Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Top 40 des comédies policières cultes n°1 : Les vécés étaient fermés de l’intérieur, de Patrice Leconte

Les vécés étaient fermés de l’intérieur, de Patrice Leconte
Avec : Jean Rochefort et Coluche
Année : 1976

D’une pauvreté a priori abyssale, Les Vécés étaient fermés de l’intérieur recèle un charme à débusquer dans sa dimension bricolée. Pour apprécier à sa juste valeur cette relecture de la bande dessinée de Gotlib (mettant en scène initialement le commissaire Bougret et son assistant Charolles dans la série "Rubrique-à-brac"), il convient de replacer l’œuvre dans son contexte. Première collaboration de Jean Rochefort avec le réalisateur Patrice Leconte (avant, plus tard, d’innombrables : Tandem, Le Mari de la coiffeuse, Tango, Les Grands Ducs, Ridicule...), Les Vécés étaient fermés de l’intérieur marque aussi les débuts du cinéaste derrière la caméra. En résulte fatalement un certain déséquilibre : face à un Rochefort (ici en commissaire Pichard) surinvesti et hyperactif, Leconte fait ses premières armes et cela se ressent sur le plan technique. Il n’empêche qu’en dépit de ce côté pilote automatique (qui poussera alors Rochefort à remettre en question la légitimité de Leconte), l’univers complètement branque hérité de L’écho des savanes et croisé avec une enquête à la Rouletabille (le personnage de Leroux) voire Poe (pour le côté simili fantastique) fait parfois mouche.

Lorsque le réalisateur réunit le duo d’acteurs Rochefort-Coluche, c’est une première et leur symbiose contribue par moment à créer des situations des plus cocasses. En inspecteur Charbonnier, Coluche ne fait pas de miracle mais gratifie les gags à gogo d’un bel enrobage avec même quelques fulgurances. À savoir si les deux loustics sont capables de résoudre l’assassinat du poinçonneur de métro retrouvé dans des toilettes dont la porte était fermée de l’intérieur... L’humour grotesque, avec sa tonalité archi franchouillarde surlignée au paroxysme, offre quelques instants débridés.

Flirtant donc sans cesse avec le nanar, Les Vécés étaient fermés de l’intérieur déploie un style totalement décomplexé qui fait sa singularité. Instable, inégal, doté d’un rythme étrange composé d’à-coups, c’est un film qu’il faut néanmoins redécouvrir et considérer avec bienveillance, tant il établit déjà en sourdine toute la logique des grandes comédies de Leconte. Un objet certes inégal mais attachant et propice aux expérimentations.

Galerie photos

spip-slider
spip-bandeau

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.