Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Les Imposteurs - John Grisham

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

En commençant leurs études de droit, Mark, Todd et Zola voulaient changer le monde, le rendre meilleur. Mais aujourd’hui, étudiants en dernière année, les trois amis s’aperçoivent qu’ils ont été dupés. Ils ont contracté de lourds emprunts pour payer cette école qui semble être une usine à fric, un établissement dispensant un enseignement si médiocre qu’à la sortie personne, ou presque, ne réussira l’examen du barreau. Et quand ils découvrent que leur école appartient à Hinds Rackley, un financier de New York qui possède aussi une société d’investissement spécialisée dans les prêts étudiants, les trois amis comprennent qu’ils sont victimes d’une grande arnaque. Existe-t-il un moyen de se libérer du joug de cette dette écrasante, de révéler les magouilles de Hinds Rackley, et de gagner quelques dollars au passage ? C’est ce qu’ils vont découvrir à leurs risques et périls.

Vos #AvisPolar

  • Annec 26 avril 2019
    Les Imposteurs - John Grisham

    Ce roman inspirera peut-être encore un scénario pour un film non dénué d’intérêt. Son thème fétiche des affaires financières et judiciaires engloutit ici le monde des universités américaines qui plombent les étudiants surendettés.
    UN ROMAN NOIR
    Le gouffre des universités américaines. Certaines réputées, (ex : Georgetown) peuvent se permettre d’être sélectives, à la différence de celle du roman comme Foggy Bottom. Une illustration pessimiste des risques financiers engagés par des étudiants moyens, bercés d’illusion à l’aube de leur vie professionnelle. Ils devoir payer cher leur volonté de faire des études à tout prix en vue de grimper l’échelle sociale : certes, ils auront un diplôme, mais sans valeur…
    En effet, un cyclone de noirceur emportent nos étudiants à six mois d’être avocats : le suicide de leur ami — un surendettement colossal avec des crédits usuriers – frais et intérêts astronomiques de plus de 200 000 Dollars minimum avant d’entrer dans la vie active — aucune réelle compétence professionnelle à la clé — aucune compétitivité professionnelle à la sortie de la faculté — aucune possibilité de rembourser un jour avec leur futur salaire de misère— espoir d’ascension sociale anéantie.
    LES PROBLEMES MIGRATOIRES
    Le sort familial de Zola, la fille de la bande, s’ajoute à leur tourmente. D’origine Sénégalaise, ses parents en situation irrégulière aux USA depuis des décennies viennent d’être transférés en zone de rétention. Sa crainte est fondée selon la jurisprudence : Zola peut être arrêtée elle aussi, et renvoyée dans son pays d’origine, même avec une naturalisation en règle.
    LES REPONSES AU MALHEUR : DES INFRACTIONS EN CASCADE
    Le piège se referme sur ces étudiants moyens, incompétents malgré eux, mais dégourdis. Pour eux, la conception d’une issue de secours providentielle passe par l’illégalité. Par bonheur, leur débrouillardise va les pousser à l’exercice de la profession d’avocat, sans compétence ni autorisation. Mais leur problème financier va croître : de voleurs, puis escrocs, leurs infractions prennent de l’envergure jusqu’à mettre en jeu le F.B.I.
    Plus de détails sur le blog
    Lien : https://lesparolesenvolent.com

  • Annec 26 avril 2019
    Les Imposteurs - John Grisham

    Ce roman inspirera peut-être encore un scénario pour un film non dénué d’intérêt. Son thème fétiche des affaires financières et judiciaires engloutit ici le monde des universités américaines qui plombent les étudiants surendettés.
    UN ROMAN NOIR
    Le gouffre des universités américaines. Certaines réputées, (ex : Georgetown) peuvent se permettre d’être sélectives, à la différence de celle du roman comme Foggy Bottom. Une illustration pessimiste des risques financiers engagés par des étudiants moyens, bercés d’illusion à l’aube de leur vie professionnelle. Ils devoir payer cher leur volonté de faire des études à tout prix en vue de grimper l’échelle sociale : certes, ils auront un diplôme, mais sans valeur…
    En effet, un cyclone de noirceur emportent nos étudiants à six mois d’être avocats : le suicide de leur ami — un surendettement colossal avec des crédits usuriers – frais et intérêts astronomiques de plus de 200 000 Dollars minimum avant d’entrer dans la vie active — aucune réelle compétence professionnelle à la clé — aucune compétitivité professionnelle à la sortie de la faculté — aucune possibilité de rembourser un jour avec leur futur salaire de misère— espoir d’ascension sociale anéantie.
    LES PROBLEMES MIGRATOIRES
    Le sort familial de Zola, la fille de la bande, s’ajoute à leur tourmente. D’origine Sénégalaise, ses parents en situation irrégulière aux USA depuis des décennies viennent d’être transférés en zone de rétention. Sa crainte est fondée selon la jurisprudence : Zola peut être arrêtée elle aussi, et renvoyée dans son pays d’origine, même avec une naturalisation en règle.
    LES REPONSES AU MALHEUR : DES INFRACTIONS EN CASCADE
    Le piège se referme sur ces étudiants moyens, incompétents malgré eux, mais dégourdis. Pour eux, la conception d’une issue de secours providentielle passe par l’illégalité. Par bonheur, leur débrouillardise va les pousser à l’exercice de la profession d’avocat, sans compétence ni autorisation. Mais leur problème financier va croître : de voleurs, puis escrocs, leurs infractions prennent de l’envergure jusqu’à mettre en jeu le F.B.I.
    Plus de détails sur le blog
    Lien : https://lesparolesenvolent.com

  • valmyvoyou lit 3 mai 2019
    Les Imposteurs - John Grisham

    La couverture est magnifique. Elle se modifie en fonction de l’éclairage.

    Mark, Todd et Zola sont étudiants dans une école de droit. Ils sont en dernière année. Pour payer leurs études, ils ont contracté des prêts étudiants. Leur dette est faramineuse. Or, ils prennent conscience que le niveau de leur école est bas, qu’ils ont peu de chances de réussir l’examen du barreau et encore moins de trouver un emploi leur donnant les capacités de rembourser leur emprunt. Ils sont pris à la gorge.

    Ils décident de ne pas subir l’écrasement du système et choisissent même d’en utiliser ses failles. Ils deviennent des imposteurs.

    Les trois amis sont pris dans un engrenage, ils franchissent de plus en plus de limites et commettent des délits. Un de mes traits de caractère est de respecter les règles à la lettre. Pourtant, je tremblais pour ces étudiants, je ne voulais pas que leurs arnaques soient découvertes. C’était une jubilation d’être du côté des imposteurs. En effet, ils mènent un combat : celui du pot de terre contre le pot de fer. Leurs magouilles sont-elles pires que celles des grands financiers qui, grâce à des montages cachés, étranglent financièrement autant de personnes ?

    En parallèle des stratagèmes de ces avocats en herbe, la situation des parents de Zola est angoissante. Clandestins sur le sol américain, depuis vingt-six ans, ils risquent d’être envoyés au Sénégal. Leur fille, née aux Etats-Unis, à la nationalité américaine. Cependant, la jurisprudence a déjà montré que l’administration pouvait l’expulser. La jeune femme n’a d’autre choix que de se cacher.

    Dans ce suspense, il n’y a pas de meurtres. Le suspense est à un autre niveau. Cependant, l’ambiance est oppressante et ce livre est un vrai page turner. Jusqu’où peuvent aller les trois amis sans être découverts ? Ne vont-ils pas trop loin ? Ont-ils le choix, une fois pris dans la spirale ? Mais surtout, n’ont-ils pas laissé de traces de leurs méfaits ? C’était excitant de constater que Les imposteurs déplaçaient mes limites sur ce que l’on doit ou ne pas faire.

    Conclusion

    J’ai adoré ce suspense. De petits délits en actions de grande envergure, j’ai tremblé pour les trois étudiants. Je vous invite à lire Les imposteurs pour découvrir leur inventivité et savoir si la justice les a rattrapés. La confiance en soi et la jeunesse font oublier certaines règles de prudence…

    Le style est vif et dynamique, il est aisé d’imaginer que ce livre soit porté à l’écran. J’ai aussi beaucoup aimé les pointes d’humour dans ce suspense haletant. J’ai souvent souri, même dans les situations graves.

    Les sujets traités, tels que le scandale des écoles hors de prix, des pièges des banques, des actions de groupe par des cabinets d’avocats, fréquentes aux Etats-Unis, les failles du système judiciaire, etc. m’ont énorme intéressée et m’ont fait réfléchir au sujet de l’immoralité.

    Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de livres de John Grisham et les retrouvailles sont exaltantes.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.