Boréal - Sonja Delzongle

Notez
Notes des internautes
(11)
8
#AvisPolars
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Janvier 2017, un groupe de scientifiques débarque en plein Groenland pour étudier les conséquences du réchauffement climatique. Lors de leur première mission de reconnaissance hors de la base Arctica, la géologue de l’équipe se fige soudain. Là, dans le sol gelé, un oeil énorme, globuleux, la fixe à travers la glace. On peut y lire une peur intense. En suivant son regard, les autres découvrent avec stupeur un animal impressionnant, recouvert d’une longue toison, la tête surmontée de cornes. Un boeuf musqué. Et les scientifiques ne sont pas au bout de leurs surprises. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres de boeufs musqués sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière de glace. Le chef de la mission, Roger Ferguson, voulant comprendre l’origine de cette hécatombe, prend contact avec Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes au sein de la Wildlife Protection Society. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s’envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf scientifiques, isolés dans la nuit polaire. Le lendemain aura lieu la première disparition.

Vos #AvisPolar

  • Sangpages 5 juillet 2018
    Boréal - Sonja Delzongle

    On avait eu très chaud à la lecture de Dust et voilà que Boréal sort pile poil au bon moment. A lire en plein été, de ces jours de canicule ou alors si tu tardes, enfile ta doudoune, ton bonnet et tes moufles car le froid va te transpercer jusqu’à l’os !

    Son style et sa plume sont, pour moi, en constante évolution et elle atteint, dans cet opus-là, du high level.
    Mais ce qui est plus fort encore c’est qu’avec Récidive, elle s’ouvrait déjà sur un émotionnel plus puissant, plus personnel alors qu’elle nous offre là, quelque chose d’encore plus fort. Une écriture qui se veut de plus en plus avec les tripes et, pour moi, c’est jouissif !

    Avec Boréal, Sonja sort clairement de sa zone de confort et nous montre qu’elle est capable de beaucoup.
    Hannah Baxter disparaît (pour un temps, je l’espère) et laisse place à d’autres personnages tout aussi fascinants.

    Boréal, c’est plus une grande aventure qu’un polar à proprement parlé. Une grande fresque très visuelle. J’ai tout au long eu l’impression de voir un de ces films d’aventure du grand nord.

    Un livre atypique, différent, franchement inclassable mais surtout captivant malgré quelques longueurs. (Seule raison qui m’oppose au coup de cœur).

    Un véritable cri du cœur pour la planète, contre cette humanité destructrice. Un récit clairement engagé, bourré de messages plus terrifiants que l’intrigue elle-même.

    Les récits d’hommes face à eux-mêmes sur cette terre hostile. Le dépassement de soi, la force de la nature toute puissante. Une histoire où la survie est le pain quotidien de chacun avec tout ce qui est nécessaire pour y arriver et quand je dis tout, crois-moi, c’est tout …

    Boréal, c’est une ambiance, une atmosphère fabuleuse. Des rebondissements imprévisibles. Une histoire qui fait peur de par son réalisme écologique.
    Un très beau livre.

    On connaissait le thriller psychologique, le thriller financier...Nous voici face au pire genre, le thriller écologique et franchement...ça te glacera le sang 😨

  • Ophé Lit 6 juillet 2018
    Boréal - Sonja Delzongle

    "Boréal" de Sonja Delzongle aux éditions Denoël,

    Ma chère Sonja, je ressors pensive et émue par ma lecture. Je dis souvent que les romans noirs ne sont pas "que" des enquêtes de police, qu’ils sont souvent le vecteur de tant d’autres messages, "BOREAL" ne déroge pas à ce constat, au contraire.

    "BOREAL" est certes un thriller, glaçant au sens propre comme au figuré, l’intrigue est passionnante et largement documentée, mais "BOREAL" est tellement plus qu’un thriller.
    Au travers de tes mots et de l’histoire de tes personnages, tu as su évoquer des sujets puissants, parfois douloureux, avec une empathie incroyable sans jamais tomber dans le pathos.

    Tu y évoques avec pudeur mais de manière si juste le "désir d’enfant", désir ou non d’ailleurs, le sacrosaint instinct maternel que nous devrions toutes ressentir dès l’annonce d’une grossesse ; les relations mères-enfants quelques soient la forme de cette maternité : enfant naturel, enfant adopté, enfant désiré ou non...
    "Pour qui les parents le font-il vraiment ? Pour eux ou pour lui ? Mon enfant, mon miroir, mon autre, ma chair. La seule idée de toutes les épreuves et les souffrances auxquels il sera confronté devrait en faire renoncer plus d’un. Mais ce n’est pas à ça que l’on pense lorsqu’on caresse ce doux projet. Non, quand ce n’est pas un accident, une erreur, on ne pense qu’à cet être fragile issu de soi, que l’on a conçu à deux ou bien fabriqué seul pour satisfaire son propre besoin de donner, transmettre, besoin d’immortalité, pour lutter contre le vide qui attend chacun."
    Tu nous parles aussi de la complexité des relations familiales dans leur ensemble mais également la beauté que peut revêtir ce lien du sang.

    Tu partages avec nous tes réflexions sur le deuil et la mort. Que nous reste-t-il quand l’ un de nos proches disparait :
    "Que subsiste-t-il de quelqu’un après sa mort ? Mais aussi que reste-t-il aux vivants ? le chagrin, les larmes. La résignation ou la colère."
    D’ailleurs la vie et la mort se font échos tout au long de l’histoire, se livrant une bataille dans la nuit polaire du Groenland. Cette nuit qui nous envahit et ne nous quitte pas tout au long de la lecture.

    Débordée plusieurs fois par les émotions que tu as su nous transmettre, j’ai pleuré, j’ai eu froid, j’ai eu peur, et en terminant ton roman mille et une questions demeurent :
    - que serais-je prête à faire pour ne pas mourir et voir grandir mon fils ?
    - quel impact nos comportements ont-ils réellement sur notre eco-système ?
    Et tant d’autres...

    Tu m’as emportée avec toi sur l’inlandsis, au cœur de cette nuit sans fin, dans des descriptions à couper le souffle.

    Tu nous offres "Boréal" comme un cadeau, on y sent l’émotion dans ton écriture, un truc en plus, en filigrane, que je n’avais pas ressenti ailleurs... J’espère que nous en serons, nous lecteurs, à la hauteur.

    Merci Sonja Delzongle.

    Et à vous qui me lisez, n’hésitez pas, "Boréal" est glaçant de vérités. Un thriller angoissant, rythmé, dépaysant mais tellement plus... Un roman que vous n’êtes pas prêt d’oublier !

  • Les Lectures de Maud 4 septembre 2018
    Boréal - Sonja Delzongle

    Ce livre se situe au Groenland, à une période de l’année où le jour ne se lève pas, j’ai frémi tout le long de ma lecture, pourtant dans un jardin par 30 degrés. Cette nuit omniprésente donne une sensation qu’elle fait partie intégrante des personnages. Ce lieu hostile et austère va accueillir une expédition scientifique qui va rapidement virer au cauchemar. L’organisation dans la base tourne autour des recherches, des sorties et des repas. Ils le savent, dans cet équilibre précaire, la promiscuité, la nuit permanente, tout peut très rapidement basculer.
    Un groupe de collègues en apparence, chacun son tempérament, son caractère, sa mission ; voilà comment est composé l’équipe. Luv est venue en renfort afin de répondre aux questions que soulèvent certaines découvertes. Comment chacun va réagir à l’austérité de l’environnement, aux lueurs des premières difficultés ? Que sont-ils vraiment venus chercher ? Comment les expériences personnelles vont interagir dans leur comportement ? Quand les drames vont se succéder, que reste-t-il aux personnes pour survivre et ne pas mourir ? Ils vont devoir franchir des barrières mentales qu’ils n’auraient jamais supposées possibles.
    L’autre livre ici, un magnifique roman frissonnant et glaçant de vérité, sur l’évolution du Monde, celui que nous connaissons actuellement qui mute vers un désastre presque annoncé, une prise de conscience collective. Une plume que je salue de nouveau qui transporte, emmène, empoigne à chaque chapitre. Les lieux, les sentiments, l’enfermement, l’ambiance, le danger sont en permanence ressentis par lecteur. J’ai également été touché par les rapports des personnages à certains aspects de la vie. Maintenant comme de nombreux lecteurs, j’attends le prochain livre avec impatience.

    La Terre n’appartient pas à l’Homme, il n’en est qu’un locataire temporaire.

  • lesmotsdelau 21 octobre 2018
    Boréal - Sonja Delzongle

    Boréal... le livre que j’attendais avec tant d’impatience !
    On nous parlait de huis clos dans un hiver Groenlandais. Ça tombe bien, je suis très friande de Thriller en milieu isolé. Et avec cette superbe couverture, si vive et si froide à la fois, on ne peut qu’être interpellée. Il me tardait vraiment de le commencer.
    Ce roman est intense. Une bonne intrigue. Des personnages plus qu’ intéressants. Tout est là pour bien commencer ma lecture.
    On suit d’abord Luv, une jeune scientifique spécialisée dans l’extinction des espèces. Elle mène une vie privée très compliquée, qui l’oblige à vivre reclue dans une maison isolée, avec son bébé et son compagnon, toujours absent.
    En parallèle on découvre une équipe de 8 scientifiques avec chacun sa spécialité.
    Ses derniers sont venus au Groenland pour une mission de reconnaissance. Mais ils vont faire des découvertes inquiétantes. Des choses qui ne sont pas du tout normales.
    Tout commence par des boeufs musqués qui sont retrouvés intacts, congelés dans la glace, par centaines...
    Ces deux parties du récit vont se rejoindre.
    L’expédition scientifique ne va pas se passer comme prévu. Dans ce milieu hostile, un huis clos va s’installer. On est surpris par multitude de rebondissements. La tension monte peu à peu dans une ambiance de nuit polaire. Il fait -40°C, mais on a vite très chaud !

    Un récit en immersion totale, oppressant, où le mode survie est enclenché.
    Amitié, complot, trahison, tout est bon pour essayer de se tirer d’affaire.
    Au-delà de ça, l’auteure évoque également des sujets sensibles, comme celui du réchauffement climatique, la fonte des inlandsis, du mode de vie des Inuits, la disparition et l’amaigrissement de l’ours polaire qui l’oblige pour sa survie à se rapprocher de plus en plus des terres de l’homme..
    C’est vraiment un très bon livre. Son contenu est riche. Sonja Delzongle s’est beaucoup investie dans ses recherches.
    On dévore les pages sans réellement s’en rendre compte. Pour peu, on ferait presque malheureusement partie de cette expédition.
    Je ne peux que vous conseiller d’enfiler une doudoune, et de sauter dans cet enfer glacé du Grand Nord.
    Une seule question se pose pour vous aussi : allez vous survivre ?

  • La belette du sud 3 novembre 2018
    Boréal - Sonja Delzongle

    Attendez-vous à avoir froid au corps, à l’âme. La nuit polaire va vous cerner, vous étreindre et vous étouffer. Et sans « connaissance atavique de ces immensités glacées », vous allez souffrir. Pensez surtout à surveiller vos arrières.

    Ne croyez pas que l’inlandsis est un désert de glace. Les huit scientifiques de la base Arctica chargés d’étudier les effets du réchauffement climatique vous le diront. Cette partie du Groenland est peuplée de créatures vivantes ou mortes, d’esprits des inuits, d’inuksuits. le reste, je ne préfère pas vous en parler. Vous le découvrirez bien assez tôt.

    Si, à la fin, vous vous en sortez, vous en reviendrez à jamais transformé car « la survie dans ces conditions extrêmes appartient à l’intimité, c’est une affaire entre soi et soi ».

    Suspense implacable. Lecture addictive. Thème original. Rebondissements intelligents. Belle écriture. Bon voyage au Groenland.

    Pour ma part, je vais laisser ma lampe de chevet allumée cette nuit, numéroter mes abattis et prendre un petit café bien chaud demain matin en pensant à ce que je vais faire concrètement pour sauvegarder notre planète.

  • Killing79 6 février 2019
    Boréal - Sonja Delzongle

    Avant de se lancer dans cette aventure, il faut prendre quelques précautions ! Il faut enfiler une parka bien chaude, la remonter jusqu’au menton, se munir de bottes et de gants fourrés, rabattre sa capuche et surtout…ne pas craindre le noir ! Parce que sinon, vous allez passer un sale moment !

    Sonja Delzongue nous entraîne à travers les grands espaces groenlandais, là où l’air est extrêmement glacial et où la nuit est permanente. Et malgré l’immensité du décor, les protagonistes se retrouvent dans ce coin retiré, le froid et l’obscurité les isolant du monde. Ils organisent leur micro société et tout se déroule sereinement… jusqu’au drame. Et à partir de ce moment, les évènements vont s’enchainer sur un rythme beaucoup plus soutenu. L’action devient un terrible huis clos dans lequel les acteurs vont affronter les forces de la nature et de l’Homme. Le danger arrive de toute part et personne n’est plus à l’abri. Pris au piège, chaque protagoniste va dépasser ses limites.

    Sur fond de drame écologique mais sans être moraliste, l’auteure nous dévoile une région du globe peu connue dont elle retranscrit à la perfection l’atmosphère. On ressent les températures négatives, on imagine le noir complet, on renifle les odeurs (parfois infâmes) et on discerne même les goûts (encore plus ignobles !). Même si les péripéties sont des fois prévisibles et le scénario un peu facile, le processus de narration a parfaitement fonctionné sur moi. La tension est palpable, le suspense continu. J’ai tourné les pages avec frénésie pour découvrir ce que me réservait la suite.

    Je vous conseille donc ce livre si vous cherchez un thriller efficace avec des sensations exacerbées. Vous allez vivre une aventure glaçante dans tous les sens du terme ! C’était mon premier Sonja Delzongle et vous l’avez compris, ce ne sera pas mon dernier !

  • Maks 9 février 2019
    Boréal - Sonja Delzongle

    Boréal est une histoire assez effrayante, d’abord par le contexte, des catastrophes écologiques se produisent en rapport avec les animaux de diverses espèces, certaines même disparaissent comme les abeilles, et tout cela joue sur le climat. Une équipe de chercheurs fait une découverte macabre lors d’une expédition au Groenland, les ennuis commencent.

    Nous suivons un large spectre de personnages (ne vous inquiétez pas, on s’y retrouve facilement), et il n’y a pas de héros, pas de gars qui arrivent à tout faire mieux que tout le monde, juste de simples personnes avec leurs compétences, leurs caractères, leurs angoisses et leurs secrets.
    Le fait d’avoir cette multitude de personnages donne au livre un aspect particulier, même si l’ont peut s’attacher à l’un ou à l’autre, personne n’est à l’abri d’une mort précoce. Tension maximum donc.

    Le Groenland, pays des Inuits, est le lieu parfait pour ce genre d’histoire, car avec le froid extrême, la nuit permanente, les légendes et les découvertes sur place, tout notre groupe de scientifiques mais aussi les autorités locales n’ont qu’une marge de manœuvre très limitée pour se déplacer, pour simplement survivre, surtout quand les morts suspectes et les accidents commencent à s’enchaîner. Ce côté "survival horror" m’a d’ailleurs beaucoup plu.

    Le dénouement est assez inattendu bien que cohérent, ça fait froid dans le dos, au sens propre comme au figuré.

    C’est le premier roman de Sonja Delzongle que je lis, j’ai véritablement adoré cette écriture fluide et tortueuse à la fois, je pense renouveler prochainement l’expérience en espérant à nouveau un coup de cœur.

  • Lectures noires pour nuits blanches 21 mars 2019
    Boréal - Sonja Delzongle

    Attirée par la splendide couverture et l’envie de découvrir cette auteur, je me suis lancée dans ce voyage au Groenland.

    L’écriture très visuelle m’a littéralement transportée au fin fond de l’Inlandsis au coeur d’une mission scientifique, dans la nuit polaire. J’arrivais presque à ressentir le froid glacial. Une atmosphère oppressante accentuée par les magnifiques descriptons des paysages mystérieux et hostiles. Tout le long du roman, j’ai oscillé entre émerveillement et angoisse. L’impression de me retrouver dans ce huis clos forcé, où les émotions sont exacerbées et la tension qui règne rend l’ambiance encore plus glaciale.

    Si le début du roman est un peu lent, très vite le rythme s’intensifie et entre disparitions et rebondissements, je me suis vue lutter pour ma survie, la peur chevillée au corps.

    Cest prenant, haletant. Je me suis retrouvée à tourner les pages fièvreusement, partagée entre l’envie de connaître la suite et le dégoût en lisant certaines scènes. L’auteur réussi le tour de force de me maintenir accrochée tout du long.

    C’est un thriller glaçant, pas seulement dû à la température, sur fond d’aventure, avec une petite touche écolo. Ce côté-là est encore plus effrayant que le reste, parce que bien réel. Les causes du réchauffement climatique, la disparition de certaines espèces animales, tout ça nous est raconté subtilement au coeur de l’histoire. Faire passer ainsi certaines messages nous aidera peut-être à en prendre conscience.

    Petit bémol pour l’histoire en parallèle que je n’ai pas trouvée pertinente et qui m’a un peu ennuyée. Ca casse le rythme oppressant du récit. Dommage.

    Je vous recommande fortement cette lecture, effrayante par bien des côtés, dont j’en suis ressortie quelque peu ébranlée. Par ces températures caniculaires, un petit raffraîchissement s’impose. Enfilez doudoune et gants et partez à la découverte de cet enfer blanc dans ce terrible roman. Moi je ne suis pas déçue du voyage !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.