Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Notre maison hantée : même pas peur

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

0 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Deux frères de la grande ville déménagent avec leur mère dans un village perdu et tentent, avec leurs amis, d’élucider le sinistre mystère qui hante leur nouvelle maison.

JPEG - 92.2 ko

Comment renouveler le thème ultra usé de la maison hantée ? Sans doute, en normalisant au maximum l’endroit potentiellement anxiogène. Or, ici, c’est tout le contraire qui advient : dès le début, la demeure sombre et inquiétante qu’investissent les trois protagonistes se signale comme un lieu de haute dangerosité et aucun plan ne nous épargnera les indices habituels du genre : escalier dissimulé dans la pénombre, porte ouverte sur l’obscurité, photo de famille des précédents locataires à qui il est forcément arrivé un malheur, rai de lumière sous une porte qu’on n’ose pas ouvrir, enfant curieux, envisagé comme le relais d’une peur à venir, capable de voir immédiatement ce que les autres ne voit pas, d’entendre des paroles que personne n’entend, le mystère tenant à l’identité de la présence qui se signale par un souffle vocal, comme venu d’un autre monde.

Et lorsque l’action s’élargit au village tout entier, on découvre évidemment des autochtones peu diserts qui semblent fonctionner en vase clos : la voisine peu accorte en constitue une sorte de métonymie qui, dès son premier échange avec les nouveaux arrivants, formule un avertissement : "Nous verrons si vous arriverez à tenir plus longtemps que les autres". La menace se précise petit à petit, puisque ce coin reculé de l’Autriche du sud a été marqué par -ce qui semble être- le meurtre de deux enfants par leur propre mère, avant que celle-ci ne se suicide. Et sans surprise, il semble bien que des fantômes du passé n’ait pas quitté le secteur...
Le scénario compile paresseusement tous les clichés du genre, lorgnant à la fois sur Shining (l’enfant assailli par des visions, qui écrit sur la porte) et Amityville (l’ambiance malsaine de la maison), s’appuyant sur des personnages tellement stéréotypés qu’on ne s’attache pas vraiment à eux. Le film cède même à une forme de sentimentalisme qui ralentit une histoire déjà bien mollassonne.

spip-slider

Seule consolation : Notre maison hantée évite l’accumulation des sempiternels jump scares, propres au film d’horreur, parce qu’il bifurque vers une enquête façon "Club des cinq", qui s’achève dans une course-poursuite nocturne. Mais ce teenage movie ne fait aucune proposition cinématographique nouvelle.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En VOD, SVOD ou Streaming

En DVD ou Blu-Ray

Galerie photos

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.