Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Les proies - Thomas Cullinan

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

En pleine guerre de Sécession, un caporal nordiste échappe à un brasier et trouve refuge dans un pensionnat pour jeunes filles confédéré. Mais l’intrusion soudaine d’un mâle vient perturber la vie des huit femmes qu’abrite encore l’institution, huit recluses pétries de valeurs puritaines et de pulsions refoulées. Objet de tous les fantasmes, le soldat va s’employer à.. les incarner avec un art consommé de la manipulation, jusqu’à une nuit où tout bascule. Huis clos psychologique au suspense diabolique, ce roman sulfureux a été porté à l’écran une première fois en 1971 par Don Siegel, avec Clint Eastwood dans le rôle principal, puis par Sofia Coppola en 2017.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • JaneWatson 17 janvier 2021
    Les proies - Thomas Cullinan

    Seul livre de Thomas Cullinan publié en français (et comme je le regrette !), Les proies a fait l’objet non pas d’une mais de deux adaptations au cinéma.
    C’est après avoir vu les deux que j’ai lu ce livre.

    La première date de 1971, elle a été réalisée par Don Siegel avec Clint Eastwood, Geraldine Page, Elizabeth Hartman et Jo Ann Harris. Clint Eastwood y est superbe, solaire, magnétique, grand ordonnateur depuis son sofa des émois des huit femmes et jeunes filles qui l’ont recueilli, blessé, dans le pensionnat des sœurs Farnsworth.
    La seconde date de 2017, réalisée par Sofia Coppola avec Colin Farrell, Nicole Kidman, Elle Fanning et Kirsten Dunst. Colin Farrell y est indécis, brouillon, à la merci des sentiments qu’il éveille chez ces huit femmes et jeunes filles, bien plus sages que les personnages inventés par T. Cullinan et repris par D. Siegel à la demande d’Eastwood.

    Ce caporal à la solde des Nordistes, un Irlandais nommé McBurney, appelez-moi Johnny, n’a rien d’indécis ou de brouillon.
    Croyant saisir la chance de survivre à cette guerre de Sécession en se cachant dans une ancienne plantation transformée en pensionnat, il va flanquer une pagaille monstre à tous les étages de la vieille demeure coloniale, depuis la petite Amelia qui fait entrer le loup… dans l’arène, jusqu’à Harriet Farnsworth, la sœur de la directrice du pensionnat.

    Personne ne sera épargné, dans ce huis-clos torride autant que terrassant par sa cruauté.

    Toutes vont se retrouver d’une façon ou d’une autre prises au piège de McBurney, qui brûle en effet sans sembler se rendre compte de l’ampleur des dégâts.
    Mais le moyen de le savoir vraiment, tant qu’on n’a pas lu de quelle manière une autre des pensionnaires ou des femmes du pensionnat rapporte la suite des évènements…

    Thomas Cullinan donne la parole à chacune, toutes ont quelque chose à dire, quelque chose à cacher. Elles prennent vie, elles prennent corps surtout au fil des pages.

    Elles tournent, virent, haïssent, changent d’avis, mentent, cèdent, se reprennent, se laissent convaincre, se contredisent, méprisent, puis se reprennent encore, laquelle va tomber, qui va tomber d’ailleurs, qui sauvera sa peau à défaut de mieux, qui survivra finalement à cette guerre entre les murs de la vieille bâtisse décrépite faisant écho aux canons tonnant à quelques kilomètres de là ?

    Où la cruauté se développe-t-elle le plus pleinement, sur les champs de bataille, ou bien à "l’arrière", en bordure des lieux de massacre officiels ?

    Le vertige nous saisit, spectateurs que nous sommes, face à ces huit femmes et à cet homme, dans la plantation recyclée, déglinguée, cernée par les troupes allant au front ou fuyant devant les Nordistes, bordée de parterres replantés par ses soins à lui, pour leurs beaux yeux à elles, ou à l’une d’elles, ou pour sauver sa peau…
    J’ai trouvé la démonstration magistrale.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.