Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La baignoire de Staline - Renaud S. Lyautey

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Tbilissi, capitale de la Géorgie, terre natale de Staline. Un ressortissant français est retrouvé mort dans des conditions suspectes à l’hôtel Marriott. Avant qu’un scandale n’éclate, René Turpin, à l’ambassade, est mandaté pour assister les inspecteurs locaux. L’enquête les mènera sur les traces du dictateur et d’une immense ville balnéaire abandonnée...

Source : Éditions du Seuil

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Galerie photos

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • jeanmid 4 janvier 2023
    La baignoire de Staline - Renaud S. Lyautey

    Qui mieux placé qu’un ambassadeur - Renaud S.Lyautey est ambassadeur de France au Sultanat d’Oman- peut nous proposer ce récit mi roman policier mi roman d’espionnage , où l’un des héros est un diplomate ? Un ambassadeur doué sans aucun doute pour l’écriture à la lecture de cette histoire passionnante fort bien ficelée.
    On y fait connaissance avec l’inspecteur géorgien Nougo Shenguelia , qui a fait ses classes d’officier de police en France et parle donc parfaitement la langue de Molière. C’est par la découverte d’un meurtre à l’hôtel Marriott de Tbilissi que va démarrer son enquête au long cours . Le meurtre d’un citoyen français, précisément employé comme professeur auprès de la progéniture d’un riche milliardaire géorgien. La nationalité de la victime va mettre en branle l’ambassade de France sur place qui va dépêcher sur place René Turpin afin de seconder la police géorgienne et d’organiser les formalités administratives pour le retour de la dépouille dans l’Hexagone.
    Shenguelia et Turpin vont alors travailler de concert pour dénouer cette ténébreuse affaire aux multiples ramifications qui va nous ramener au temps de la guerre froide où les services secrets de l’URSS comme ceux de l’Ouest se livraient une véritable bataille afin de percer les secrets du camp adverse. Et dans ce jeu de billard à plusieurs bandes, les agents doubles avaient un rôle essentiel dans la transmission de fausses informations pour déjouer les stratégies de l’ennemi. Kim Philby était l’un de ceux-là et l’un des éléments essentiels sur lequel repose cette intrigue ( la couverture du livre est d’ailleurs un timbre russe à son effigie).
    Le choix du terrain de jeu de la Géorgie sur lequel vont enquêter nos deux personnages principaux n’est d’ailleurs pas anodin : c’est ici qu’est né Joseph Staline comme son bras droit Beria. Un pays, occupé pour partie aujourd’hui par l’armée russe de Poutine qui ne souhaite en aucun cas que la Géorgie se rapproche encore plus de l’Union Européenne.
    « La baignoire de Staline » est malheureusement une œuvre posthume, l’auteur nous ayant quitté au printemps dernier. Fin connaisseur de la Géorgie , où il fut en poste pendant quatre ans , l’auteur ne se contente pas de nous guider à travers le pays et à travers ses spécialités culinaires, il nous offre un roman policier digne de ce nom où les meurtres s’enchaînent , crimes qui représentent les prémices d’une nouvelle intrigue digne de John Le Carré. Une histoire d’espions et de jeu de pouvoir entre les blocs Est-Ouest. Une histoire où chaque service secret jouait sa propre partition et où l’Ours communiste représentait le pays et les idées à abattre par tous les moyens. L’auteur parvient à mêler ces deux intrigues, menées tambour battant par nos deux principaux personnages. Une fiction qui intègre habilement l’histoire bien vraie celle-là de la Géorgie et de ses relations mouvementées avec l’ogre russe.Un pays que l’auteur donne envie de mieux connaître et dont on verra sans doute l’équipe de Rugby venir fouler le gazon des stades français l’année prochaine à l’occasion de la Coupe du Monde de Rugby.

  • IsaVP 9 décembre 2022
    La baignoire de Staline - Renaud S. Lyautey

    Le meurtre d’un jeune doctorant français en Histoire sur le sol de Géorgie soulève beaucoup d’interrogations auprès des services de police de la capitale, Tbilissi.
    Or non seulement aucun indice n’oriente la police vers une quelconque piste mais en plus, deux autres meurtres, dont celui d’un ancien patron du KGB de Géorgie, viennent aggraver une situation bien opaque.
    Le premier conseiller de l’Ambassade de France à Tbilissi, René Turpin, se lance dans des investigations qui le conduiront dans l’ancienne station balnéaire de Tskaltoubo, à la frontière entre les Empires perses et ottoman, où Staline se retirait régulièrement dans sa datcha. Son enquête va le mener sur les traces du célèbre espion anglais Kim Philby et faire ressurgir des secrets bien gardés de l’ancienne Union Soviétique.
    Deuxième roman de Renaud S. Lyautey, ambassadeur de France décédé en 2022, ce polar d’espionnage nous plonge en pleine guerre froide et nous fait découvrir l’histoire contemporaine de ce pays du Caucase, anciennement République Soviétique, devenue indépendante après la chute de l’URSS en 1991.
    Ce roman historique régalera les amateurs de secrets d’Etat mais, pour ceux qui, comme moi, ne sont pas passionnés par les dessous et les dérives de la politique, sa lecture pourra sembler complexe et un peu longue.
    Mais je ne regrette pas ma balade dans cette région du Caucase et les différentes traversées de la Géorgie par le jeune diplomate ont été pour moi, l’occasion de découvrir ce beau pays montagneux et rural d’Europe de l’Est, au passé riche et mouvementé.

  • Musemania 30 novembre 2022
    La baignoire de Staline - Renaud S. Lyautey

    « La baignoire de Staline » est un roman noir passionnant qui m’a fait découvrir un pays que je ne connaissais pour ainsi si dire pas : la Géorgie. Je ne vous parle pas de l’état américain, situé entre la Caroline du Sud et la Floride mais bien l’ancienne république soviétique situé sur les rives de la Mer Noire.

    En plus de cette singularité appréciée, l’enquête est menée par un duo assez spécial entre un enquêteur géorgien dont l’héritage soviétique n’est pas loin et un membre de l’ambassade française. Ce dernier, René Turpin, est en fait détaché auprès des policiers locaux pour faire la lumière sur le meurtre d’un ressortissant français, dans des conditions bien mystérieuses.

    Écrit sous le pseudonyme de Renaud S. Lyautey (dont le vrai nom est Renaud Salins), ce polar est à la fois finement travaillé et fort fourni. L’auteur a lui-même été ambassadeur en poste en Géorgie, ce qui fait qu’il connait à la fois les rouages de la diplomatie mais également bien le pays. Je peux vous dire que ces deux caractéristiques sont gages de grande qualité en la matière.

    Nonobstant cela, à la fin du récit, une dédicace des parents de l’auteur m’avait beaucoup intriguée. En effet, c’était la première fois que je me trouvais face à ce genre d’hommage écrit cette fois par les proches de l’auteur dans un livre. En faisant quelques recherches, j’ai compris la raison de ces mots émouvants : Renaud Salins est décédé le 6 avril de cette année. Il a terminé l’écriture de ce polar « La baignoire de Staline », en août 2021 alors qu’il était en poste à Oman.

    Je suis bien triste de cette nouvelle car la plume du regretté Renaud Salins avait su me plaire, autant par sa fluidité que par la façon dont il conjuguait une enquête policière à la grande Histoire avec un grand H. Je ne manquerai pas de lire son premier roman, « Les saisons inversées », qui fût les premières aventures du diplomate, René Turpin, désormais orphelin.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.