Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’Illusion du mal - Piergiorgio Pulixi

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

7 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

À travers toute l’Italie, les téléphones portables vibrent à l’unisson. En l’espace de quelques minutes, des milliers de personnes reçoivent une vidéo intitulée "La loi, c’est toi". À l’écran, un criminel ligoté et un homme masqué qui prend la parole. Son objectif : faire voter en ligne le public sur le sort de son prisonnier, qu’un système judiciaire inefficace et corrompu a laissé impuni. La vindicte populaire est en marche. Mara Rais et Eva Croce, deux femmes aussi différentes qu’imprévisibles, sont chargées de l’enquête, épaulées par le criminologue Vito Strega. Confronté à un ennemi insaisissable à la popularité grandissante, le trio se lance dans une course contre la montre.

Après L’ Île des âmes, la nouvelle enquête d’Eva et Mara nous emmène de la Sardaigne à Milan. Face à la séduction du mal, chacun devra choisir entre envie de justice et soif de vengeance.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • justine 14 novembre 2022
    L’Illusion du mal - Piergiorgio Pulixi

    En 2021, nous faisions la connaissance de Eva Croce et Mara Rais dans la première de leurs enquêtes : L’île des Âmes. Eva et Mara sont comme l’eau et le feu, incompatibles et pourtant complémentaires. Cette fois-ci nos deux enquêtrices vont devoir faire face à un assassin qui veut rendre justice à des victimes en kidnappant des bourreaux qui n’ont pas étaient jugé pour leurs crimes. Et pour cela il met en ligne une vidéo du bourreau et demande aux internautes de prendre la décision de vie ou de mort sur la personne. Vito Strega, criminologue milanais, vient les épauler sur cette affaire.
    Chapitres très court, une course contre la montre très bien maîtrisé, j’ai beaucoup aimé ce troisième personnage qui vient épauler nos deux flics cela fait un bon trio. Et des personnages qui ont gagné en maturité.
    Vivement le prochain car en tournant les dernières pages j’ai eu envie dans lire un peu plus.

  • justine 14 novembre 2022
    L’Illusion du mal - Piergiorgio Pulixi

    Mon avis : En 2021, nous faisions la connaissance de Eva Croce et Mara Rais dans la première de leurs enquêtes : L’île des Âmes. Eva et Mara sont comme l’eau et le feu, incompatibles et pourtant complémentaires. Cette fois-ci nos deux enquêtrices vont devoir faire face à un assassin qui veut rendre justice à des victimes en kidnappant des bourreaux qui n’ont pas étaient jugé pour leurs crimes. Et pour cela il met en ligne une vidéo du bourreau et demande aux internautes de prendre la décision de vie ou de mort sur la personne. Vito Strega, criminologue milanais, vient les épauler sur cette affaire.
    Chapitres très court, une course contre la montre très bien maîtrisé, j’ai beaucoup aimé ce troisième personnage qui vient épauler nos deux flics cela fait un bon trio. Et des personnages qui ont gagné en maturité.
    Vivement le prochain car en tournant les dernières pages j’ai eu envie dans lire un peu plus.

  • Kirzy 9 octobre 2022
    L’Illusion du mal - Piergiorgio Pulixi

    Ravie de retrouver cet auteur italien dont j’avais adoré L’Ile des âmes ! Une nouvelle fois j’ai dévoré les 600 pages de ce thriller qui défile à toute allure.
    La scène inaugurale harponne d’emblée. Dans une cour d’appel, un pédophile avéré est acquitté, la procédure s’étant engluée dans les limbes d’un système judiciaire saturé, au point de lui ouvrir l’issue d’une prescription. Colère du public, désespoir de la victime. Tout cela sous le regard d’un homme qui, quelques heures après, attend tranquillement le violeur chez lui avant de le kidnapper et de poster via WhatsApp une vidéo devenue virale intitulée « La loi, c’est toi. ». On l’y voit aux côtés du pédophile torturé, mutilé toutes ses dents arrachées sommairement (remises au préalable à la jeune femme violée en cadeau de réparation), appelant le peuple à voter dans un délai de 3 heures pour décider si cet homme doit vivre ou mourir. Un clic et c’est la mort.

    S’en suit une course contre la montre pour empêcher le tueur en série, surnommé le Dentiste, de passer à l’acte. Dans un style très cinématographique d’une rare efficacité, Piergiorgio Pulixi propose un montage serré de chapitres courts ( 3-4 pages maximum ) et des dialogues vifs au coeur de l’action. C’est un excellent metteur en scène, dosant avec justesse scènes sombres bourrées d’adrénaline, suspense haletant et moments calmes permettant de reprendre son souffle entre descriptions s’attardant sur un détail, plans rapprochés ou images fixes.

    A l’intrigue de la traque du Dentiste, l’auteur coud une dimension sociétale sur le rapport à la justice et aux médias lorsqu’ils dysfontionnent, poussant le lecteur vers une réflexion non manichéenne sur cette double thématique. Les motivations et le modus operandi du tueur soulèvent de nombreuses questions. Si la loi ne protège plus les citoyens contre toute forme de violence perpétrée par des criminels, pourquoi le citoyen ne s’arrogerait-il pas l’exercice direct de la puissance punitive étatique ? pourquoi la communauté nationale n’assumerait-elle pas la charge de rétablir l’équilibre brisé par les défaillances d’une justice injuste, inefficace voire corrompue ? le débat agite même les représentants de l’ordre, lassés de l’obscène disproportion entre le crime et la peine. Pour certains, le Dentiste « lubrifie la machine judiciaire avec du sang » au point de risquer de faire exploser tout le système.

    Entre le Bien et le Mal, une grande porosité. le lecteur devient un acteur à part entière, traversé par un vent incohérent qui fait vaciller ses certitudes ou plutôt qui joue avec elles. D’autant plus que Piergiorgio Pulixi complexifie le parcours des consciences en faisant intervenir dans l’arène une racoleuse émission de justice-spectacle, Verdict, animée par une bimbo sur le retour, qui alimente la curiosité morbide des téléspectateurs, se goberge dans leur impulsivité. Impossible de ne pas penser au film Joker, Pulixi saisissant comme Todd Philipps, le cauchemar d’une époque marquée par la haine numérique, la fureur populaire ne fonctionnant qu’à l’impulsivité des émotions ou de l’indignation et le pilori médiatique. La foule prend parti pour le Dentiste vu comme un héros justicier. Et c’est glaçant.

    A ce stade-là, le thriller est déjà excellent, ménageant des surprises indéchiffrables dans le scénario comme ce gros changement de braquet à mi-parcours. Il gagne en profondeur et humanité avec la formidable caractérisation de la triade d’enquêteurs avec lesquels on se connecte immédiatement. Ceux qui ont lu L’Ile des âmes retrouveront le duo d’inspectrices Mara Rais / Eva Croce avec leurs traits de caractère déjà bien campés mais avec des précisions importantes sur leur évolution psychologique, notamment Eva. L’auteur a l’excellente idée de leur adjoindre un fascinant personnage en la personne du criminologue Vito Strega. Un autre paria du système policier, une autre solitude hantée par les démons du passé qui, additionnée aux deux autres, constitue une formidable force de frappe pour traquer le Dentiste.

    Un thriller qui m’a captivée. Il peut se lire indépendamment du premier volet des enquêtrices Mara Rais / Eva Croce mais ce serait vraiment dommage de passer à côté de L’Ile des âmes ( très différent dans les thématiques abordées et l’atmosphère déployée ).

  • Bill 30 septembre 2022
    L’Illusion du mal - Piergiorgio Pulixi

    Cela fait un bon moment que j’ai envie de lire L’île des âmes de Piergiorgio Pulixi, mais d’autres romans l’ont relégué ...

    Quand j’ai découvert le second roman de cet auteur dans les livres adressés par la FNAC, je me suis aussitôt plongée dans ce dernier, me disant que, pour une fois, je ne lirais pas une série dans l’ordre ...

    Et quelle claque !

    J4ai dévoré les 600 pages en deux jours, suivant avec un grand intérêt l’enquête menée par deux inspectrices de la police de Cagliari, épaulées par un criminologue milanais.

    Le roman commence avec une vidéo virale qui s’épanouit sur tous les mobiles transalpins. On y découvre un homme ligoté et un individu masqué qui énonce ses crimes en appelant à la justice populaire ; la vie ou la mort décidée par les votants sur une plateforme numérique, le lien étant fourni sous la vidéo !

    Les crimes étaient horribles, le jury vote la mort ... , le justicier a arraché toutes les dents de sa victime et les a adressées à la personne lésée initialement.

    La police n’a aucune piste, le "Dentiste" n’a laissé aucune trace, pas d’ADN à se mettre sous la dent ...

    Et bien évidemment quelques jours plus tard, le Dentiste enlève un autre justiciable ayant échappé à la justice officielle, et recommence ...

    Un roman ’jeu de piste’ qui m’a tenue en haleine d’un bout à l’autre.

    Une écriture qui aurait pu être améliorée, mais j’ai apprécié les différents jurons en sarde, vénitien, milanais qui rappelaient les origines des différents policiers et ancraient bien l’action dans leur vie réelle.

  • Chineuse Deculture 24 septembre 2022
    L’Illusion du mal - Piergiorgio Pulixi

    Avec son écriture envoûtante, Pulixi distille ici un nouveau personnage de profiler. Les premières pages lues, vous voilà capté dans un épouvantable et saisissant épisode de "Black mirror". Avec finesse, les travers de la justice italienne corrompue et impuissante y sont malmenés. Quel plaisir de retrouver le duo féminins d’Eva Croce et Mara Raïs, qui gagnent en épaisseur et en justesse. Un véritable "page turner" difficile à poser, totalement addictif.

  • Aude Lagandré 6 septembre 2022
    L’Illusion du mal - Piergiorgio Pulixi

    Accrochez-vous ! « L’illusion du mal » n’est pas un polar pour fillettes. Si comme moi, vous êtes stomatophobe, vous risquez fort de passer une flopée de sales quarts d’heure. « Selon l’expert, les dents présentent des rainures, et des microfractures qui laissent à penser qu’on les a extraites de manière pas très orthodoxe, quand la victime était encore vivante. Une par une. » Les trois grandes parties du livre résument assez bien l’intrigue : vérités enfouies, l’illusion du bien et Justice nulle part. Le lecteur retrouve le duo qu’enquêtrices déjà formé dans « L’île des âmes », Eva Croce et Mara Rais, mais découvre une nouvelle sorte de justicier surnommé le dentiste. Comme dans certaines séries télé, le dentiste c’est le mauvais garçon que vous soutenez malgré toutes les horreurs qu’il peut commettre, car « Il lubrifie la machine judiciaire avec du sang » et veut faire « exploser le système ». C’est le Robin des bois de la justice injuste qui sanctionne ceux qui parviennent à contourner le système en recevant une peine minime, voire pas de peine de tout. « (…) nous sommes ici en présence d’un sujet qui éprouve une forte empathie envers les victimes et envers tous ceux qui souffrent d’injustice (…) – organise des « procès para-judiciaire », c’est un criminel « de concept ». Pendant qu’il s’attaque aux bourreaux, les victimes elles, reçoivent leurs dents, arrachées sans anesthésie dans une pure tradition de poète. Jouissif !

    Je n’ai pas eu l’occasion de lire « L’île des âmes », mais je vais très vite rattraper cette regrettable erreur tellement j’ai trouvé ce deuxième livre de Piergiorgio Pulixi génial. Comme vous le savez, j’ai lu beaucoup de thrillers et de polars en tout genre et il devient de plus en plus difficile de me surprendre ou à défaut de m’embarquer dès les premières pages. D’abord, j’ai beaucoup aimé le duo d’enquêtrices rejointes par Vito Strega, vice-questeur et criminologue. Le trio fonctionne diablement bien, autant en efficacité qu’en joutes verbales. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ont tous du répondant et c’est parfois très drôle, malgré les situations dramatiques. Ensuite, l’auteur n’écrit pas du polar simplement pour l’enquête ou pour glacer ses lecteurs, il a un vrai message à faire passer sur la justice telle qu’elle est perçue par le plus grand nombre en Italie : une inefficacité manifeste des systèmes de répression, une véritable tendance à engendrer « des lois immorales, inutiles et inapplicables », une justice qui se préoccupe moins de la victime que du sort du bourreau. Le dentiste rétablit l’équilibre. « Le Dentiste c’est la viscéralité inhérente aux citoyens ordinaires. C’est le monstre de la raison juridique. C’est le cri d’alarme d’un pays à la dérive. » Le roman va même plus loin. Il interroge le statut de victime, son droit à la justice et donc à la réparation « Au vu de la tournure que prend notre pays, la justice n’est plus du ressort de l’État, mais des victimes. Et quand les victimes ne peuvent se faire justice elles-mêmes, c’est la communauté qui doit assumer la charge de rétablir l’équilibre brisé. » « L’illusion du mal » est certes divertissant, mais il amène énormément de réflexions sur le fonctionnement de nos institutions. Enfin, Piergiorgio Pulixi propose une construction très habile de son roman et beaucoup de surprises que je n’avais pas vues venir. Il n’hésite pas à tuer des personnages ni à pousser les curseurs de l’intrigue tout en restant dans le vraisemblable. On y croit à 200 %.

    Pourtant, même si le lecteur est plutôt du côté du « méchant » (en tout cas, moi je l’ai été), le roman n’est pas aussi manichéen qu’il y paraît au premier abord. Même si « La loi, c’est toi », le peuple « vengeur » peut lui aussi être facilement manipulé, au même titre que la justice elle-même. Les vidéos des bourreaux kidnappés envoyées sur les réseaux sociaux, accompagnés d’une demande de vote de chaque citoyen, pour ou contre l’exécution, sont aussi fabriquées pour susciter une réponse logique. « Je pense qu’aujourd’hui, beaucoup de gens ont du mal à faire à la différence entre le réel et le virtuel. Les réseaux sociaux brouillent les frontières entre la réalité et la fiction, et lui en a bien conscience. La voie de communication et la théâtralité du message conditionnent le jugement. Le choix qu’il a donné au public était illusoire. Il les a manipulés pour qu’ils prononcent la peine capitale. »

    Et oui, nous en revenons toujours au même, Piergiorgio Pulixi a bien raison de remettre sur le tapis l’acharnement et les moyens de pression des réseaux sociaux. Sur ce sujet immuable, il reste beaucoup à dire et à faire comprendre. J’ai trouvé ses observations mordantes et très pertinentes. « Il songea que les réseaux sociaux étaient devenus le nouveau valium spirituel, un anesthésiant pour survivre à l’aliénation urbaine. La connexion numérique comme antidote à la déconnexion identitaire. »

    « L’illusion du mal » est sans doute l’un des polars les plus réussis lus cette année. Personnages charismatiques, intrigue parfaitement élaborée, second degré de lecture passionnant grâce aux messages véhiculés, analyse très pertinente de notre société. Un plaisir de lecture immense, et un succès garanti !

  • Sazbook72 24 août 2022
    L’Illusion du mal - Piergiorgio Pulixi

    Un tueur rend justice aux victimes, le peuple devient le juge , il décide de la vie ou de la mort de la victime !
    Après les rites ancestraux sardes,Pier Giorgio Pulixi aborde un sujet plus actuel et il dénonce les faiblesses de la justice en général (Italienne en particulier).
    Ce sujet a fait mouche chez moi, j’ai été séduit par cette petite brique de 600 pages qui m’a parue insurmontable au début mais qui fut lu en 7 jours (record perso !!). Dans ce T2, P.P. s’est concentré plus sur l’enquête et ses acteurs que sur les coutumes de l’île et les méthodes d’investigation. La construction de l’intrigue était efficace et bien élaborée avec une très grande logique (la progression de l’enquête le montre !)
    Lancez vous de cette lecture vous ne serez pas déçu !!

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.