Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Top 40 des comédies policières cultes n°17 : Le Grand Frisson, de Mel Brooks

Le Grand Frisson, de Mel Brooks
Avec : Mel Brooks, Cloris Leachman, Harvey Korman
Année : 1977

Lorsqu’un maître du burlesque transforme le cinéma d’Hitchcock en parodie, et ce, non sans traduire jusque dans le texte quelques-uns des meilleurs moments de l’œuvre du pape du suspense, cela donné Le Grand Frisson. Une comédie indispensable comme on n’en fait plus…

Entièrement dédié aux films d’Alfred Hitchcock, à commencer par Sueurs froides (1958), le sixième film de Mel Brooks est un chef d’œuvre comique dont le retentissement résonne aujourd’hui encore (les ZAZ et les Nuls, parmi tant d’autres, s’en souviendront).

Sorti en 1977, il vient parachever la première décennie de carrière du cinéaste, après les réussites de ses films Les Producteurs (1968), Frankenstein Junior (1974) ou encore La Dernière Folie de Mel Brooks (1976). Non content d’avoir atteint grâce à Frankenstein Junior le firmament de la parodie avec l’un des plus beaux hommages jamais rendu au cinéma de James Whale, papa de Frankenstein (1931) et de L’homme invisible (1933), le metteur en scène récidive alors en explorant cette fois l’univers inépuisable du maître du suspense. Forcément, c’est l’un des instants les plus drôles, sophistiqués et inventifs de sa vie de cinéaste.

Quelques années avant de basculer dans le potache de La Folle Histoire de l’espace (1987) ou Dracula, mort et heureux de l’être (1995), il trouve l’équilibre parfait entre le loufoque abracadabrant et le culte infini – mélange indispensable à toute parodie. Avec en rôle-titre un Mel Brooks en Nobel de psychiatrie et nommé Richard H. Thorndyke, l’intrigue suit d’abord le protagoniste fraîchement nommé à la tête d’un asile psychiatrique de Los Angeles dont l’ancien responsable est mort dans des conditions étranges – un clin d’œil au film La Maison du docteur Edwardes. Puis le film fait de Thorndyke (référence directe au Roger O. Thorhnhill de La Mort aux Trousses) un faux coupable comme dans tout film de Hitchcock qui se respecte. Victime d’un complot lors d’un congrès de San Francisco, le personnage fait bientôt l’objet de crises de panique et de vertige à l’image du James Stewart de Sueurs froides.

De gag en gag, tous mis en scène avec un soin méticuleux et avec un respect évident pour l’œuvre d’Hitchcock, les citations de films s’égrainent par dizaines et à une vitesse ahurissante. Il y a bien sûr l’inoubliable scène de la douche de Psychose, les oiseaux qui se réunissent à l’arrière plan comme dans Les Oiseaux, ou encore un coup de téléphone (comme dans Frenzy) où est mentionné le point de rendez-vous "north by northwest", à savoir le titre original de La Mort aux Trousses. Aussi, on remarque un travelling se terminant par un gros plan (celui du tueur) : il s’agit d’une composante essentielle de la mise en scène d’Hitchcock, notamment présente dans Les Enchaînés, Le Procès Paradine et Pas de printemps pour Marnie. Enfin, notons l’analogie entre l’infirmière Diesel et l’inquiétante Mrs Danvers dans Rebecca.

Force est de constater que Mel Brooks dispose d’une connaissance encyclopédique des films originaux. Sa parodie n’est pas seulement là pour amuser. C’est même d’abord un hommage éclatant et à la limite de la poésie, et ce, sous couvert d’un humour qui brocarde et froisse amicalement. À noter qu’Alfred Hitchcock s’était montré touché par cette comédie, allant même jusqu’à faire envoyer une bouteille de champagne à Mel Brooks pour le féliciter.

Galerie photos

spip-slider
spip-bandeau

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.