Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La Soustraction des possibles - Joseph Incardona

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

5 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Fin des années 80, c’est la période bénie des winners. Le capitalisme et ses champions, les Golden Boys de la finance, ont gagné : le bloc de l’Est explose, les flux d’argent sont mondialisés. Tout devient marchandise, les corps, les femmes, les privilèges, le bonheur même. Un monde nouveau s’invente, on parle d’algorithmes et d’OGM.
À Genève, Svetlana, une jeune financière prometteuse, rencontre Aldo, un prof de tennis vaguement gigolo. Ils s’aiment mais veulent plus. Plus d’argent, plus de pouvoir, plus de reconnaissance. Leur chance, ce pourrait être ces fortunes en transit. Ils pensent qu’il suffit d’être assez malin pour se servir. Mais en amour comme en argent, il y a toujours plus avide et plus féroce que soi.
De la Suisse au Mexique, en passant par la Corse, Joseph Incardona brosse une fresque ambitieuse, à la mécanique aussi brillante qu’implacable.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Et chez vos libraires en click & collect

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Sangpages 6 février 2020
    La Soustraction des possibles - Joseph Incardona

    Une histoire faite de champagne et de caviar. De court de tennis et de Tag Heuer. De Versace et de Chanel.
    Une histoire faite d’une femme qui s’ennuie à mourir dans sa cage dorée. D’un mec version gigolo prof de tennis. D’une bimbo tchèque qui a su faire sa place au soleil. D’une famille Corse qui règne en maître et seigneur. De fric, de pouvoir, de tromperie, de trafic en tout genre. De blanchiment qui n’est pas celui d’une laverie automatique. De personnages hauts en couleur. De sarcasme, d’ironie, d’humour et...pour une fois...d’amour !
    Une recette à l’Incardona qui se veut, comme toujours, explosive et jubilatoire !
    Toujours difficile d’exprimer un ressenti à la lecture d’un Incardona. C’est un style unique. C’est des mots qui s’entremêlent à la perfection. Des émotions bruts. Un regard sur notre société. Acerbe, piquant, pointu, perturbant. Une plume acéré qui tranche comme la lame d’un scalpel.
    Tu observeras l’histoire au travers d’un objectif de caméra.
    Un auteur en narrateur omniscient qui te raconte et s’adresse même directement à toi lecteur. Fabuleux !
    "La soustraction des possibles", c’est un titre exceptionnel pour un récit "Made in Switzerland" avec mode d’emploi intégré. Noir, puissant, brutal.
    Incardona te plonge, à l’aube de l’avènement du net, dans les méandres du blanchiment d’argent, dans les profondeurs abyssales des coffres suisses avant la levée du secret bancaire mais aussi dans les relations humaines sous toutes ces formes dans un final en feu d’artifice ! Brillant !
    Un Incardona, ça ne s’explique pas. Ca se lit !

  • Kirzy 29 mars 2020
    La Soustraction des possibles - Joseph Incardona

    J’avais été très impressionnée par la noirceur atypique de Derrière les panneaux il y a des hommes. Je le suis encore par La Soustraction des possibles tant ce roman a du souffle et de l’ampleur pour raconter notre époque, bien au-delà du simple roman noir, mais toujours avec la même radicalité explosive.

    De l’ampleur, assurément avec cette fresque ambitieuse qui se déploie telle une tragédie grecque dans l’univers des golden boys de la finance suisse à la fin des années 1980.

    Dès le prologue, bref et fort, l’auteur se place en coryphée pour dire tout ce que seront les actes à suivre, tout ce qu’ils ne seront pas. Les mots clefs tiltent dans la tête du lecteur : fortune – crime – trahison – châtiment – désir – truands – vanité et ambition. Tout est annoncé. Assurément. Mais ce sera avant tout une histoire d’amour. Tragique, forcément tragique. En trois actes.

    Dès les premières pages, on est saisi par l’âpreté terrible qui suinte derrière chaque mot pour présenter les personnages principaux : Aldo, le prof de tennis gigolo obsédé par l’argent qui n’a pas et convoite ; Svetlana, la jeune banquière qui comme lui à la rage de réussir chevillé au corps ; Odile, quinquagénaire désespérée, épouse richissime d’un banquier genevois. Leurs portraits, ainsi que ceux de tous les autres personnages qui vont graviter autour ( banquiers, mafieux, proxénètes, avocats ) sont incroyables, bien au-delà des caricatures habituelles et transforme le premier acte en véritable comédie humaine à la Balzac, trempée à l’encre noire.

    Le deuxième acte bascule dans le thriller avec la combine géniale que croit monter Aldo et Svetlana au diapason de la passion amoureuse qui les emporte. le rythme s’accélère, le suspense happe. On est comme au cinéma, version ultra nerveuse. L’écriture est de plus en plus acéré. Joueuse aussi car Joseph Incardona continue à se la jouer coryphée avec ses apartés au lecteur / spectateur qui prennent des allures de sentences prophétiques, souvent drôles, toujours impitoyables.

    Tout se fracasse dans le troisième acte comme on le pressentait dès le départ. C’est là que le talent de constructeur de l’auteur se mesure le plus. Tous les engrenages mis en place lors des actes précédent s’enchâssent implacablement. le roman devient une machine infernale à broyer ceux qui ont succombé à l’hybris, ces dominés qui ont naïvement cru qu’ils pouvaient duper les dominants, ses professionnels de la magouille financière, pour s’arroger le pactole.

    Cette façon de dépecer à l’os l’homme et la société capitaliste qu’il a créé, est absolument brillante et hisse Joseph Incardona en moraliste affuté doublé d’un styliste hors pair.
    J’ai vibré. Peut-être aurais-je aimé vibré plus, dans le sens de m’enflammer pour des personnages.
    Finalement, ce n’est ni Aldo, ni Svetlana, malgré leur histoire d’amour à la Bonnie & Clyde, qui ont fait battre mon coeur ... inattendu, mais ce fut Odile, l’épouse fortunée et désoeuvrée qui redécouvre l’amour en la personne d’Aldo, lucide Odile qui sait que ce n’est pas réciproque et juste une histoire de fric, mais qui s’accroche comme une midinette :

    « Elle pressent jouer ses dernières cartes. Elle a connu cette même intensité, il y a une trentaine d’années, cet accélérateur de particules qu’est la passion. René ( son mari ) n’était pas l’homme en question, mais un amour de vacances aux doigts fins et aux caresses subtiles ; René est venu après, son plus grand mensonge. L’arrogance de la jeunesse, sa beauté, lui laissaient croire qu’elle aurait l’essentiel : richesse, maternité, réussite sociale. Elle a simplement oublié l’amitié et l’amour, la connivence, l’éclat de complicité jubilatoire dans l’oeil de l’autre, l’odeur de sa peau. Ces phéromones leviers de l’univers. Il y a l’épiderme auquel on s’efforce de s’habituer avec le temps, et puis l’autre, celui qu’on lèche comme une évidence dès la première fois, dont on s’enivre et qui nous brûle.
    Odile a choisi, oubliant la peau. La langue sur la peau. le goût de celui qu’on avale. Celui qu’on choisit dans son ventre.
    Sauf que l’amour est revenu. Il a traversé les âges comme l’os lancé par le singe dans le film de Kubrick. Elle avait anticipé un adultère maitrisé, s’offrir le professeur de tennis comme un nouveau tailleur, mais pas cette déferlante d’hormones ayant pénétré par effraction, s’insinuant et rampant, bouleversant les équilibres, renversant les barrières sociales et psychologiques."

  • Alex-Mot-à-Mots 6 avril 2020
    La Soustraction des possibles - Joseph Incardona

    J’ai dévoré ce roman comme une pâtisserie jamais écœurante.

    Est-ce le cadre ? Est-ce le cadre ?Genève et ses banques, ses couples sans difficultés financières, ses femmes aux corps parfaits, ses salons feutrés.

    Est-ce les personnages ? Aldo prof de tennis et gigolo en hiver ; Svetlana et sa fille qu’elle élève seule ; Odile folle éperdue d’Aldo et prête à tout pour lui ; Christophe Noir banquier sans scrupule ; le couple Horst et Julia ; Mimi la corse qui règle les problèmes elle-même.

    Est-ce le récit qui se met en place lentement : on entre dans l’intimité de chaque personnage jusqu’au gros coup final.

    Est-ce le ton si spécial : le narrateur prend à partie le lecteur, anticipe, joue avec ses nerfs.

    Il est beaucoup question des romans de Charles-Ferdinand Ramuz, auteur helvétique que je n’ai jamais lu.

    Même si la haute finance est un mystère pour vous comme pour moi, l’auteur réussi le tour de force de passionner le lecteur avec des personnages attachants ou repoussants et une narration vivante.

    Quelques citations :

    La jalousie. Souffrance à l’état pur. (p.186)

    Le problème avec la vie qui avance, c’est qu’elle soustrait les possibles. (p.268)

    (…) un des thème du roman est aussi celui de la superficialité au croisement de la tragédie. (p.271)

    L’image que je retiendrai :

    Celle du collier Tiffany dans un des coffre de la Banque.

    https://alexmotamots.fr/la-soustraction-des-possibles-joseph-incardona/

  • Komboloi 7 juillet 2020
    La Soustraction des possibles - Joseph Incardona

    Joseph Incardona livre ici une fresque haletante, résolument contemporaine et engagée avec une liberté de ton tout à fait intéressante.

    Le lecteur est invité à suivre Aldo, un professeur de tennis mais aussi un gigolo qui a soif d’argent et d’ascension sociale. Il va mettre le doigt dans un engrenage qui va le conduire à rencontrer son alter ego féminin, Svetlana. Cette envie de s’élever dans la société coûte que coûte va petit à petit les détruire.

    Ce roman, c’est d’abord une critique acerbe de certains milieux comme la banque ou bien les ultra-riches, des milieux où l’argent est roi et surtout synonyme de pouvoir. Des actes immoraux jusqu’à la grande criminalité, l’auteur montre les répercussions pouvant découler de cette course à l’argent et au pouvoir.

    Le rythme est parfait et ne laisse aucun répit au lecteur. La narration est soignée avec un style qui semble bien caractéristique de l’auteur à base de digressions savamment dosées et venant systématiquement se raccrocher parfaitement à la trame principale. le lecteur est baladé de droite à gauche sans temps mort et assiste impuissant à la chute qui au fur et à mesure du roman devient inexorable. La violence, l’argent, le sexe sont présents à quasiment chaque page sans pour autant tomber dans quelques choses de trop indigeste, de trop grossier. L’auteur fait montre d’une belle maîtrise et d’un équilibre quasiment parfait dans son récit.

    C’est donc un roman tout à fait intéressant, particulièrement prenant et à l’écriture agréable et moderne. Derrière tout ça, on discerne une vraie critique de la société par l’auteur qui a écrit ce roman avec une liberté de ton très appréciable. Je n’ai pas vu le temps passer tant ce récit et ces parcours croisés aux trajectoires différentes mais ayant pour autant le même objectif est intéressant à suivre. Une vraie découverte !

  • Seb_Ply 9 octobre 2020
    La Soustraction des possibles - Joseph Incardona

    Joseph Incardona m’avait déjà scotché avec le sombre "Derrière les panneaux il y a des hommes" mais alors celui-ci, je l’ai trouvé encore plus abouti. Aussi bien dans les thèmes abordés que dans son écriture singulière, très visuelle.

    L’auteur s’extrait à certains moments de l’intrigue en commentant ce que vivent ses personnages, en mettant à jour des procédés narratifs, c’est déroutant au début mais très bien trouvé.

    On découvre au fil des pages une intrigue se déroulant en Suisse à la fin des 80’s. Une intrigue dans un monde où le paraître est la règle, où l’argent est roi (euphémisme), où les apparences sont trompeuses et où les engrenages sont bien plus complexes qu’on ne le pense. Des banquiers, des mafieux, des petites frappes, tout ce petit monde gravite et finit par se croiser. Un polar qui va crescendo, à lire.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.