Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le Sang des innocents - S. A. Cosby

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Le Sud n’a pas changé. Ce constat, Titus Crown y est confronté au quotidien. Ancien agent du FBI, il est le premier shérif noir à avoir été élu à Charon, la terre de son enfance. Si son élection a fait la fierté de son père, elle a surtout provoqué la colère des Blancs, qui ne supportent pas de le voir endosser l’uniforme, et la défiance des Noirs, qui le croient à la solde de l’oppresseur. Bravant les critiques, Titus tente de faire régner la loi dans un comté rural frappé par la crise des opioïdes et les tensions raciales. Jusqu’au jour où Latrell, un jeune Noir, tire sur M. Spearman, le prof préféré du lycée, avant de se faire abattre par la police. Fanatisme terroriste, crient les uns. Énième bavure policière, ripostent les autres. À mesure que les dissensions s’exacerbent, Titus se retrouve lancé dans une course contre la montre pour découvrir la vérité.


Voir en ligne : https://www.lisez.com/livre-grand-f...

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • Aude Bouquine 16 juin 2024
    Le Sang des innocents - S. A. Cosby

    « Le sang des innocents » est le troisième roman de Shawn. A Cosby paru en France et édité aux éditions Sonatine. Son second, « La colère » figurait sur la « Summer reading list » de Barack Obama. Rien que ça ! Shawn est né en Virginie occidentale, issu d’une famille pauvre et élevé en milieu rural. Il connaît donc parfaitement la notion d’appartenance à une communauté, les avantages et les inconvénients de vivre dans un monde relativement cloisonné. Aussi, à travers ses écrits, il décrit ce qu’il a expérimenté, constaté et ressenti, sur des sujets qui ont fait partie intégrante de son existence. Par exemple, dans « Les routes oubliées » il met en lumière ce que l’homme est capable de faire pour combattre la pauvreté, dans « La colère » il décortique l’intolérance, le racisme et l’homosexualité. Quid dans « Le sang des innocents » ?

    Titus Crown, ancien agent du FBI, est de retour dans la ville qui l’a vu naître : Charon en Virginie. Il revient sur sa terre natale pour prendre soin de son père, mais pas seulement… Un évènement traumatique le hante. Durant ce temps passé à Charon, il décide de se porter candidat pour le poste de shérif. Contre toute attente, il remporte cette élection alors que traditionnellement le shérif a toujours été de couleur blanche. Titus Crown et donc le premier shérif noir à accéder à ce poste. En règle générale, il ne se passe rien de bien grave dans cette petite ville aux taux de criminalité relativement bas. Mais alors que Titus va célébrer sa première année de mandat, la communauté est secouée par un shooting au lycée Jefferson Davis. Lors de l’intervention des forces de police, le tueur est assassiné. Il s’agit d’un très jeune étudiant sans histoire. Il n’y a eu qu’une seule personne tuée lors de cet assaut : un professeur de géographie extrêmement apprécié de ses élèves et très respecté de la communauté. Une enquête est alors ouverte qui va révéler bien des zones d’ombre chez chaque protagoniste impliqué dans cette histoire, et amener les équipes de la police, mais aussi les habitants à s’immerger dans les ramifications d’une histoire sordide qui va secouer toute la communauté.

    « Le sang des innocents » c’est d’abord le récit d’une communauté et du fameux « vivre ensemble » qui peut exciter autant que paralyser. S.A Cosby connaît et aime sa région. C’est sans doute ce qui lui permet d’en retranscrire l’atmosphère avec tant de pertinence et de finesse. Les descriptions qu’il fait de Charon permettent une immersion totale du lecteur autant au niveau de l’ambiance qu’au niveau du langage qu’il place dans la bouche de ses protagonistes. Car dans ce sud, celui qui a fait l’Amérique par son brassage culturel, sa diversité, ses évènements historiques et ses batailles, les problématiques inhérentes aux petites villes sont bien différentes de celles des grosses mégalopoles. « Bref, Charon était semblable à la majorité des villes et des comtés du Sud : son sol était imbibé de plusieurs générations de larmes et, ici, comme ailleurs, violence et chaos étaient érigés en symboles d’un passé idéalisé qu’on célébrait tous les ans, à l’occasion de la fête des Pères fondateurs. » Plus qu’ailleurs, à Charon, survivre est un combat permanent.

    « Le sang des innocents » relate une enquête qui débute par une attaque armée dans une école, phénomène tristement fréquent dans les établissements scolaires américains : un prof aimé de tous, un gosse sans histoire, un flic chargé de l’enquête. Une histoire qui pourrait s’arrêter là sans l’exigence que Titus Crown place dans sa fonction. Personnage phare du roman, Titus a une haute opinion de sa mission et possède un vrai code moral. Chargé de « protéger et servir », de maintenir un code d’honneur basé sur l’irréprochabilité de sa fonction, Titus se fait un point d’orgue à suivre les procédures et à élucider ses affaires jusqu’au bout… quitte à subir les foudres de sa communauté lorsqu’il impose une enquête approfondie sur le tireur Latrell Macdonald, mais aussi sur la victime Jeff Spearman. De quoi s’attirer les foudres de la communauté blanche ET de la communauté noire. Car toute la problématique de ce personnage réside là : Titus est accusé d’être à la solde des blancs par ses pairs, mais aussi de protéger ceux de sa couleur de peau. Titus aime sa ville, mais celle-ci ne lui rend pas forcément son affection… Un amour à sens unique, pollué par un racisme intrinsèque générationnel. Cette enquête va pousser toute une communauté dans ses retranchements, et Titus dans les siens.

    Je ne vais pas expliciter plus en détail l’enquête abominable à laquelle va être confronté Titus, je préfère mettre l’accent sur la photographie que S.A Cosby fait de l’Amérique et des thématiques qu’il soulève. Il y a le racisme dont sont victimes les Noirs américains et dont les récents événements d’actualité démontrent l’omniprésence, mais il y a aussi la religion à laquelle Cosby consacre une très grande partie de son roman. Il faut comprendre que l’Amérique fonctionne sur un système de communautés : celle de l’école, celle de l’église, celle des opinions politiques. Les relations amicales se font uniquement par ce biais. Or, dans le comté de Charon, il existe vingt lieux de culte. Pour une si petite communauté, c’est énorme et cela divise. Le titre anglais du roman « All the sinners bleed » (littéralement, tous ceux qui ont commis des péchés saignent) met bien en avant cette notion de communautarisme par la religion. Dans « Le sang des innocents », le lecteur rencontre des confessions proches, mais différentes avec un regard assez cynique sur le sujet : « Une église aussi rentable aurait dû avoir les moyens de s’offrir un climatiseur central dernier cri. Ainsi que des bancs de meilleure qualité. Et un nouveau bardage. Par ailleurs, il ne pouvait pas s’empêcher de remarquer la belle robe noire aux broderies d’or du révérend Jackson, tout comme il n’avait pas manqué de remarquer la Lexus flambant neuve stationnée sur l’emplacement réservé au pasteur. Chaque année, une nouvelle voiture semblait y faire son apparition. Peut-être que c’était ça, en fin de compte, ce que les vrais croyants appelaient un miracle. » La balance incarnée par Helen, mère de Titus décédée est savoureuse : « Il ne suffit pas de monter dans une chaire pour être un pasteur, tout comme il ne suffit pas de se rouler dans la boue pour être un cochon. »

    Certaines branches comme celle du Rocher Rédempteur en la personne du pasteur Elias Hillington décortiquent un microcosme de religion blanche pour blancs : « Le pasteur et les membres de sa congrégation ne cachaient pas leurs orientations politiques : entre deux sermons sur les flammes de l’enfer, Elias n’hésitait pas à s’emporter contre le mariage gay, la menace socialiste ou le mouvement Black Lives Matter. Les fidèles du Rocher sacré ne portaient pas de robes blanches et ne brûlaient pas de croix, mais Titus savait très bien ce qu’ils pensaient de lui et de tous ceux qui lui ressemblaient. Cela émanait d’eux par vagues, comme la puanteur qui se dégage d’une plaie infectée. Dans leur cas, c’était l’âme qui était vérolée. » D’ailleurs, l’anecdote de ce pasteur qui vit au milieu des serpents et les utilise pour ses prêches est tout à fait réelle, il vous suffit de taper « snake handling » ou « serpent handling » sur internet pour vous rendre compte du phénomène. Ce procédé sous-entend que leur foi est si forte que les serpents ne les mordront pas.

    Même si Titus Crown est très critique face à la religion et qu’il a mis « un terme à cette relation abusive il y a déjà un bon moment », il respecte absolument les croyances de son entourage, notamment celle de son père. Ils existent chacun avec leurs croyances, mais existent aussi individuellement, en dehors de leurs spiritualités respectives. S.A Cosby fait d’ailleurs une différence majeure entre religion et spiritualité. Nul besoin d’aller à l’église pour être croyant – la foi est quelque chose de très personnel, hypocrisie de ceux qui se disent croyants et commettent ensuite les pires atrocités qu’ils vont confesser dans des lieux saints, mais qui ne les empêchera pas de recommencer leurs méfaits. Je voudrais d’ailleurs insister sur cette magnifique relation que Titus a avec son père, une relation d’amour désintéressé, sans jugement, respectueuse et incroyablement inspirante.

    « Le sang des innocents » évoque également le sujet des armes à feu, autre problématique récurrente sur le sol américain. Comme vous le savez, sans doute la NRA, toute puissante, génératrice de lobbying et militante du fameux premier amendement de la Constitution, ne permettra jamais de résoudre ce problème. Shawn A. Cosby le sait très bien, et en profite pour aborder ce sujet de façon parfois assez cynique (« Vous voyez, c’est pour ça que j’ai toujours dit qu’il fallait que les enseignants aient le droit de porter une arme. ») ou de façon plus sérieuse (« Le comté de Charon comptait plus d’armes à feu que d’habitants, pour la bonne raison que la plupart des habitants possédaient plus d’armes à feu que nécessaire. »).

    À travers le personnage de Titus Crown et des thématiques abordées, Cosby a un merveilleux alibi pour décortiquer avec lucidité son Amérique. Le dilemme de Titus, de devoir prouver qu’un shérif noir peut être aussi impartial et intègre qu’un shérif blanc est une croix quotidienne. « (…) s’il était élu, il serait un shérif noir, mais pas le shérif de la communauté noire. » Irréprochabilité, transparence et moralité combattent une affaire où mensonges, secrets et cruauté prennent toute la place. Dans une si petite communauté où chacun porte un masque, sait des choses qu’il faut taire, difficile de démêler le vrai du faux… « La vérité est encore à faire ses lacets que le mensonge a déjà parcouru la moitié du globe. » « Le sang des innocents » coule sur les terres de Charon, et il est principalement noir. Malgré un sentiment d’appartenance fort, et un amour sincère, pour ce lieu, les sentiments du shérif face à l’enquête qui doit mener restent ambivalents ; « C’était une période où, il devait bien le reconnaître, il avait honte de sa ville natale. Honte des péquenauds arriérés et racistes qui la peuplaient et de la petite mesquinerie de province qui la caractérisait. »

    Toute la complexité de l’être humain et à travers lui de l’Amérique est présente dans ce roman. Une belle réussite pour un auteur qui prend incontestablement de l’ampleur !

  • Enola 15 juin 2024
    Le Sang des innocents - S. A. Cosby

    Un roman qui me donnait envie depuis longtemps, le premier de S. A. Cosby que je lis. Et je ne suis pas déçue.

    Le shérif de Charon découvre malgré lui les obscurs secrets d’un jeune homme ayant ouvert le feu dans l’école de la ville. Une course contre la montre est lancée, une enquête glaçante est ouverte, et le shérif se retrouve vite dépassé par les événements de sa ville qu’il pensait sans crainte.

    Un contexte réaliste - une ville marquée par son passif, témoignage des conflits sociétaux et racistes des États-Unis, justement amené sur papier. Le protagoniste, un shérif noir nommé Titus, représente selon moi la balance parfaite entre le personnage actif et passif. J’entends par là qu’il ne prend pas toute la place, et permet tant au lecteur qu’au reste des personnages de trouver une place et d’évoluer avec lui, ce qui est assez difficile à faire avec un personnage au rôle si déterminant. Les motivations de Titus font sens tout au long du roman, son évolution en tant qu’homme et shérif noir reste plausible. La part de vie personnelle de Titus se fond idéalement avec sa vie professionnelle, et c’est je pense ce qui fait la force de ce roman ; petite ville dans laquelle tout le monde se connait et qui, inévitablement, biaise l’enquête.

    Le seul bémol de ce roman à mes yeux reste la fin du roman, que j’ai trouvé vite exécutée. Une réponse à laquelle on ne s’attendait pas forcément, alors je me trouve forcément être un peu déçue. Mais c’est comme tout... On se plaint d’avoir vu venir la fin du roman mais en même temps on se plaint de ne pas avoir soupçonné une seule seconde ce qui se tramait... Très bonne lecture. Auteur à suivre de près !

  • Chineuse Delecture 29 avril 2024
    Le Sang des innocents - S. A. Cosby

    Un auteur qui met encore une fois les mains dans le cambouis. çà empeste la réalité, l’authenticité et la souffrance. Dans une attaque dans un lycée où un désœuvré noir assassine un professeur que tout le monde porte aux nues, se cache une sordide poisseuse et épouvantable affaire d’exploitation d’enfants. A travers un enquêteur torturé et malin, Cosby distille avec force un amour certain pour l’humain.

  • loeilnoir 29 mars 2024
    Le Sang des innocents - S. A. Cosby

    Encore un auteur à suivre de près, ce livre est une évidence pour peu que l’on s’intéresse aux Etats-Unis, aux conflits raciaux et sociétaux qui animent ce pays. Encore une fois, ce n’était pas ma priorité mais devant les chroniques dithyrambiques lues par-ci par-là, je me suis laissée tenter et j’ai bien fait ! Les thématiques abordées l’ont emporté sur les à priori, de plus j’ai surtout été séduite par la personnalité charismatique du shérif Titus Crown.

    Dans la petite ville de Charon, province rurale de Virginie du sud, le jeune Latrell Mac Donald est abattu par les forces de l’ordre sur le parvis de son ancien lycée, après avoir mortellement blessé Mr Spearman, son ancien prof d’histoire-géographie, apprécié de tous. Après le crime, le jeune homme tenait des propos incohérents, évoquant un archange noir et mettant en cause le professeur jusque là adulé de tous. Ancien agent du FBI, Titus Crown, premier shérif noir du comté, est consterné par cette affaire, dans laquelle deux de ses hommes ont causé la mort du jeune homme.

    Charon, province rurale de Virginie, « fondée dans le sang et l’obscurité », est une bourgade marquée par deux cent ans de tragédies successives et fondée sur d’interminables tensions raciales. En apparence calme et accueillante, elle baigne dans une atmosphère moite et suspicieuse de conflits latents et ancestraux issus de crimes du passé. Le portait sociétal que dresse l’auteur d’une communauté dont il est originaire s’avère sans concession : préjugés racistes, corruption, fanatisme religieux… Au coeur de cette ville se noue donc un nouveau drame que le shérif Titus Crown doit gérer de la façon la plus efficace possible. Et le moins que l’on puisse dire est qu’on va lui mettre des bâtons dans les roues à n’en plus finir. Difficile de ne pas s’attacher à un tel personnage, : l’homme est droit, loyal et honnête, en tous cas il tente absolument de le rester en dépit de l’adversité à laquelle il se trouve confronté. Son passé est compliqué, son rôle au sein de Charon l’est tout autant : les blancs le détestent pour sa couleur de peau, les noirs se méfient de lui en raison de la fonction qu’il occupe… Et le voilà sur une affaire qui met en cause plusieurs habitants de la ville…
    Le lecteur se trouve dès les premiers chapitres addict à une sombre histoire de crimes sériels favorisée par le mutisme d’une société corrompue. Notre shérif Titus Crown, loin d’être épargné par sa fonction, reçoit des coups de toute part mais sa répartie acérée a le don de remettre les choses à leur place, pour notre plus grand plaisir. L’intrigue est passionnante, nouée,de multiples rebondissements, la tension ne cesse de croître au fil de pages que l’on quitte à regret ! Vraiment une belle découverte ! Je remercie vivement les Editions Sonatine via Netgalley pour leur confiance !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.