Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Fin de ronde - Stephen King

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Dans la chambre 217 de l’hôpital Kiner Memorial, Brady Hartsfield, alias Mr Mercedes, gît dans un état végétatif depuis sept ans, soumis aux expérimentations du docteur Babineau. Mais derrière son rictus douloureux et son regard fixe, Brady est bien vivant. Et capable de commettre un nouveau carnage sans même quitter son lit. Sa première pensée est pour Bill Hodges, son plus vieil ennemi…

Vos #AvisPolar

  • QuoiLire 6 juillet 2017
    Fin de ronde - Stephen King

    Avec la série des Mr Mercedes Stephen King délaisse la monde du fantastique et de l’horreur pour s’aventurer dans l’univers du roman policier. Les deux premiers tomes (Mr Mercedes et Carnets noirs) ont montré que contrairement à ce que l’on pense, le genre littéraire du roman policier et du thriller est un genre à part qui n’est pas donné à tout le monde.

    Stephen King se rattrape avec Ronde de minuit dans lequel on retrouve les points clés d’un bon roman policier (sans pour autant arriver au niveau du thriller. Côté personnages on a bien sur un policier mal en point, une assistante originale, voire légèrement déjantée, un tiers avec des talents particuliers et un méchant plutôt mentalement pervers.

    Du point de vue de la rédaction, on retrouve un Stephen King en grande forme : le style est impeccable de fluidité, où les détails sont réduits au minimum mais font à chaque fois mouche pour stimuler l’imaginaire du lecteur. L’alternance entre le point de vue de Bill Hodges et celui de Brady Hartsfield tient le lecteur en haleine.

    Mais la particularité de ce lire est que, si Stephen King s’aventure dans le roman policier, il revient à ses premières amours. En effet, les agissements de Brady Hartsfield font intervenir la télékinésie nous fait penser à son premier roman Carrie, quant au média à Cellular. Mais cette originalité, cette combinaison de genres, marche bien et plaira aux amateurs... un peu moins pour les puristes.

    Un bon roman qui clôt admirablement la série.
    (https://quoilire.wordpress.com/2017/04/22/stephen-king-fin-de-ronde/)

  • lecturesdudimanche 12 avril 2019
    Fin de ronde - Stephen King

    Je referme « Fin de Ronde » avec beaucoup de tristesse… Parce que, comme son nom l’indique, c’était le dernier tour de nos amis Hodges, Holly & Jérôme… Mais quel dernier tour !

    Pour vous donner le thème : depuis son lit d’hôpital dans le service des traumatismes crâniens, dit « le Bocal », Brady Hartsfield s’est réveillé du coma dans lequel il végétait depuis cinq ans. Pour tous, l’auteur du massacre du City Center, plus connu comme « Monsieur Mercedes » (voyez ma chronique ici) a beau s’être réveillé, il n’est plus qu’un légume. Un corps à moitié inutilisable piloté par un cerveau en compote… Sauf que… Sauf qu’il joue bien la comédie. Et que, depuis la chambre 217 du Bocal, il fomente patiemment et savamment sa vengeance. L’auto-proclamé « Prince du suicide » n’en a pas fini avec l’off-ret (officié de police retraité) Bill Hodges, devenu entre-temps détective privé, flanqué de sa fidèle mais un peu loufoque associée, Holly Gibney, qui n’est pas étrangère au coma de Brady !

    Autant, en lisant Mr Mercedes et en connaissant le King, je m’attendais à un peu de surnaturel qui n’est absolument jamais arrivé (ce qui, cependant, n’a enlevé aucun charme au livre, qu’on se le dise !) autant, cette fois, je ne m’attendais pas à en voir ! Surnaturel ou pouvoirs humains réels, je n’ai pas assez de connaissances scientifiques pour trancher entre la science et la fiction, même si j’ai forcément ma petite idée, mais je me suis régalée ! Ajoutez à cela plein de références musicales qui tombent pile dans mes goûts : Black Sabbath, Judas Priest !! J’ai adoré ce dernier opus (pour la petite histoire, il s’agit d’une trilogie). Le King est toujours bon, même quand il se met à la littérature policière comme c’est le cas ici. J’ai le sentiment que les années enrichissent encore un peu plus sa plume. J’aime aussi le petit côté mise en garde contre les dangers des réseaux sociaux qui passe comme un message subliminal (private joke pour ceux qui ont déjà lu le livre 😉 ). Les personnages sont toujours bien travaillés et sonnent justes, et l’écriture est fluide. Un peu d’humour (que Holly prend en général au pied de la lettre), un peu de réflexion, un peu de peur, beaucoup de talent ! C’est le résumé de ce dernier volet d’une trilogie qui, pour moi, n’est pas finie puisqu’en fait, je n’ai pas encore lu « Carnets noirs », le deuxième opus ! Donc, même si la conclusion confirme que la trilogie est bel et bien finie, j’aurai quand même le plaisir de retrouver la fine équipe de « Finders Keepers », l’agence de Hodges, le temps d’un tome ! Ouf, parce que j’étais vraaaaaaiiiiiiment très triste !!!

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.