Rivière tremblante - Andrée A. Michaud

Notez
Notes des internautes
2
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

À 30 ans d’intervalle, deux enfants disparaissent dans des circonstances nébuleuses. Rien ne lie apparemment ces drames, sinon l’horreur qui les entoure et la douleur de leurs survivants... Par l’auteur de Bondrée, récompensé par le prix des lecteurs Quais du polar 2017.

Vos avis

  • Louison Lit 19 septembre 2018
    Rivière tremblante - Andrée A. Michaud

    Une belle et lente lecture au fil de la rivière tremblante. Un livre où se développe avant toute chose une atmosphère tout en attente qui nous fait toucher du doigt, l’étrange, la disparition, la peur, les fantômes et le climat hostile du petit village de Rivière-aux-Trembles, suite à la disparition de Michael, 12 ans dans la forêt sous le regard impuissant de sa meilleure amie Marnie. Trente ans plus tard c’est la petite Billie qui disparaît non loin de là. Nous allons suivre Bill son père ainsi que Marnie devenue adulte dans la lente descente aux enfers, d’un deuil impossible. C’est tout le territoire de l’enfance qui est exploré par deux adultes blessés et traumatisés. Bill est le personnage qui m’a le plus touché, c’est un survivant en quelque sorte, il était si proche de sa petite fille, lui inventant constamment de superbes histoires, qui ne craquerait pas pour Ronie le Crapaud et Myrtle the Turtle ? Cette ambiance de madeleine de Proust à jamais perdue était douloureuse à lire. De son côté Marnie n’a pas la vie facile lorsqu’elle revient dans sa région à la mort de son père. Le village ne lui fait pas de cadeau entre incompréhension, bêtise et culpabilité.

    Si vous vouliez un thriller avec beaucoup d’action passez votre chemin, ici il s’agit d’une combustion lente et pourtant elle dévore tout sur son passage. Rien de telle qu’une sombre forêt pour donner le ton et Andrée A. Michaud excelle dans l’art de nous transporter dans ce décor sylvestre sombre et envoutant. Le fait que le récit de Bill et de Marnie soit écrit à la première personne en fait une œuvre très personnel où le lecteur se sent plus impliqué.

    J’ai beaucoup aimé le parlé québécois qui colore tout ce texte.

    « Grouille-toué, Marnie, vite, ça va nous attraper, ça s’en vient, je le sens. »

    Il y a aussi de nombreuses références musicales qui viennent à point nommé pour alléger cette ambiance noire. Ne passez pas à côté de ce petit bijou tout en intériorité qui m’a transporté au loin chez nos cousins québécois. Bonne lecture.

    Citations :

    Derrière nous, près du lac aux Barbotes, croissait la rumeur qui s’était élevée un peu plus tôt. Nous l’avons entendue gonfler sous les feuillages, s’enrouler aux arbres puis monter à leur cime. Après, le vent l’a emportée vers les maisons de Rivière-aux-Trembles pour la faire glisser par la fenêtre ouverte jusqu’aux oreilles des hommes et des femmes qui tenaient férocement leurs enfants contre leur ventre.

  • jeanmid 29 septembre 2018
    Rivière tremblante - Andrée A. Michaud

    Deux ans avant son magnifique roman "Bondrée " l’auteure québécoise Andrée A.Michaud nous propose ce "Rivière Tremblante" . Elle reprend ici la thématique de la disparition mais avec deux jeunes enfants : Michael, 12 ans qui disparaît au beau milieu d’un orage d’été en 1979 et Billie , petite gamine de huit ans qui s’est évanouie dans la nature après l’école , laissant leurs parents et leurs amis complètement désespérés et désemparés. Une perte qui marquera à jamais la vie de Bill Richard le père de Billie , auteur de livres pour enfants, qui pour tenter d’oublier son chagrin., décide de prendre le large et de dêmenager dans le village de Rivières-aux-Trembles. Comme Marnie Duchamps qui après le décés de son père vient s’installer dans sa maison de Rivières-aux-Trembles, retrouvant le terrain de son enfance et renouant ainsi, trente ans plus tard, avec le souvenir de Michael Saint Pierre, son meilleur ami , dont elle est la seule témoin de sa soudaine évaporation cette après midi du 7 août 1979 devant la rivière aux trembles. Si leur calvaire n’était pas suffisant ils vont tous les deux être accusés suite à la disparition du jeune Michael Faber.

    Malgré quelques longueurs stylistiques qui nous plongent dans la douleur et la détresse psychologique des deux personnages, cette histoire nous tient parfaitement en haleine et nous accompagne d’une douce mélancolie renforcée par la froideur du temps et la noirceur des paysages.
    Andrée A.Michaud démontre à nouveau son talent pour nous faire ressentir et partager au plus profond les émotions de ces hommes et ces femmes qui ont perdu un être cher. Avec finesse et authenticité.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.