Tenebra Roma - Donato Carrisi

Notez
Notes des internautes
2
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Rome va plonger dans les ténèbres
pendant 24 heures, toutes les lumières
de la ville vont s’éteindre.

Dès le crépuscule, un tueur de l’ombre se met
à frapper, aucun habitant n’est à l’abri,
même enfermé à double tour. Crime après crime,
le mal rejaillit sous sa forme la plus féroce.

Marcus, pénitencier qui a le don de déceler
les forces maléfiques, échappe de peu
à ce bourreau mystérieux. Mais qui a pu
lui vouloir une mort si douloureuse ?

Epaulé par Sandra, photographe de scènes
de crime pour la police, il doit trouver
la source du mal avant qu’il ne soit trop tard...

Pour aller plus loin

Vos avis

  • Au rayon des livres 3 novembre 2017
    Tenebra Roma - Donato Carrisi

    En l’an 1521, le pape Léon X avait notifié de ne jamais laisser Rome dans le noir total. Les rues, les églises, les bâtiments devaient toujours restés éclairés. Au fil des siècles, la consigne a été respectée.
    Mais aujourd’hui, un black-out est annoncé. Une météo exceptionnellement exécrable s’abat depuis plusieurs jours au-dessus de Rome et un arrêt total du courant est nécessaire pour la réparation des centrales électriques.
    Pendant 24 heures, Rome va faire un bond en arrière, fini la technologie, un couvre-feu est même décrété. Tous les habitants de Rome sont invités à rester chez eux.
    Mais ce que la Police n’avait pas prévu, c’est que le Mal allait mettre la Ville Eternelle à feu et à sang …

    N’ayant pas lu les précédents livres de l’auteur mettant en scène le duo que forme Marcus, ce prêtre amnésique aux méthodes peu orthodoxes chasseur de Mal, et Sandra, l’ex photographe de la police scientifique ; j’avoue que cette nouvelle lecture ne m’a nullement gêné. Au contraire, on y fait référence à deux reprises à une précédente affaire qui m’a plutôt donné envie de découvrir un peu plus ce duo atypique.
    Ajoutez à cela un flic ripoux sans limite, et un ancien prêtre missionnaire serial killer caché au sein du Vatican et gardé par des soeurs, -ce dernier m’a beaucoup fait penser à Hannibal Lecter- eh bien, j’ai été très agréablement surprise de découvrir Donato Carrisi avec son dernier roman.

    Au travers de cette toile où de multiples affaires se croisent et finissent par s’imbriquer, tous les ingrédients pour un page-turner dense sont réunis : tension, fausses pistes, rebondissements, suspense, rythme ; et à chaque fin de chapitre, un cliff-hanger. Vous l’aurez compris, Tenebra Roma est impossible à lâcher. Et impossible également de tenter de deviner le dénouement final.

    Alors thriller ésotérique ? Pourquoi pas ? Même si le thriller l’emporte largement, le côté ésotérique apporte par touches une ambiance particulière qui nous fait bien ressentir l’atmosphère qui règne tout au long de cette journée en enfer.

  • Saveur Littéraire 25 octobre 2018
    Tenebra Roma - Donato Carrisi

    C’est fini. Snif, me dis-je, tandis que je referme livre.

    Tenebra Roma, déjà, c’est le troisième de la série centrée autour des deux personnages suivants ; Marcus, un pénitencier qui possède un don rare, celui de percevoir les anomalies et s’en servir pour résoudre bien des mystères macabres. Il est aidé de Sandra Vega, photographe sur les scènes de crime que l’on retrouve ici reconvertie aux passeports, parce que son ancien métier lui pèse trop.

    Tenebra Roma, c’est ce que nous n’imaginerions jamais qu’il se passe, tant c’est apocalyptique à nos yeux ! La fin de Rome, mais Rome est éternelle, n’est-ce pas ? C’est bien le nom qu’on donne à la ville où mènent tous les chemins, la Cité Éternelle. Bah, pas tant que ça. Parce que vous voyez, il suffit d’un très mauvais temps assorti d’un black-out technologique complet pour que Rome finisse en cendres. Savez-vous que les ombres guettent Rome et attendent qu’elle soit éteinte pour sortir et dévaster la ville ?

    Nous voici donc partis sur la fin de Rome, sur fond d’une prophétie très ancienne. Souvenez-vous, le Pape Léon X avait émis une bulle disant que Rome ne devait “jamais jamais être dans le noir”. Et voilà ce qui se passe sur vingt-quatre longues heures, Rome ne peut plus compter que sur elle-même, la police et la prudence de la population. sauf que, vous vous en doutez bien, quand personne ne vous surveille, que les ténèbres ont envahi une ville entière, qui serait là pour vous attraper si vous décidiez de montrer votre vrai visage ?

    Pilleurs, bastons à tout va, petites ordures qu’on aimerait bien éclater contre un mur sortent de leur trou pour semer la terreur. Mais le black-out total de Rome n’est hélas pas le seul malheur qui se déchaîne au sein de la Cité Éternelle. C’est ce que Marcus, le pénitencier que l’on suit maintenant depuis deux autres tomes, va découvrir dès le début de ce nouvel opus. Prisonnier, destiné à une lente mort douloureuse, il réussit pourtant à s’échapper, mais les ombres le guettent lui aussi.

    Connaissez-vous l’Église de l’Eclipse ? Un cercle bleu tatoué, des cadavres qu’on a laissé après les avoir sévèrement torturé, un Maître des Ombres plus fort que tout et une atmosphère plus sombre encore que celle des précédents tomes.

    Cette fois, Donato Carrisi va plus loin, dépeignant Rome comme un personnage en elle-même, qui souffre et que l’on tue à petit-feu parce que sans technologie, il n’y a plus de civilisation. Rome souffre, on la tue, on la pille, on sème sur ses routes et ses sols des cadavres qui ont commis des crimes. Au sein de ces pages qu’on tourne et tourne en buvant les mots, l’écriture change aussi. Plus directe, plus dure à certains moments. Quand je vous dis sombre, oui, c’est sombre, et je vois de nombreux lecteurs qui n’apprécient pas. C’est vrai que cette fois, l’auteur ne s’embarrasse pas de sous-entendus, il créé des personnages qu’on déteste, qu’on a envie de zigouiller de nous-mêmes, qu’on vomit dès le début. Insultes, agressions, viols, l’humain dans son caractère le plus abject.

    Outre Marcus et Sandra dont l’évolution naturelle m’a bien plu, on retrouve d’autres personnages que l’on fouille d’avantage. Ainsi, on découvre des secrets, des trahisons, des choses inavouables chez chacun d’eux. Et on en découvre d’autres, comme Rufo le Cafard, ou Vitali...

    J’ai été globalement estomaquée, encore une fois, par les chutes et les révélations de la dernière partie. Et j’en ai redemandé, encore !

    Certes des changements dans la narration, des personnages qu’on a envie de buter de nos propres mains, l’humain tel qu’il est, oui, Rome est profondément blessée et c’est si simple que ça de la meurtrir. Oui, l’auteur prend des risques et fait des retournements de situation à répétition, nous obligeant à tourner les pages frénétiquement, on peut pas s’arrêter là, et tant pis si on rate sa nuit ! Mais c’est ça qui est génial, avec cet auteur, c’est qu’il créé des intrigues à partir de l’Histoire, et de choses réalisables. En fouillant dans la bassesse humaine, dans les tréfonds de nos chers esprits et en nous montrant ce qu’on peut faire si on en a l’opportunité.

    « Et les ténèbres permettent tout. »

    A quand le prochain ?

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.