élan. Eva Dolan écrit ce que je fuis avec la lecture : le quotidien. Le vrai visage des Hommes. C’est pour cette raison qu’il m’est très difficile de juger ce roman. Si je sais pertinemment les raisons de mon manque d’engouement pour Les chemins de la haine, je ne peux que reconnaître le talent de la romancière anglaise à le traiter. Notamment par ses deux personnages principaux ; les inspecteurs Zigic et Ferreira.

    Fils et fille d’émigrés, tous deux représentent un pont entre ces travailleurs étrangers et ceux qui les exploitent. À cheval entre deux camps, deux cultures, les policiers mettent en lumières les incohérences d’une pensée raciste, d’une économie libérale qui broie les plus faibles et laisse peu de place au rêve.

    Si le sujet fait froid dans le dos de par son réalisme, Les chemins de la haine est un roman témoin de son temps et incroyablement intelligent. Seul bémol ; la traduction française du titre laisse supposer un polar bas de gamme desservi par une couverture hideuse. Le titre original, Long Way Home, représente bien plus justement le fond de ce roman.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.