Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La Boulangère du diable - Hubert Huertas

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

1906. Quelques semaines après le vote de la loi sur la laïcité, dans le haut bocage vendéen, un boulanger républicain est maudit par le cure de son village. Son crime ? Avoir hébergé dans sa grange, par un froid polaire, des soldats venus faire l’inventaire des biens de l’Église. Plus personne n’achètera son pain. Il en mourra et sa compagne s’enfuira en Algérie.

Cent ans plus tard, son arrière-petite-fille, elle-même victime de la fureur islamiste en Algérie, se re fugie dans le me me village dont elle devient la boulange re. Des rumeurs l’accompagnent aussito t, parce qu’elle est alge rienne et que le village, derrie re son maire, est tre s a cheval sur la lai cite . Mais elle n’est pas venue la par hasard. Depuis son enfance, sa grand-me re, qu’elle adorait, lui a parle d’une histoire qui a marque sa famille. Une famille vende enne chasse e de sa re gion natale au de but du sie cle, et dont l’arrière-grand-mère s’est refugiée « aux colonies ».

Jour apre s jour, avec l’aide d’un jeune clerc de notaire, la jeune femme replonge dans l’histoire tragique de son ai eul, que l’extre misme catholique a conduit au suicide. Son objectif : lui rendre justice...

A partir d’une histoire vraie, Hubert Huertas offre, avec ce suspense ancre dans nos terroirs, tout a la fois un hymne a la vie et un réquisitoire contre les fanatismes.

Vos #AvisPolar

  • l’oeil de sauron 13 février 2020
    La Boulangère du diable - Hubert Huertas

    Incroyable mais c’est un nouveau coup de cœur et à nouveau pour un roman noir ! Il est très court mais il est loin de m’avoir laissée indifférente. Il m’a fait passer par un panel d’émotions allant de la colère à la tristesse et aux larmes. Parce que ce livre, c’est ça : ce sont des émotions transcendées par l’écriture.

    Je ne suis pas une adepte du « je » dans un livre, la plupart du temps c’est mal utilisé et je me lasse vite et je n’apprécie pas mais ici, rien à dire, utilisation parfaite. Je vais me répéter souvent mais ce n’est pas que Nadia qui parle à travers ce « je », ce sont les émotions qu’elles portent. La prouesse de l’auteur, c’est de nous les faire vivre. La colère est celle qui prédomine que ce soit dans les événements de 1905/1906 en Vendée ou dans ceux de 1998/1999 en Algérie et en Vendée. Pour ceux qui n’aiment pas les virgules, laissez vous tout de même tenter car ce sont dans ces virgules et ces phrases longues qu’on ressent cette colère et l’urgence de la caractériser. C’est comme quelqu’un qui s’enflamme, qui fait de grands gestes et qui s’énerve. C’est ça ce roman. C’est de la colère face à l’injustice. C’est la dénonciation d’une réalité face aux religions. Attention, l’auteur n’y va pas par quatre chemins et les mots utilisés sont violent, témoins toujours de cette colère.

    J’ai adoré ce roman d’Alger à Fleurdécieux. J’y ai retrouvé la Vendée et son bocage, sa fierté. Je regrette qu’on soit encore obligé de dénoncer tant de choses : la peur de l’étranger, du changement, le pouvoir des fanatismes religieux quel qu’ils soient, l’obscurantisme, les moutons, les escroqueries des riches au pouvoir… Tant de choses passés et toujours d’actualité.

    C’est vraiment un roman très fort que j’ai eu du mal à lâcher, qui m’a fait une très forte impression de par sa teneur et son écriture, une écriture forte, imagée et vivante.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.