Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’homme de Kaboul - Cédric Bannel

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Certains secrets sont plus dangereux que d’autres. Certaines vérités doivent être étouffées.
Dans Kaboul ravagée par la violence et la corruption, Oussama Kandar, chef de la brigade criminelle, croit encore à l’intégrité, à un code de l’honneur désuet et aux vieilles amitiés. Mais la découverte en apparence banale d’un cadavre va tout changer. Il devient l’homme à abattre.
Dans les palais d’État comme dans les ruelles des bazars, on l’épie, on le dénonce, on le traque au nom d’intérêts supérieurs. Oussama est précipité dans une course-poursuite aux confins de l’Afghanistan. À ses trousses, des commandos assassins ; autour de lui, les talibans...

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • Musemania 23 février 2019
    L’homme de Kaboul - Cédric Bannel

    La grande originalité de ce livre est que l’histoire ne se déroule ni en Europe, ni aux Etats-Unis comme de nombreux policiers mais comme son nom l’indique : à Kaboul et plus généralement, en Afghanistan. C’est notamment pour cette raison que j’ai eu envie de lire ce livre qui est la première enquête du commissaire Kandar. Cette originalité m’a dès lors très vite attirée afin de sortir de ma zone de confort vu que je lis énormément de thrillers et de policiers qui se déroulent en Europe et aux Etats-Unis. A côté de cela, une partie de l’histoire se déroule dans la sphère internationale (notamment, en Suisse).

    Ce livre mêle à la fois une enquête policière au sens traditionnel du terme ainsi que des éléments d’espionnage international. On peut constater que Cédric Bannel a mené des recherches conséquentes sur le sujet avant d’écrire son roman et, surtout, sur le lieu de l’histoire qu’est l’Afghanistan. Contrée très souvent méconnue pour nous européens, nous ne la connaissons qu’à travers les médias et les images de guerre à la suite des attentats de New-York de 2001. J’ai trouvé que l’auteur traitait le pays comme un personnage à part entière : on y ressent l’atmosphère à la fois bouillonnante la journée à la fois par les températures chaudes ainsi que par un climat de suspicions qui y règne toujours, mais également par la froideur des nuits et de la vie difficile notamment dans les montagnes de ce pays aux aspects multiples.

    Malgré quelques difficultés à me retrouver dans les noms à consonance étrangère des personnages, y étant peu habituée aux travers de mes lectures habituelles, je n’ai pu que m’attacher aux différents personnages. La psychologie de ces derniers y est fortement travaillée, qu’ils soient principaux ou secondaires, les failles de Kandar en sont aussi ses forces.

    Malgré que cela soit un thriller policier, on peut se rendre compte des difficultés auxquelles les habitants afghans doivent faire encore face aux XXIème siècle : l’absence d’eau courante et d’électricité, une islamisation forcée de la société, la corruption à tous les niveaux du pouvoir et j’en passe. Pour moi, j’ai vécu ce livre comme une gifle vu mon petit confort occidental. Ce genre de sentiment peut faire mal mais c’est un critère pour savoir si le livre est bon ou non selon mes critères.

    L’auteur, Cédric Bannel, en est déjà à son troisième tome (« Kaboul Express »). Ayant pu emprunter à ma bibliothèque, le deuxième tome (« Baad ») et vu que j’ai très apprécié cette première enquête, cela ne fait aucun doute que je lirai très prochainement la suite. A côté de ces romans policiers, Cédric Bannel a également écrit des romans « indépendants », dans lesquels je ne manquerai sûrement pas de me plonger.

    Chronique sur mon blog : https://musemaniasbooks.blogspot.com/2018/03/lhomme-de-kaboul-de-cedric-bannel.html

  • Musemania 23 février 2019
    L’homme de Kaboul - Cédric Bannel

    La grande originalité de ce livre est que l’histoire ne se déroule ni en Europe, ni aux Etats-Unis comme de nombreux policiers mais comme son nom l’indique : à Kaboul et plus généralement, en Afghanistan. C’est notamment pour cette raison que j’ai eu envie de lire ce livre qui est la première enquête du commissaire Kandar. Cette originalité m’a dès lors très vite attirée afin de sortir de ma zone de confort vu que je lis énormément de thrillers et de policiers qui se déroulent en Europe et aux Etats-Unis. A côté de cela, une partie de l’histoire se déroule dans la sphère internationale (notamment, en Suisse).

    Ce livre mêle à la fois une enquête policière au sens traditionnel du terme ainsi que des éléments d’espionnage international. On peut constater que Cédric Bannel a mené des recherches conséquentes sur le sujet avant d’écrire son roman et, surtout, sur le lieu de l’histoire qu’est l’Afghanistan. Contrée très souvent méconnue pour nous européens, nous ne la connaissons qu’à travers les médias et les images de guerre à la suite des attentats de New-York de 2001. J’ai trouvé que l’auteur traitait le pays comme un personnage à part entière : on y ressent l’atmosphère à la fois bouillonnante la journée à la fois par les températures chaudes ainsi que par un climat de suspicions qui y règne toujours, mais également par la froideur des nuits et de la vie difficile notamment dans les montagnes de ce pays aux aspects multiples.

    Malgré quelques difficultés à me retrouver dans les noms à consonance étrangère des personnages, y étant peu habituée aux travers de mes lectures habituelles, je n’ai pu que m’attacher aux différents personnages. La psychologie de ces derniers y est fortement travaillée, qu’ils soient principaux ou secondaires, les failles de Kandar en sont aussi ses forces.

    Malgré que cela soit un thriller policier, on peut se rendre compte des difficultés auxquelles les habitants afghans doivent faire encore face aux XXIème siècle : l’absence d’eau courante et d’électricité, une islamisation forcée de la société, la corruption à tous les niveaux du pouvoir et j’en passe. Pour moi, j’ai vécu ce livre comme une gifle vu mon petit confort occidental. Ce genre de sentiment peut faire mal mais c’est un critère pour savoir si le livre est bon ou non selon mes critères.

    L’auteur, Cédric Bannel, en est déjà à son troisième tome (« Kaboul Express »). Ayant pu emprunter à ma bibliothèque, le deuxième tome (« Baad ») et vu que j’ai très apprécié cette première enquête, cela ne fait aucun doute que je lirai très prochainement la suite. A côté de ces romans policiers, Cédric Bannel a également écrit des romans « indépendants », dans lesquels je ne manquerai sûrement pas de me plonger.

    Chronique sur mon blog : https://musemaniasbooks.blogspot.com/2018/03/lhomme-de-kaboul-de-cedric-bannel.html

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.