Les Petites Filles - Julie Ewa

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Bénévole dans une association qui s’occupe d’enfants, Lina est partie poursuivre ses études à Mou di, en Chine. Thomas, lui, enquête pour une ONG sur les disparitions (de petites filles essentiellement) qui sévissent depuis des décennies dans cette région reculée. La jeune femme accepte de lui servir d’espionne sur place. Elle découvre vite les ravages de la politique de l’enfant unique. Mais ses questions vont semer le trouble dans le village.
Quand un mystérieux assassin se met à éliminer un à un tous ceux qui semblaient savoir quelque chose, elle se sent prise au piège.
Réseaux d’adoption clandestins, mafias chinoises, trafics d’organes, prostitution... Oscillant entre passé et présent, un thriller dépaysant qui nous conduit au cœur d’une Chine cynique et corrompue, où la vie d’une petite fille ne vaut que par ce qu’elle peut rapporter.

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • Ophé Lit 30 janvier 2019
    Les Petites Filles - Julie Ewa

    Chronique d’un électrochoc

    En ouvrant ce roman, je savais que je serai touchée. Mes amis Geneviève et Yvan m’avaient parlé de Julie Ewa. De son investissement auprès des enfants dans les pays défavorisés, de ses immersions avant le travail d’écriture. Le moins que l’on puisse dire, c’est que du travail de fond il y en a eu…

    Julie nous emmène en Chine entre 1991 et 2013. Une Chine en pleine mutation tiraillée entre traditions et mutations sociales. Si les villes prennent peu à peu le modèle occidental et certains aspects capitalistes : « tout s’achète », les villages restent enfermés. Ils vivent en autarcie et s’ouvrent peu à la révolution culturelle. Malgré ces évolutions, la Chine reste hypocrite et ferme les yeux sur certaines pratiques, d’autant que perdurera la dramatique politique de l’enfant unique, officiellement, jusqu’en 2015.

    Avortements, stérilisations, homicides, enlèvements, trafics, c’est au cœur de cette Chine que nous entraîne Julie, sur les pas de Lina, étudiante, recrutée par une ONG pour faire la lumière sur des disparitions d’enfants dans le village reculé de Mou Di.

    Lina ou le don de soi en écho de l’abandon de soi… Pour oublier le père absent et le suicide de sa mère, la jeune femme, fragile et forte à la fois, a fait le choix de donner aux autres. Donner pour oublier, donner pour combler le manque… Un personnage attachant, complexe, fascinant.

    Bien que Julie Ewa traite de sujets particulièrement difficiles, elle glisse des pointes d’humour dans les dialogues pour alléger un récit sombre et éprouvant. Une plume vive et nerveuse, des chapitres courts, rythmés pour entretenir suspens constant. L’auteur a construit l’intrigue sur deux plans temporels : en 1991 où le lecteur suit Sun, une jeune maman qui n’a pas déclaré la naissance de sa fille, et en 2013 pendant l’enquête de Lina au sein du village dont Sun est originaire.

    Julie nous parle des traditions chinoises et de la philosophie bouddhiste, du prix d’une petite fille au pays de l’enfant unique, de la mafia qui monnaye tout et corrompt les institutions, du combat de femmes et d’hommes pour que vivent ces enfants qui n’ont rien demandé d’autre que d’exister… tous les aspects traités sont fouillés, documentés. Pas de place au hasard, une intrigue en toile de fond pour révéler des faits et donner au lecteur un électrochoc.

    Julie Ewa, au travers de ce roman noir, ouvre nos yeux sur le monde et nous invite à nous pencher sur ce qu’il se passe ailleurs que dans nos foyers protégés…

  • Adeline Aiguille 15 février 2019
    Les Petites Filles - Julie Ewa

    oh la la, pour un premier roman que Julie Ewa écrit, elle frappe très fort.

  • ReadLookHear 13 mars 2019
    Les Petites Filles - Julie Ewa

    j’ai vraiment apprécié cette lecture et la façon dont ce livre est écrit. L’histoire se déroule dans un petit village de la campagne chinoise mais à deux époques distinctes, en 1991 et en 2013. Pour aller droit au but, ce roman traite de la loi de l’enfant unique, du traitement des femmes dans la société chinoise et du trafic d’enfants. Autant de thèmes sérieux et qui font froid dans le dos.

    C’est bien se sentiment qui m’a tenu tout le long de ma lecture, une certaine épouvante avec limite la peur d’avancer dans l’histoire car plus les pages se tournaient, plus je ressentais où Julie Ewa voulait m’emmener. Mais bon, chacun d’entre vous connais bien cette petite chose qui pousse chaque lecteur que nous sommes à continuer notre lecture, nous avons tous un petit côté sadique quand même, non ?

    Donc, Julie Ewa, nous plonge dans ce petit village en 1991 quand à lieu la disparition d’une petite fille et quelques jours plus tard de sa mère. Puis en 2013, quand une ONG, mise au courant de ses disparitions vient sous couvert d’une jeune étudiante française enquêter sur ces drames.

    La lecture est facilité par de nombreux chapitres très courts et chose que j’ai apprécié le fait de naviguer à chaque chapitres aux deux époques. C’est un livre qui a du demander à l’auteure énormément de documentation car franchement, Julie Ewa maîtrise son sujet de bout en bout et du fait nous propose une image véridique de la Chine et des évolutions qu’il y a pu y avoir ou non en plus de vingt ans.

    Voilà, c’est vraiment un très bon roman, que je conseil à condition d’avoir le cœur bien accroché et attention, nous sommes presque dans de la docu-fiction, pas d’histoire d’amour ou de jolie fin avec ce roman poignant qui va me rester longtemps en tête et qui me donne envie d’en savoir un peu plus sur la Chine.

    https://readlookhear.wordpress.com

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.