Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Cataractes - Sonja Delzongle

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Il y a quarante ans, le petit Jan Kosta, trois ans, a été l’un des rares survivants de la terrible catastrophe de Zavoï. Lors d’un gigantesque glissement de terrain, ce village des Balkans a été littéralement englouti sous des torrents de boue. Sauvé par son chien qui l’a traîné, inconscient, hors de l’eau fangeuse, Jan a perdu toute sa famille. Devenu hydrogéologue, Jan reçoit un coup de fil alarmé d’un ami ingénieur. Il se passe des choses étranges dans et autour de la centrale construite sur les flancs de la montagne de son enfance. Les gens ont des comportements imprévisibles, parfois violents. Les moines du monastère voisin ont tous disparu, et les bâtiments délaissés accueillent désormais un institut psychiatrique. Vladimir demande à Jan de venir étudier les faits. Que le mal vienne de la centrale, de la montagne ou des hommes, si un nouveau drame est sur le point de se produire, seul un survivant de Zavoï aura une chance de pouvoir tout arrêter.

Vos #AvisPolar

  • L’atelier de Litote 2 mai 2019
    Cataractes - Sonja Delzongle

    J’ai eu un gros coup de cœur pour ce livre. L’intrigue se joue sur plusieurs niveaux mais avant toute chose, on reste sur le fil du Natural writing et ça c’était beau, vraiment bien écrit. L’auteure nous embarque dans une région montagneuse de Serbie où il est question de sources cachées, d’eau contaminée, de barrage défectueux. Il y a aussi des personnages inquiétants, une sorte de Yeti serbe, entre Bigfoot et Golum, une mouvance extrémiste écolo, un psy pas net, un monastère sans moines, bref de quoi fournir une intrigue qui colle à la montagne et à notre peau comme la boue à celle de Kosta notre personnage principal. Kosta rescapé de la catastrophe de ZavoÏ qui a engloutie son village et toute sa famille, recueilli par Djol son sauveur il y a quarante ans de cela. Aujourd’hui, hydrogéologue, il vit à Dubaï et à la demande de son ami Vladimir, il va revenir dans sa région natale apporter son aide à la centrale. Ce retour va raviver de nombreux souvenirs et nous allons voir le personnage de Kosta évoluer. Il sera accompagné dans ses recherches par Marija, une journaliste à eux deux, ils vont enquêter dans des conditions aux quelles on ne s’attendait pas. Les personnages imaginés par l’auteure qui sont suffisamment bien construits pur qu’on s’y attache. Les descriptions de la nature, la montagne Babin Zub, le brouillard local la magla, le ton est donné pour une montée en puissance de la tension qui rend le roman anxiogène et captivant à la fois. Le conflit Serbo/Croate est abordé et constitue une toile de fond sans prendre la première place dans l’intrigue. J’ai aimé les allers retours dans le temps entre souvenirs et réalité. Un thriller qui nous apporte beaucoup de moments forts en émotions, des retournements brillants qui donnent force et intelligence au récit. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2019/04/17/37266253.html

  • Sangpages 2 mai 2019
    Cataractes - Sonja Delzongle

    Je n’ai malheureusement pas trop adhéré à cette lecture :( Très fan de Sonja mais pas du tout emballée par ce petit dernier. Beaucoup d’émotions certes mais pour moi, la trame ne tient pas debout. Trop d’incongruités et d’incohérences. Beaucoup de longueurs… et c’est bien dommage. Un moment de lecture sympa mais sans plus.

  • Yannick Provost 28 mai 2019
    Cataractes - Sonja Delzongle

    Sonja a la capacité d’écrire des thrillers différents, mais avec une tonalité qui revient, l’écologie comme avec Boréal et les hommes et femmes avec Dust ou Quand la neige danse. Elle a une aptitude à signer des histoires où la nature s’affronte à l’homme pour y faire jaillir le meilleur comme le pire.
    Avec un prologue extraordinaire, elle m’a entrainé vers ses racines, les Balkans, où la beauté à couper le souffle sert de creuset à la bestialité des hommes.
    Jan a 3 ans, il est emporté par une coulée de boue qui anéanti Zavoï, son village. Il ne doit la vie qu’à son chien Hatsa puis à un homme, Djol.
    Plusieurs décennies plus tard, Jan devenu, hydrogéologue installé à Dubaï, revient à la demande d’un ami sur les lieux de son passé pour analyser les risques induits par une centrale hydraulique défectueuse pour que l’Histoire ne se reproduise pas.
    Et voilà. Sans m’en rendre compte, je me suis attaché à ce livre.
    Dans ce pays que la guerre scinda, cette ex-Yougoslavie, les serbes, les croates, et bien d’autres, les frères ennemis portent en eux les stigmates de l’horreur, leurs rancunes et leurs volontés de vivre, comme ailleurs dirais-je. Les paysages me semblent à couper le souffle. Sonja y met tout son amour et son savoir écrire.
    Les deux boucles narratives qui s’entrelacent opèrent bien. La recherche de Jan accompagné de Marija dans la montagne serbe, Babin Zub pour découvrir la mère source qui pourrait être à l’origine d’hallucinations, et l’enquête de Vladimir car des cadavres surgissent autour de la centrale hydraulique. Chaque pan suscite la même interrogation pour le lecteur que la disparition des moines de Temska et leur monastère transformé en asile psychiatrique.
    Et il y a l’eau. Si nécessaire, si meurtrière. Qu’elle soit liquide en emportant la famille de Jan ou vaporeuse telle « la magla » pernicieuse enveloppant la montagne. Elle coule, fraiche ou fangeuse.
    Avec le temps, l’écriture de Sonja est devenue solide, complétement maitrisée. Elle sait poser une atmosphère, où la poésie des descriptions de la nature fait que l’intrigue pourrait passer au second plan si la brutalité ne surgissait pas au gré des pages.
    Ses personnages sont gourmands. J’entends par là, qu’ils sont riches, tourmentés. Jan Kosta, Vladimir l’ami ,Djol le sauveteur , Marija la journaliste , Hatsa le Leonberg ou Sacha, tous sont nantis de failles et d’espoir.
    Les Cataractes emportent tout avec elles. Moi, le premier, jusqu’à une fin digne de ce roman.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.