Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Les éditeurs polar et la crise de la Covid : Florian Lafani pour Le Fleuve

Bepolar : D’abord comment avez-vous vécu cette période de confinement en tant qu’éditeur ? Est-ce que beaucoup de titres ont dû être décalés ? Quel a été l’impact sur la maison ?  
Florian Lafani : Le confinement fut une période très difficile, car nous avions beaucoup de titres sur lesquels nous étions en plein lancement. Pour autant, nous n’avons pas arrêté de les défendre : commercialement,auprès des points de vente qui sont malgré tout restés ouverts, et en communication, avec des vidéos d’auteurs et d’autres contenus pour continuer à leur donner de la visibilité en presse ou sur les réseaux sociaux. Nous avons dû aussi beaucoup réfléchir au programme prévu. Nous avons initié il y a un peu plus de deux ans une réduction de la production au Fleuve (passant de plus de 50 titres par an à moins de 40, dans l’optique de soutenir mieux et plus longtemps chacune de nos parutions), devenue désormais le leitmotiv d’une grande partie de l’édition française, et tant mieux. Le contexte nous a obligés à aller encore plus loin : 4 titres ont été décalés en 2021 et certaines parutions de mars-avril ont glissé au second semestre. L’impact global sur la maison a été fort, brutal. Mais toutes les équipes sont restées mobilisées pour permettre le meilleur redémarrage possible mi-mai et envisager l’été sous les meilleurs auspices.

Florian Lafani (c) ByPhoto, Lina Ying

Bepolar : Les livres de janvier et de février ont vu leur vie en librairie s’arrêter brutalement. Est-ce que vous pouvez nous parler de ces polars ?  
Florian Lafani : Nous avions démarré l’année avec de très bonnes nouvelles : le retour au premier plan de Fiona Barton, dont le nouveau suspense psychologique, Le Suspect, a su reconquérir son public et trouver de nouveaux lecteurs ; le formidable démarrage de Cinq cartes brûlées de Sophie Loubière, roman noir encensé par les lecteurs, les libraires et la presse, et dont le Prix Landerneau polar, annoncé au moment du déconfinement, nous a permis de le relancer avec réussite ; le très bon accueil de La Preuve ultime de Peter James, auteur pilier du catalogue du Fleuve depuis de très nombreuses années, et qui a su avec ce thriller ésotérique se renouveler au point de faire son meilleur démarrage depuis près de 10 ans ; enfin Les Naufragés hurleurs de Christian Carayon, une nouvelle aventure de son héros du Diable sur les épaules, qui avait conquis de très nombreux lecteurs il y a quelques années, un auteur dont la plume est reconnue par beaucoup comme tout à fait singulière.

Mais je n’oublie pas les titres les plus impactés, à savoir ceux sortis en mars, juste avant le confinement. Je pense à Regarde d’Hervé Commère, une merveille d’horlogerie psychologique qui, semaine après semaine, arrive à séduire de nouveaux libraires, de nouveaux lecteurs, profitant également de la parution simultanée de son précédent roman Sauf chez Pocket ; et enfin Sous le soleil éternel de Finlande d’Antti Tuomainen, une comédie noire décalée, prouvant après le succès de Derniers mètres jusqu’au cimetière, pourquoi on dit de lui qu’il est l’écrivain le plus drôle en Europe ! 

Bepolar : Quels sont les livres qui sortent en ce moment ? Est-ce que eux aussi sont impactés par la crise ?  
Florian Lafani : La crise n’est pas terminée et nombreux sont les points de vente, grandes enseignes ou librairies indépendantes, qui se relèvent difficilement de ces dernières semaines. Nous essayons, en tant qu’éditeur, de les aider au mieux, en évitant notamment de les submerger de nouveautés. Nous avons eu la chance de pouvoir accompagner avec succès le lancement du nouveau titre de Franck Thilliez, Il était deux fois, démontrant une fois encore le talent de cet auteur pour construire des intrigues qui vous tiennent en haleine de la première à la dernière page. L’accueil est absolument magnifique et nous tenons à remercier tous les libraires et les lecteurs ! Nous publions également le nouveau thriller d’aventures de James Rollins, Le 7e Fléau, qui se trouve plus au cœur de l’actualité que nous l’imaginions, puisqu’il y est question d’un virus inconnu se propageant dangereusement. Mais je vous laisse découvrir cette histoire qui vous entraînera sur les traces des Dix plaies d’Égypte ! 

Bepolar : Un petit mot de la rentrée à venir. Quelles seront vos publications polar ? 
Florian Lafani : Pour la rentrée, nous avons construit un programme très ambitieux, sur lequel nous fondons beaucoup d’espoir. Imaginez que nous allons publier rien de moins que :
- Terminal 4 d’Hervé Jourdain, une histoire au cœur de problématiques du moment, entre conflit VTC/taxis aux abords de l’aéroport de Roissy, et pollution atmosphérique de l’industrie aéronautique
- La Confidente de Renée Knight, un bijou de suspense psychologique qui nous tient en haleine grâce au personnage de Christine Butcher, une simple secrétaire, mais qui semble avoir beaucoup plus de pouvoir qu’on ne l’imagine
- Le Silence de la Ville blanche d’Eva García Sáenz de Urturi, un des plus grands succès espagnols de ces dernières années, un thriller sans temps mort qui va vous plonger dans de terribles secrets du côté de la ville de Vitoria
- Requiem pour un diamant de Cécile Cabanac, dans lequel on retrouve son duo fétiche Sevran/Biolet qui avait séduit les lecteurs dans son premier roman Des poignards dans les sourires (sélection des Nouvelles voix du polar chez Pocket).

Galerie photos

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.