Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La Daronne - Hannelore Cayre

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

10 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Comment, lorsqu’on est une femme seule, travailleuse avec une vision morale de l’existence... qu’on a trimé toute sa vie pour garder la tête hors de l’eau tout en élevant ses enfants... qu’on a servi la justice sans faillir, traduisant des milliers d’heures d’écoutes téléphoniques avec un statut de travailleur au noir... on en arrive à franchir la ligne jaune ?

Vos #AvisPolar

  • feursy 27 septembre 2017
    La Daronne - Hannelore Cayre

    Son père dirige La Mondiale une société spécialisée dans le trafic d’héroïne, sa mère fantasque souhaite qu’à sa mort ses cendres soient dispersées dans les rayons des Galeries Lafayettes. On l’a appelée Patience car elle est née au bout de 10 mois. Plus grande elle veut être collectionneuse de feux d’artifices, elle voyagera autour du monde pour tous les voir.

    Portefeux c’est le nom de son mari, il fait des affaires du genre de celles dont personne ne sait rien sinon qu’elles permettent un immense confort matériel. Il est mort après sept ans de mariage, et voilà comment elle se retrouve à vingt-sept ans , veuve avec deux enfants, seule et sans revenu.

    Comme elle parle parfaitement l’arabe, elle trouve un emploi d’interprète dans les tribunaux. Son quotidien ressemble au travail du bousier ce petit insecte qui façonne toute la journée des boules de merde qu’il déplace en les faisant rouler sur le sol.

    Elle traduit aussi des écoutes téléphoniques dans les enquêtes de stups et de grand banditisme. C’est comme cela qu’elle va faire la connaissance d’une famille marocaine Les Benabdelaziz, des gens sympathiques, qui on mis au point un circuit court de production et de vente de cannabis comme les paniers de légumes bio. Et sa vie va basculer.

    Attachez vos ceinture, ça va déménager, un récit qui file à toute vitesse,un ton innovant, des mots percutants qui font mouche à chaque fois, des propos qui peuvent choquer mais qui ont le méritent de donner à réfléchir. Une histoire totalement immorale, mais raconter avec une plume tellement incorrecte que c’est un régal.

  • Alexandrine Arnaud 1er mai 2018
    La Daronne - Hannelore Cayre

    Un roman dur, rapide, rugueux comme un Go Fast. Et pourtant, il y a beaucoup d’humanité dans ce livre. L’expérience de la fin de vie, la relation enfants/parents. L’amour qui fuit. Le temps qui passe. La remise en question à l’aube de la vieillesse... Bref, un roman qui est un polar oui (un policier plus exactement) mais qui passe au dessus de l’enquête, de l’intrigue pour proposer l’introspection d’une femme qui veut changer de vie : La Daronne.

  • Sangpages 25 septembre 2018
    La Daronne - Hannelore Cayre

    Une auteure que je ne connaissais pas mais voilà qui est chose faite et bien faite car croyez-moi, elle mérite largement le détour !
    Gagnant du prix le Point du polar européen 2017, "la Daronne" est un livre clairement hors du commun.
    Patience Portefeux issue de parents métèques. Tombée dans les transports illicites comme on tombe dans la marmite de potion magique. Traductrice arabe-français pour la police. Une héroïne ou plutôt une anti-héroïne à laquelle on s’attache et dont on découvre son parcours de vie tumultueux franchement palpitant !
    Un livre doux et sombre en même temps. Profondément humain. Original. Touchant voir même bouleversant.
    Un style fabuleux, subtil, direct et efficace. Une plume excellente. Un récit bourré d’humour et pourtant terriblement percutant. L’humour d’ailleurs ne rend-il pas ce type de récit plus fort ? En lui donnant ce petit côté ironique, piquant, mordant qui file droit au but ?
    "La Daronne", c’est un regard acéré sur notre société. Une vision pertinente et réaliste. Mais c’est aussi des relations entre les gens. Des relations profondément humaines, délicieusement relatées.
    J’ai d’ailleurs été très touchée par les scènes avec sa mère démente...brillamment décrites...sans doute trop pour ceux qui le vivent ou l’ont vécu...
    Au final, "La Daronne", c’est un récit aux airs de rien qui révèle tout. C’est un système détourné sans doute pour la bonne cause- A vous de juger !
    Bref, vous l’avez compris, coup de cœur pour ce livre que je vous conseille vivement !

  • Perrine Savary 26 septembre 2018
    La Daronne - Hannelore Cayre

    Un petit bijou d’humour, quand Mme tout le monde devient baronne de la drogue en étant juste au bon endroit au bon moment et en jouant ensuite de son intelligence et de son sens aigu des affaires.
    Un style direct et savoureux, une héroïne incroyable, un roman à lire absolument !

  • madame.tapioca 4 mars 2019
    La Daronne - Hannelore Cayre

    Il faut absolument que vous rencontriez Patience Portefeux. C’est elle, La Daronne. 53 balais, traductrice justicière. Elle bosse comme une dingue pour payer l’EHPAD dans lequel sa mère est en train de mourir. Plus désabusée qu’elle vous ne trouverez pas.

    A force de traduire des écoutes téléphoniques de dealers de shit, il fallait bien que ça arrive...Patience passe de l’autre côté de la barrière.

    Un polar jouissif, une héroïne terriblement cynique, une écriture acide avec en prime une belle critique de la justice et de notre société. Un pur moment de rock’n roll !

    Totalement conquise. Courez vite découvrir ce personnage haut en couleur.

  • 1001histoires 19 août 2019
    La Daronne - Hannelore Cayre

    La Daronne : le veuvage a mis Patience Portefeux dans le besoin et l’a obligée à devenir traductrice-interprète judiciaire grâce à un doctorat en langue arabe. Une bien curieuse profession, très utile pour traduire tout ce que les prévenus ont à déclarer aux juges lors des audiences de comparution immédiate. Des petites frappes issus de l’immigration et auxquels la France n’a pas offert d’autre choix que la magouille ou le travail au black. C’est d’ailleurs ce que fait Patience puisque le ministère de la Justice ne l’a pas déclarée et la paie au noir. Incroyable mais vrai.

    Va-t-on basculer dans le tragique, dans la détresse, dans le sordide, dans le drame ? Le lecteur comprend vite que non, même si le récit sent le "vécu", même si le récit parle de trafics aux conséquences dévastatrices, même si le monde de la justice dont il est question a toujours été pour moi synonyme d’austérité avec ses grandes robes noires.

    Hannelore Cayre est une formidable narratrice : style alerte, phrases courtes avec juste ce qu’il faut de mots d’argots pour faire plus vrai mais aussi pour faire sourire. Ne pas se prendre au sérieux alors que le sujet est grave, dénoncer en gardant le sourire, il fallait le faire. L’exercice est parfaitement réussi pour notre immense plaisir.

    Patience Portefeux travaille bien. Alors on lui confie la traduction d’écoutes téléphoniques dans les enquêtes de stups et de grand banditisme menées par le prestigieux 36 et son fiancé Philippe commandant aux stups. Elle est désormais la première à connaître les affaires et ... à en profiter. Patience Portefeux devient alors la Daronne avec l’équivalent de plusieurs millions d’euros de cannabis récupérés grâce à son chien ADN ( il y a toujours un chien avec Hannelore Cayre ). C’est le début d’aventures fantasques, drôles et humaines car Patience a besoin d’argent pour payer les études de ses filles et la pension de sa mère hébergée en EPHAD ( le tragique, il est dans ces établissements ).

    En seulement 170 pages ( éditions Points ) Hannelore Cayre réussit une prouesse rare, nous informer, nous émouvoir et nous faire rire. Il fallait oser, challenge réussit, tout comme celui consistant à écouler mille deux cents kilos de shit dans ce roman jubilatoire ...

    Bibliographie d’Hannelore Cayre

  • Kirzy 12 janvier 2020
    La Daronne - Hannelore Cayre

    Chère Daronne
    Ok t’es pas bien épaisse avec tes 172 pages et dans un combat de free fight , t’aurais pas fait le poids face aux gros pavés polardeux du moment. Mais merci, au moins me suis pas pétée les biscotos à te tenir à bout de bras dans mon pieu.
    T’as du bol, la Daronne, d’être tombée sur une auteure aussi douée qu’Hannelore Cayre ! Quelle verve pour décrire tes aventures de badass veuve ménopausée faisant des traductions d’arabe pour la brigade des stups puis reprenant sa vie en main pour devenir la reine du shit ! Qu’est-ce que je me suis marrée ! je me marre encore en repensant à la scène du Quick Hallal de Fleury, aux dialogues truculents qui font mouche à chaque fois comme ceux avec la voisine chinoise Colette Fo ou avec les trafiquants débiles que tu contactes pour écouler ton stock de came.
    Tu m’as touchée aussi lorsque tu te débats avec ta mère complètement cramée dans son EPHAD indigne, lorsque tu repenses à ton enfance, à ta maison au bord de l’autoroute, à ton véreux de père.
    Sacré bouquin qui renouvelle complètement le genre en hybridant réflexion sociale et politique, humour et polar sur fond de trafic de drogue. Culotté, jubilatoire, politiquement incorrect, féministe, pari réussi quoi !

  • TheBookishAnchor 25 février 2020
    La Daronne - Hannelore Cayre

    Un très bon moment passé en compagnie de Patience Portefeux. Une écriture très entraînante dans le quotidien de cette quinquagénaire qui s’ennuie de son quotidien bien trop routinier à son goût et qui va dealer, tout tranquillement de la drogue. J’ai beaucoup apprécié les flash back concernant son histoire personnelle : son enfance, son mariage, les anecdotes autour du tableau de la Petite fille aux feux d’artifice. Et cette dynamique dans le récit lorsque les dealers et la daronne doivent échanger les billets verts contre la poudre blanche sans se faire repérer. Un scénario qui pourrait faire donner de très bonnes idées aux plus grands cartels.

    Une très bonne maîtrise des codes du genre et des informations autour du métier de traductrice qui donnent beaucoup de réalisme à ce (trop) court polar.

  • alexandra 7 mars 2020
    La Daronne - Hannelore Cayre

    Un régal ! Un coup de coeur ! Le genre de livre qui se lit d’une traite et qu’on trouve trop court. C’est noir mais en même temps d’un humour caustique et cynique impeccable ! Prudence Portefeux est un sacré personnage et elle pratique l’autodérision et le cynisme avec un talent inégalable. Le récit de sa vie, de sa "grandeur passée" du monde dans lequel ses parents la faisaient évoluer est jubilatoire ! Il y a de la tendresse, du recul, un sentiment de regret désabusé sur tout ça. Elle a 53 ans, veuve avec 2 filles et vit dans un immeuble miteux de Belleville possédé par des chinois. Sa mère végète dans un ephad. Elle est traductrice judiciaire et traduit principalement des écoutes dans des enquêtes de stups de l’arabe vers le français. Sa vie change lorsque un stock important de shit est perdu quelque part au bord de l’A10 et qu’elle se convertie en dealeuse le temps d’écouler la marchandise. C’est une revanche, un pied de nez à sa vie pourrie et morose. La vision de Prudence se baladant avec ses sacs tati bourrés de shit et en pleine transac avec des dealers un peu simplets est hilarante. C’est un sujet sérieux mais traité avec un tel second degré, une telle ironie et une telle dérision ! On découvre une peinture sociale très loin des clichés habituels. Le récit à la première personne, la fluidité, la justesse des mots... tout est parfait dans ce livre

  • Root 25 mars 2020
    La Daronne - Hannelore Cayre

    Elle pourrait être votre voisine de palier ou cette femme qui vous talonnait tout à l’heure à la caisse du supermarché, votre collègue de travail peut-être…

    Qu’est-ce qui peut bien pousser une veuve de 53 ans à vendre des centaines de kilos de shit ? On a coutume de dire que l’occasion fait le larron, et l’histoire de Prudence Portefeux, c’est une occasion en or qu’elle ne pouvait pas laisser passer et qui a fait d’elle… la Daronne.

    Traductrice judiciaire – elle retranscrit de l’arabe au français les écoutes téléphoniques de la police –, Prudence a fait un beau mariage, mais s’est trouvée veuve quelques années plus tard, avec deux filles à élever. Aujourd’hui « déclassée », elle se serre la ceinture pour couvrir les frais d’EHPAD de sa mère qui brame en yiddish toute la journée et la reconnaît à peine. On est loin de ses rêves d’enfant de « collectionneuse de feux d’artifice ». Une enfance particulière, entre une mère dépressive et un père PDG d’une boîte de transport, qui a vite compris que la drogue et les armes rapportaient plus que les déménagements.

    Arrive cette affaire qu’on lui confie : une famille de trafiquants marocains qui a prévu de faire entrer en France une quantité astronomique de cannabis de qualité premium et pour lesquels, malgré elle, elle éprouve une certaine affection. Ni une ni deux, elle s’incruste dans la vie de ces gens qu’elle ne connaît pas et s’empare du chargement échoué au milieu de nulle part. Flanquée d’un ex-chien de flic baptisé ADN et affublée de fausses lunettes Chanel, à partir de maintenant, c’est elle qui va approvisionner le Tout-Paris.

    J’avais entendu beaucoup de bien de ce roman, mais je ne pensais pas me laisser à ce point prendre au jeu et éprouver une telle sympathie pour le personnage. Prudence Portefeux, elle en a dans le pantalon, croyez-moi ! Elle est irrésistible, tant par sa malice que par son cynisme et l’autodérision dont elle use et abuse. Elle porte à elle seule ces 190 pages (oui, c’est presque trop peu), intercalant les souvenirs d’une famille aussi bancale que décalée entre deux deals qu’elle gère d’une main de maître. Ma crainte était d’avoir affaire à des clichés de racailles, mais l’auteur a fait dans la finesse. Le style mordant d’Hannelore Cayre fait de chaque scène un moment d’anthologie du roman noir, il n’y a jamais un mot de trop, tous les éléments de l’histoire s’imbriquent à merveille sans jamais tomber dans la caricature. Derrière l’humour grinçant, il y a beaucoup de vérités, dont la triste survie des personnes âgées dans les établissements spécialisés qui coûtent une blinde. Ce que j’aurais fait à la place de Prudence ? Pareil, sans hésiter. Son pragmatisme et son désir de justice la rendent tellement attachante. On parle d’une trafiquante de drogue, certes, mais je vous mets au défi de ne pas la soutenir dans son entreprise. Fatiguée de panser ses plaies, la ménagère de plus de cinquante ans met les pieds dans le plat et la morale à mal, et on lui tire son chapeau.

    La Daronne a-t-elle un défaut ? Non : original, décoiffant, émaillé de bienveillance et d’humanité, le ton est juste, la narration habilement travaillée. Difficile d’être surpris à mesure que les polars et thrillers en tout genre vous passent entre les mains, et je peux vous dire que c’est l’un des meilleurs que j’ai lus ces dernières années – il m’a vraiment fait de bien, ce bouquin, les prix qu’il a reçus sont largement mérités ! J’ai hâte de le voir sur grand écran, avec Isabelle Huppert dans le rôle-titre.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.