Nuit - Bernard Minier

Notez
Notes des internautes
2
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Nuit de tempête en mer du Nord. Secoué par des vents violents, l’hélicoptère dépose Kirsten Nigaard sur la plate-forme pétrolière. L’inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d’une technicienne de la base off-shore.

Un homme manque à l’appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de Martin Servaz.

L’absent s’appelle Julian Hirtmann, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années. Étrangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît. Suivi, épié.

Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d’un enfant.
Au dos, juste un prénom : GUSTAV

Pour Kirsten et Martin, c’est le début d’un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.

Vos avis

  • l-tamisier 15 mai 2017
    Nuit - Bernard Minier

    Dans ce roman pas de mise en condition, l’auteur nous fait plonger directement dans son univers, un univers glacé. Pour cela nous suivons l’enquêtrice Kristen Nigaard de la police norvégienne en direction d’une plateforme pétrolière. Rien que l’ambiance : pluie, nuit, froid, pleine mer, loin de tout… nous permet de reconnaitre la patte de Bernard Minier. Ce déplacement ne sera pas sans conséquence pour notre commandant préféré. Car le suspect de l’enquête de Kristen n’est autre qu’une vieille connaissance : Julian Hirtmann. Ce tueur acharné, et tout aussi érudit que Martin Servaz, est semble-t-il bien en vie, et apparemment sur les traces de notre commandant. Parmi les clichés de Martin visiblement pris par Hirtmann, se trouve la photo d’un enfant, prénommé Gustav. Qui est-il ? Ils sont nombreux à vouloir le savoir.

    On retrouve Martin à Toulouse, sur son secteur en compagnie de son équipe et notamment son adjoint, et ami, Espérandieu. Ensemble ils mènent une investigation sur des viols commis sur des joggeuses. Je ne vous en dirais pas plus pour ne pas vous spoiler le roman, mais tout ce que je puis dire c’est que Bernard Minier ne va pas gâter son héros, loin de là, il va le malmener dans le corps et dans l’âme.

    Le retour du duo Servaz / Hirtmann

    C’est un pari risqué que de renouer avec un duo flic / tueur en série (qui n’est plus censé être). En tout cas pari réussi pour notre plus grande satisfaction.

    Quel plaisir donc de retrouver le commandant Martin Servaz. Certes quelques années ont passé mais il est toujours le même, pas geek pour un sou et toujours aussi érudit. Peut-être encore moins à l’écoute des conseils de son entourage que dans ses précédentes apparitions. On connait le personnage, lettré et tourmenté, mais avant tout un excellent flic. On pensait avoir cerné sa personnalité, et bien non, Bernard Minier nous fait découvrir une autre facette de cet homme. Un aspect plus confident, en prise avec ses sentiments de père vis à vis de sa relation avec sa fille Margot. Et pour cela quelle bonne idée que de faire resurgir un Julian Hirtmann tout aussi manipulateur et cruel afin de reformer le binôme avec Martin et de laisser ce dernier dévoiler un pan de son moi profond .

    Le lecteur va apprécier le jeu de piste auquel vont se prêter avec délectation l’un et avec souffrance l’autre. Un jeu de piste asphyxiant qui nous fera voyager dans les tréfonds de l’âme humaine, où l’image projetée par certains se trouve à l’opposé de leur vraie personnalité. Dans ce roman Martin fait équipe avec Kristen, la flic norvégienne, froide et saisissante de self-control, elle n’en reste pas moins une femme captivante, qui suscite une question chez Servaz : quel est le but de Hirtmann à les réunir sur cette enquête ?

    Ce roman accroche le lecteur dès les premiers pages, ne le laisse reprendre sa respiration qu’une fois le livre terminé. Une lecture sous apnée et angoisse complète dirigée de main de maître par Bernard Minier avec en fond les notes de Malher omniprésent. Frissons garantis !

    « Le train rouge jaillit du tunnel noir, telle la langue d’une bouche dans le paysage de glace. Bleu ardoise de la nuit, noir opaque du tunnel, blanc bleuâtre de la neige et gris légèrement plus sombre de la glace. Et puis, soudain, ce trait rouge vif – pareil à une trainée de sang qui vint couler jusqu’au bord du quai. »

    Le style

    Une nouvelle fois Bernard Minier réussit à créer une atmosphère particulièrement oppressante et captivante. La qualité des descriptions des décors, de lieux atypiques :train de nuit en Norvège, plateforme pétrolière, chalet de haute montagne, forêt glacée…. entraînent le lecteur dans les profondeurs du roman. Et puis il y a les personnages, Bernard Minier donne vie à ces derniers au point que leurs voix résonnent en nous une fois le livre fermé. Ils ont une intensité palpable et on sent leur présence à nos côtés au fil des mots. Le travail effectué par l’auteur sur les protagonistes permet d’associé le lecteur au cheminement de l’intrigue. Bernard Minier n’hésite pas à voyager pour travailler ses décors et ambiance, le train de nuit entre Oslo-Bergen il l’a prit, se privant des paysages pour se consacrer à l’ambiance nocturne et parfois angoissante qui règne dans les wagons. Au passage lors de l’interview – dont vous aurez bientôt connaissance – il m’a confié avoir longuement discuter avec le personnel du wagon bar non pas de Malher, mais de rock 😉

    Mon petit point positif :

    Une lecture très prenante dans laquelle on découvre Servaz encore plus intimement, plus paternel que jamais.

  • QuoiLire 6 juillet 2017
    Nuit - Bernard Minier

    Il y a des auteurs qui malmènent leur héros et qui les usent jusqu’à la corde. Tout comme Jo Nesbo avec Harry Hole, Bernard Minier n’épargne pas Martin Servza dans nuit. Il bât même un record de vitesse quant à le mettre quelques sur la touche dès le quatrième tome.

    Un point positif au crédit de Bernard Minier est l’évolution de son personnage. Loin de le cantonner dans une routine et un fonctionnement prédéfini, dans Nuit, l’auteur fait évoluer la psychologie de son héros : plus sombre, plus solitaire au point de délaisser son équipe. Cependant, et cette fois-ci gros point négatif à l’auteur, dans ce roman, en rendant Martin Servaz plus solitaire, il ne compense pas le délaissement de son équipe. S’il l’affuble d’une collègue suédoise, celle-ci est totalement insipide par rapport aux membres de son équipes hauts en couleurs, et n’apporte que peu de chose à l’histoire.

    Pour ce qui est de l’histoire, il n’y a pas vraiment de surprise, elle est plutôt linéaire, et les effets de dernières pages sont assez convenus. Cette fois, l’auteur ne nous sommet pas une intrigue dont il faut trouver la solution, mais un thriller, un histoire noire, dont nous sommes pris à témoin.... sans doute un héritage de son précédent roman Une putain d’histoire.

    En dehors de cela, ce roman policier est agréable à lire, l’auteur installe une belle ambiance et varie le rythme de son roman au fil des pages. L’écriture est toujours aussi fluide et les références musicales ne se limitent plus à Mähler qui rencontre peu d’amateurs dans son lectorat.
    (https://quoilire.wordpress.com/2017/04/10/bernard-minier-nuit/)

Avis Babelio Babelio

  • 20 novembre, par Fleitour

    NUIT, le dernier polar de Bernard Nimier est un roman, carré, inspiré par les sciences, et la géométrie. Un triangle d'Or, dans lequel chacun, son tour venu, sera poursuivi, intrigant, prévenu, ou co...

    Lire la suite

  • 20 novembre, par violaine124

    1ere découverte d'un livre audio pour moi ! Et pas n'importe quelle découverte...un ouvrage de Bernard Minier, ça s'annonce prometteur. J'ai donc retrouvé le policier maintenant bien connu qu'est Ma...

    Lire la suite

  • 19 novembre, par Gaiange

    C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé Martin Servaz et sa chasse à l'homme contre Julian Hirtmann, mais le roman en globalité sera une petite déception. Je m'attendais à tellement plus au n...

    Lire la suite

  • 18 novembre, par NATB

    Je remercie XO Éditions et Babelio pour l'envoi du dernier roman de Bernard Minier, en version audiolib.C'est mon premier livre audio, j'avais une légère appréhension,mais la voix grave de Hugues Mart...

    Lire la suite

  • 13 novembre, par val-m-les-livres

    Je n'avais jamais lu ou écouté Bernard Minier, pour une raison sans doute idiote, je ne lis pas de romans XO, ou alors pas depuis longtemps. Mais une amie aime beaucoup ses romans et je me suis dit qu...

    Lire la suite

  • 8 novembre, par morin

    Si le nom de Bernard MINIER ne m'étais pas inconnu, je ne l'avais jamais lu. "Nuit" suite de précédents ouvrages est donc une découverte. Inconvénient : aucune information sur le passé commun de S...

    Lire la suite

  • 6 novembre, par Jeanfrancoislemoine

    Je me suis trompé, j'ai mis ma critique en "citation".Je suis donc à la hauteur...Oups...J'avais oublié les fautes d'orthographe.

    Lire la suite

  • 4 novembre, par leslecturesdeVal

    Du coté de l'histoire: Kristen Nigaard est une inspectrice norvégienne, elle se rend à Bergen, puisqu'elle a été appelée sur une enquête concernant une jeune femme qui a été retrouvée massacrée dan...

    Lire la suite

  • 29 octobre, par SD49

    La nuit, le froid, une église, un cadavre.... en Norvège... Quel rapport entre l'inspectrice norvégienne et Martin Servaz le héros de Bernard Minier ? Comme d'habitude avec cet auteur voici un rom...

    Lire la suite

  • 28 octobre, par viou03

    Avec cette écoute, je découvre l'univers de l'auteur. Après avoir lu, beaucoup d'éloges de ses précédents romans comme Glacé, j'avais très envie de découvrir l'auteur. Eh bien , je suis assez mi...

    Lire la suite

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?