Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Quelques conseils aux auteurs débutants #2

Gérard Delteil s’est frotté aux Gilets Jaunes dans Les Écœurés. Cet auteur à la bibliographie immense à un conseil important pour commencer...
Commencer par en lire beaucoup et surtout éviter de prendre comme héros un émule de Maigret, de Bogard ou de Sherlock Holmes. Eviter aussi d’écrire un énième roman de serial killer ou d’enlèvement d’enfants. Mieux vaut laisser ce genre aux Anglo saxons qui en ont fait leur spécialité. Enfin, je le répète, soigner la chute. C’est la chute qui permet au lecteur de rester ou non sur une bonne impression. Il est préférable enfin de démarrer fort, à la manière des pré-génériques de films, pour accrocher le lecteur.

Avec, Ristretto, le dernier roman de Bertrand Puard, on plongeait dans les mystères et terreurs du commerce mondial de café... Pour lui, l’une des clefs est la documentation...
Je lui dirai tout d’abord que c’est un genre parfait pour se lancer dans l’écriture car il faut avoir beaucoup de discipline et observer une grande rigueur pour aller au bout de son roman. En ce qui me concerne, je me documente énormément avant de passer à l’écriture. Mes romans sont un mélange de documentation et d’imagination. Et puis il ne faut ensuite pas hésiter à tailler dans le “gras” du texte, écrire “à l’os”.

Anna Véronique El Baze dans Je Maudis le jour a mis en scène une libraire comme enquêtrice. Pas étonnant qu’elle aussi conseille d’abord de la documentation...
Dans un premier temps de bien se documenter, d’aller sur le terrain, de s’imprégner des ambiances, d’échanger avec des professionnels des univers qu’on décide d’investir, d’ancrer la fiction dans le réel, d’être à l’écoute de la vraie vie pour booster l’imaginaire. Et aussi d’explorer les recoins les plus sombres de l’âme humaine. Un conseil valable à mon sens pour tous les genres littéraires.

Avec Nitrox, Pierre Gobinet a signé cette année son premier roman. Et il a un conseil tout simple à vous donner...

Prendre du plaisir ; lire ce qu’on aime et écrire ce qu’on aimerait lire.

Yann Ollivier s’est lancé avec En attendant Boulez dans un polar dans le monde de la musique. Ancien président des Victoires de la musique classique, et ancien directeur d’Universal Music Classics, il s’y connait quelque peu en création...
D’abord de beaucoup lire. Puis de respecter la règle des trois ingrédients : intrigue/univers/personnage.

Galerie photos

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.