Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Tenebra Roma - Donato Carrisi

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

6 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Vos #AvisPolar

  • calyenol 28 février 2019
    Tenebra Roma - Donato Carrisi

    J’ai lu Tenebra Roma de Donato Carrisi.
    Quel plaisir de retrouver l’auteur,il était temps que je le sorte de ma pal.
    .
    Dans Tenebra Roma,nous voilà partis pour 24h de black out.
    24h où tout s’arrête...sauf un tueur,le tueur de l’ombre.
    Personne n’est à l’abri.
    Mais qui est-il ?
    On y retrouve Marcus,pénitencier déjà rencontré dans Le tribunal des âmes et Malefico,qui échappe de peu au tueur mystérieux,ainsi que Sandra,vu aussi dans ces deux précédents livres,qui va épauler Marcus pour retrouver la source du mal avant qu’il ne soit trop tard.
    Cette plongée dans le noir nous amène aussi à la prophétie de Louis X qui avait prédit le pire à Rome si elle se retrouvait dans le noir complet.
    De plus,nous voici au coeur d’une secte,l’Eglise de l’éclipse,et dans le secret du Vatican qui cache un serial killer.
    Tous les ingrédients que j’aime et qui m’ont tenu en haleine jusqu’à la fin de ma lecture....petit bémol,et oui quand même lol,sur certains personnages que j’aurais voulu plus creusé pour les cerner plus,bon c’était sûrement voulu lol.
    .
    Une chouette lecture pour moi,une atmosphère lourde,oppressante, une bonne intrigue pour une histoire captivante avec une fin qui me laisse penser-du moins je l’espère-à un volet suivant.
    De plus j’ai trouvé l’idée du black out intéressante,imaginez nous dans cette situation,effrayant non ?!
    Comment ferions-nous,nous les dépendants des interrupteurs,des téléphones portables....et autre !
    En bref,c’est du Donato donc forcément j’ai aimé lol.

  • Mon Jardin Littéraire 13 mars 2019
    Tenebra Roma - Donato Carrisi

    A la lecture du résumé, j’avais été intriguée et tentée par ce roman aux allures de course contre la montre qui n’était pas sans rappeler les romans de Dan Brown et notamment « Anges et démons » qui se passe également au Vatican. Il ne m’en fallait pas plus… Alors vous imaginez la joie que j’ai ressenti quand ma demande a été acceptée !

    Dès les premières lignes, le ton est donné. Rome va se retrouver plongée dans le noir le plus complet pendant 24h suite à un black-out. La nuit arrive et des crimes horribles se produisent… L’atmosphère est très sombre, sans mauvais jeu de mot, inquiétante, angoissante, pesante voire oppressante. Cette ambiance très réussie joue un rôle primordial dans l’histoire. Et c’est d’ailleurs en grosse partie grâce à ce climat stressant que j’ai adoré ce roman !

    L’intrigue est menée d’une main de maitre par cet auteur qui sait où il va. La multitude de personnages qui peut effrayer au départ, lui permet de nous livrer une histoire aboutie et très complexe. Je défie quiconque de s’y retrouver. Comme nos 2 héros, les pièces s’assemblent petit à petit et nous glacent d’horreur au fur et à mesure que la vérité nous apparait. Dans ce climat de confusion, à qui peut on se fier ? D’autant plus que tout le monde a quelque chose à cacher, personne n’est blanc comme neige.

    Le rythme est très soutenu. L’action se déroule en quelques heures à peine. Les évènements s’enchainent et ne nous laissent pas une seconde de répit. Je me suis surprise à retenir mon souffle à plusieurs reprises. J’ai tremblé, espéré et enquêté avec ces 2 protagonistes.

    Le seul petit bémol (mais un petit hein, tout petit), est le dénouement… J’aurai aimé savoir ce qu’il advient de Marcus et Sandra. Mais j’ai appris par la suite qu’il s’agissait du 3ème tomes d’une série donc peut-être en saurons nous d’avantage plus tard. D’ailleurs à ce propos, certains aspects de leur relation le paraissait trop succins, je comprend désormais mieux pourquoi. Mais ce roman peut se lire complètement indépendamment, la preuve !

    L’intrigue est très bien ficelée et tient toutes ses promesses. Le contexte de l’histoire, un black-out, rend ce roman stressant et sombre.Un bon moment assuré pour les adeptes du genre !

  • BulleDeLecture 31 mars 2019
    Tenebra Roma - Donato Carrisi

    Comme à chaque fois, Donato Carrisi réussit à m’emporter dans son univers. Tenebra Roma n’a pas fait exception à la règle, ce livre est dans la même lignée que les précédents de l’auteur.
    Pendant 24 heures, nous voilà à Rome, la ville est plongée dans les ténèbres. Tout le monde est barricadé à l’abri. Pourtant cela n’empêchera pas à un mystérieux tueur de faire de nombreuses victimes.
    Tous les ingrédients sont là pour faire de ce livre un très bon thriller. Je suis vraiment addict à Donato Carrisi.

  • Mes Carnets Litteraires 9 mai 2019
    Tenebra Roma - Donato Carrisi

    Ce livre est le tome 3 de la série "Marcus et Sandra". Je ne sais pas si c’est parce-que j’ai lu les tomes précédents il y a presque 2 ans mais j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire.
    Bien que les intrigues soient indépendantes, les personnages principaux sont les mêmes et je n’avais plus tous les éléments de leur passif en tête et j’en ai ressenti une certaine frustration...
    Concernant l’intrigue en elle-même, je l’ai trouvé plutôt bien ficelée.
    L’ambiance est assez sombre et angoissante, ce qui correspond bien au black-out de Rome dans l’histoire.
    La fin est inattendue et très surprenante. Elle est forcément annonciatrice d’un autre tome.
    J’espère qu’il sortira rapidement afin de ne pas passer, une nouvelle fois, à côté de ma lecture !

  • mimi85600 10 juillet 2019
    Tenebra Roma - Donato Carrisi

    Quel plaisir de retrouver Marcus et Sandra, ces personnages déjà présents dans " Le Tribunal des âmes " et " Malefico " .

    Ici nous sommes plongés dans une Rome en plein chaos, confrontée à ses pires démons. En effet, suite à un blackout annoncé et une tempête qui fait rage, la majestueuse cité se retrouve plongée dans l’obscurité la plus totale, laissant le champ libre aux monstres tapis dans l’ombre.

    Marcus, après avoir échappé à une mort atroce, se voit chargé de retrouver un enfant disparu 9 ans plus tôt. Avec l’aide Sandra, il va parcourir un chemin semé d’embûches et de cadavres et découvrir l’impensable dans une Rome totalement dévastée.

    Encore une fois, Donato Carrisi nous ravit avec sa plume dont la qualité n’est plus à prouver. On tourne les pages sans même s’en rendre compte et il est impossible de lâcher ce livre avant de l’avoir terminé.

    Inutile de vous préciser que j’ai a-do-ré cette lecture et que j’attends avec impatience le prochain roman de Donato Carrisi qui est l’un de mes auteurs préférés.

  • Saveur Littéraire 22 août 2019
    Tenebra Roma - Donato Carrisi

    Tenebra Roma, déjà, c’est le troisième de la série centrée autour des deux personnages suivants ; Marcus, un pénitencier qui possède un don rare, celui de percevoir les anomalies et s’en servir pour résoudre bien des mystères macabres. Il est aidé de Sandra Vega, photographe sur les scènes de crime que l’on retrouve ici reconvertie aux passeports, parce que son ancien métier lui pèse trop. Ces deux-là, avant que je ne poursuive, sont déjà présents dans les deux autres livres, donc gaffe à vous les bouilles, souvenez-vous : IL Y A UN ORDRE ! Faîtes pas comme moi qui me goure souvent dans l’ordre des séries…en premier, nous avions eu l’excellentissime Le Tribunal des Âmessuivi de près par Malefico, délectable.

    Tenebra Roma, c’est ce que nous n’imaginerions jamais qu’il se passe, tant c’est apocalyptique à nos yeux ! La fin de Rome, oui, vous avez bien lu, LA FIN DE ROME ! Mais Rome est éternelle, n’est-ce pas ? C’est bien le nom qu’on donne à la ville où mènent tous les chemins, la Cité Éternelle. Bah, pas tant que ça. Parce que vous voyez, il suffit d’un très mauvais temps assorti d’un black-out technologique complet pour que Rome finisse en cendres. Bon, je vous rassure, elle ne finit pas totalement en cendres. Savez-vous que les ombres guettent Rome et attendent qu’elle soit éteinte pour sortir et dévaster la ville ?

    Nous voici donc partis sur la fin de Rome, sur fond d’une prophétie très ancienne. Souvenez-vous, le Pape Léon X avait émis une bulle disant que Rome ne devait “jamais jamais être dans le noir”. Et voilà ce qui se passe sur vingt-quatre longues heures, Rome ne peut plus compter que sur elle-même, la police et la prudence de la population. sauf que, vous vous en doutez bien, quand personne ne vous surveille, que les ténèbres ont envahi une ville entière, qui serait là pour vous attraper si vous décidiez de montrer votre vrai visage ?

    Pilleurs, bastons à tout va, petites ordures qu’on aimerait bien éclater contre un mur sortent de leur trou pour semer la terreur. Je lance un regard à Rufo Le Cafard, le personnage que j’ai eu envie d’étriper dès le début. Et il y a de quoi, mais je ne vous en dis pas plus là-dessus, eheh !

    Mais le black-out total de Rome n’est hélas pas le seul malheur qui se déchaine au sein de la Cité Éternelle. C’est ce que Marcus, le pénitencier que l’on suit maintenant depuis deux autres tomes, va découvrir dès le début de ce nouvel opus. Prisonnier, destiné à une lente mort douloureuse, il réussit pourtant à s’échapper, mais les ombres le guettent lui aussi.

    Connaissez-vous l’Église de l’Eclipse ? Un cercle bleu tatoué, des cadavres qu’on a laissé après les avoir sévèrement torturé, un Maître des Ombres plus fort que tout et une atmosphère plus sombre encore que celle des précédents tomes.

    Cette fois, Donato Carrisi va plus loin, dépeignant Rome comme un personnage en elle-même, qui souffre et que l’on tue à petit-feu parce que sans technologie, il n’y a plus de civilisation. Rome souffre, on la tue, on la pille, on sème sur ses routes et ses sols des cadavres qui ont commis des crimes. Au sein de ces pages qu’on tourne et tourne en buvant les mots, l’écriture change aussi. Plus directe, plus dure à certains moments. Quand je vous dis sombre, oui, c’est sombre, et je vois de nombreux lecteurs qui n’apprécient pas. C’est vrai que cette fois, l’auteur ne s’embarrasse pas de sous-entendus, il créé des personnages qu’on déteste, qu’on a envie de zigouiller de nous-mêmes, qu’on vomit dès le début. Insultes, agressions, viols, l’humain dans son caractère le plus abject. Mais chut, vous le verrez de vous-même.

    Les personnages, délicieux ! Outre Marcus et Sandra dont l’évolution naturelle m’a bien plu, on retrouve d’autres personnages que l’on fouille d’avantage. Ainsi, on découvre des secrets, des trahisons, des choses inavouables chez chacun d’eux. Et on en découvre d’autres, comme Rufo le Cafard, ou Vitali qu’on ne sait pas où caser : méchant, gentil, entre les deux ? Ses actions sont à lui donner des gifles et le laisser se noyer dans le Tibre, mais d’autres actions…sont à son honneur. Ou pas ?

    Parce que la dernière partie est remplie de réponses à tous ces mystères, je ne vous en parlerai pas pour ne pas vous gâcher la surprise, mais même si j’avais senti quelques trucs venir, j’ai été globalement estomaquée, encore une fois, par les chutes et les révélations. Et j’en ai redemandé, encore.

    Parce que, clairement, on a besoin d’un autre tome, de savoir…de savoir ce qui se passe, par le caleçon d’Hadès ! Parce que la dernière partie est grandiose, qu’on ne peut pas s’arrêter là ! N’est-ce pas ?

    Alors oui, des changements dans la narration, des personnages qu’on a envie de buter nous-mêmes, l’humain tel qu’il est, oui, Rome est profondément blessée et c’est si simple que ça de la meurtrir. Oui, l’auteur prend des risques et fait des retournements de situation à répétition, nous obligeant à tourner les pages frénétiquement parce que MINCE on peut pas s’arrêter là, et tant pis si on rate sa nuit ! Mais c’est ça qui est génial, avec cet auteur, c’est qu’il créé des intrigues à partir de l’Histoire, et de choses réalisables. En fouillant dans la bassesse humaine, dans les tréfonds de nos chers esprits et en nous montrant ce qu’on peut faire si on en a l’opportunité.

    Et les ténèbres permettent tout.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.