Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Sophie Loubière, Laurent Guillaume, Maxime Girardeau, Valentine Imhof

Valentine Imhof nous a offert avec Zippo un ouvrage sulfureux, autour du sado-masochisme. Pour elle ce qui est important c’est écrire et se faire plaisir...
Difficile à dire… je ne m’en donne aucun à moi-même. Tout ce qui compte c’est écrire, se faire plaisir, et ne pas chercher à ressembler à qui que ce soit. J’aborde l’écriture avant tout en lectrice et je fais en sorte d’écrire des histoires qui m’intéressent moi, sans aucune autre considération extérieure, surtout pas celle d’un lecteur ou d’un éditeur potentiels… De la même manière, je ne me suis à aucun moment dit que j’écrivais des polars : Par les rafales et Zippo sont des romans noirs ; le premier n’est clairement pas un polar, le second semble jouer davantage avec les codes du roman policier, mais ça s’est fait comme ça, sans intention ni volonté de s’inscrire dans un genre particulier – et si protéiforme. J’écris des histoires sans me préoccuper de leur étiquetage dans une catégorie ou une autre, qui n’est pas de mon fait…

Maxime Girardeau vient de signer avec Persona, un polar sans mort... Et c’est peut être pire... son conseil, c’est de se jeter à corps perdu dans la bataille
Écrire un premier jet sans se retourner, sans se relire, pour éviter d’être tétanisé par les faiblesses de son texte. C’est ce qui m’a permis de ne pas rester bloqué au milieu de mon histoire.

Sophie Loubière a écrit un polar familial intense avec Cinq Cartes Brûlées. Pour elle style et histoire sont essentiels...
De travailler tout autant son histoire que son style, de se nourrir de toutes les littératures, poésie comprise, et d’arrêter avec le thriller trash.

Doux comme la mort de Laurent Guillaume nous fait suivre le parcours d’un ancien militaire, commando de marine, une fois revenu à la vie civile. Son conseil ? N’en écouter aucun !
De n’écouter aucun conseil… souvent ce qui est bon pour un auteur est toxique pour un autre. Si malgré tout, le couteau sur la gorge je devais donner deux conseils ce serait, un : de toujours privilégier le style. Deux : de travailler les personnages (le polar c’est aussi du soap) et de flinguer ces saloperies d’adverbes… merde, ça fait trois

Galerie photos

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.