L’Hôtel - Yana Vagner

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Dans la neige, une femme tente de regagner le chalet où elle voit ses amis boire et discuter tranquillement. A deux doigts de la porte salvatrice, elle trébuche et se fait poignarder. Ce n’est que le début d’un huis-clos angoissant dans un « Hôtel » situé en altitude et accessible en seul téléphérique. Neuf Russes – quatre hommes, cinq femmes – membres d’une équipe de tournage s’y sont retrouvés pour un séjour d’une semaine. L’endroit est pourvu de nourriture et de bois de chauffage en quantité. Mais les portables n’y captent pas de réseau. Et bientôt une tempête de glace coupe l’électricité. La découverte du cadavre provoque un choc parmi les personnages, surtout quand ils comprennent que le meurtrier se trouve parmi eux.

Vos #AvisPolar

  • Bea Sol Sabardin 21 janvier 2019
    L’Hôtel - Yana Vagner

    On passe à côté.cest grand et passionnant ...mais trop d’introspection laborieuse de chaque personnages (et ils solt) nombreux !!!!un étalage de culture psy !!!dommage du coup l intrigue s enlise et disparait...aussi figée que l hotel..dommage

  • caro.l.i.t.ne 9 février 2019
    L’Hôtel - Yana Vagner

    Macha, Lora, Lisa, Sonia, Tania, Ivan, Vadim, Piotr, Egor ont loué l’« Hôtel » situé dans les montagnes d’Europe Orientale. D’origine russe, ils s’apprêtent à passer une semaine de fête dans ce chalet accessible uniquement par téléphérique. Accueillis à la gare par Oscar, l’intendant de l’hôtel, qui leur fait immédiatement mauvaise impression, ils se dirigent vers leur lieu de vacances.
    Très vite se dégage une ambiance désagréable ; les lieux sont « lugubres ». La forêt est comparée aux ténèbres, la maison est « sombre », « terne », « froide » et « trouble ». L’Hôtel est constamment personnifié, à qui l’on semble prêter de mauvaises intentions. Il devient rapidement un personnage hostile contre lequel le groupe d’amis devra lutter. Une sensation de malaise s’installe progressivement, accentuée par la perte de repères temporels et par l’utilisation fréquente par l’autrice de termes relevant du champ lexical de l’angoisse et de l’isolement, annonciateur du huis clos : en raison d’une tempête, les personnages sont coincés seuls dans l’Hôtel. Personne ne peut le quitter, personne ne peut y accéder.
    Alors qu’ils passent leur première soirée, une des amies est tuée. Très vite, les amis comprennent que le tueur est forcément parmi eux : « le problème c’est nous. L’un d’entre nous » dira Tania. Vadim comprend que « elle ne s’est pas faite ça toute seule. Et sur cette putain de montagne, à part nous, il n’y a personne. Que nous. C’est l’un d’entre nous »

    « 10 suspects et un cadavre. Un grand classique »
    Si les personnages font référence au « Dix Petits Nègres », il n’y a ici point d’enquête policière.
    Nous sommes plutôt plongés dans un tribunal : « huit russes et un Européen, huit suspects et un juge. Huit accusateurs indignés et un accusé » Qui accuse ? Qui est accusé ? Les rôles changeront au fur et mesure de l’exploration de l’intimité des personnages, de leur passé et de leurs relations. Yana Vagner révèle leurs blessures et leurs failles. La narration omnisciente, le changement de point de vue concernant les personnages et l’utilisation de la deuxième personne du pluriel incluent le lecteur et le placent le lecteur en position de juré.
    Un huis clos prenant , accompagné d’une analyse très fine des personnages, d’une réflexion sur la société russe actuelle, servie par une écriture imagée et très précise qui sublime le propos.
    Loin d’être un « polar merdique », Ivan…

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.