Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Ah, les braves gens ! - Franz Bartelt

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

5 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
6 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

À Puffigny – un village ou, plutôt, « un gros bourg tellement perdu au fin fond de la France profonde que les cartographes n’ont même jamais vraiment pu le situer avec exactitude » –, les habitants sont renommés pour être tous plus menteurs les uns que les autres. Difficile d’espérer y mener une enquête. C’est pourtant ce que va tenter Julius Dump, un peu rentier, beaucoup écrivain médiocre, parti sur les traces de son père disparu et d’un mystérieux butin. Car toutes les pistes mènent à Puffigny. Mais où exactement ? Et comment trouver des réponses dans un village où chacun semble vivre au jour le jour, le nez en l’air et le verbe éclatant ? Julius n’a peut-être pas tout à fait mis les pieds dans un village de fous, mais ça y ressemble beaucoup. Matière à roman ? Et comment !

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • celine85 16 juin 2021
    Ah, les braves gens ! - Franz Bartelt

    Julius Dump apprend à l’enterrement de son oncle Georges que son père avait accompli une impeccable carrière de tueur. Il a trouvé différents cartons de documents dans la maison de son oncle, carnets, articles de journaux, photographies… Avant de mourir son oncle lui avait dit qu’il avait récupéré tous ces affaires à la mort de son père. Il les avait gardé pensant que Julius, même s’il n’est pas un grand écrivain, il pourrait en tirer un roman. Curieux, il commence à regarder les documents et voit tout une liste de noms de villes. Toutes sont barrées sauf Puffigny. N’ayant rien à perdre, il décide de s’y rendre. L’enquête de ne va pas être facile car dans ce petit lieu perdu, les habitants sont plutôt menteurs mais au moins il va avoir matière pour en faire faire un roman ! En plus viennent s’ajouter d’autres évènements, une femme disparait… et des choses totalement loufoques, rocambolesques. Rebondissements sur rebondissements.
    Première rencontre pour moi avec cet auteur dont j’ai surtout entendu parler de « l’hôtel du Grand Cerf » sur les réseaux. J’ai donc découvert cet auteur au style bien particulier avec des personnages hauts en couleurs, une intrigue décalée, une touche d’humour noir qui ne plaira pas forcement à tout le monde. On est loin du style délicat, frais, … Si vous avez envie de sortie des « classiques » du genre , cet auteur est parfait, il est vraiment atypique. Ça fait du bien de temps en temps un roman comme celui ci

  • Musemania 19 octobre 2020
    Ah, les braves gens ! - Franz Bartelt

    Ma première rencontre avec la plume de Franz Bartelt avait été un rendez-vous complètement manqué. Je l’avais découverte par le roman noir « Hôtel du Grand Cerf » que j’avais dû lire dans, pas un, mais deux jurys littéraires. Afin de remplir mon « travail », j’avais retenté sa lecture en me disant que si la première fois, ça ne s’était pas bien passé entre nous, c’était peut-être la période qui voulait ça mais cela n’avait pas été du tout concluant.

    Pour son nouveau polar, on m’en a proposé sa lecture et je me suis dit : « Pourquoi pas ?! ». En effet, je déteste rester sur une mauvaise note ou sur un mauvais sentiment. C’est donc ainsi que j’ai découvert ce nouvel opus. Définitivement, je me rends compte que j’ai très bien fait d’avoir cette idée car, cette fois-ci, j’ai passé un bon moment de lecture !

    Franz Bartelt n’est pas un auteur comme les autres. Dès les premières pages, on peut facilement s’en rendre compte et déjà même grâce à la quatrième de couverture. Le cynisme et l’humour noir sont sa marque de fabrique. Autant cela avait pu me révulser dans « Hôtel du grand Cerf » autant ici, j’ai apprécié cette touche burlesque. Je me suis surprise à m’impatienter pour continuer ma lecture, ce que je n’avais pas du tout ressenti la première fois.

    Ici, on suit Julius Dump, un homme que l’on pourrait facilement qualifier de « paumé ». Alors qu’il se définirait comme un écrivain, le succès est loin d’être au rendez-vous. A la mort de son oncle Georges, il se décide de partir sur les traces de son père, malfrat de son état qui aurait été au courant de la cache d’un mystérieux tableau volé. Tous les éléments le mènent à Puffigny, un coin perdu au fin fond de la France profonde où ses habitants ont la réputation d’être des menteurs notoires.

    Encore une fois, le style burlesque est de la partie mais en même temps, cette plongée dans ce coin retiré, que « même les cartographes n’ont jamais pu le situer avec exactitude » semble si réelle qu’on y va sans sourciller. Alors qu’on pourrait penser que l’auteur s’adonnera à la moquerie de cette France oubliée, il n’en est rien car c’est avec humour et aménité qu’il le fait. Les personnages sont hauts en couleurs mais, au contraire de son héros Vertigo Kulbertus qui avait le don de m’hérisser les poils, ceux-ci m’ont souvent tiré un sourire sur les lèvres.

    J’ai aimé ses aventures de Julius, un brin naïf et niais dans ce décor – peut-être pas aussi chimérique qu’on pourrait le penser – où même les réseaux de télécommunication ne passent pas. C’est souvent loufoque, parfois doté d’humour noir mais toujours bienveillant. Finalement, ce livre restera l’exemple-parfait pour moi comme quoi il ne faut jamais rester sur sa première (mauvaise) impression.

    Je remercie les éditions Points (et en particulier, Julie pour m’avoir réconcilier avec cet auteur ;) pour leur confiance.

  • Sylvie Belgrand 5 octobre 2020
    Ah, les braves gens ! - Franz Bartelt

    J’ai commencé à sourire dès la première page et ce plaisir ne m’a pas quittée jusqu’à la fin.
    Il y a chez Franz Bartelt une verve, une truculence dont je ne me lasse pas.
    On pourrait croire que la trame policière n’est là que pour permettre à l’humour de Franz Bartelt de s’exprimer. Oui, sans doute, mais pas seulement. En fait, ça tient même très bien. C’est juste qu’on dirait l’aventure est filmée par Charlie Chaplin.
    C’est gentiment loufoque, et j’adore.

    #AhLesBravesGens #FranzBartelt #Point #polar #policier #livres #chroniques #lecture

    Le quatrième de couverture :

    À Puffigny – un village ou, plutôt, « un gros bourg tellement perdu au fin fond de la France profonde que les cartographes n’ont même jamais vraiment pu le situer avec exactitude » –, les habitants sont renommés pour être tous plus menteurs les uns que les autres. Difficile d’espérer y mener une enquête. C’est pourtant ce que va tenter Julius Dump, un peu rentier, beaucoup écrivain médiocre, parti sur les traces de son père disparu et d’un mystérieux butin. Car toutes les pistes mènent à Puffigny. Mais où exactement ? Et comment trouver des réponses dans un village où chacun semble vivre au jour le jour, le nez en l’air et le verbe éclatant ? Julius n’a peut-être pas tout à fait mis les pieds dans un village de fous, mais ça y ressemble beaucoup. Matière à roman ? Et comment !

  • Alex-Mot-à-Mots 25 mai 2020
    Ah, les braves gens ! - Franz Bartelt

    Si comme moi vous avez aimé Hôtel du grand cerf, ne vous attendez pas à retrouver le même genre d’enquête dans le dernier roman de l’auteur.

    C’est plutôt une divagation humoristique avec des rebondissements, sous forme de polar.

    L’action se déroule à Puffigny, et on ne risque pas d’oublier le nom de cette bourgade où tout le monde ment, c’est bien connu.

    Julius Dump débarque dans ce gros village qui n’existe sur aucune carte pour y mener une enquête à propos d’un tableau volé il y a des années de cela. Il se fait passer pour écrivain et confit ses recherches au détective local.

    L’auteur s’en donne à coeur joie question patronyme : Polnabébé toujours prêt à rendre service sur sa mobylette, Bitrose veuve d’un gradé de l’armé qui ne fait que du macramé, Bouillasse et Myrtille qui vont aider leur copine à disparaître.

    Un roman humoristique qui n’oublie pas les nazis et l’Opus Dei.

    L’image que je retiendrai :

    On boit également beaucoup de bières dans ce roman.

    https://alexmotamots.fr/ah-les-braves-gens-franz-bartelt/

  • l’oeil de sauron 13 février 2020
    Ah, les braves gens ! - Franz Bartelt

    C’est un livre qui ne plaira pas à tout le monde. C’est clair, net et précis mais c’est la vérité. Humour douteux, personnages caricaturaux et rocambolesques, histoire loufoque, bref un livre complètement décalé qui m’a bien faite rire. Un vrai moment de légèreté et de détente.

    Comment en parler, sans trop en dévoiler ? Disons que peu importe ce que je vous dis, vous ne me croirez pas. Avec les gens de Puffigny, vous n’êtes pas au bout de vos surprises ! Des rockeurs, une folle, Polnabébé, un détective privé, une professionnelle du sexe… Ça vous donne pas envie tout ça ? Pourtant, le tout agrémenté d’un scribouillard sans écrit qui cherche la vérité, ça vous donne des scènes cocasses et alambiquées. Ajoutez à cela, un vocabulaire hors normes et des phrases surréalistes et vous aurez là votre roman !

    En clair, j’ai passé un super moment avec ce roman complètement déjanté.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.