Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Malamorte - Antoine Albertini

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

« C’est sur mon bureau qu’échouent les dossiers dont personne ne veut, les cadavres qui ne feraient pas lever un sourcil à un gratte-papier des chiens écrasés, les victimes anonymes des crimes d’après boire, les vies gâchées pour rien, les destins lacérés des assassins et de leurs victimes confondus dans la même misère, dans la came, dans le vice, dans les jalousies morbides carbonisant des générations entières au fond d’un taudis en bordure de la Nationale. »

Ce bureau, c’est un cagibi, un placard dans une aile à moitié désaffectée du commissariat de Bastia, où ce policier corse a échoué, après la critique de trop contre ses supérieurs, la bagarre de trop avec ses collègues. Pourtant sa carrière dans la police avait bien démarré : 7 ans dans la banlieue parisienne à la brigade des stups puis une mutation à la police judiciaire de Bastia la ville où il a grandi. Mais très vite, il a été déçu, écœuré par les ordres des chefs, les affaires oubliées volontairement, les arrestations arbitraires, la corruption, les magouilles quotidiennes. Il travaille seul à présent, sur des affaires mineures en apparence. Comme celles du meurtre d’Hakima, 5 ans et de sa mère Khadija. Ce policier va chercher partout le coupable, comme il cherche partout la vérité .
Une enquête, le temps d’un été pluvieux. Le portrait d’une île loin des clichés et des visions de carte postale où se croisent élus, voyous, braqueurs et assassins, travailleurs immigrés, continentaux en mal d’une existence qu’ils espèrent plus douce. Le policier sillonne la ville : des bars pourris aux lotissements à des kilomètres de la mer, des bidonvilles installés près des autoroutes aux villas des beaux quartiers. Il ne cessera jamais de chercher.

Vos #AvisPolar

  • Annec 1er juin 2019
    Malamorte - Antoine Albertini

    Je remercie site Netgalley, et aux éditions J.C. Lattès pour ce S.P. et cette plongée dans une Corse hors des sentiers battus. J’aime l’effet de surprise final procuré par un dénouement inattendu. La fin nous captive sur l’issue choisie par tous les protagonistes. J’ai idée que ce livre plaira plus aux hommes qu’aux femmes. Sans vouloir faire montre de sexisme, les désignations précises des armes utilisées, le vocabulaire employé dans les dialogues vont dans ce sens mais tout le monde appréciera néanmoins l’ouvrage.
    L’écriture agréable nous emporte dans une affaire qui se complexifie rapidement. Des autopsies, des fouilles, des interrogatoires, des menaces et fusillades agrémentent ce polar, où chaque personnage, en nombre conséquent, tient un rôle dans l’avancée de l’intrigue.
    Une Corse bien corsée – un roman régional
    Une singularité ici choisie par l’auteur de ne jamais nommer expressément son principal personnage. Omniprésent, on ne peut le désigner nommément… un coutume corse… ?
    On se balade dans un cadre ardu. Oubliez les clichés des guides touristiques. En la circonstance, le cadre insulaire envahi d’estivants s’éclipse pour un climat rude, et une nature sauvage voire inhospitalière. Ici, l’hiver imprègne le scénario où notre capitaine de police doit composer avec la pluie, le vent et les orages pour trouver des indices, recueillir des témoignages et tromper son ennui. On visite la côte bastiaise des quartiers huppés à celle des bouis-bouis en passant par des vieilles bâtisses traditionnelles aujourd’hui décrépites.
    Ces éléments fournissent une ambiance à la Nestor Burma où notre narrateur, que l’on suit du début à la fin gère une noirceur quotidienne imprégnée d’alcool, pessimisme, et célibat. Sa résignation raisonnable n’exclut pas quelque humour acerbe.
    L’enquête initiale part d’un supposé drame familial. Or, parallèlement les cadavres se succèdent sans véritable lien entre eux. En effet, la règle de l’omerta règne en force. Avec cette image de la dictature de la place publique, une réalité pessimisme dépeint une sombre justice. Ainsi, des victimes insignifiantes tempèrent la velléité des enquêteurs, tandis que la présence des médias leur impose une pression manifeste sur d’autres affaires.
    UNE ENQUETE INSULAIRE
    Par chance, notre héros détient les atouts d’un fin limier dans ce milieu. Les réseaux sur l’île bien établis de notre narrateur vont lui prêter main forte, parfois à leur détriment. D’autre part on perçoit la nécessité d’une intronisation locale pour obtenir des informations. De plus, sa connaissance d’anciennes affaires lui procurent des connexions, insoupçonnées à nous lecteurs novice, avec des notoriétés familières de la police.
    Cette affaire sulfureuse, ô combien intéressante comparée de son travail ordinaire stimule le capitaine pour tenter de prendre un nouvel élan. L’enquête lui a même permis de renouer avec son passé. Ainsi, son ancienne maitresse, naguère disparue ressurgit sans prévenir, et il met à l’épreuve, non sans scrupules, des relations de longues dates.
    Le scénario éclaire le lecteur sur les dérives de rouages de la hiérarchie dans la police, et les rivalités entre l’armée et la police. D’anciennes affaires relatées démontrent comment leurs sorts peuvent échapper à la hiérarchie ou au contraire, comment l’insularité, particularise, de fait, leur gestion.

  • L’atelier de Litote 5 juin 2019
    Malamorte - Antoine Albertini

    Un drame familial a éclaté à Bastia, Mohamed Cherkaoui a tiré sur sa femme et sa petite fille de 5 ans pour finir par retourner l’arme contre lui. Un Capitaine de Police désabusé et alcoolique, premier arrivé sur les lieux se voit confier l’enquête alors qu’il était jusque là relégué sur une voie de garage au BHS : Bureau des homicides simples. Puis sur un sentier de randonnée c’est le corps d’une femme qui est retrouvé. Commence alors pour notre flic une enquête mouvementée et captivante sous le joug de sa hiérarchie qui ne lui facilite pas la tâche. Le personnage principal est aussi le narrateur et même s’il nous apparaît comme une parodie du flic blasé mais droit dans ses pompes au passé douloureux, il va se révéler tout au long de l’enquête qui soulèvera plus de questions qu’elle ni répondra. Ce personnage qui me semble désenchanté n’est pas sans affecte, il est attaché à son île et aux gens avec des amitiés d’enfance toujours présentes en plus il est bon dans ce qu’il fait ce qui ne gâche rien. L’intrigue est bien vue et comporte des éléments tout à fait crédibles qui lui donnent toute son épaisseur. Avec ce premier roman, Antoine Albertini correspondant du Monde en Corse, nous offre toute sa connaissance des « personnalités corses » et bien entendu du terrain. La Corse, ses paysages somptueux et ses plages paradisiaques, oubliez-les. Nous sommes bien loin de la carte postale. Dès le début de l’enquête on est face à une réalité sociale et économique qui montre un tout autre visage de l’île de beauté. Indépendantistes, séparatistes et nationalistes ne sont plus dans la lumière, le temps a passé. Sans compromis Bastia – Calvi sous la pluie de novembre prennent une tout autre dimension loin des clichés habituels. On ressent très fort l’insularité et l’ambiance quasi apocalyptique de la ville. Un roman noir bien maîtrisé avec une intrigue au schéma classique mais efficace. Une belle découverte avec un personnage attachant, sachant pratiquer l’humour et l’autodérision. J’aimerai beaucoup suivre une nouvelle enquête et voir l’évolution de ce personnage. Belle lecture.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.