Les nouveautés Polar de mai

Les nouveautés de mai en Grand format

Pluie de bestsellers en grand format au mois de mai avec pas moins de huit romans qui devraient squatter le palmarès des meilleures ventes.
Elle est toujours l’une des cinq plus grandes vendeuses de livres en France et Mary Higgins Clark revient avec Dernière danse (Albin Michel) où une fête de fin d’année tourne mal, très mal, et les suspects sont multiples.

Sang famille (Presses de la Cité) est une réédition d’un livre écrit avant que Michel Bussi ne connaisse le succès : il y est question d’orphelin, de trésors, d’île anglo-normande mystérieuse, d’héritage. Et on se dit que l’auteur aurait pu avoir du succès plus tôt.

Toujours plus loin dans la noirceur avec La Terre des morts de Jean-Christophe Grangé (Albin Michel), une enquête en forme de duel dans le monde des strip-teaseuses, du porno et de la pire perversité dont soit capable l’âme humaine.

On ne présente plus Arnaldur Indriðason mais on devrait le lire davantage : dans Passage des ombres (Métailié) le célèbre islandais prend des risques pour notre plus grand bonheur (lire notre article dédié à ce livre et son auteur).

Philip Kerr est décédé en mars dernier et on trouve dans Bleu de Prusse (Seuil) tous les ingrédients qui lui ont valu le succès : Bernie Gunther, son personnage emblématique, est en cavale pour échapper à la Stasi (en 1956), tandis qu’il se remémore une enquête menée 23 ans auparavant dans le nid d’aigle du Führer où la corruption des puissants atteints déjà des sommets.

John Grisham sort de ses sentiers battus dans Le cas Fitzgerald (JC Lattès) où il est beaucoup question de livres volés, aimés, écrits, plus dangereux quand ils font l’objet de trafics que quand ils sont lus.

Noir destin et belle mise en abîme que Le Manuscrit inachevé de Franck Thilliez (Fleuve Noir) : on y suit le destin tragique d’une auteur, reine du polar, dont la vie ressemble au plus sombre de ses romans…

Dans Signe de vie (HC éditions), l’écrivain J.R. dos Santos sort de ses habituels thrillers ésotériques pour flirter avec la science-fiction : un observatoire astronomique a capté un signal de l’espace et le doute n’est plus permis : un vaisseau inconnu se dirige vers la Terre.

Les pépites à découvrir

Très difficile de ne sélectionner que cinq pépites à découvrir pour ce joli mois de mai. Aussi la rédaction vous invite (aussi) à faire vos propres découvertes… et à en faire part à la communauté BePolar !
Vous aimez l’Histoire et les philosophes ? Un carrosse nommé désir de Frédéric Lenormand (JC Lattès) est fait pour vous ! L’auteur y mêle avec un brio poli par les ans, intrigue policière, petite et grande Histoire et nous plonge sur les pas d’un enquêteur pas comme les autres, le philosophe Voltaire, en plein XVIIIème siècle.

Nicolas Beuglet a surpris avec son précédent roman, Le Cri, qui a côtoyé les plus grands dans le top des ventes. On lit donc avec curiosité Complot (XO éditions) pour vérifier si un phénomène vient de naître. La Première Ministre norvégienne est retrouvée atrocement mutilée au bord d’une falaise, hors-d’œuvre d’un jeu de piste complotiste brillamment exécuté, qui nous rappelle vaguement un certain Dan Brown….

Marin Ledun est le genre d’auteur à ne pas faire de bruit mais qui fait son chemin avec talent. Dans Salut à toi, mon frère (Gallimard Série Noire), une famille fantasque va se mobiliser pour sauver un frère accusé de braquage, dans une France bien-pensante et étriquée.

Coup de cœur déjanté du mois, Mamie Luger de Benoît Philippon (Les Arènes) nous narre la vie tumultueuse de Berthe, 102 printemps, arrêtée après avoir résisté à coups de flingue à l’assaut de sa chaumière auvergnate par la police. Attachez vos ceintures !

Peter May est un écossais demeurant en France et qu’on suit avec plaisir depuis quelques années : on vous invite à découvrir Je te protègerai (Rouergue Noir) où une femme soupçonne son mari, à qui elle a beaucoup sacrifié, de tromperie avant que celui-ci ne soit mystérieusement assassiné…

Vous voulez découvrir Pékin côté bas-fonds ? Plongez-vous dans le roman de Mi Jiangxu Pékin de neige et de sang des excellentes éditions Philippe Picquier.

Les nouveautés de mai en Poche

Les bestsellers :

Dans Sharko (Pocket), Franck Thilliez mène la vie dure au couple d’enquêteurs (à la vie comme à la scène) composé de Franck Sharko et Lucie Henebelle. La seconde a commis un meurtre que le premier, par amour, a dissimulé de son mieux. Quand ils se retrouvent chargés de l’enquête, c’est les limites de l’intégrité et de la noirceur humaine qui vont être touchées…

« Celui qui possèdera le secret des rois de France, celui-là sera le maître du troisième Millénaire. » Sur une trame alléchante, le du duo Giacometti/Ravenne nous offre dans Conspiration (Pocket) une belle double enquête, la première sur la plus secrète des sociétés secrètes américaines et la seconde plus grand secret des rois de France, menée en pleine Révolution…

Viveca Sten est désormais solidement implanté dans les meilleures ventes, et la suédoise continue de nous livrer les secrets de l’île de Sandhamn dans Au cœur de l’été (Le Livre de Poche) : en pleine nuit de la Saint-Jean, une jeune fille disparaît et on retrouve le cadavre d’un adolescent. Une nuit d’été meurtrière…

Le sujet du roman Les suicidées de Val McDermid (J’ai lu) est malheureusement d’actualité : une étrange série de suicides de femmes qui se sont engagées dans les combats féministes, et victimes de cyberharcelement, commence à éveiller la curiosité du duo d’enquêteurs Carol Jordan/Tony Hill.

On retrouve Bernie Gunther dans Les pièges de l’exil de Philip Kerr (Points) : l’enquêteur en exil à Saint-Jean-cap-Ferrat va devoir sortir l’écrivain Somerset Maugham des griffes d’un maître-chanteur, le sortant de l’ennui et le plongeant dans son riche et tumultueux passé.

Les pépites à découvrir :

Dieu-qui-parle ou Porteurs-de-peau de Tony Hillerman (Rivages/Noir), pour ce duo d’enquêteurs amérindiens, Jo Leaphorn et Jim Chee, qui œuvrent à l’époque moderne au sein et aux confins des réserves.

Double parution de romans d’Harry Crews chez Folio avec Le Roi du K.O. et Des savons pour la vie, l’occasion de (re ?) découvrir cet auteur inclassable, perdu quelque part entre ironie, roman noir, milieu underground et Amérique profonde.

Dans les eaux du Grand Nord de Ian McGuire (10/18) narre un duel épique, au sein d’un baleinier en route vers les riches eaux du Grand Nord, entre un ancien chirurgien de marine et un harponneur brutal et sanguinaire.

Métailié a récupéré les droits poche de Mort d’un Chinois à la Havane, le superbe roman de Leonardo Padura, et ressort une version à petit prix, avec une belle couverture. Mais ne vous y trompez pas : le plus beau est à l’intérieur. On peut presque parler de classique.

Très courte histoire mais une pépite que Cat 215 d’Antonin Varenne (J’ai lu), qu’on prend toujours grand plaisir à lire : Marc se voit offrir un pont d’or pour réparer une monstrueuse pelle d’extraction Caterpillar au beau milieu de la Guyane des trafics d’or. Qui nous fait penser à Au cœur des ténèbres de Conrad.

Galerie photos

Votre commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?