Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

FREDDY KRUEGER (Les Griffes de la Nuit)

Ce n’est pas tant avec son visage brûlé au troisième degré ou son gant à griffes d’acier que Freddy Krueger distille la terreur. D’ailleurs, ce simili épouvantail affublé d’un chandail vert foncé et rouge se risque même par instant à perdre en crédibilité, troquant l’horreur pure contre une bouffonnerie à l’humour noir et relevée de cynisme. Pour autant, le caractère du croque-mitaine imaginé par Wes Craven dans son film Les Griffes de la Nuit (1984) est sans équivoque. Sa passion pour les meurtres atroces et son goût pour le sadisme, s’ils se révèlent plus dans des détours au ludisme pervers que radicalement, ne font pas l’ombre d’un doute. Souvent banalisée, la noirceur du personnage se veut absolue.

via GIPHY

Petit retour en arrière : Freddy Krueger s’avère le résultat d’une série de viols subie par Amanda Krueger, alors nonne dans un hôpital psychiatrique. Placé à sa naissance dans une famille d’adoption malveillante, il fait l’objet de perpétuelles agressions. À l’école, il devient la bête noire de ses camarades et subit leurs harcèlements. Ce qui le pousse en contrepartie dès son plus jeune âge à manifester des signes de cruauté envers de petits animaux, puis envers lui-même. Bientôt, il abat son tuteur à l’aide d’une lame de rasoir. Plus tard marié à une serveuse, Loretta, avec laquelle il a une fille, Freddy commence à massacrer des enfants, qu’il kidnappe puis tue dans une usine abandonnée. Un soir de 1968, alors que le tueur en série a déjà échappé une fois à la justice, les parents des enfants assassinés se réunissent pour obtenir d’eux-mêmes leur vengeance. Ces derniers réussissent à le pister, l’enferment dans l’usine désaffectée lui servant de repaire, avant d’y mettre le feu. Le serial-killer meurt brûlé vif, mais se réincarne dans les cauchemars des nouveaux enfants du quartier. Libre pour l’éternité et désormais intangible, le psychopathe commet petit à petit une centaine de meurtres effroyables.

Coup de génie stupéfiant de Craven, Freddy peut ainsi renaître à l’infini au gré des peurs et cauchemars des habitants de Springwood. Comme son terrain de jeu prend la forme des peurs inconscientes de ses proies, le croque-mitaine peut changer d’apparence et modeler l’espace cauchemardesque à loisir. Il suffit qu’un adolescent s’endorme pour voir sa présence s’insinuer dans l’immatériel et contaminer les rêves les plus idylliques. Comme le sommeil est un besoin physiologique, la peur n’a peut-être jamais été aussi insidieuse.

7 choses à savoir sur Freddy Krueger

1. Le tueur en série Freddy Krueger tiendrait son nom d’un camarade d’école impitoyable dont Wes Craven demeura longtemps le défouloir.

2. Le concept novateur et redoutable de Freddy Krueger repose sur sa nature de tueur en série, mais un tueur en série en mesure de perpétrer ses crimes là où personne ne peut l’en empêcher : dans un espace onirique impalpable.

3. Si Freddy porte un pull vert et rouge, c’est que Wes Craven venait de lire une étude montrant que l’association de couleurs brouille la vision et agresse davantage les yeux. Il jugea alors judicieux de mettre en application le phénomène pour bousculer les spectateurs.

4. Initialement, Wes Craven modela son croque-mitaine à partir d’un souvenir d’enfance traumatique. Un soir, alors à peine âgé de 10 ans, il jette un œil depuis sa fenêtre d’immeuble sur les badauds se croisant dans la rue. C’est alors qu’un vieil homme paré d’un chapeau stoppe net sa course en levant les yeux fixement dans sa direction. Craven se souvient que le rôdeur inquiétant, à l’apparence d’un sans-abri, ira jusqu’à feindre son intention d’entrer dans l’immeuble. Un épisode qui marqua durablement le petit Wes, le tourmentant jusque dans ses cauchemars. Bien que le cinéaste ait abandonné au fil du développement du tueur l’idée d’un vieil homme à tendance pédophile, un certain nombre d’éléments furent conservés.

5. Le metteur en scène américain a également trouvé l’inspiration au détour d’articles publiés dans le Los Angeles Times. L’un d’entre eux restituait notamment le destin tragique d’un adolescent épouvanté par ses cauchemars, lequel trouva la mort juste après avoir émergé de l’un d’entre eux.

6. Pas moins de neuf films mettent en scène l’antagoniste diabolique Freddy Krueger. L’acteur Robert Englund interpréta le personnage à huit reprises de 1984 à 2003, avant de céder sa place en 2010 à Jackie Earle Haley pour les besoins du reboot Freddy – les Griffes de la nuit (Samuel Bayer, 2010).

7. Outre ses pouvoirs de démon, Freddy Krueger est aussi capable de ressusciter un croque-mitaine comme Jason Voorhees (Vendredi 13).

Galerie photos

spip-bandeau
spip-slider

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.