La Fille dans le brouillard - Donato Carrisi

Notez
Notes des internautes
6
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Vos avis

  • Dark Templar 24 février 2018
    La Fille dans le brouillard - Donato Carrisi

    Bon roman, prenant et mettant en scène les dérives inquiétantes des médias ...

  • murielb34 8 mars 2018
    La Fille dans le brouillard - Donato Carrisi

    Depuis le chuchoteur, dont je suis totalement fan, je m’étais habituée au style de Donato Carrisi, mais avais le sentiment qu’il s’enlisait petit à petit dans une certaine facilité, en reproduisant régulièrement les mêmes schémas.

    Ici, enfin, il a choisi de nouveau de nous étonner, en faisant d’un polar (qui débute avec la disparition d’une jeune fille) une critique de ce que sont devenues aujourd’hui certaines enquêtes policières ultra médiatisées. En nous faisant suivre certains de ses personnages, nous découvrons comment des protagonistes utilisent des faits atroces à leur seul bénéfice, quitte à laisser de côté la recherche de la vérité au profit de l’explication qui conviendra le mieux à leurs intérêts. Pire, ils peuvent aller jusqu’à la manipulation pour y parvenir : manipulation des faits, des personnes, des indices pour les rendre convergents et les faire aller dans le sens souhaité.

    Carrisi nous démontre comment une enquête peut facilement être transformée en un cirque médiatique dans lequel les parents des victimes se retrouvent embarqués malgré eux, obligés de suivre le mouvement au risque, sinon, de paraître indifférents et donc suspects. Il met aussi en avant combien cet emballement devient préjudiciable à la découverte de la vérité, en privilégiant le sensationnel aux faits, en prenant des raccourcis simplistes et réducteurs. Surtout il démontre de manière flagrante que la victime elle-même est oubliée, voire pire, salie, sa vie déformée et étalée, sans respect, aux yeux de tous.

    Comme toujours avec cet auteur, la plume est au service du rythme. Elle est toujours précise et fluide, incisive quand elle dénonce le cynisme, douce et pudique quand elle évoque la victime. Le récit est lui aussi maitrisé, certes au service de ce qu’il veut dénoncer, mais avec tout de même une vraie histoire policière derrière. Une histoire qui démarre lentement pour finalement nous emmener là où elle le veut, nous faisant surtout beaucoup douter.

    Ce roman peut déboussoler tant sa logique est différente des précédents Carrisi, mais c’est précisément ce qui m’a plu, cette volonté de se renouveler, de sortir de sa zone de confort, en nous proposant un sujet de fond qui pousse à la réflexion (surtout quand l’actualité nous noie trop souvent sous des faits divers plus sordides les uns que les autres, sans recul ni objectivité minimum). Voilà pourquoi je vous le recommande.

  • Saveur Littéraire 25 octobre 2018
    La Fille dans le brouillard - Donato Carrisi

    Première lecture en compagnie de cette nouvelle plume, c’est ce roman qui m’a donné envie de suivre Donato Carrisi dans ses histoires tordues !

    La fille dans le brouillard, ça parle d’actualité grandissante, de quelque chose que nous, aujourd’hui, on observe quotidiennement. Oh, bien sûr, je parle déjà de la disparition mystérieuse d’une fille “banale”, Anna Lou. Quelque chose qui, malheureusement, peut arriver à chacun de nous. Même quand on est perdus dans une vallée des Alpes, bien à l’écart et protégé par un cocon invisible. Mais voilà, vous le savez, les secrets et non-dits sont bien cachés dans un village aussi. Et donc, Anna Lou avait aussi des secrets !

    Pour la retrouver, on fait face à un commandant de police expérimenté et, comment le dire ? Vaniteux, égocentrique, qui attire tous les regards. Et surtout, les caméras. Car oui, notre enquêteur est différent des autres figures que l’on peut lire ailleurs ! Vogel est un type qui adore les médias, il passe bien devant les caméras, il pèse ses mots pour attirer l’attention sur lui. Tout ce qui compte, c’est lui, lui et lui. La fille disparue ? Trouver un coupable idéal et basta.

    Et oui, Vogel n’est pas un flic que l’on rencontre souvent dans nos lectures ! Là où, au début, on apprécie son comportement et ses manières, on se rend compte que Vogel joue grandement avec le feu, qu’il pourrait tout y perdre à jouer avec les médias, avec la police, même avec son suspect ! Mais plus on arrive à la dure conclusion, plus notre cher enquêteur change d’avis. Peu à peu, Vogel voit Anna Lou comme une personne, non pas juste comme un prétexte pour lui apparaître à la caméra.

    Personnage attachant, agaçant mais pas assez pour m’irriter, j’ai aimé découvrir ses magouilles et ses manies, d’autant plus qu’elles offrent une possibilité de réflexion sur l’autre sujet abordé à travers tout ce roman, et que l’auteur prend soin de rappeler dans une interview à la fin du livre. Les médias et la réaction des gens, que cherchent-ils…

    L’auteur nous balade de personne en personne, de théorie en théorie, le tout saupoudré d’intéressantes pistes de réflexion personnelles. Ce livre va rester un moment au chaud dans mon amas de cellules grises ! Le suspense doit être conservé jusqu’au bout, et là, explosion inattendue, tout tombe ! La nuit où tout changea pour toujours, pour citer Flores, notre psychiatre qui apparaît moins, mais dont le rôle reste lui aussi capital.

    Merci à Donato Carrisi d’écrire de tels romans, outre les réflexions qu’il nous aide à avoir sur certains sujets d’actualité, son intrigue nous emmène loin, très loin, et pendant quelques heures haletantes, on se retrouve à tourner férocement les pages, dévorant chaque ligne, chaque phrase pour découvrir le fin mot de l’histoire. Et la question n’est pas tant de savoir où est Anna Lou, mais pourquoi l’a-t-on enlevé. Et la réponse vous fera frissonner comme jamais !

    Merveilleuse entrée en matière dans l’esprit et l’univers d’un nouvel auteur que je suivrai avec assiduité !

  • Sangpages 26 octobre 2018
    La Fille dans le brouillard - Donato Carrisi

    J’avais à l’époque adoré "le chuchoteur" mais avait été terriblement déçue par "l’écorchée". Du coup j’avais, je l’avoue, laissé tomber cet auteur. ☹️ Mais puisque seul les imbéciles ne changent pas d’avis, j’ai attaqué " la fille du brouillard" sans aucun apriori et qu’est-ce que j’ai bien fait !!!
    Une enquête hors du commun où tout est brouillé, tout est véreux. Avec à sa tête, le commandant Vogel, totalement atypique que l’on déteste de bout en bout sans aucune concession. Un pourri fini quoi 😩
    Un livre original et surtout différent.
    Une enquête, sommes toute très banale et sans beaucoup de rebondissements. Ennuyeux me diriez-vous ? Et bien non ! Là est tout le secret de ce livre. L’enquête importe peu au final. C’est le fond qui est terrifiant, perturbant. Ce qu’il s’y passe...Les gens... Cette mise à nu d’une société gérée par les médias. Cette remise en question de la justice, des valeurs et de ce que veut vraiment la populace ! Cette vue terrifiante d’une enquête, de la manipulation et de l’utilisation des médias.
    Ça fait peur, très peur...simplement parce qu’au final on se demande si cette histoire n’est pas le simple reflet d’une réalité...
    On doute, on se perd dans des chemins si tordus qu’on en reste sans voix surtout après un final à vous faire tomber les chaussettes. 😲😲😲
    Il est là, il vous attend alors hop on fonce dessus ! Surtout si comme moi, parce que je sais que je ne suis pas la seule, vous étiez en pétard avec cet auteur après "l’écorchée", c’est le fin moment de vous rabibocher !!!
    Une adaptation cinématographique est en cours et ça promet d’être plus qu’intéressant !

  • universpolars 24 novembre 2018
    La Fille dans le brouillard - Donato Carrisi

    Donato Carrisi, que je découvre avec cet ouvrage, est généralement présenté comme étant le Maître du thriller italien ! Rien que ça. Je me méfie souvent de ce genre d’énoncé et j’aime évidemment me faire mon propre avis.

    Donato Carrisi, spécialisé en criminologie (selon le net), est connu et même reconnu pour son thriller "Le chuchoteur" - même éditeur / 2010 -, qui s’inspire d’un tueur en série italien malheureusement réel, Luigi Chiatti, surnommé "Le monstre de Foligno". (Meurtres de deux enfants en 1992 et 1993).

    Alors ? Pour moi, Maître incontesté ou non ?

    Sans aucun doute. L’auteur place des ingrédients intéressants dans cette intrigue. Manipuler la Presse dans une enquête, ou du moins "jouer" avec elle pour avancer. Un village de montagne qui vit en autarcie avec une forte présence religieuse dans l’âme des habitants. Une disparition qui pourrait vraiment se solder de n’importe quelle manière. Et, surtout, un responsable d’enquête charismatique, un flic autant cynique, maniaque, qu’impressionnant !

    L’auteur insistera vraiment sur l’effet et la force de la Presse sur l’opinion publique. Et, surtout, il nous expliquera en détail comment on peut quasiment tourner une situation à 180 degrés ou désigner une personne comme étant le coupable idéal, ... coupable ou non. Le flic dont j’ai fait mention avant a compris tout ceci et n’est de loin pas à son coup d’essai. Bon flic ou non ? Grande question.

    L’intro est solide et très accrocheuse. En quelques pages seulement, le lecteur est agrippé et tourne déjà dans une spirale qui l’amène vers une quantité d’interrogations. Le personnage principal, le Commandant Vogel, - le fameux flic -, une star de la police, est mis en scène d’une manière assez surprenante, pour ne pas dire magistrale. Par contre, une entrée en scène pas si glorieuse pour autant.

    Le flic a été victime d’un accident de voiture, en plein brouillard, dans un petit village des Alpes. Il est à moitié amorphe, - le fait-il exprès ou non... -. Et, surtout, il a pas mal de sang sur ses vêtements, mais pas le sien. Le psychiatre Auguste Flores, dérangé en pleine nuit par la police locale suite à cet accident, se trouve en face du flic et le confronte à cette situation ambiguë.

    Tout ceci se déroule environs deux mois après la disparition inquiétante d’une jeune fille de cette région. Nous apprendrons que le Commandant Vogel en est l’enquêteur principal.

    Voilà les faits tels qu’ils sont présentés durant cette introduction !

    Nous retournerons ensuite en arrière, soit quelques jours après la disparition de cette adolescente de 16 ans. Nous aurons l’occasion de débuter l’enquête sur cette disparition tout de même inquiétante aux côtés du Commandant Vogel.

    Un mot sur le personnage. Ce flic est surprenant, dès le départ, avec quelques paradoxes. Détaché, mais hyper minutieux. Froid, glacial même, mais donnant l’impression de vouloir défendre bec et ongle les victimes, il apparaît comme étant calculateur, manipulateur, obsessionnel, imbu de sa personne, perfectionniste à outrance, mais aussi doté d’une solide expérience, d’un sens de la déduction surprenant et d’une connaissance tactique quasi infaillible. Intuitif, il se fie à son propre jugement et ne va pas par quatre chemins.

    Un autre paradoxe ? Ne supporte pas l’échec, ne l’accepte pas, et pourtant se jette devant tous les médias, sans filet. Cet homme aime qu’on parle de lui, du flic qui résout toutes les affaires sensibles et sortant de l’ordinaire. Les affaires, il a même le luxe de les choisir. Alors pourquoi se charger de cette disparition d’ado dans un petit village de montagne où tout le monde se connaît ? Encore une intuition ?

    J’insiste encore sur le phénomène de la Presse. Cette histoire nous montrera les dangers qui peuvent apparaître lorsqu’on essaye d’insérer à outrance ce paramètre dans une enquête sensible. Cela peut vite dégénérer et créer pas mal de malentendus. Ici, c’est encore un peu plus pervers que ça. Je n’en dirai pas plus, à part que c’est fascinant et que cela est très inquiétant, surtout pour la crédibilité de la justice. Que veulent les gens au final ? Cela sera une question déterminante.

    L’auteur bouscule le lecteur, dans cette enquête, avec douceur et détermination. Cela démarre doucement mais subtilement. Aux côtés du Commandant Vogel, on jubile, car ce flic avance, - devance ! - réfléchit, creuse, ordonne et cherche constamment. Pas le genre à se tourner vers nous pour nous expliquer ce qu’il fait. Il ne le fait d’ailleurs même pas avec les flics qui bossent avec lui. Il agit, point barre. Trop vite, trop confiant ? Et cherche-t-il à atteindre le même but que les autres ? Encore une bonne question.

    Un mot sur les lieux aussi. Nous sommes dans un petit village montagneux d’environ 3000 habitants. Tout le monde semble se connaître. A en juger par les inscriptions sur les habitations et par rapport aux premiers contacts que nous avons avec ces habitants, il s’agirait également d’un village très pieux. Dieu ici, Dieu là...

    Et déjà quelques non-dits apparaissent au début de cette enquête sur cette disparition. C’est plutôt tendu. La commune semble être sous l’influence d’une communauté religieuse très stricte et soudée ; la commune EST la communauté. Le Commandant Vogel, qui aime remuer avec de grosses cuillers pour faire apparaître du résultat, va devoir user de subtilité pour frapper dans ce microcosme.

    Jouer avec les médias - sa spécialité -, sera très utile pour déranger un petit village pas très bavard... et peut-être pour déranger quelqu’un d’autre.

    Ce que nous allons encore découvrir, c’est que ce petit village tranquille n’est pas si sein ou saint que cela. Et là, l’auteur nous propose un truc assez sympa, soit de suivre plusieurs fois l’événement, mais sous des angles différents. Comme si nous nous étions placés derrière plusieurs caméras pour filmer la même chose. Et les choses apparaissent évidemment de manières différentes.

    Ce qui sera finalement fascinant dans cette intrigue, c’est le trouble et le doute que nous fait naître l’auteur quant à l’aboutissement de cette affaire. C’est franchement subtil. Et nous serons également déçus, pour plusieurs raisons. Mais rassurez-vous, pas déçus du roman, bien au contraire !

    Que veulent les gens dans l’ensemble ? Cette question, vous vous la poserez aussi.

    Bonne lecture.

  • La Caverne du Polar 14 décembre 2018
    La Fille dans le brouillard - Donato Carrisi

    Après avoir lu Le Chuchoteur de Donato Carrisi, roman que j’ai beaucoup apprécié, j’ai continué la découverte de cet auteur italien avec La fille dans le brouillard. Un roman très original qui nous emmène dans un petit village situé dans les Alpes italiennes.

    La fille dans le brouillard, c’est tout d’abord l’histoire d’une disparition. Dans un petit village italien situé dans les Alpes, la jeune Anna Lou ne rentre pas chez elle et demeure introuvable la veille de Noël. Issue d’une famille très croyante, couvée par une mère envahissante, la petite Anna Lou est irréprochable, et ne brave jamais les nombreux interdits imposés par sa famille. C’est une jeune fille discrète, qui ne fait jamais parler d’elle. Personne ne croit à la théorie de la fugue. Rapidement, le village et les autorités sont convaincus qu’elle a été enlevée et qu’un monstre rôde parmi eux…
    Le commandant Vogel, ponte de la police, antipathique et totalement imbu de sa personne, débarque dans les Alpes et s’empare de l’enquête. Il mettra en application la méthode qu’il pratique et qui l’a rendu célèbre. Pour obtenir des moyens importants, il appâte les journalistes et compte sur eux pour créer un tapage médiatique autour de l’affaire. Tant que l’attention des médias et du public est rivée sur l’affaire, il dispose de meilleurs moyens pour la résoudre. Dans ce cas, peu importe qu’il n’y ait pas l’ombre d’un indice, que le corps de la victime soit introuvable ou qu’on ne déniche pas de mobile valable. Le commissaire, toujours tiré à quatre épingles, profite de l’occasion pour améliorer son image publique.

    La construction du roman m’a beaucoup plu, chaque chapitre est une surprise : on peut vivre en direct le jour de la disparition, puis se retrouver soixante jours après les faits, le tout avec les points de vue de différents personnages.

    La fille dans le brouillard met l’accent sur la médiatisation des enquêtes criminelles et l’intérêt qu’elles suscitent auprès de l’opinion publique. L’auteur nous rappelle que plus le crime est glauque et difficile à résoudre par les enquêteurs, plus l’enquête qui en découle est excitante pour les médias et, de surcroît pour le public toujours avide de sensations fortes. C’est la première fois que je lis un thriller où les médias sont omniprésents. Ils ont clairement un rôle dans le récit et c’est impressionnant de voir à quel point ils ont de l’influence dans ce genre de moment.

    La fille dans le brouillard propose une enquête déboussolante. On ne parvient jamais réellement à prendre position, tant les personnages sont complexes et pétris de mystères. Ne cherchez pas ici un thriller sanglant. C’est un roman profond, porteur de multiples réflexions et vraiment intéressant sur le fond comme sur la forme.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.