La cité des jarres - Arnaldur Indridason

Notez
Notes des internautes
1
commentaire
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Un nouveau cadavre est retrouvé à Reyk-javik. L’inspecteur Erlendur est de mauvaise humeur : encore un de ces meurtres typiquement islandais, un "truc bête et méchant" qui fait perdre son temps à la police... Des photos pornographiques retrouvées chez la victime révèlent une affaire vieille de quarante ans. Et le conduisent tout droit à la "cité des Jarres", une abominable collection de bocaux renfermant des organes...

Vos avis

  • 1001histoires 28 février 2018
    La cité des jarres - Arnaldur Indridason

    Publié en Islande sous le titre original de "Myrim" en 2000.

    Reykjavik , un mois d’octobre exceptionnellement pluvieux. Les tempêtes apportées par les dépressions atlantiques hurlent.

    Un viel homme a été assassiné dans son modeste appartement . Sur son cadavre , trois mots grifonnés sur une feuille de papier. Dans un tiroir , la photo de la tombe d’une enfant de quatre ans. Dans son ordinateur, des photos pornographiques.

    L’enquête de la police criminelle commence. L’inspecteur Erlendur la dirige. Il choisit ses méthodes de travail et s’y tient. Plutôt que rechercher directement des suspects , Erlendur concentre ses efforts sur la reconstitution du passé de la victime. C’est très efficace, de plus il n’hésite pas à prendre conseil auprès de Marion Briem avec qui il a commencé sa carrière. Son collègue Sigurdur Oli a suivi des études aux Etats Unis , il est rigoureux et méthodique dans ses recherches. Sigurdur Oli est tout le contraire d’Erlendur , c’est un policier scientifique. Erlendur travaille aussi avec Elinborg, une femme passionnée de cuisine et particulièrement habile lorsqu’il s’agit de susciter une conversation et des confidences.

    L’ambiance du roman est particulièrement sombre. Sombre comme la météo de ce mois d’octobre , vent , pluie , brume , odeurs nauséabondes de marais. Sombre comme le contexte policier , viols , inceste , exhumation de cadavres , maladies génétiques incurables , orphelin à la recherche de ses origines , enquête bâclée par le passé et aux conséquences tragiques.

    Tenue négligée , préoccupé par sa fille Eva Lind qui se drogue alors qu’elle est enceinte, gros fumeur , Erlendur se nourrit mal , il s’imagine des problèmes de santé . Il fait incontestablement penser à Martin Beck le héros de Maj Sjöwall et Per Wahlöö ( voir ici http://cercle-du-polar-polaire.over-blog.com/2014/03/maj-sjowall-et-per-wahloo.html ). Son enquête progresse grâce à sa ténacité, jusqu’à un final qui ne surprend pas ( mais le roman reste passionnant jusqu’au bout ) et placé dans un contexte directement inspiré d’une réalité vécue par l’Islande dans les année 1990 lorsqu’une société privée a obtenu auprès de l’état islandais le droit d’utiliser les données sanitaires et génétiques de la population islandaise à des fins de recherches et commerciales.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.